Déroute en Afghanistan et “glasnost”-USA

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2267

Déroute en Afghanistan et “glasnost”-USA

Les événements récents m’ont obligé à interrompre ma programmation habituelle pour vous présenter un rapport sur l’évolution de la situation en Afghanistan et ce qu’elle laisse présager, selon moi, pour les États-Unis. Les États-Unis et l’OTAN ont finalement quitté l’Afghanistan après une occupation qui a duré 20 ans. À l’heure actuelle [28 août 2021], ils gardent toujours un pied à l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, d’où ils tentent de rapatrier leurs ressortissants ainsi que les Afghans qui ont servi l’occupation. Ces collaborateurs craignent désormais pour leur vie face aux talibans, qui ont rapidement pris le contrôle de la quasi-totalité du pays dans le cadre de ce qui est probablement l’opération de changement de régime la moins sanglante que cette partie du monde ait jamais connue.

L’occupation américaine de l’Afghanistan a été rationalisée sur la base d’un édifice entier de mensonges. À la base, il y avait le mensonge du 9/11. Au-dessus, il y a eu le mensonge de la lutte contre le terrorisme (tout en formant et en équipant les terroristes). Quelque part en chemin, le mensonge de l’aide au développement de l’Afghanistan pour transformer le pays en une démocratie dynamique et moderne, avec égalité des sexes et autres cloches et sifflets, a été ajouté à cette structure déjà stupéfiante (alors que le seul développement réel fut celui du commerce de l’héroïne). Et, bien sûr, à tout cela s’est ajoutée une quantité vraiment stupéfiante de corruption et de vol.

Si l’on en croit le récit officiel, Oussama Ben Laden était une sorte de Jésus des temps modernes qui a répété le miracle des pains et des poissons, mais avec des gratte-ciel, en faisant tomber trois d’entre eux (WTC 1, 2 et 7) avec seulement deux avions. Un autre de ses miracles a été de faire en sorte qu’un avion de ligne entier, piloté par un amateur, effectue des acrobaties aériennes vraiment stupéfiantes qu’aucun avion de ligne n’a jamais effectuées avant ou depuis, en se crashant sur un mur du Pentagone avec moteurs, sièges, bagages, corps et tout, laissant derrière lui une petite ouverture carbonisée et une partie d’un missile de croisière qui avait apparemment été caché à bord et qui a ensuite été emporté enveloppé dans une bâche sur les épaules de quelques messieurs en tenue de bureau, très nerveux et à l’air mécontent . Un autre avion rempli de passagers a laissé une petite fosse calcinée dans le sol et des enregistrements de conversations téléphoniques plutôt scénarisées tenues alors que l’avion supposé se trouvait dans une zone sans couverture téléphonique. Ben Laden a orchestré toute cette pagaille par téléphone satellite, ou par télépathie, sans jamais quitter le confort de sa grotte en Afghanistan. Je vous encourage à croire à ce récit parce que croire l’alternative peut vous faire perdre la tête. Cela a été le cas pour beaucoup de gens.

Et si vous voulez être têtu et refuser de croire le récit officiel, alors il devient tout à fait plausible de penser que 9/11 était un somptueux canular américain : que les trois gratte-ciel ont été minés par des Américains, que le Pentagone a été frappé par un missile de croisière américain tiré par d’autres Américains et qu’Oussama ben Laden était un agent de la CIA qui réalisait des vidéos et des bandes audio de mauvaises qualités pour inspirer les terroristes préférés des Américains (appelés Al-Qaïda, puis ISIS/ISIL/Daesh/Califat islamique). Oussama aspirait à une retraite confortable quelque part dans le sympathique Pakistan – une retraite qui a été écourtée par une attaque d’un groupe de SEALs de la Navy quelque temps après sa mort due à une insuffisance rénale.

Pourquoi les Américains s’infligent-ils cela ? Pour dominer le monde, bien sûr ! Ils avaient adhéré à la théorie farfelue du “heartlandde Mackinder, selon laquelle la puissance mondiale qui contrôlerait le cœur de l’Eurasie contrôlerait le monde. Si vous pensez que le contrôle d’un tas de rochers habités par des indigènes hargneux et belliqueux dont l’esprit est resté bloqué au Moyen-Âge n’est pas propice à la domination du monde entier, alors vous êtes certainement plus intelligent que le quidam moyen, mais pas assez bon pour être l’un des brillants stratèges géopolitiques américains.

