Des choses absolument horribles

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2164

Des choses absolument horribles

C’est le pire moment possible pour être un nazi ukrainien. Je déteste avoir à les évoquer encore et encore. Heureusement, je n’aurai plus à le faire longtemps : ils disparaissent assez rapidement. Mais pendant ce temps, des choses vraiment horribles se passent. Pour résumer, le but de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine est de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine… et d’assurer la sécurité des régions de Donetsk et de Lugansk… et de la région de Kherson, et de Zaporozhye, et de Kharkov, et de Nikolaev… et d’Odessa… et ensuite d’organiser des référendums dans toutes ces régions pour qu’elles rejoignent la Fédération de Russie. Appelez ça de la folie des grandeurs. Mais c’est le bon genre de dérive de mission du point de vue russe : Les frontières de la Russie se déplacent dans la bonne direction et englobent de plus en plus de terres historiquement russes. Ces terres faisaient partie des « terres sauvages », où les Russes se sont installés pour la première fois sous Catherine la Grande, mettant ainsi fin aux incursions étrangères des Polonais et des Turcs et aux raids des tribus nomades.

Mais qu’en est-il des objectifs initiaux de démilitarisation et de dénazification ? La façon dont se déroule la démilitarisation est décrite par des tableaux ennuyeux publiés régulièrement par le ministère russe de la défense : tant de chars, d’obusiers, de transports de troupes blindés, de mortiers, de lance-roquettes, de drones et d’hélicoptères détruits. À ce jour, 267 zones de population, grands et petits, ont été libérés, même si certains d’entre elles sont encore bombardées par des mortiers et de l’artillerie. À l’heure actuelle, les Russes ont détruit une grande partie du matériel de guerre initial, d’origine soviétique, et sont occupés à dévorer les armements occidentaux fournis par l’OTAN.

À ce rythme, les forces ukrainiennes n’auront plus rien pour se battre. Déjà, les obus d’artillerie et les mortiers sont rationnés, chacun ne tirant qu’une poignée de missiles par jour, juste assez pour dissuader les Russes de déborder leurs positions défensives. Plusieurs des grands pays de l’OTAN, qui étaient au départ disposés à fournir des armes aux Ukrainiens, ont déjà changé d’avis, d’abord parce qu’au lieu d’être utilisées pour combattre en Ukraine, ces armes apparaissent sur les marchés noirs internationaux, à des prix très raisonnables, et ensuite parce qu’ils commencent à manquer d’armes.

Voilà pour la démilitarisation, mais qu’en est-il de la dénazification ? Ici, nous sommes obligés d’introduire un nouveau mot de vocabulaire. Auparavant, les pertes vraiment importantes sur le champ de bataille étaient souvent qualifiées de décimation – d’après le latin « decima » ou un dixième. La perte d’un dixième d’une compagnie ou d’un bataillon était généralement considérée comme suffisamment grave pour que le moral s’effondre au point de forcer une retraite ou une capitulation. Mais les pertes récentes et actuelles sur le champ de bataille parmi les Ukrainiens se sont souvent élevées non pas à un dixième, mais à la moitié du contingent armé ! Ainsi, au lieu de décimation, nous devons introduire un nouveau terme latin : dimidiation.

Les Russes tentent d’expulser les nazis ukrainiens et d’occuper et d’annexer le territoire avec des pertes minimales. À cette fin, ils utilisent une combinaison d’artillerie, de drones et de contre-mesures électroniques. Les barrages d’artillerie effectués 24 heures sur 24, avec des trains d’obus livrés quotidiennement sur les lignes de front, sont utilisés pour démanteler les bunkers en béton armé le long des lignes de défense ukrainiennes et pour réduire à néant les troupes ukrainiennes qui s’y cachent. Les tirs d’artillerie sont rendus extrêmement précis par l’utilisation de petits drones peu coûteux, qui permettent de perfectionner leur visée. Les contre-mesures électroniques assourdissent et aveuglent les troupes ukrainiennes, les rendant incapables de communiquer avec leur commandement ou d’obtenir des renseignements sur le champ de bataille.

Estimant qu’il est impossible de cibler précisément les forces russes, elles tirent au hasard dans la direction générale des zones civiles voisines, se spécialisant dans les cibles qui ne peuvent pas riposter. Tout récemment, un char ukrainien, sur ce qui est encore le territoire sous contrôle ukrainien dans l’ancienne colonie mennonite appelée New York, s’est arrêté devant un jardin d’enfants appelé « Goldfish » et a tiré à bout portant avec son canon.

Mais ce n’est qu’une broutille ; les efforts ukrainiens pour détruire les infrastructures civiles et les installations industrielles sont bien plus graves. En raison de ces efforts, certaines parties de Donetsk restent privées d’électricité et d’eau pendant des jours et des jours, alors que les équipes se précipitent pour rétablir le service, sous des bombardements sporadiques. Les Ukrainiens ont également commencé à bombarder les ponts traversant le Dniepr, dans l’espoir de ralentir l’avancée des Russes.

