Chats dans une pièce sombre et encombrée

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4313

Chats dans une pièce sombre et encombrée

J’ai reçu des demandes de commentaires sur les récentes contre-attaques ukrainiennes, certaines personnes estimant que « le vent a peut-être tourné ». Il y a eu deux contre-attaques, l’une dans la région de Kherson, au sud, qui a été repoussée. Les forces ukrainiennes ont subi des milliers de pertes, remplissant tous les hôpitaux et morgues de la région et nécessitant des collectes de sang d’urgence. Cette petite attaque a coûté aux Ukrainiens une centaine de chars et autres véhicules, 4 000 morts et 8 000 blessés. Rassurez-vous, certains se réjouissent de la tournure des événements, en particulier ceux qui tirent profit du découpage des foies, des poumons et des reins des cadavres pour les expédier vers des cliniques en Israël et ailleurs en vue d’une transplantation (étant donné le grand nombre de victimes, cette activité est devenue une véritable industrie, au même titre que le blanchiment d’argent et la contrebande d’armes). Lors d’une autre attaque, censée être beaucoup plus réussie, le camp ukrainien a repris les zones autour d’Izyum et de Balakleya, avec des pertes tout aussi impressionnantes.

Comme il s’agit du seul cas où les Ukrainiens ont réellement gagné du terrain depuis le début de l’opération, certaines personnes ont immédiatement commencé à hyperventiler et à prétendre que les Russes allaient certainement être mis en déroute et chassés de Crimée. Je ne dirai pas cela et j’expliquerai plutôt pourquoi la Russie, qui a engagé peut-être 16 % de ses soldats professionnels (pas d’appelés ni de réservistes, mais un nombre croissant de volontaires), est en train de réussir sa mission de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine, d’assurer la sécurité de la région du Donbass et, au-delà, de faire évoluer ses relations avec l’Occident (si elles existent) vers une base plus équitable. Tout se déroule selon le plan, et bien que nous ne connaissions pas les détails de ce plan à l’avance (il s’agit normalement d’un secret d’État), nous pouvons discerner certains de ses détails au fur et à mesure de son déroulement.

Tout d’abord, il est important de noter que si, pour l’Occident, l’action en Ukraine est une« guerre totale » existentielle (comme l’a déclaré le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian), pour la Russie, il s’agit d’une opération militaire spéciale, et la Russie est prête à s’engager simultanément dans trois, voire quatre d’entre elles sans avoir à mobiliser ou à appeler des réserves. La raison pour laquelle il s’agit d’une question existentielle pour l’Occident est liée à l’énergie. Le pic pétrolier étant largement dépassé et le phénomène de la fracturation hydraulique aux États-Unis étant prêt à s’éteindre d’ici un an ou deux, le pétrole et le gaz russes, ainsi que de nombreux produits de base dont la production nécessite du pétrole et du gaz bon marché, sont absolument essentiels si l’Occident veut conserver ne serait-ce qu’une trace de sa position dominante dans le monde. Qui plus est, le pétrole et le gaz russes doivent être rendus très bon marché, alors qu’ils sont aujourd’hui beaucoup trop chers pour que l’Occident puisse maintenir sa capacité industrielle, avec des usines chimiques et métallurgiques, et même des boulangeries, qui ferment chaque jour. Ainsi, si l’Occident veut survivre, la Russie doit être détruite et son trésor de combustibles fossiles et d’autres matières premières doit être pillé.

Pour la Russie, le conflit remplit une toute autre série de fonctions. Premièrement, d’un point de vue politique, il est bénéfique pour la Russie d’étendre son territoire et de regagner certains des territoires russes les plus intéressants qu’elle a perdus au profit du pays fantaisiste et artificiel appelé Ukraine, qui s’est formé lorsque l’URSS s’est effondrée. Deuxièmement, étant donné le niveau d’hostilité anti-russe inculqué à la population ukrainienne, il incombe à l’armée russe de rendre ce qui reste de l’Ukraine le plus inoffensif possible, en détruisant sa capacité à faire la guerre et en la ruinant économiquement par la destruction de son infrastructure – transformant l’Ukraine en Uk-Ruine.

Le moment le plus propice pour le faire est avant que le mauvais temps ne s’installe, et avec lui ce qu’on appelle en russe “raspútitsa”, ou l’insécurité routière – un moment où les routes de terre se transforment en boue impraticable. Cela, plus quelques frappes à la roquette contre les routes, les voies ferrées, les ponts, les transformateurs électriques, les stations de pompage, les raffineries, les dépôts de carburant, etc., suffiront à faire en sorte que rien ne bouge ou ne fonctionne à l’arrivée de l’hiver. Cette partie du plan semble maintenant fonctionner et, à l’heure actuelle, de nombreuses régions d’Ukraine n’ont pas d’électricité en raison des récents tirs de roquettes.

