Centralité de la crise du JSF

Faits et commentaires

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 141

Centralité de la crise du JSF

17 juin 2010 — Où est passé le JSF ? Il va mal, merci, comme d’habitude … Diverses nouvelles, ces derniers jours, sont venues renforcer d’une façon convaincante le dossier du programme, dans divers domaines qui contribuent à mettre en évidence sa diversité crisique florissante. Le programme JSF s’impose toujours davantage comme le rassembleur et le l’expression à la fois de de la crise générale que représente le fonctionnement normal du Pentagone (Moby Dick). Le programme JSF est désormais une structure crisique en lui-même, comme le Pentagone lui-même, mais il tend à affirmer sa centralité à cet égard.

Au-delà des diverses nouvelles récentes du programme, son évolution actuelle, à la lumière d’un mouvement puissant qui démarre au sein du Congrès US, doit être déplacée de sa seule spécificité pour être complètement assimilée à l’évolution du Pentagone. Le JSF est désormais le Pentagone. Les diverses nouvelles ci-dessous mesurent l’état de différents aspects de développement du programme.

• Nouvelles du Canada, d’abord, sur les méthodes et les comportements des acteurs du programme, y compris internationaux dans ce cas (pour nous rappeler que nous sommes dans un “bloc” américaniste-occidentaliste). Un document interne du gouvernement Harper, obtenu par le journal Globe and Mail et publié le 11 juin 2010 illustre les procédures d’exclusivité et d’engagement forcé auxquels se sont soumis avec empressement les gouvernements alliés engagés dans le programme.

«The Harper government is refusing to open up the $16-billion purchase of 65 new fighter jets to a competition because of the potential negative reaction in the United States and other allied countries, internal documents show. […]

»According to secret cabinet documents obtained by The Globe and Mail, officials are well aware that any move to open up the process to a competition could push the manufacturers of rival jets, such as the Boeing Super Hornet and the Eurofighter Typhoon, to lower their prices.

»In addition, the government is expecting a “negative réaction” to the fact that the contract is set to be awarded without a competition. But as the process is going through a series of cabinet committees, federal documents show that ministers are being urged to go along with an existing memorandum of understanding with U.S.-based manufacturer Lockheed-Martin.

»One of the government's major arguments is that a competition could hurt Canada's reputation among the other countries that have been involved in Lockheed-Martin's massive Joint Strike Fighter (JSF) program since the 1990s. “Competitive process would send signal to US/partners that we are not fully committed to JSF,” stated the Canadian government, which has been involved since 1997.

»The government added that the F-35 is deemed to be the only aircraft to meet Ottawa's requirements, as spelled out in the 2008 “Canada First” defence policy. The F-35 would be the first jet in the Canadian Forces with radar-evading stealth capabilities, with the 65 new fighters replacing the current fleet of 80 CF-18s starting in 2017.

»Finally, the government has obtained assurances that its position on a sole-sourced contract cannot be legally challenged by rival manufacturers.

»“Public Works legal opinion confirms suitability of invoking an exemption in Government Contracting Regulations because only one aircraft meets the [Canadian Forces'] operational requirements,” a federal document states. […]

»In that context, officials said, the potential bids from Boeing and Eurofighter would be based on inferior "fourth generation" aircraft…»

• Puisque le Canada a choisi “le meilleur avion du monde” et l’a investi d’une telle vertu qu’il le déclare hors de toute concurrence possible, voici encore quelques nouvelles à ce propos, concernant les capacités de l’avion… Il s’agit d’indications venues de InsideDefense.com, reprise le 10 juin 2010 par le site ELP Defen(c)se.

«Via insidedefense.com (subscription)…

»“DOT&E: Design Changes Expose JSF To ‘Leading Cause Of Combat Aircraft Loss’”

»“A controversial design change to the Joint Strike Fighter made by the F-35 Joint Program Office, intended to reduce weight and save money, will render the $382 billion centerpiece of the U.S. military’s tactical aviation fleet vulnerable to a “leading cause of combat aircraft loss” — catastrophic engine damage caused by light anti-aircraft artillery, according to the Pentagon’s top weapons tester.”

»“New details about decisions to trim 11 pounds and $1.4 million from each aircraft by removing shutoff valves for engine coolant and hydraulic lines and five of six dry bay fire-suppression systems are spelled out in a set of previously unreported communications to Congress from a senior Marine Corps general and the Defense Department’s chief weapons tester.”»

• Un rappel utile venu de Bob Cox, spécialiste du JSF au Star Telegram de Fort-Worth, le 12 juin 2010. Le Star Telegram de Fort-Worth devrait naturellement être un défenseur du JSF puisque c’est dans cette ville que sont installées les usines Lockheed Martin qui produisentl'avion, faisant de Fort Worth une ville essentiellement dépendante de LM. Son appréciation générale doit être perçue à cette lumière.