Les développements du 9/11 ont justifié 20 ans d’occupation militaire de l’Afghanistan par les États-Unis et l’OTAN, ce qui a coûté plus de 2 000 milliards de dollars et causé environ un demi-million de morts injustifiées. Il ne s’agit en aucun cas d’une aubaine : mettre quelqu’un sous les feux de la rampe ne coûte pas près de 4 millions de dollars par tête, surtout pas en Afghanistan, pays très pauvre et inondé d’armes. Une hypothèse prudente est qu’une grande partie de cet argent a été simplement volée. En effet, les informations selon lesquelles l’ancien président afghan Ashraf Ghani a fui le pays à bord d’un hélicoptère tellement bourré d’argent qu’il a fallu en abandonner une grande partie sur le tarmac donnent une idée claire de la manière dont les fonds ont été alloués au cours de l’occupation américaine.

Il est officiellement connu qu’un peu plus de la moitié de l’argent a servi à remplir les coffres de quatre entrepreneurs de la défense – Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics, Boeing et Northrop Grumman. Leurs produits ont été librement utilisés sur toute l’étendue de l’Afghanistan, entraînant des quantités fabuleuses de dommages collatéraux. Une partie a également servi à armer l’armée afghane, qui s’est rendue aux Talibans sans combattre, abandonnant armes et bagages, à l’exception de 22 jets et 24 hélicoptères militaires qui ont fui en Ouzbékistan avec 585 soldats. Ce matériel, y compris les hélicoptères Black Hawk haut de gamme dotés de tous les gadgets récents, va maintenant être examiné, et probablement moqué, par les experts russes. (Le but des marchands d’armes américains, comme Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics, Boeing et Northrop Grumman, n’étant pas de produire des armes efficaces mais de faire des profits).

Mais, me direz-vous, qu’en est-il des fruits du contrôle du pays “heartland” ? Qu’en est-il du contrôle du monde entier une fois installé là-bas ? Une fois sur place, les Américains ont découvert que l’Afghanistan n’offrait pas grand-chose d’autre que des indigènes hargneux et des champs de pavot. Et si les premiers n’étaient d’aucune utilité pour assurer la domination du monde, les seconds, transformés en héroïne, pouvaient être utilisés stratégiquement pour affaiblir l’ensemble de l’Eurasie en transformant sa population en une bande de drogués. À cette fin, l’Afghanistan a été transformé en usine à héroïne du monde, produisant 85 % de l’approvisionnement mondial estimé en héroïne et en morphine, un quasi-monopole. Avant l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis et l’OTAN, la culture du pavot avait été interdite par les talibans, il s’agit donc bien d’une réalisation entièrement occidentale.

Le plan était de faire suinter l’héroïne afghane dans toute l’Eurasie environnante par des caravanes de chameaux traversant d’immenses déserts inhabitables, ce qui s’est effectivement produit en partie, mais il s’est rapidement avéré qu’il était plus rentable de l’acheminer par voie aérienne à l’aide d’avions de transport militaires américains à destination du Camp Bondsteel au Kosovo, qui est devenu le principal point de transbordement de l’héroïne. C’est ainsi qu’une grande partie de l’héroïne s’est retrouvée aux États-Unis et dans l’Union européenne, à tel point que l’on compte plus de 10 millions d’opiomanes aux États-Unis et que les décès par overdose d’opiacés dans ce seul pays s’élèvent à un demi-million par an et augmentent rapidement, les décès liés à la drogue étant la principale cause de décès chez les personnes n’ayant pas atteint le 3ème âge. Mais il semble qu’il ne s’agisse là que des toxicomanes aux opiacés, alors que l’abus d’opiacés est beaucoup plus répandu et, à en juger par la chute rapide de l’espérance de vie globale, assez grave.

Une bonne question à poser est la suivante : Qu’adviendra-t-il des héroïnomanes lorsque les talibans auront à nouveau mis un frein à la culture du pavot ? Ce sera facile pour eux maintenant qu’il n’y a plus de troupes américaines ou de l’OTAN pour surveiller les champs de pavot. Ils compenseront le manque à gagner en vendant au marché noir des armes américaines abandonnées sur place. La réponse probable est que les junkies passeront (et passent déjà) au fentanyl, un opiacé synthétique que les Chinois sont heureux de fournir en quantités importantes. Toute suggestion selon laquelle les Chinois pourraient vouloir arrêter de le faire peut conduire à une mention polie des guerres de l’opium et à une suggestion selon laquelle on récolte ce que l’on sème. À un moment donné, un quart des Chinois étaient dépendants de l’opium ; voyons si les Américains peuvent battre ce record. Il est certain que l’héroïne afghane n’est pas la seule responsable de l’épidémie d’abus d’opiacés aux États-Unis. La famille Sackler a beaucoup fait pour construire un véritable tapis roulant qui a d’abord accroché les gens aux analgésiques sur ordonnance, puis les a abandonnés aux drogues de rue une fois les ordonnances épuisées. Mais l’héroïne afghane est un boomerang majeur de la politique américaine, comme beaucoup d’autres.

