Des armes pour Kiev ? L’odyssée de l’An-124/UR-82072

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 754

Des armes pour Kiev ? L’odyssée de l’An-124/UR-82072

Le commentateur US Wayne Madsen donne un intéressant article, le 3 février 2015 sur Strategic-culture.org. Cet article, extrêmement minutieux quant à l’odyssée d’un exemplaire précis de l’avion de transport stratégique ukrainien An-124, permet de comprendre combien le débat actuel lancé par les USA pour la livraison d’armes “létales” au régime de Kiev est de pure communication. (La différence entre armes “létales” et “non-létales” est, à ce point, également pur artifice de communication. Un monstre de la taille de l’An-124 en pleine activité depuis de nombreux mois, d’une façon clandestines, indique sans aucune hésitation qu’il suffit de parler d’armes, ou de systèmes d’arme, sans précision hypocrite nécessaire.) L’article de Madsen s’attache à cette “odyssée” clandestine, ou disons non-officielle puisque Madsen l’a mise à jour, de cet avion de transport Antonov An-124 immatriculé UR82072 appartenant à l’armée de l’air ukrainienne, sur plusieurs mois sinon plus d’une année (disons, depuis fin 2013). Il permet de comprendre que les livraisons d’armes à Kiev, y compris éventuellement en préparation du “putsch de Kiev” de février 2014, sont une routine stratégique complètement établie. Là, il ne s’agit plus de communication mais bien de réalités stratégiques en cours.

Une précision doit être apportée, parce qu’à première vue un seul avion effectuant des missions de transport pourrait, pour la perception courante, ne pas sembler constituer un fait décisif, disons de type stratégique, par la quantité de produits (des armes) impliquée. Avec l’An-124, ce n’est pas le cas, à cause des dimensions formidables de cet avion et sa non moins formidable capacité d’emport (120 à 150 tonnes) de systèmes allant jusqu’à des masses très importantes (locomotives, hélicoptères, chars, etc.). L’An-124 est le plus gros avion de transport stratégique au monde en service régulier, – et le deuxième plus gros avion au monde (toujours pour le service régulier), après l’Airbus A380. Un extrait du Wikipédia qui lui est consacré en donne une idée, impliquant que les déplacements de l’appareil qu’a identifié Madsen constituent l’équivalent du déplacement d’un groupe de six avions de transport militaire moyen (type-Transall, comme le précise l’extrait ci-après) : «L'Antonov 124-100 surnommé ‘Ruslan’ (Code OTAN : ‘Condor’) est le second plus gros avion du monde produit en série (le premier étant l'Airbus A380) ; l'avion le plus gros du monde hors série est l'Antonov An-225. Il permet de transporter les charges les plus diverses telles que locomotives, grues, satellites, bateaux. Cet avion est équipé de deux ponts roulants disposant chacun de deux palans pouvant supporter un poids maximum de 20 tonnes. Il peut peser jusqu'à 400 tonnes au décollage et embarquer jusqu'à 150 tonnes (120 t en version de base An-124, 150 t en version An-124-100) de charge utile (six fois celle du C-160 ‘Transall’ des armées française et allemande)...»

Nous citons ci-dessous l’essentiel du texte de Madsen, qui est extraordinairement détaillé et renvoie sans aucun doute à une source clandestine du renseignement dont Madsen est coutumier d’accès. (Source US ? Russe ? D’autres pays, également impliqués ? Le choix existe, mais on notera que Madsen fait allusion dans son texte au jugement de Poutine selon lequel l’armée ukrainienne est une “légion étrangère” au service du bloc BAO, US et OTAN principalement. Les services russes doivent avoir suivi à la trace l’odyssée du An-124/UR82072, d’autant que l’armée russe a des facilités d’accès et de renseignement sur les équipements militaires ukrainiens venus de ses propres arsenaux et des constructeurs qui ont alimenté les forces militaires de l’URSS.) La lecture du texte de Madsen peut paraître fastidieuse, sur les vols de l’An-124 ainsi que les détails des escales qui concernent des lieux stratégiques de l’ensemble USA/CIA/OTAN et d’autres pays, etc. ; mais l’ensemble fournit une impression générale substantivée par tous ces détails précis d’une activité routinière extrêmement significative du point de vue stratégique du fait des caractéristiques inhabituels du An-124/UR82072, terminée par un commentaire sur la signification stratégique de ces livraisons. A la suite de ce long texte, nous proposons quelques remarques sur notre interprétation.