Et le plus odieux de tous ces efforts est le bombardement ukrainien, depuis l’autre côté du Dniepr, de la centrale nucléaire de Zaparozhskaya. Avec ses six réacteurs relativement modernes de fabrication russe, c’est la plus grande centrale nucléaire d’Europe et elle fournissait autrefois un quart des besoins en électricité de l’Ukraine. Les réacteurs eux-mêmes sont protégés par des coques d’acier et de béton de plusieurs mètres d’épaisseur qui ne risquent pas d’être percées par les bombardements, mais il existe également sur le site des piscines de combustible usé qui doivent être refroidies en permanence à l’aide de pompes de circulation et qui nécessitent une alimentation électrique intacte. Ces piscines peuvent être endommagées au point que les assemblages de combustible usé s’enflamment et contaminent une grande partie de l’Ukraine centrale et occidentale, ainsi qu’une grande partie de l’Europe de l’Est, avec des radionucléides à longue durée de vie, augmentant ainsi les taux de cancer pour de nombreuses générations.

Le fait que les Ukrainiens bombardent la centrale nucléaire avec des armes fournies par les États-Unis et, de toute évidence, avec l’aval de ces derniers, illustre le mépris total des Américains pour le bien-être de leurs alliés européens. Et, pour ce que nous en savons, les vassaux européens des Américains pourraient même se réjouir de la possibilité d’un nouveau Tchernobyl sur lequel ils pourraient rejeter la responsabilité de leurs fiascos économiques. Le cynisme qui se cache derrière de tels calculs est tout simplement époustouflant !

Il est utile de regarder en arrière pour voir si la réalité correspond aux prédictions. Le 10 mars 2022 (ce qui semble être une éternité), j’ai écrit ce qui suit au sujet de la dénazification :

Il y a trois phases ; deux d’entre elles ont lieu en ce moment même, et la dernière aura lieu une fois que la paix sera établie sur l’ensemble du territoire de l’ancienne Ukraine. La phase 1 consiste à tuer physiquement les nazis ; l’armée russe s’en charge, et des centaines de nazis morts s’accumulent chaque jour. La phase 2 consiste à faire fuir les nazis vers l’Union européenne : s’ils aiment leurs nazis, ils peuvent avoir leurs nazis. Ce serait une ironie suprême si l’Allemagne était obligée d’organiser des camps de concentration pour les nazis et d’y parquer tous ces criminels de guerre ukrainiens en liberté.

Et puis il y a la phase 3 : s’occuper de ces nazis, quasi-nazis, sympathisants nazis et autres criminels qui restent et se cachent, en essayant de se fondre dans la population civile. La population civile se souviendra certainement de ceux qui l’ont prise en otage et torturée pendant que les Russes essayaient d’organiser des couloirs humanitaires pour lui permettre de s’échapper ou de lui fournir de l’aide humanitaire pour la nourrir ! Il suffira d’offrir une récompense financière à toute personne qui les dénonce. Dans de nombreux cas, ce ne sera même pas nécessaire : nous vivons à l’ère du Big Data et les Russes enregistrent chaque appel téléphonique et chaque texto. Tous les nazis ont été localisés, leur voix a été enregistrée et leurs photos ont été intégrées dans un logiciel de reconnaissance faciale. Pour citer George W. Bush, « ils peuvent courir, mais ils ne peuvent pas se cacher ».

Aujourd’hui, à peine cinq mois plus tard, nous constatons que les phases 1 et 2 sont en bonne voie, avec de nombreux nazis ukrainiens dispersés aux quatre coins de l’Union européenne et au-delà, tandis qu’environ cinq cents de leurs congénères sont renvoyés à leur créateur chaque jour. La phase 3 s’est avérée être un non-événement sur les territoires libérés par les Russes, car les habitants ont généralement refusé d’abriter les nazis qui tentaient de se cacher parmi eux et ceux-ci ont été raflés et envoyés dans des camps de prisonniers avec les autres prisonniers de guerre ukrainiens. Il semble trop tôt pour dire comment cela va se passer dans le reste de l’ancienne Ukraine… et au-delà. Après tout, ceux qui ont fourni des armes, un entraînement, des renseignements et de l’argent aux nazis ne sont pas exactement exempts de la contagion nazie. Où l’opération de dénazification russe devra-t-elle s’arrêter ? S’agira-t-il d’un nouveau cas de dérive de la mission ? Ou peut-être les Européens se réveilleront-ils et s’occuperont-ils de leurs propres nazis sans l’aide de la Russie ? Nous devrions certainement l’espérer !

Le 18 Aout 2022, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 705 € sur 3000 €

faites un don