«It should have come as no surprise when the Pentagon recently reported that the cost of developing and building the F-35 joint strike fighter will probably be double the original cost estimate.

»Long before the JSF development contract was awarded to Lockheed Martin in October 2001, observers warned that the Defense Department was moving too fast, that the technology was unproven, that the schedule was way too ambitious and that the cost estimates were wildly optimistic.

»And that's pretty much what Ashton Carter, the Pentagon's top weapons buyer, told Congress recently to explain why the average cost of acquiring each F-35 had soared from $62 million in 2001 to $155 million, according to the latest estimates. […]

»Lockheed has made progress getting airplanes built and into flight testing, which in some cases was as much as a year behind schedule. But even at the current pace, the company will have completed only about 5 percent of planned testing by year's end.

»Once due to be completed by 2012, flight testing now is scheduled to last until 2016, meaning that much remains to be learned about the aircraft and its systems and that much could be discovered to be wrong and costly to fix.»

• Là-dessus, ajoutons la représentation faite par le Pentagone à propos du mode de gestion de Lockheed Martin du programme JSF. Après 17 années passés sur ce programme, et, on l’espère, une surveillance à mesure du Pentagone, voici que ce dernier, Moby Dick soi-même, maître en gestion efficace s’il en est, avertit LM d’avoir à changer presto subito son mode de gestion absolument calamiteux (cela, c’est justice même) sinon on arrête de payer… Dans Business Week, cette nouvelle de Tony Capaccio, de Bloomberg.News, ce 15 juin 2010.

«The U.S. Defense Department will withhold payments from Lockheed Martin Corp. starting as early as next month if the company doesn’t submit a suitable plan for fixing problems in its system for tracking contract costs and schedules, procurement director Shay Assad said.

»The plan is due by June 30 and a decision will come about three weeks later on whether the world’s largest defense contractor has demonstrated it can fix the problems within six to nine months, Assad said in an interview. If the plan is deemed unacceptable, “We are going to take action to withhold funds,” he said. “The department will assess all available contractual and regulatory remedies at its disposal.”»

Le porte-parole de LM ayant affirmé que LM travaille en parfaite coopération avec le Pentagone et développe des méthodes de gestion qui lui paraissent (au porte-parole) parfaitement acceptable, Assad réagit pour le Congrès… «“I think they believe they are making a good-faith effort to address” the problems with the tracking system, Assad said. “But from my perspective, frankly, it’s just not been timely or sufficient.” “On as big a program as” the F-35 “you would think they would have” the tracking system “under control,” Assad said.»

• Dernières nouvelles, pour nous rassurer, de Aviation Week & Space Technology [AW&ST] ; c’est-à-dire plus de nouvelles dérangeants du tout du JSF depuis la mise au pas de Bill Sweetman. Comme tout est grand à propos du JSF, on peut admettre que AW&ST, parangon du journalisme professionnel et de probité, a effectivement pratiqué l’une des plus grossières et sordides opération de censure en toute bonne conscience de l’histoire de la presse citée en exemple. Curieusement, – et le diable en rit déjà, – cette mesure intervient un peu tardivement pour être efficace…

Notre commentaire

@PAYANT Dans cette avalanche de nouvelles, on dispose d’à peu près tout ce qu’il faut savoir des multiples facettes de cette usine à gaz qu’est le JSF. Le document canadien est stupéfiant d’ingénuité imbécile et servile, tout cela servi dans un langage technocratique exprimant sérieux et satisfaction de soi. Cela, pour nous montrer combien le JSF est une opération de subversion à la mesure de la planète, contre les capacités de sécurité et d’indépendance du bloc américaniste-occidentaliste. Le plus remarquable est qu’ils en font des notes internes pour expliquer sans nulle précaution cette “politique” d’abdication, que la presse parvient finalement à se procurer.

Il apparaît que l’usine à gaz avait été identifiée en tant que telle dès le début et avait pour autant conquis tout son monde, sans que personne ne se pose la moindre question. Belle opération, qui a fait l’admiration envieuse des avionneurs “concurrents” qui n’ont jamais été autorisées à concourir contre le JSF dans les règles approximatives de la concurrence, tout cela pour déboucher sur la catastrophe présente où le Pentagone donne un délai de 15 jours à LM pour mettre en place une organisation de contrôle d’un programme que LM développe depuis 17 ans, qui atteint $388 milliards (dernier chiffre en cours, selon une courbe de progression équivalente à la courbe d’évaluation de la fuite du “oil spill” au fond du Golfe). Tout cela est dit sans l’ombre d’un soupçon sur l’équilibre des choses, et en décernant le prix de la “bonne foi” à Lockheed Martin. Il faut dire, bien entendu, qu’instituer Moby Dick juge de la capacité de gestion de LM, c’est demander à Charles Lucky Luciano d’enquêter sur la probité des comptes de Al Scarface Capone pour instruire son dossier.

Il nous semblerait que le JSF a définitivement franchi un palier, et l’élimination à-la-soviétique de l’excellent Bill Sweetman est une mesure infâme, mais qui se définit dans sa chronologie comme “trop peu, trop tard”. Internet (Sweetman et quelques autres) a fait sa part de boulot et la réalité du programme est désormais accessible à l’œil nu et disponible dans toutes les bonnes documentations des affaires courantes du système. La bagarre est ouverte entre le triangle infernal LM-Pentagone-Congrès, chacun se renvoyant la balle de l’accusation d’avoir conduit le programme dans ce marigot sans fond. Le JSF est désormais l’Afghanistan des programmes d’armement, – ou bien est-ce, par autorité de l’antériorité, l’Afghanistan qui est le JSF des aventures extérieures de l’américanisme ? Que LM/Moby Dick en soient, en plus de leurs échanges sur l’installation d’une gestion acceptable d’un programme vieux de 17 ans, à dégrader les capacités opérationnelles de l’avion pour empêcher l’explosion des coûts de faire exploser le programme est une situation absolument sans précédent dans l’histoire et les habitudes de la bureaucratie de la sécurité nationale US. (Les capacités opérationnelles ont toujours constitué, à tout prix, l'impératif exclusif de la bureaucratie de sécurité nationale US.) Cette situation marque la décadence accélérée de cette bureaucratie, et son impuissance grandissante à mesure qu’elle reçoit toujours plus d’argent, comme si son budget était devenu un budget de promotion de l’incapacité à désormais être encore ce qu’elle fut en substance, et ce pourquoi elle fut créée et développée. Le développement du JSF est une mesure parfaite de “la chute de l’empire américaniste”.

Désormais, le programme a dépassé le champ des programmes d’armement. Il est devenu un des phénomènes centraux de l’écroulement du système, à égalité avec l’Afghanistan, l’“oil spill” et quelques autres choses du même gabarit, mais avec pour lui la durée, la persistance, l’assurance buté dans la poursuite du catastrophisme américaniste. Autour du phénomène, les différents acteurs, le pauvre Gates en premier, sont comme “les scélérats” de la Révolution française tels que décrits par Maistre, impitoyablement éliminés s’ils veulent changer quelque chose, obligés de suivre la chute vertigineuse et finale de la chose.

…On se demandera longtemps pourquoi l’inénarrable et pourtant parfois avisé Loren B. Thompson passa cette nouvelle qui n’en est vraiment pas une pour un blog d’information sur la défense, le 11 juin 2010 sur le Early Warning du Lexington Institute. Concernant la situation actuelle des USA et ses craintes à cet égard, Loren B. citait le grand ancêtre, Abraham Lincoln, dans son premier discours après sa première élection à la Chambre, au Young Men's Lyceum de Springfield, dans l’Illinois:

«At what point shall we expect the approach of danger? By what means shall we fortify against it? Shall we expect some transatlantic military giant, to step the Ocean, and crush us at a blow? Never! All the armies of Europe, Asia and Africa combined, with all the treasure of the earth (our own excepted) in their military chest; with a Buonaparte for a commander, could not by force, take a drink from the Ohio, or make a track on the Blue Ridge, in a trial of a thousand years.

»At what point then is the approach of danger to be expected? I answer, if it ever reach us, it must spring from among us. It cannot come from abroad. If destruction be our lot, we must ourselves be its author and finisher. As a nation of freemen, we must live through all time, or die by suicide»

Même si l’on s’interrogera longuement sur le sens de cette démarche, d’un autre côté, et se fondant sur l’intuition, on aura bien vite compris, car nous nous permettons effectivement d’interpréter ce que Loren B. n’ose penser tout haut… Commis à ne dire que du bien du JSF par ses émoluments chez LM, Loren B. trouve ce moyen subliminal pour nous dire ce qu’il pense en réalité du susdit programme JSF ; mais plus encore, du programme JSF, effectivement comme représentation de la situation du Pentagone, et des USA en général, – le spectre d’un “national suicide” et, dans tous les cas, d’un “crash du Pentagone. Bravo, Loren B.

…Effectivement (suite), aujourd’hui, il faut, pour comprendre le JSF, s’intéresser en réalité au sort du Pentagone, c’est-à-dire au sort des USA.