«... In a repeat of the Central Intelligence Agency's globe hopping weapons transport cargo planes of the Iran-Contra scandal era and the more recent Libyan rebel supply caper to overthrow Muammar Qaddafi, a Ukrainian Antonov AN-124 (tail number UR-82072) heavy lifter military transport plane, denoted as an «International Cargo Transport» and belonging to the «Antonov Transport Bureau», astonished residents around Belgrade's Nikola Tesla International Airport in Serbia when it landed there on January 28, 2015. The Ukrainian plane, the world's largest aircraft, was a rare sight at an airport in a country that generally supports Russia in its conflict with Kiev.

»[Secretary of State John] Kerry and [ NATO military commander General Philip] Breedlove are talking about commencing an arms shipment by NATO that actually began last year. In September 2014, Ukrainian President Petro Poroshenko stated that a number of NATO countries agreed to deliver weapons to Ukrainian forces, which consist not only of regular Ukrainian troops but irregular battalions supported by billionaire Ukrainian-Israeli warlord Ihor Kolomoisky consisting of neo-Nazis, U.S. and other private military forces, and ex-Israel Defense Force personnel. At the time of the September 2014 NATO summit in Wales, Ukrainian presidential adviser Yuri Lutsenko said that the United States, France, Poland, Norway and Italy had agreed to supply weapons to Ukraine and Canada later revealed that it had also commenced weapons transfers to the Kiev putschists.

»Ukraine's military forces have received so much NATO military aid and assistance and personnel, Russian President Vladimir Putin recently said that the Ukrainian Army is acting as NATO's “foreign legion.” There are also credible reports that NATO has supplied the Kiev regime with deadly cluster bombs that are being used against the largely Russian-speaking civilian population of the Donbass region of eastern Ukraine.

»The AN-124 that landed in Belgrade appears to have been ferrying weapons from a number of known NATO air terminals used for such purposes. After arriving in Bucharest, Romania on January 23, 2015 from the Italian island of Lampedusa, off the coast of Libya, the aircraft departed on January 23 for New Jersey in the United States. Lampedusa was a major staging base for NATO weapons supplies to Libyan rebels during the Western- and Islamist-inspired rebellion against the Qaddafi government. Bucharest has become a major base for NATO military support to Kiev.

»On January 25, the Antonov departed Newark Liberty International Airport, New Jersey for Trondheim, Norway. On January 26, the Ukrainian transport plane left Trondheim for Prestwick Airport, Glasgow, Scotland. The plane departed Prestwick on January 28 and touched down the same day at Belgrade. Prestwick was a favorite transit hub used by the CIA for the rendition of detainees following 9/11.

»The United States has positioned six storage units located in the mountains of Norway’s central Trøndelag region, the capital of which is Trondheim. U.S. military equipment, including tanks and armored personnel vehicles, are stored at two Norwegian Air Force stations in the area, one of them being co-located with Trondheim Airport Værnes where the Ukrainian Antonov landed on January 26, 2015.

»The Antonov's destination after it left Belgrade was Mombasa, Kenya via Athens. The plane was reported by Serbian sources to be carrying “special cargo” weapons. It is conceivable that UR-82072 dropped off in Athens for further shipment to Ukraine weapons loaded at NATO airports in Lampedusa, Glasgow, and Trondheim, as well as Serbian caches placed on board in Belgrade and, perhaps, U.S. weapons stored at Picatinny Arsenal in Morris County, New Jersey, the Defense Department's Specialty Site for Guns and Ammunition, and Naval Weapons Station Earle, New Jersey. Both weapons bases are in close proximity to Newark Liberty International. The AN-124 is permanently based at Kiev's Gostomel Airport. The plane’s visit to Newark airport was said to be “rare” by local plane spotters.

»Ever since fighting broke out between Ukrainian forces and Russian-speaking separatists in eastern Ukraine, the mysterious Ukrainian AN-124 has been spotted around the world, likely picking up weapons. On June 18, 2014, it was seen at Tel Aviv's Ben Gurion International Airport. Before that, it was seen on May 22, 2014 at Las Palmas, Canary Islands, in what may have been a refueling stop. On January 1 and 6, 2015 and November 23, 2014, it was spotted at Leipzig/Halle Airport in Germany; on July 2, 2014, it was Luqa International in Malta (Malta was another staging base for weapons supplies to anti-Qaddafi forces during the Libyan civil war); and on April 15, 2014 at Francisco Sa Carneiro Aiport, Porto, Portugal and a week later, on April 27, at Schwechat Airport in Vienna. In June 2014, the Ukrainian transport plane was at Boston Logan Airport, Tulsa International in Oklahoma (the home of Tinker Air Force Base, a major logistics center), and Philadelphia International Airport (near Boeing’s Rotorcraft Systems in Ridley Park, Pennsylvania). The Ukrainian plane was reported to have arrived from Ben Gurion in Tel Aviv to pick up an Agusta Westland ICH-47F Chinook helicopter, licensed by Boeing, for the Italian army. However, it is anyone’s guess what the Ukrainian plane picked up in addition to the Italy-bound Chinook and where such “extra cargo” may have ended up.

