Décodage de la « menace nucléaire de Poutine »

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3776

Décodage de la « menace nucléaire de Poutine »

Cette phrase donne actuellement environ 6 590 000 résultats sur Google, elle doit donc être réelle – ou non ? Elle ne l’est pas. Mais apparemment, les personnalités les plus autorisées ont concocté un récit selon lequel Poutine, désespéré par la perte de Krasny Liman, un nœud ferroviaire situé dans le district de Kramatorsk de la République populaire de Donetsk, qui fait partie de la Fédération de Russie depuis hier, va s’emporter et attaquer les Ukrainiens avec des armes nucléaires tactiques. Puisque ce récit est faux, il doit y avoir quelque chose d’autre, comme un faux drapeau planifié par les États-Unis. Décortiquons ce récit et voyons où il nous mène.

Si vous n’avez jamais entendu parler de Krasny Liman, vous êtes pardonné pour cette ignorance géographique. Elle n’est remarquable que pour deux choses : un nœud ferroviaire et le fait que les Russes ont récemment décidé de s’en retirer tout en infligeant d’horribles pertes aux Ukrainiens qui attaquaient. En ce qui concerne les pertes sur le champ de bataille, le rapport 10:1 (10 Ukrainiens morts pour chaque Russe mort) semble se maintenir. Étant donné que la population russe est 4 fois plus importante et que la Russie fabrique toutes ses propres armes alors que l’Ukraine est obligée de compter sur la bonté d’étrangers, la victoire russe sur le champ de bataille est entièrement assurée. Krasny Liman et sa majestueuse gare ferroviaire seront repris en temps voulu, car ils se trouvent désormais en territoire russe, mais il n’y a aucune raison de se précipiter. Ce qui se passe actuellement en Novorossiya (c’est ainsi que s’appelait la région lorsqu’elle a été colonisée par les Russes, qui ont déplacé les nomades errants restant de l’empire de Gengis Khan) est une opération antiterroriste, les Ukrainiens et leurs partisans occidentaux étant les terroristes. Les troupes russes se fraient lentement un chemin vers la victoire, définie comme la libération de la Novorossiya des forces ukrainiennes et des mercenaires étrangers, qui sont, puisqu’aucune guerre n’a jamais été officiellement déclarée, des combattants illégaux, c’est-à-dire des terroristes.

Au cas où vous souhaiteriez contester ces définitions, ajoutons quelques faits juridiques parfaitement ennuyeux. La Novorossiya (qui comprend actuellement Donesk, Lugansk, Kherson et Zaporozhye, et qui devrait à terme inclure, au minimum, Nikolaev, Odessa et Dnepropetrovsk) a récemment voté lors d’un référendum sur l’adhésion à la Fédération de Russie. Les résultats ont été très largement favorables. Un référendum est un instrument juridique de démocratie directe par lequel un peuple fait connaître au monde sa volonté souveraine, telle qu’elle est inscrite dans l’article 1 de la Charte des Nations unies, à savoir : « le principe de l’égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes ». Il s’agit de droit international ; il y a aussi beaucoup de on-dit : le régime de Kiev prétend que ces régions sont séparatistes ; les séparatistes en puissance répliquent que le régime de Kiev est lui-même illégal, ayant été installé par les Américains lors d’un coup d’État violent et anticonstitutionnel en 2014. Mais pour Moscou, la Novorossiya fait partie de la Russie parce que son peuple l’a choisi, les Ukrainiens et divers mercenaires sur son territoire sont des terroristes à exterminer ou à expulser.

Vous vous demandez peut-être pourquoi ces aspects juridiques sont importants ici, étant donné que des obus explosent, que des gens meurent et que vous vous sentez obligé de courir partout avec les cheveux en feu dans une tentative futile de les faire cesser. Eh bien, bonne chance, mais pour les Russes, les questions de légalité dans les relations internationales sont d’une importance capitale. Quelque 80 % de la population mondiale qui ne fait pas partie de l’Occident collectif considère la Russie comme un précieux moyen de dissuasion contre les pratiques prédatrices de l’Occident (avec son « ordre international fondé sur des règles » dont personne n’a jamais vu, ni même ratifié, ce recueil imaginaire de règles). La Russie est désireuse de se positionner comme un partenaire digne de confiance agissant dans un cadre juridique mutuellement acceptable. Le succès d’organisations internationales telles que l’OCS et les BRICS, auxquelles de nombreuses nations souhaitent adhérer, témoigne de l’efficacité de cette approche. À l’inverse, les États-Unis sont perçus comme une nation renégate de plus en plus à la dérive, en proie à des conflits internes, et l’Union européenne comme un ramassis de ses laquais.

Ces préliminaires étant posés, examinons maintenant la nature de la « menace nucléaire de Poutine ». La brillante idée de concocter ce faux récit est venue de Poutine lui-même qui, lors de son discours à l’occasion de l’acceptation de la Novorossiya dans la Fédération de Russie, a déclaré ceci :

« Ceux qui se permettent de faire de telles déclarations à l’égard de la Russie, je tiens à rappeler que notre pays possède également diverses armes offensives, dont certains composants sont plus modernes que ceux des pays de l’OTAN. Et en cas de menaces contre l’intégrité territoriale de notre pays, pour la défense de la Russie et de notre peuple, nous ferons très certainement usage de tous les moyens en notre possession. »

Poutine n’a pas mentionné explicitement les armes nucléaires, mais il a mis en garde contre le chantage nucléaire et a déclaré, de manière inquiétante, que « la rose des vents peut pointer dans n’importe quelle direction », ce qui implique que les retombées nucléaires peuvent se propager dans n’importe quelle direction. Et cela a suffi à faire passer les médias occidentaux à la vitesse supérieure, les amenant à hyperventiler en permanence tout en crachant un flot ininterrompu de verbiage sur « la menace nucléaire de Poutine ». Mais il ne s’agit pas d’une menace – c’est une promesse, et pour plus de détails, il faut se reporter à la doctrine nucléaire russe qui énonce les conditions exactes dans lesquelles la dissuasion nucléaire russe sera utilisée : pas de première utilisation, et utilisation uniquement en réponse à une menace existentielle. Le retrait tactique temporaire de Krasny Liman et de sa charmante gare n’est pas une menace existentielle, loin s’en faut ; cela, ajouté à la clause de “non-utilisation en premier” de la doctrine nucléaire russe, garantit que la Russie n’utilisera pas d’arme nucléaire en réponse.

Si tel est le cas, que devons-nous lire dans la « menace nucléaire de Poutine », si ce n’est une excuse pour hyperventiler et fulminer à propos de la Russie-Russie-Russie, afin de détourner l’attention de la dette fédérale américaine de 31 000 milliards de dollars et d’autres désastres imminents ? Les États-Unis ont montré un penchant prononcé pour les faux drapeaux (le 11 septembre, où 3 gratte-ciel – WTC 1, 2 et 7 – ont été, si vous êtes crédules, abattus à l’aide de 2 Boeing ! ) et un penchant tout aussi prononcé pour l’utilisation d’explosifs nucléaires à des fins politiques (Hiroshima, Nagasaki, puis Fukushima, où une charge nucléaire profonde [depuis une fosse sous-marine, thèse défendue par l’auteur, NdSF] a été utilisée pour déclencher un tsunami qui a pratiquement mis fin à l’industrie nucléaire japonaise), le plan consiste peut-être à combiner les deux en faisant sauter Kiev et en tentant ensuite de faire porter le chapeau à la Russie. Étant donné que les États-Unis viennent de faire sauter les pipelines Nord Stream avec à peine une réprimande, pourquoi ne poursuivraient-ils pas leurs frappes terroristes ?

L’attaque nucléaire de Kiev résoudrait plusieurs problèmes pour les États-Unis. Premièrement, il ne serait plus nécessaire de continuer à soutenir Kiev militairement ou financièrement. Il n’existe actuellement aucun moyen de sauver la face en le faisant. Compte tenu de la défaite inévitable de Kiev, la situation est de plus en plus tendue. Deuxièmement, cela donnerait un coup de grâce à l’expérience ratée de l’unité européenne qu’est l’Union européenne : non seulement elle succombera à l’effondrement économique causé par son refus du gaz russe, ses sanctions anti-russes idiotes et ses projets d’énergie renouvelable insensés, mais elle devra également faire face aux retombées nucléaires ! Après cela, elle ne sera pas en mesure d’être un concurrent économique des États-Unis, en libérant une grande partie des ressources énergétiques rares et en voie d’épuisement. En outre, en rejetant la faute sur la Russie, comme le veut la tradition, les États-Unis pourront se laver les mains de l’horrible échec de leur politique ukrainienne des trois dernières décennies. Enfin, les États-Unis pourraient présenter le cadavre pourri de Kiev à la Russie comme une sorte de cadeau empoisonné, en espérant qu’un Kiev radioactif fera à la Russie ce qu’un Tchernobyl radioactif a fait à l’URSS.

L’enthousiasme américain pour cette entreprise devrait toutefois être tempéré par la constatation suivante : le développement du drone nucléaire russe, Poséidon, a maintenant atteint le stade du déploiement. Il a une portée presque infinie, peut se déplacer à 100 km/h à des profondeurs dont aucun autre sous-marin n’est capable, et transporte une charge nucléaire suffisamment importante pour déclencher un tsunami qui rayerait de la carte toute la côte Est des États-Unis, de Cape Cod à Cape Hatteras. Les Russes ont même déjà un nom pour la nouvelle étendue d’eau que ce tsunami creuserait : le détroit de Staline. Oh, et le concept original appartient à nul autre que cet homme de paix consommé, Andrei Sakharov. Si Poséidon ne suffit pas à faire réfléchir les fanatiques américains du faux drapeau nucléaire, il y a aussi Sarmat, qui se prépare à entrer en service. Mais je garderai cette histoire pour un autre jour.

Le 5 octobre 2022, Club Orlov  – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 505 € sur 3000 €

faites un don