Tension, JSF et Moby Dick

D’abord, il faut voir combien la tension monte entre le secrétaire à la défense Gates et le Congrès, par exemple, – un parmi d’autres, – à cause du conflit de l’Afghanistan et des réticences de la Chambre à voter les fonds nécessaires à la poursuite de ce trou sans fond. Si la Chambre ne vote pas les crédits d’ici le 4 juillet, dit Gates, il se trouvera obligé, selon ses propres termes, de “faire des choses stupides”, – comme licencier du personnel civil ou suspendre le paiement des salaires d’un certain nombre de soldats pour siphonner de l’argent et continuer la guerre… Ambiance.

C’est dans ce cadre qu’il faut placer le destin du JSF, et il faut le placer à la lumière des récentes initiatives annoncées, de tentatives pour des réductions radicales du budget du Pentagone ($1.000 milliards en dix ans). On a vu que la coalition qui lance ce projet est solide, bipartisane, faite d’hommes qui n’ont pas froid aux yeux et qui ont prouvé qu’ils savaient manœuvrer et former des majorités au départ improbables. Le Congrès lui-même, aujourd’hui, après avoir subi le chaos des extrémismes divers, est dans un état qui oscille entre la paralysie et d’éventuelles audaces par inadvertance, et sans mesure des conséquences. Concernant l’Afghanistan, comme l'on sait même si on l’a fort peu dit, on est passé il y a exactement un an à deux doigts d’un refus des crédits supplémentaires pour la guerre, et la farce tragique recommence aujourd’hui, en pire, en plus grave…

C’est dans cette atmosphère qu’est lancé l’effort de la coalition signalée plus haut. Si un homme comme Ron Paul s’allie à un Barney Frank, c’est qu’il pense pouvoir arriver à quelque chose et que gauche (Frank) et droite (Paul) commencent à se rapprocher par leurs franges extrêmes, pour former des initiatives capables de s’imposer dans le désarroi général. Aujourd’hui, le Pentagone est la cible privilégiée dans une situation où les USA sont écrasés par une dette qui se compte en “$trillions”. Au cœur du Pentagone, le JSF trône, comme l’emblème d’un temps de gaspillage, de corruption, de chaos de la gestion qu’il faut tenter à tout prix de briser.

C’est dans les auditions à venir concernant le JSF, dans le cadre des habituelles auditions sur le budget du Pentagone ou à l’occasion de l’un ou l’autre événement exceptionnel, qu’on va pouvoir mesurer la capacité d’influence de cette coalition. Des sources à Washington rapportent que Winslow Wheeler a laissé entendre qu’il y aurait un effort important de fait pour ralentir radicalement le JSF dès cette année (pour le budget commençant en octobre 2010), pour tenter de ramener ses crédits au schéma proposé dans le rapport réalisé pour la commission, auquel le même Wheeler a participé (réduire de $10,4 à $3 milliards les crédits de ce programme pour l'année considérée). Cette poussée éventuelle pourrait bouleverser, à la rentrée prochaine la guérilla en cours pour un second moteur ou pas du JSF, pour aller brusquement vers un affrontement radical. Il faut prendre cette observation, pour l’instant, pour une hypothèse, mais elle n’est pas sans fondement.

Ce qu’il faut surtout voir, c’est que la crise du JSF, loin d’être noyée dans la crise du Pentagone, devient la crise emblématique de la crise générale du Pentagone. Certains réformistes derrière la coalition Frank-Paul ont conclu que le JSF était le coing idéal par où l’on pouvait faire une brèche dans les positions des défenseurs du Pentagone tel qu’il fonctionne actuellement, pour introduire le venin fatal de la réforme radicale. En tout état de cause, le JSF est au cœur de la bataille du Pentagone, dans une situation d’urgence extrême qui ne cesse de se détériorer, dans une situation générale d’extraordinaire instabilité politique des USA, que l’“oil spill” autant que l’Afghanistan alimentent de concert aujourd’hui.

Tout cela se place contre toute l’expérience qu’on a des coutumes washingtoniennes et des processus bureaucratiques et parlementaires, autant que de la priorité qui est accordée aux questions de sécurité nationale. Mais cette expérience est d’un autre temps. Les USA sont en cours de déstabilisation accélérée, selon un délai qui se compterait plutôt en mois qu'en années. La nouvelle crise, de type eschatologique, du “oil spill”, se politique à une vitesse considérable. Du point de vue du climat et de la pression psychologique, ce serait la goutte d’eau fameuse qui fait déborder le vase, la goutte de ce qu’il reste d’eau non polluée dans le Golfe du Mexique. La pression psychologique est si forte que l’effet de la crise touche tous les domaines, s’installe dans la structure crisique washingtonienne, contribue à peser sur toutes les crises constituant cette structure. Le Pentagone est une des crises favorites de cette structure et, à l’intérieur de lui, le JSF a une place absolument privilégiée.


Donations

Nous avons récolté 1080 € sur 3000 €

faites un don