De la Syrie à la Libye, démonstration ad absurdum et ad nauseam

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 868

Dans notre Bloc Notes d’hier sur la nouvelle situation de la Russie dans la crise syrienne (9 février 2012), nous citions des remarques de Vladimir Poutine du jour précédent. Faisant la parallèle avec la Syrie, le Premier ministre russe disait quelques mots sur la situation en Libye et la façon dont cette situation est aujourd’hui ignorée.

«Je comprends bien la nature de l'ancien régime libyen. On en a beaucoup parlé. Mais personne ne parle de la situation qui prévaut actuellement à Syrte et d'autres villes libyennes qui avaient appuyé Kadhafi. On y commet des crimes épouvantables et personne n'en parle, parce qu'il s'agit des conséquences horribles de l'ingérence étrangère armée. Cela pourrait arriver aussi en Syrie…»

• Le 9 février 2012, Russia Today, relayant une nouvelle de DEBKAFiles, développait ce qui devient l’évidence d’une intervention du bloc BAO en Syrie, sous la forme de forces spéciales d’encadrement quataris et britanniques. L’analogie avec la Libye est évidente, il s’agit bien du même “modèle”…

«British and Qatari troops are directing rebel ammunition deliveries and tactics in the bloody battle for Homs, according to an Israeli website known for links to intelligence sources. Four centers of operation have been established in the city with the troops on the ground paving the way for an undercover Turkish military incursion into Syria.

»The debkafile site said the presence of British and Qatari troops in Homs topped the agenda of Tuesday’s talks between Assad’s officials and head of Russia’s Foreign Intelligence Service Mikhail Fradkov. Qatar makes little secret of supporting the Syrian opposition with cash, arms and political support. Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani said in mid-January he is ready to send troops to Syria to stop the violence there. Britain insists it is not planning any military action against the Assad regime.

»The scenario painted by the report closely resembles Libya’s collapse into anarchy. UN Security Council resolution 1973 forbade any ground troops from intervening in Libya while creating a pretext for NATO to launch a bombing campaign against Muammar Gaddafi’s troops.»

• Le même article de RT est allé consulter un expert sur les questions du Moyen-Orient, qui en vaut certainement bien d’autres dans la myriade de ceux qui nous sont régulièrement proposés par notre presse-Système. Là aussi, nous n’aurons que fort peu de surprise, l’analyse découvrant une manipulation de l’opposition au président syrien Assad, soutenue par les experts du bloc BAO… «Ali Rizk, a Middle East expert talking live to RT from Beirut, described the UK and Qatari intervention as a sign of “how desperate the anti-Assad forces have become.” “After the Russian veto dealt a severe blow to their agenda, now they are in a state of desperation where they’ll probably stop at nothing to try and regain the momentum again,” said Rizk.

»He then linked the refusal of pockets of the opposition forces to negotiate unless Assad falls as part of a Western agenda to remove a political obstacle to their interests in the region. “For the West it’s not about negotiations; it’s about overthrowing a regime which is part of a border block which Western powers want to get rid of.” “The political stance is that if we overwhelm Assad we’ve dealt a severe blow to Iran’s presence and Hezbollah, two of Israel’s staunch enemies.”»

• Triste cerise sur la gâteau, le même Russia Today (RT) publie, le même 9 février 2012, un long article sur la question des victimes des troubles en Syrie, et la responsabilité à attribuer pour la “production” de ces victimes. La presse-Système unanime du bloc BAO les attribue à la répression du gouvernement Assad, tout comme elle attribuait unanimement les victimes de l’affaire libyenne au gouvernement en place, celui de Kadhafi. RT explore, à l’aide de diverses interviews de personnes identifiées, la situation de ce décompte des victimes et des responsabilités impliquées. L’article met en évidence les querelles internes qui viennent d’éclater à l’intérieur de l’organisation privée (ONG) qui est la principale source pour nous “informer“ sur cette question de qui est responsable de quoi dans la tuerie syrienne. Sans grande surprise, on commence à découvrir l’évidence de la manipulation faite, à l’intérieur de cette organisation avec des agents d’influence infiltrés, pour charger le gouvernement Assad. Bien évidemment, comme toujours dans cette sorte d’occurrence, la situation apparaît beaucoup plus contrastée, sinon complètement biaisée. L’évidence, toujours elle, montre un groupe manipulant les informations sur les victimes pour pouvoir justifier d’un appel à une intervention du bloc BAO en faveur des “rebelles”.

«High casualty numbers in Syria are reported daily by the media, even though a blackout makes them unverifiable. Things became murkier after a human rights site, which enjoyed frequent citations, split in two and began giving conflicting reports. The British-based Syrian Observatory of Human Rights (SOHR) is one of the most widely-quoted sources of Syrian casualty figures. However the group is currently experiencing an ownership row, which has left media outlets wondering how reliable this source is.

»Currently there are two sites, each claiming to be the official Observatory. The original one is in Arabic with an English version on Facebook. The splinter site was launched in December, with most posts in English. Both call each other impostors. They give different casualty reports – and a very different perspective of the crisis. The original site’s latest figures show just over 5,100 civilian deaths against almost 2,000 military casualties. The rival site claims well over 6,500 civilians have been killed and barely 600 troops. The numbers are not the only thing the two SOHR groups differ on though. Politics seems to be at the core of the split.

»The man behind the new site is Mousab Azzawi. He launched a smear campaign against the original Observatory co-founder Rami Abdulrahman. Azzawi revealed Abdulrahman’s real name and said his rival was linked to the Assad family, is unprofessional and barely related to the Observatory. He also accused the rival of hijacking the original site by changing all logins and passwords. The original Observatory says Mousab Azzawi used to translate for them, but then was fired after he falsely claimed to be an official spokesman for the group and called for foreign intervention into Syria.

»RT’s Ivor Bennet spoke to Hivin Kako, who is spokesperson of the original SOHR. “Azzawi group tried to pass some political view like calling for a no-fly zone and international intervention. We made it clear that we are against an intervention; we are against a no-fly zone. All we need is to stop the bloodshed that is going on in Syria,” she said…»

• Et tout cela pour quoi ? “Tout cela” ayant été exposé, et effectivement selon la suggestion d’une analogie avec les évènements tels qu’ils se déroulèrent en Libye jusqu’à la situation présente, on est fondé à se demander, pour en terminer avec la recherche de notre édification, quelle est la “situation présente” en Libye… Le même jour où Poutine faisait la déclaration citée plus haut, le New York Times publiait un long article de Anthony Shadid (le 8 février 2012). Il s’agit d’un long reportage sur la situation en Libye, qui, bien au-delà des seules villes citées par Poutine, embrasse l’entièreté du pays. Un seul mot pour résumer cette situation : chaos. Aucun signe que rien ne puisse changer, dans l’impuissance générale et le découragement à mesure. Nous citons le début du reportage et sa conclusion, avec comme devise extrêmement ironique et postmoderniste de la chose cette remarque d'“un officiel du gouvernement” (puisque “gouvernement” il semblerait y avoir), – “freedom is a problem”... Ploum ploum tra la la.

«As the militiamen saw it, they had the best of intentions. They assaulted another militia at a seaside base here this week to rescue a woman who had been abducted. When the guns fell silent, briefly, the scene that unfolded felt as chaotic as Libya’s revolution these days — a government whose authority extends no further than its offices, militias whose swagger comes from guns far too plentiful and residents whose patience fades with every volley of gunfire that cracks at night.

»The woman was soon freed. The base was theirs. And the plunder began.

»“Nothing gets taken out!” shouted one of the militiamen, trying to enforce order. It did anyway: a box of grenades, rusted heavy machine guns, ammunition belts, grenade launchers, crates of bottled water and an aquarium propped improbably on a moped. Men from a half-dozen militias ferried out the goods, occasionally firing into the air. They fought over looted cars, then shot them up when they did not get their way.

»“This is destruction!” complained Nouri Ftais, a 51-year-old commander, who offered a rare, unheeded voice of reason. “We’re destroying Libya with our bare hands.”

»The country that witnessed the Arab world’s most sweeping revolution is foundering. So is its capital, where a semblance of normality has returned after the chaotic days of the fall of Tripoli last August. But no one would consider a city ordinary where militiamen tortured to death an urbane former diplomat two weeks ago, where hundreds of refugees deemed loyal to Col. Muammar el-Qaddafi waited hopelessly in a camp and where a government official acknowledged that “freedom is a problem.” Much about the scene on Wednesday was lamentable, perhaps because the discord was so commonplace. “Some of it is really overwhelming,” said Ashur Shamis, an adviser to Libya’s interim prime minister, Abdel-Rahim el-Keeb. “But somehow we have this crazy notion that we can defeat it.”

»There remains optimism in Tripoli, not least because the country sits atop so much oil. But Mr. Keeb’s government, formed Nov. 28, has found itself virtually paralyzed by rivalries that have forced it to divvy up power along lines of regions and personalities, by unfulfillable expectations that Colonel Qaddafi’s fall would bring prosperity, and by a powerlessness so marked that the national army is treated as if it were another militia. […]

»But as on most nights, militias returned to contest other spots in the city, demarcating their turf. Like a winter squall, their shooting thundered over the Mediterranean seafront into the early hours. In the dark, no one could read the slogans in Quds Square. “Because the price was the blood of our children, let’s unify, let’s show tolerance and let’s live together,” one read. In the dark, no one knew who was firing.

»“What’s wrong with them?” asked Mahmoud Mgairish. He stood near the square the next morning, as a soft sun seemed to wash the streets. “I don’t know where this country is heading,” he went on. “I swear to God, this will never get untangled.”»

Notre commentaire

Ce qui est désespérant dans cette longue litanie de “révélations” qui ne révèlent rien du tout qui ne soit évident, c’est évidemment l’absence totale de surprise. Tout existe, tout se passe et se déroule, tout débouche sur les mêmes manipulations, les mêmes tromperies enchaînant sur les mêmes catastrophes, toutes choses que les appréciations les plus pessimistes et les plus indépendantes (les plus antiSystème, si vous voulez) ont annoncées depuis si longtemps et annoncent régulièrement, sans faire montre d’une lucidité particulière et en consultant simplement l’évidence de la vérité du monde. Encore plus que les montages et les opérations clandestines réalisées pour bâtir toujours la même narrative, – s’il existe un “modèle”, et éculé, c’est bien celui de la narrative du bloc BAO et de ses acolytes, – le fait le plus remarquable est l’absence totale d’enseignement tirées des aventures précédentes. Si l’on peut constater évidemment dans l’acte du bloc BAO une duplicité complète et générale, on pourrait alors attendre de cette duplicité qu’elle ne soit pas dépourvue de mémoire et d’intelligence, et qu’elle tire des enseignements des opérations passées pour rendre les opérations présentes plus efficaces. Admettons la duplicité, certes, comme une fatalité de la soi-disant realpolitik dont les experts font leurs choux maigres, mais espérons qu’elle ne soit pas complètement stupide jusqu’à répéter sans cesse les mêmes erreurs. Ce n’est pas le cas. Notre duplicité, en plus d’être ce qu’elle est, est d’une stupidité qui semble n’avoir pas de bornes, sans doute quelque chose comme “au-delà de la stupidité”, jusqu’à répéter mécaniquement les mêmes machinations entraînant mécaniquement les mêmes erreurs, débouchant mécaniquement sur les mêmes catastrophes, – et catastrophes pour elle-même (notre duplicité), pour ses propres plans. (La souffrance des gens, inutile et cruelle bien entendu, parsème le long chemin de cette stupidité catastrophique.)

Ainsi en revenons-nous aux caractères psychologiques des directions politiques du bloc BAO et des exécutants des opérations ordonnées par ces directions politiques, et de la position des uns et des autres par rapport aux pressions d’un Système qui les gouvernent totalement par son influence ; et Système qui est aujourd’hui suffisamment surpuissant et autonome pour générer sa propre politique aveugle de déstructuration et de dissolution selon des normes automatiques qui ne sont évidemment jamais soumises au feu de la critique interne et de l’expérience. Les psychologies de nos dirigeants sont trop faibles pour seulement mettre en question le contenu des pressions-Système qui s’exercent sur eux ; ils exécutent la chose en robots qui s’abîment dans leurs épisodes maniaques permettant de construire leur monde virtualiste justifiant la narrative centrale imposée par le Système. Les exécutants exécutent, sans plus s’interroger sur la forme de leurs interventions, ni sur le fait que cette forme duplique ce qui s’est déjà produit dans d’autres occurrences et a conduit à des catastrophes. Cette faiblesse psychologique générale empêche toute mémoire critique, voire toute mémoire tout court. Les décisions politiques sont totalement, on dirait presque (cas de la pathologie) cliniquement erronées, en plus d’être cruelles et illégales. La logique et les discours qui développent cette logique, pour justifier les décisions, deviennent extrêmement grotesques. Le “scandale”, c’est qu’un homme si élégant et au parler si caractéristique des élites françaises qu’un Alain Juppé puisse dire du veto russe à l’ONU que “c’est un scandale”. C’est en l’occurrence monsieur Juppé, “le plus intelligent de notre génération” comme disait Chirac, qui est un scandale d’aveuglement, de stupidité par ignorance, de grossièreté mensongère par faiblesse psychologique entraînant son épisode maniaque à lui par faiblesse habituelle.

Et maintenant, que fait-on ? Alors, Sarkozy décroche son téléphone et parle à Medvedev pour lui assurer que la France et la Russie sont des amies de longue et vieille date. Pour autant, rien n’est changé au programme de la catastrophe en cours. La compulsivité maniaque n’a ni bornes ni orientation, et le Système, lui, sait ce qu’il veut.


Mis en ligne le 10 février 2012 à 06H36