»On May 14, 2014, the Ukrainian Antonov was seen at Calgary International Airport in Alberta. Calgary is a major nexus for the Canadian and American military-industrial complex, hosting Raytheon Canada’s missile production division and plants producing the rotary Phalanx machine gun and infrared and targeting equipment for armored vehicles, and General Dynamics, Harris Corporation, and NovAtel factories manufacturing everything from avionics systems to satellite communications gear.

»Also in June 2014, the globe-hopping Ukrainian weapons transport was seen at Ted Stevens International Airport in Anchorage, Alaska. In June 2014 it was seen in Buenos Aires. In October 2013, just a month before the outbreak of CIA and State Department-supported Maidan protests in Kiev, UR-82072 was seen on the runway at Dulles International Airport, which sits in the middle of an American military-intelligence industrial complex that includes the CIA, Defense Logistics Agency operations, and major war contractors like Boeing and Lockheed Martin. Dulles also hosts a German military base on American soil.

»On April 4, 2014, the Antonov weapons carrier was sighted at Portsmouth International Airport, the old Pease Air Force Base, which is now a New Hampshire Air National Guard Base. It is said to have departed for Dakar, Senegal. However, one of the most common tactics of the CIA and U.S. military during the heyday of Iran-contra was to file false flight plans and bogus bills of lading. Israel’s Mossad assisted in the clandestine shipment of U.S. weapons, such as the TOW anti-tank missile, to Iran.

»In September 2014, the Ukrainian weapons hauler was spotted on a runway at Tbilisi International Airport in the Republic of Georgia. Not far from it was a U.S. Air Force C-17 Globemaster cargo plane that was supposedly delivering weapons to Georgia. The close proximity of the Ukrainian weapons heavy lifter to the C-17 at Tbilisi airport coincided with the NATO Summit in Wales. In 2013, the Ukrainian plane was involved in the transfer.

»There is little doubt that Breedlove, an unapologetic Cold Warrior, had previously authorized the transfer of NATO weapons to Ukraine via Tbilisi. Georgia and Ukraine have formed an “aspirant NATO member alliance” against Russia on a front line extending from South Ossetia, through Abkhazia, through eastern Ukraine and Crimea, to the Transnistrian Republic north of Moldova. It is this front line that NATO war planners now dream of directly confronting indigenous and Russian troops protecting the independence of the phalanx of states of South Ossetia, Abkhazia, Donetsk, Lugansk, and Transnistria but also Russia’s southern flank, including the Russian autonomous republic of Crimea and the Russian federal city of Sevastopol.

»It is clear from the arrivals and departures of Ukraine’s gigantic weapons hauler, Breedlove’s comments about arming Ukraine with lethal weapons were ex post facto. Once again, America has chosen a foolhardy strategy of war over diplomacy. And, once again, it will pay a terrible price in terms of blood and treasure.»

• Une fois de plus, ces diverses précisions qui paraissent irréfutables sur l’activité routinière de livraisons d’armes depuis de nombreux mois à l’Ukraine, posent le problème du décalage extraordinaire, en contenu et en chronologie, entre la communication et les vérités de situation. Quel sens réel ont les conversations entre Obama et Merkel du 9 février sur la question des livraisons d’armes, et que représente l’opposition de la chancelière à ces pratiques qui se déroulent de façon routinière depuis de nombreux mois ? Plus précisément se pose à nouveau cette autre question : que savent Merkel et même Obama de ces livraisons d’armes quand on connaît l’autonomie d’action de facto des myriades de services et d’agences, américanistes et autres, dans cette sorte d’activité ? La même question vaut pour tous les dirigeants, parlementaires, etc., personnalités civiles qui sont en général tenues à l’écart des activités et des informations de ces services et agences du complexe de sécurité nationale du bloc BAO répondant directement aux impulsions de surpuissance du Système. A cet égard et tenant compte du fait irréfutable que la communication a remplacé la politique, il s’en déduit que la politique est totalement paralysée et inféconde et ne peut qu’entériner les faits accomplis que lui impose ce même complexe, une fois que ces faits sont devenus avérés et trop connus pour être niés. L’incursion de la communication des réseaux alternatifs et antiSystème complique encore plus le problème et rendent la politique des directions encore plus inopérantes puisque ces réseaux, par définition, travaillent à faire correspondre le plus précisément possible les informations de leur communication avec les vérités de situation. Pour qui s’aventure dans cette sorte de lecture, le texte de Madsen constitue un acte ridiculisant complètement les discussions Obama-Merkel sur le sujet des livraisons d’armes, et dégradant à mesure l’autorité et la légitimité de ces dirigeants politiques. Cette dégradation intervient effectivement, même pour ceux qui ignorent les précisions du type-Madsen, simplement parce que ces précisions circulent dans les milieux concernés et créent un climat favorable à cette dégradation.

(• Une remarque annexe à la présente est le constate l’extraordinaire autonomie d’action dont disposent les agences et services du complexe de sécurité nationale du bloc BAO. Cette autonomie s’étend à l’usage d’une myriade de bases dans de très nombreux pays, mais aussi à l’usage d’aéroports civils, y compris dans des pays étrangers inattendus par rapport à leur position politique (Argentine). Ces divers points impliquent des complicités, des liens secrets et officieux, entre les divers services, agences, armées, etc., de très nombreux pays dans le bloc BAO bien sûr mais aussi hors du bloc. Loin de faire penser à une sorte de complot mondial, l'ensemble laisse une impression de désordre planétaire et d'absence complète de contrôle des autorités politiques. Madsen a raison de comparer cette affaire à celle des livraisons clandestines US aux contras nicaraguayen, dans les années 1984-1986. Mais l'action clandestine décrite ici est infiniment plus “globalisée”, mieux organisée et quasi-“officiellement” si l'on peut dire, à cause de la présence active des services et agences, donc en essence très différente justement par le désordre et l'absence de contrôle.)

• Si l’on fait une hypothèse acceptable du volume des armes transférées vers Kiev ne serait-ce que par ces vols de l’An-124/UR-82072 (rien n’interdisant évidemment de supposer, avec toutes les raisons du monde, que d’autres livraisons ont eu lieu, par d’autres vols ou d’autres moyens), on comprend effectivement que l’armée ukrainienne a déjà reçu des quantités importantes de systèmes divers en provenance du bloc BAO. Diverses mesures, au niveau du déploiement, des processus d’autodestruction, etc., peuvent avoir protégé ces systèmes de saisies spectaculaires par les séparatistes, – outre que l’on ignore la politique de publicité ou non de telles éventuelles saisies que suivent ces mêmes séparatistes, notamment en fonction des pressions russes selon une politique qui s’est avérée jusqu’ici d’une prudence extrême et attentive à éviter toute provocation ou actes pouvant susciter une aggravation de la crise. Quoi qu’il en soit, la situation qui se révèle conduit à penser que, dans tous les cas, l’aide militaire occidentale à l’armée ukrainienne n’est en rien un facteur décisif pouvant changer les capacités de cette armée et la fortune actuelle de la guerre civile qui favorise les séparatistes. On peut donc avancer l’hypothèse que, si le bloc BAO, et les USA précisément, veulent une action militaire décisive contre les séparatistes, éventuellement pour forcer les Russes à une intervention plus directe, on en viendra à des engagements plus directs, c’est-à-dire des engagements de forces militaires du bloc BAO. Au reste, cet engagement devrait devenir inévitable si les livraisons de systèmes d’arme continuent et si des systèmes extrêmement avancés sont livrés, les USA notamment ne faisant aucune confiance à des forces non-US pour le maniement de tels systèmes.

• La conclusion générale de ces différents constats et hypothèses à partir du texte de Madsen et de ce qu’il nous dit de la situation en Ukraine, c’est que les faits sont très largement en avance des intentions pseudo-politiques, dans le sens de l’aggravation. Bien entendu, c’est bien peu de dire que le pouvoir politique a perdu le contrôle des événements puisqu’on sait bien qu’il ne l’a jamais eu... La crise ukrainienne présente aujourd’hui le cas extrême de la dissolution de toute action politique, dans tous les cas dans le chef du bloc BAO, bien plus que dans toutes les autres séries crisiques, – y compris celles du Moyen-Orient. Le complet transfert de la non-politique vers la communication, c’est-à-dire vers les narrative, explique le décalage stupéfiant entre le discours des directions politiques et les vérités de situation qui se succèdent. La crise ukrainienne est sans aucun doute le modèle ultime de la crise hors de tout contrôle politique, c’est-à-dire hors de tout contrôle humain rationnel, pour s’en remettre aux seules impulsions des acteurs du système du technologisme (services, agences, etc.), agissant évidemment dans le sens de la dynamique surpuissante du Système. La crise ukrainienne est la crise-Système par définition et, pour cette raison, elle nous entraînera très, très loin, et elle dupliquera évidemment le sort du Système lui-même.


Mis en ligne le 5 février 2015 à 10H12

Donations

Nous avons récolté 572 € sur 3000 €

faites un don