La capture d’un maximum de territoire le plus rapidement possible n’est pas du tout avantageuse, car ce territoire devrait ensuite être contrôlé, défendu et reconstruit selon les normes russes, comme c’est le cas actuellement à Donetsk, Lugansk, Marioupol et Kherson. La capture et l’occupation de grandes villes comme Kharkov, Kiev ou Odessa auraient impliqué de devoir les approvisionner ; pourquoi ne pas laisser l’Occident le faire à sa place, et s’épuiser à essayer ? Une autre raison d’avancer lentement était de permettre à la population ukrainienne de faire son choix. Veulent-ils ne faire qu’un avec la Russie (comme à Donetsk, Lougansk et Kherson) ou souhaitent-ils rester des parasites occidentaux le plus longtemps possible, en nourrissant leurs fils autochtones, avec quelques mercenaires désemparés, dans le hachoir à viande qu’est le front oriental ?

Une raison similaire d’avancer lentement est liée aux tendances pro-occidentales d’une partie petite mais influente de la population russe, concentrée dans quelques grandes villes (Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg et quelques autres). Ces personnes ont été conditionnées, au cours des 30 dernières années, à admirer et à singer l’Occident et sont naturellement poussées à s’en rapprocher, jusqu’à commettre une trahison contre leur propre pays. Certains d’entre eux, qualifiés de manière hilarante de « patriotes effrayés » par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ont fui à l’Ouest ou en Israël dès que la Russie a annoncé son opération spéciale. Beaucoup d’entre eux sont revenus depuis, ainsi que de nombreux Russes qui vivaient à l’Ouest. Il faut du temps pour que toutes ces personnes réalisent qu’il n’y a plus rien de bon pour elles dans un Occident de plus en plus sauvage et que la Russie est le meilleur endroit pour elles.

Ensuite, ils doivent effectivement rentrer chez eux, ce qui est rarement un processus facile. Les gens doivent trouver un emploi, un logement, parfois mettre leurs papiers en règle, expédier leurs affaires, etc. En ce moment, les écoles de Saint-Pétersbourg et de Moscou voient affluer des enfants qui ont été chassés des écoles du Royaume-Uni, des États-Unis ou du Canada. Ils sont souvent désorientés, mal socialisés et généralement en retard dans toutes les matières sauf l’anglais. Le processus de retour se complique : il n’y a plus de vols directs, les conteneurs contenant des biens doivent être expédiés via des pays tiers et les fonds ne peuvent souvent pas être virés directement en raison des sanctions. Les Russes sont réputés pour leur témérité, ils se retrouvent souvent coincés dans des endroits risqués et donnent des maux de tête au ministère des affaires étrangères lorsqu’il s’agit de les secourir. Je me situe probablement à l’extrême opposé, ayant fait revenir ma famille il y a cinq ans avant que cela ne devienne absolument nécessaire.

Dans l’ensemble, la Russie a tout intérêt à entretenir des relations extrêmement hostiles avec l’ensemble de l’Occident (tout en continuant à entretenir des contacts à un niveau inférieur avec des pays de l’UE plus amicaux comme l’Italie ou la Hongrie) mais à ne pas trop précipiter les choses afin de tirer un maximum de profits de la hausse sans fin des prix du gaz naturel et des matières premières et de négocier des accords commerciaux aussi avantageux que possible avec les pays amis. Après cet hiver, la plupart des Européens auront compris qu’il n’existe aucun substitut à l’énergie et aux autres ressources russes, que leurs dirigeants, dont beaucoup manquent de connaissances économiques de base et sont carrément des actifs américains, soient ou non spécifiquement payés pour ne pas comprendre ce simple fait. Il serait avantageux pour la Russie de faire que ces clowns ne sont pas réélus, mais un autre fait simple est que l’avenir de la Russie se trouve à l’Est, pas à l’Ouest, et aucune excuse sincère ne compensera la dégradation et la décadence désormais évidentes de l’Ouest ou son long passé à encourager et choyer les nazis, plus récemment les nazis ukrainiens.

Dans cette optique, même le récent revers dans la région de Kharkov, qui s’est traduit par la reddition d’Izyum et de Balakleya, présente certains avantages. Il a contribué à clarifier davantage la situation sur le plan politique : les personnes qui se sont montrées hystériques, affirmant que « tout est perdu » ou que « c’est le début de la fin pour la Russie » juste parce que quelques dizaines de kilomètres carrés ont changé de mains au prix de milliers de vies ukrainiennes se sont essentiellement révélées être, pour le moins, indignes de confiance et peu fiables, et ont reçu leur propre prix Darwin dans l’écosystème politique russe. Un simple calcul à l’envers montre que si l’Ukraine devait reconquérir l’ensemble de son territoire avec des pertes similaires sur le champ de bataille, sa population serait réduite à zéro bien avant d’atteindre cet objectif.

