Comment les mutants font l’histoire

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1869

Comment les mutants font l’histoire

Nous avons tous tendance à nous laisser berner par une perspective : se rapprocher d’eux fait paraître les objets qui nous sont plus proches relativement plus grands que ceux qui sont plus éloignés. C’est également vrai de l’histoire : notre vision tend à être obstruée par les événements récents, ce qui nous fait accepter comme l’ordre immuable des modèles de création qui peuvent n’être qu’une aberration temporaire et transitoire. 

Il n’est pas utile que l’Histoire ne soit généralement qu’un ensemble d’histoires, concernant surtout des personnes remarquables et des événements importants, et pas du tout le genre de données très travaillées et abstraites qui nous permettraient de voir des modèles immuables. Pourtant, ces modèles existent, ils peuvent être perçus en regardant plusieurs milliers d’années d’archives archéologiques et d’histoire collectée, et ils nous en disent long sur ce qui se passe aujourd’hui et sur ce que l’avenir nous réserve probablement. Et la caractéristique la plus frappante de tout cela est que l’histoire est faite d’humains mutants alors que les humains normaux subsistent juste généralement selon ce que la nature et leur environnement local permet, sans laisser beaucoup de traces.

Les historiens et les archéologues se tiennent en haute estime et ont tendance à bavarder sur les civilisations et les cultures, mais si nous prenons leur travail dans son ensemble et le réduisons à des chiffres, nous découvrons que la plupart du temps et dans la plupart des endroits il n’y a vraiment pas beaucoup à écrire sur une civilisation et les cultures sont surtout des choses statiques qui tournent en rond, et seulement une fois, de temps à autre, quelque chose de notable se produit : l’émergence d’une nouvelle culture ou civilisation. Tout à coup, un petit groupe de tribus mongoles conquiert la moitié de l’Eurasie en organisant des tribus nomades en une grande armée, ou un petit groupe de tribus taïwanaises colonise de nombreuses îles de l’océan Pacifique en canoë à voile. D’autres tribus construisent des pyramides (GizehTeotihuacanChichen Itza) ou des complexes de temples (Angkor Vat), ou creusent des systèmes de canaux géants qui font fleurir les déserts. Mais de tels événements sont rares et aucun historien ne peut vous dire ce qui les déclenche ou ce qui détermine leur timing. Mais il y a une réponse claire et ce sont, en un mot, des mutants.

La réponse a été donnée par le chercheur  Lev Gumilëv  qui, après avoir  examiné longuement l’Histoire, a déterminé que l’apparition de tels écarts par rapport à l’équilibre homéostatique est constamment observée en des endroits situés le long d’une ligne qui ne s’étend que d’un côté de la planète. L’orientation de cette ligne est arbitraire ; par conséquent, elle n’est pas liée à quelque chose qui se produit dans le plan du système solaire. Les emplacements peuvent être séparés par des mers et des montagnes infranchissables ; par conséquent, ce n’est pas quelque chose qui s’étend le long d’une ligne mais quelque chose qui se déclenche indépendamment le long d’une ligne. Les développements déclenchés simultanément à différents endroits peuvent conduire à des résultats très différents et sans rapport les uns avec les autres ; par exemple, la philosophie analytique dans la Grèce antique, la religion (bouddhisme, zoroastrisme) en Inde et en Perse et l’éthique (confucianisme) en Chine.

Ces secousses de développement ne se produisent qu’une poignée de fois au cours d’un millénaire donné, ce qui fait de leur étude un sacré problème de recherche. Bien qu’il soit impossible d’obtenir des données fiables, nous pouvons formuler une bonne hypothèse de travail quant à leur cause : il s’agit d’explosions de rayonnement cosmique. La biosphère terrestre est entourée d’une  ionosphère  qui protège la vie des effets stérilisants et mutagènes de la plupart des rayonnements interstellaires. Certains rayonnements ionisants s’échappent, ce qui donne lieu à un taux de mutation faible et relativement constant. Mais il y a des événements plutôt énergiques qui se produisent sporadiquement dans la galaxie de la Voie lactée et au-delà – des étoiles qui deviennent des super novas, des trous noirs qui avalent de gros objets, etc. – qui produisent des jets de particules à haute énergie qui peuvent percer la  ionosphère. Les astrophysiciens se demandent pourquoi ils la percent le long d’une bande étroite (seulement quelques centaines de kilomètres de large), mais apparemment, c’est le cas, et quand cela arrive, cela provoque certaines mutations spécifiques dans le génome humain.

Les mutations qui se produisent tout le temps ne provoquent pas ce phénomène (certaines sont réparées par des mécanismes d’auto-correction d’erreurs génétiques) ou peuvent causer des malformations congénitales ou des anomalies du développement. Certaines mutations peuvent être bénéfiques, auquel cas elles peuvent donner un avantage reproductif à ceux qui en sont atteints et se propager progressivement dans une population. En général, les mutations sont sélectionnées pour leur capacité d’adaptation et leur meilleure adéquation entre un organisme et son environnement, ce qui lui permet de mieux maintenir l’équilibre homéostatique dans son coin de biosphère. Mais ces mutations particulières, qui résultent de la pénétration sporadique de rayons cosmiques dans la  ionosphère, ont un autre résultat : elles créent une impulsion passionnée pour un changement radical. Elles éloignent une population humaine de l’équilibre homéostatique et ne sont donc pas liées à la sélection naturelle. Ceux qui portent le gène mutant ne sont pas poussées par les pulsions habituelles de sécurité, de sûreté et de confort, mais par une impulsion folle, passionnée et frénétique pour de grandes actions. Ces mutants veulent la conquête, la gloire, l’accomplissement, l’immortalité ; ils ne sont pas motivés par l’intérêt personnel mais par la passion. Le gène mutant se propage rapidement et s’exprime sélectivement chez le mâle de l’espèce tandis que les femelles, à de très rares exceptions près, continuent comme avant. Cela indiquerait que le locus du gène mutant est le chromosome Y. Il n’est présent que chez les mâles, et il se transmet toujours de père en fils. Puisqu’il ne peut y avoir qu’un seul chromosome Y dans une cellule donnée, il ne contient aucun gène récessif. Le chromosome Y est la partie expérimentale du génome humain et un foyer de l’évolution humaine, qui change beaucoup plus rapidement que le reste du génome.

Lorsqu’une population voit son chromosome Y modifié par les rayons spatiaux, il s’ensuit une période d’incubation, que Gumilëv estime entre 100 et 150 ans (rendant encore plus difficile le problème de la détection de l’impulsion initiale). Cette période est marquée par un niveau croissant de meurtres et de mutilations au fur et à mesure que le gène de la nouvelle passion se répand dans la population, parce que ses porteurs ont tendance à être volatiles et à se battre à mort pour des offenses relativement mineures. Exacerbant cette tendance, ce gène semble aussi activer un système d’identification organique, construit autour de la relation binaire ami ou ennemi : alors que les individus passionnés rationalisent leur différence comme politique, religieuse, philosophique ou esthétique, en réalité ils combattent, et souvent tuent carrément, tous ceux qu’ils sentent inconsciemment comme différents d’eux. Nous ne savons pas sur quoi repose ce sens, mais nous pouvons facilement exclure tout ce qui est lié à la culture, car la culture peut muter alors que ce sens est fixe et doit donc être déterminé biologiquement. L’effet de ce qui semble être un massacre sans raison est d’établir l’homogénéité au sein de la population masculine et, à la fin du processus, aucun des individus passionnés ne déclenche plus les détecteurs d’amis ou d’ennemis des uns et des autres. Cela permet une cohésion interne fantastique et permet à des groupes de mâles d’agir comme une unité et de réaliser de grandes choses pendant la phase suivante.

Il s’ensuit plusieurs autres phases au cours desquelles une nouvelle ethnie se forme, se propage, conquiert, accomplit de grandes choses ou cause d’horribles dommages (ou les deux) et finit par s’éteindre. Selon l’estimation prudente de Gumilëv, l’ensemble du processus, de son émergence à son épuisement total, ne prend jamais beaucoup plus d’un seul millénaire. Ainsi, les  ethnies  européennes plus anciennes (pluriel d’« ethnos ») comme les Français et les Allemands sont très proches de leur fin, car la proportion d’individus passionnés en leur sein devient trop faible. Gumilëv distingue trois types d’hommes : les passionnés, les harmonieux (ce sont des hommes de famille solides qui se battent pour se protéger et protéger leur famille mais qui ne sont pas prêts à mourir pour la gloire) et les sous-passionnés (qui offrent une résistance minimale). Au fil du temps, le gène passionnel mutant étant sélectionné parmi la population (il est, après tout, mal adapté au maintien de l’équilibre homéostatique), il laisse derrière lui une grande proportion d’hommes sous-passionnés et une proportion relativement moindre d’hommes harmonieux (dont le nombre est réduit dans tous les épisodes passionnels qui se développent au fil des différentes phases, – auxquelles Gumilëv donne des noms évocateurs tels que soulèvement, surchauffe et rupture) qui peuvent à peine garder un minimum de cohésion et sont souvent entièrement anéantis par des envahisseurs relativement plus passionnés.

Il y a beaucoup plus à dire sur le sujet de la théorie de l’ethnogenèse de Gumilëv, mais je m’arrêterai ici, et je garderai la discussion sur la façon dont cela se rapporte aux activités contemporaines pour de futurs articles. Il y a deux points particuliers qui méritent certainement d’être explorés. L’un est ce qui se produit lorsque des groupes ethniques organiquement incompatibles sont forcés de vivre ensemble ; l’autre est le caractère sauvage de la technosphère et comment elle a évolué d’un outil à une force avec sa propre volonté et une intelligence émergente, où le contrôle de diverses parties de celle-ci passe d’un groupe ethnique à un autre en succession rapide.

 

Le 16 mai 2019, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 529 € sur 3000 €

faites un don