Une autre bonne question à poser est la suivante : D’où vient l’envie de dominer le monde en prenant le contrôle du “heartland” et en l’inondant d’héroïne (et de réfugiés afghans) ? Il y a certainement la nécessité de faire fonctionner le complexe militaro-industriel et d’alimenter les caisses électorales du Congrès, et puis il y a l’ambition impériale et mégalomaniaque de divers Washingtoniens des deux partis, mais c’est loin d’être tout. Le besoin primordial de perturber, de dégrader et de faire des ravages est un élément clé du plan d’affaires global de l’Amérique, qui consiste à continuer à vivre au-dessus de ses moyens en imprimant simplement de l’argent.

La seule façon de faire fonctionner ce plan est que les États-Unis se présentent comme un îlot de stabilité dans un monde chaotique et un refuge financier où les oligarques voleurs du monde entier peuvent blanchir en toute sécurité leurs gains mal acquis. Si ce plan échoue, les États-Unis passeront alors par un statut de pays du tiers-monde puis à celui d’une interminable reconstitution de la guerre civile à balles réelles. D’où le Sturm und Drang actuel sur le retrait précipité des États-Unis et de l’OTAN d’Afghanistan.

Parce que qui se soucie de l’Afghanistan ? Bien sûr, on y trouve de l’héroïne, mais le fentanyl est encore plus puissant et n’implique pas tout le travail de la culture du pavot, de la récolte et du traitement du jus de pavot. Et excusez-moi si je ne crois pas que la mort de militaires américains ou de ressortissants américains laissés sur place puisse être considérée comme une sorte de tragédie nationale ; c’est ce qui arrive généralement lors d’une retraite précipitée. Et depuis quand les Américains n’ont-ils pas abandonné leurs alliés locaux ? Les Kurdes du nord de la Syrie, que les Américains en retraite ont abandonnés aux Turcs toujours aussi amicaux, sont le dernier exemple qui me vient à l’esprit ; mais combien d’Américains se souviennent encore de cette époque ? C’est simplement une habitude des Américains, toujours.

Cette retraite précipitée signale, quelque part dans le subconscient profond (parce que la prise de conscience est trop douloureuse), la fin de l’économie de l’inutile dont les États-Unis sont de plus en plus dépendants depuis que Nixon a retiré le dollar américain de l’étalon-or il y a 50 ans. Cette maladie a peut-être été lente à se développer, mais elle est chronique, incurable et invariablement fatale. En 2021, le budget fédéral américain s’élève à 6 800 milliards de dollars et le déficit budgétaire à 3 000 milliards de dollars, ce qui signifie que pour chaque dollar dépensé, 44 cents sont imprimés pour exister. Il s’agit d’un niveau de morphine financière qu’on ne voit que dans les hospices.

À ce stade, aucune quantité de morphine financière ne permettra au patient américain de se lever de son lit, d’arracher l’intraveineuse de son bras et d’aller faire encore plus de ravages dans le monde, en semant la peur et le chaos. La peur et le chaos se trouvent maintenant au sein même des États-Unis. Les 753,5 milliards de dollars que les États-Unis dépenseront pour la défense en 2021 sont supérieurs aux dépenses combinées des neuf autres pays les plus dépensiers, mais ce n’est pas suffisant pour provoquer un chaos capable d’effrayer le monde entier et l’inciter à continuer à honorer le dollar américain dans le commerce international ou à investir dans des actifs libellés en dollars ; tout ce qui reste, c’est l’inertie financière et un peu d’excitation autour de la plus grande bulle boursière au monde, que la réserve fédérale américaine continue de gonfler désespérément.

L’angoisse mentale produite par cette situation a donné lieu à des images médiatiques terribles depuis l’aéroport de Kaboul. On ne tient pas compte du fait que le reste de l’Afghanistan est soudainement devenu plutôt calme, avec des talibans aux yeux brillants et à la barbe fournie, armés des dernières et meilleures armes américaines, qui patrouillent les marchés et les coins de rue. L’ISIS-K, les terroristes chouchous des Américains en Afghanistan, de la lignée de Ben Laden/Al Qaeda, se sont tus. Ils avaient l’habitude d’organiser régulièrement des attentats à la bombe à Kaboul, tuant régulièrement des centaines d’habitants, mais maintenant le seul endroit où ils font encore sauter des gens est l’aéroport, qui est comme par hasard la seule zone encore sous contrôle américain.

Les Américains ont eu la gentillesse de partager leur plan de bataille astucieux avec leurs alliés de l’OTAN, ce qui explique pourquoi Lord Pederast d’Angleterre et Madame Petite-Pute de France [En français dans le texte, NdT] (je ne veux pas me donner la peine de chercher leurs vrais noms) ont rendu publique la nouvelle de cette attaque terroriste bien avant qu’elle ne se produise. Treize militaires américains sont morts ; de nombreux autres locaux sont morts parce que les militaires américains survivants ont ouvert le feu sur les victimes. Personne n’a été traduit en cour martiale et personne n’a démissionné ; c’est la routine. La raison pour laquelle les garçons d’ISIS-K ont été chargés de cette mission est évidente. Les Américains ont besoin d’une raison pour écourter l’évacuation de leurs ressortissants et de leurs serviteurs afghans locaux, comme l’exigent les Talibans, et maintenant ils ont une excuse : la sécurité de leurs militaires est primordiale.

Le retrait américain d’Afghanistan était inévitable, mais ce qui a stupéfié et consterné le monde entier, c’est l’inimaginable maladresse de l’opération à tous les niveaux. Comparé au retrait soviétique, c’est une profonde humiliation nationale. Les Soviétiques se sont retirés en ordre de bataille, drapeaux flottants, et ont laissé derrière eux un gouvernement fonctionnel qui est resté au pouvoir pendant trois années supplémentaires, résistant avec succès aux efforts occidentaux pour le renverser, et qui n’est tombé que lorsque le soutien soviétique a cessé parce que l’URSS s’était effondrée – essentiellement à cause de la trahison de Gorbatchev. Mais les Afghans se souviennent des Russes et les aiment toujours, ils les appellent toujours “Shuravi” (Soviétiques) et sont reconnaissants à la Russie pour tout ce qu’elle a construit là-bas. L’ambassade russe à Kaboul est dotée d’un personnel complet et fonctionne normalement, maintenant des canaux de communication bien établis avec les Talibans. En revanche, au cours de leurs 20 années d’occupation, les Américains n’ont rien construit, ont détruit beaucoup de choses et sont maintenant presque universellement détestés et méprisés.

Je crois que l’extrême et apparente incompétence des Américains en Afghanistan est le résultat de l’effet corrosif des mensonges. Une fondation de mensonges est inévitablement fragile et ne peut être empêchée de s’effondrer que dans des circonstances soigneusement contrôlées. Par exemple, un oligarque véreux peut promouvoir un certain vaccin comme étant efficace contre un certain virus alors que son intention réelle est d’arrêter la croissance démographique en rendant les femmes stériles. Cela fonctionne parce que les structures d’entreprise peuvent être organisées autour d’une stratégie de gestion connue sous le nom  de théorie du champignon (les garder dans l’obscurité et les nourrir de merde). Mais cela ne fonctionne pas pour un empire militaire tentaculaire, où la vérité est inévitablement divulguée : les contradictions s’accumulent et le moral s’effondre. Un mensonge en appelle toujours un autre, et les erreurs commises, les efforts pour les réparer et les efforts pour les cacher deviennent alors sans fin. À un moment donné, les terroristes de la CIA combattaient les terroristes du Pentagone en Syrie. C’était vraiment gênant et difficile à cacher. Heureusement, les Russes ont réglé ce problème en les bombardant tous pour les faire tomber dans l’oubli.

L’occupation de l’Afghanistan a commencé avec les horribles mensonges du 9/11, s’est poursuivie avec les excuses ridicules et inventées pour l’invasion et a ensuite duré 20 longues années, chacune ressemblant à la précédente, les mensonges de chaque année s’empilant sur ceux des années précédentes. L’Amérique a dû rester à cause du terrorisme causé par les terroristes qu’ils ont d’abord organisés pour combattre les Soviétiques, puis gardés comme animaux de compagnie. Et maintenant, dire la vérité en Amérique revient à crier au feu dans un théâtre bondé. Ce pauvre vieux Joe Biden, dont le cerveau fait un tic-tac de plus en plus fort, qui a du mal à former une phrase cohérente, qui souffre de la charge écrasante de ces mensonges, ne peut rien faire de mieux que de se mettre en position fœtale au beau milieu d’une conférence de presse. Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait s’il cessait soudainement de mentir ? J’en frémis à l’idée ! Il serait prudent de garder des provisions de thorazine. Mais un tel accès de “glasnost” américain semble inévitable. Tôt ou tard, la vérité débordera de ce barrage géant débordant de mensonges. L’inondation qui s’ensuivra balaiera certainement tout sur son passage.

28 Août 2021, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 132 € sur 3000 €

faites un don