L’opération militaire spéciale russe en Ukraine, qui en est maintenant à son sixième mois, a réussi à “libérer“ (si vous acceptez le terme russe) environ le tiers de la population et du territoire ukrainien qui a le plus de valeur, tout en maintenant un désavantage de trois contre un en termes de nombre de troupes par rapport à la partie ukrainienne et malgré l’avance de huit ans des Ukrainiens dans l’établissement de positions défensives fortifiées. Il s’agit d’un exploit sans précédent dans les annales de la science militaire. Tout au long de cette période, la stratégie russe a été conçue pour minimiser les pertes parmi les militaires russes et la population civile. Pendant ce temps, les pertes du côté ukrainien ont été très élevées, une grande partie du contingent initial n’étant plus en vie ou n’étant plus apte à l’action. Les chiffres exacts resteront secrets jusqu’à la fin de l’opération, mais les estimations informelles du taux de mortalité sont de l’ordre de dix pour un. La dernière innovation, qui consiste à céder des portions de territoire sans grande valeur à un assaut ukrainien, puis à les reprendre comme d’habitude, porte ce ratio à cent pour un.

Pour expliquer, laissez-moi utiliser une analogie. Supposons que votre travail consiste à débarrasser des chats sauvages une grande pièce mal éclairée et encombrée. Vous devez attraper chaque chat par la peau du cou et le mettre dans un sac. Il y a trois tactiques possibles que les chats peuvent déployer. La première consiste à essayer de se cacher de vous, en vous obligeant à déplacer les meubles lourds pour les éloigner des murs et à dégager les passages afin que vous puissiez les trouver et les faire sortir de leur cachette. Cela revient à faire exploser les Ukrainiens hors de leurs positions fortifiées. La seconde est qu’ils essaient de s’enfuir, ce qui vous oblige à les poursuivre, quitte à trébucher sur des meubles et à vous blesser. C’est l’équivalent d’avancer en soumettant les Ukrainiens en retraite à des barrages d’artillerie. Et la troisième consiste à provoquer les chats et à les inciter à essayer de vous attaquer. Si vous êtes bien habillé et agile (bonne armure et stratégie défensive très mobile), vous devriez pouvoir attraper les petits chats et les mettre dans le sac, combattre les plus gros, et quitter rapidement la pièce avec un sac plein de chats, en ayant juste subi quelques morsures et griffures.

Ainsi, la stratégie consistant à gagner, puis à reculer, puis à regagner des portions de territoire non critiques est supérieure à la fois à l’arrachage de positions retranchées à l’aide de l’artillerie et à la progression constante pendant que les Ukrainiens se retirent. Certains déplorent le sort des civils pris dans les feux croisés. Ces civils ont eu la possibilité d’être évacués vers la Russie, où des camps ont été mis en place pour les accueillir, avec de la nourriture, des médicaments et tout le nécessaire, pour attendre la fin des hostilités. Ceux qui ont choisi de rester sont ceux qui ne veulent pas décider s’ils veulent être avec la Russie ou avec l’Ukraine ; dans ce cas, pourquoi les Russes devraient-ils se soucier particulièrement de risquer leur propre vie pour défendre la leur ?

Une note historique sur la parcelle de terrain récemment cédée par les Russes : Balakleya, du turc « rivière aux poissons », est mentionné pour la première fois dans une chronique en 1571, comme un avant-poste défensif de l’État de Moscou. Il s’agissait initialement d’une colonie de Tatars de Crimée, remplacée par un avant-poste cosaque en 1663. Il correspond à la définition d’un territoire non critique. C’est beaucoup moins important que de chasser les Ukrainiens de Donetsk, afin qu’ils ne puissent plus bombarder continuellement ses écoles, ses hôpitaux et ses marchés avec des armes fournies par les États-Unis.

Mais ce ne sont là que des détails mineurs. Le panorama général est celui d’un grand hiver de mécontentement occidental, avec un manque de chaleur, des pénuries d’électricité, une nourriture chère et de plus en plus rare et un grand spectacle de dysfonctionnement financier, économique et politique. Une fois la neige fondue, nous nous retrouverons dans un nouveau monde courageux dans lequel, espérons-le, l’Occident collectif deviendra soudainement beaucoup plus raisonnable et plus enclin à rechercher un arrangement pacifique avec ceux dont la survie dépend de leur gentillesse. Voici le point de vue lyrique de Gazprom à ce sujet.

Le 12 septembre 2022, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone