BHO et l’ordre de “tuer” Ron Paul

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 982

Le site de la station iranienne PressTV.com annonce que des sources des services de renseignement russes (FSB) ont donné des indications sur une “lettre secrète” (en date du 1er décembre) du Premier ministre japonais Noda au Premier ministre russe Poutine concernant une consigne présidentielle du président Obama, dite “kill order” contre Ron Paul. Le but de cette instruction est d’imposer le silence le plus complet possible concernant le candidat Ron Paul à la désignation du parti républicain, – ce qu’on connaît déjà largement sous l’expression de “Ron Paul Blackout”.

Ces informations auraient été données au Premier ministre japonais par BHO lors du dernier sommet de l’ASEAN, et la raison de cette consigne contre Ron Paul serait l’exposition publique que le parlementaire-candidat fait et ferait (fera) encore, et de plus en plus on l’espère, des manipulations extraordinaires de la Federal Reserve et du gouvernement washingtonien dans le cadre de la crise financière. Les indications sont données ce 5 décembre 2011 par PressTV.com.

«Russia's Federal Security Service (FSB) reported on Dec. 1 that the “secret letter” sent to Prime Minister Putin by Japanese Prime Minister Yoshihiko Noda contains a warning that United States President Barack Obama has issued an executive-level “kill order” against U.S. Congressman Ron Paul over fears this charismatic politician, who many believe could capture the Republican Presidential 2012 nomination, is about to expose to all Americans what can only be described as the largest mass theft in human history.

»The “kill order” is a metaphor for silencing down Congressman Ron Paul in the mass media as if he doesn't exist.

»According to this report, Prime Minister Noda first became aware of this “kill order” after a private meeting with Obama at last week's ASEAN Summit meeting in Indonesia when the American President expressed his “unconstrained joy” over the toppling of the Greek and Italian governments in bloodless coups by EU banksters who installed to run these countries unelected former Goldman Sachs executives.»

Les divers chiffres donnés dans cette dépêche sont évidemment colossaux, comme l’on a d’ores et déjà l’habitude. Certains sont connus, d’autre pas c’est selon. Il n’est pas nécessaire pour autant d’être surpris par la masse des chiffres nouveaux qui apparaissent, dans un univers si totalement hors de contrôle de toute mesure et de toute raison. Le rapport de PressTV.News rassemble des indications venues de diverses sources à cet égard (notamment Global Research et Salem.News). La véracité des chiffres est chose secondaire tant l’ordre de grandeur est, lui, totalement dans la vérité de cette universelle folie du Système. La vérité n’est plus dans l’exactitude scientifique qui fait à peine hausser les épaules dans sa dérisoire prétention à la “vérité” mais dans la vérité de l’illustration incontestable d’un effondrement accéléré du Système.

«Not known to many Americans is that the giant global investment firm Goldman Sachs put Obama into office by being its top donor and after winning the Presidency put so many of its former executives into the U.S. government it is known as the “Wall Street Cabinet.” The reason for Goldman Sachs, and other top American and European banksters, putting Obama into office, this report continues, was to loot the Americans taxpayers of an estimated $100 Trillion…nearly $30 Trillion of which went directly into the pockets of international banksters around the world and another $70 Trillion in lost home values, stock portfolios and pensions funds.

»The main conduit of this massive theft was the U.S. Federal Reserve System which during the 2008 Financial Crisis secretly doled out, without the American peoples knowledge, over $16 Trillion to European banks and companies and another nearly $8 Trillion in “secret loans” to the largest banks in the United States.

»Causing Obama and his bankster allies to fear Ron Paul, this report continues, is the Congressman's ability to hold U.S. Congressional hearings on the $8 Trillion in secret loans to the largest banks in American without the public's knowledge exposing this largest theft in human history and laying bare for all to see the total criminality of their entire elite political, financial and corporate class.

»The fears Ron Paul is causing among Americas elite classes appear to be justified as he recently likened the U.S. Federal Reserve System to “drug addiction” warning that the deception it has foisted upon the public will lead to the destruction of the United States.»

Répétons qu’il est assez difficile de se prononcer sur la véracité de ces diverses affirmations, et répétons que cela n’a guère d’importance. On sait d’ores et déjà que les manipulations, les escroqueries méga géantes, le brigandage à l’échelle de la planète sont les seules caractéristiques de l’action des USA dans cette crise, notamment depuis 2008. Le plus intéressant est évidemment l’information principale sur la “lettre secrète” du Premier ministre japonais au Premier ministre russe, et ce qu’elle affirme de l’action du président US. Quelle que soit, là aussi, la véracité complète ou pas de la chose, elle offre une explication qui a de très fortes chances d’être proche de la vérité quant à l’attitude du Système, de la presse-Système, des journalistes professionnels et Système si fiers de leur professionnalisme, vis-à-vis de Ron Paul, et cela d’ailleurs aussi bien complété, sinon précédé par une attitude quasiment pavlovienne des mêmes organes et journalistes de la presse-Système tant Ron Paul est évidemment, non seulement un candidat antiSystème, mais un système antiSystème à lui seul… Bref, une sorte de candidat-dynamite qui est le seul, en vérité, à faire trembler le brillant et réformateur, Yes, we can, Barack Hussein Obama.

Rendez-vous donc au Caucus de l’Iowa, le 3 janvier de la terrrrible année 2012. Le dernier sondage officiel, national, donc naturellement anti-Ron Paul comme l’on comprend, place tout de même Ron Paul deuxième (avec 18%) derrière l’archi-clown grotesque Newt Gingrich, – la présence de cette chose en tête des sondages au sein des candidats à la désignation du parti républicain mesure la chute absolument vertigineuse du Système, absolument vertigineuse… A partir de l’Iowa, si Ron Paul est placé comme on l’annonce, il faudra parler de Ron Paul parce qu’il deviendra officiellement comptabilisé dans le décompte pour la désignation.

En attendant et pour se tourner vers la presse “sérieuse”, on peut lire l’article du Guardian de ce 5 novembre 2011 sur ce sondage, absolument centré sur Gingrich (25%) et Romney (troisième avec 16% des choix des personnes interrogées)… Parfois émerge, comme un rot involontaire dont on s’excuse prestement, le nom de Ron Paul. (Un décompte des citations des noms dans l’article, pour le fun, à propos de ce sondage où Gingrich est 1er, Paul 2ème, Romney 3ème et Cain sans plus aucun intérêt puisqu’ayant abandonné la course à la nomination : Gingrich est cité 16 fois, Romney 9 fois, Cain 5 fois, Ron Paul 2 fois… Et les deux citations de Ron Paul, extrêmement significatives de l’intérêt qu’on accorde à sa candidature : «Romney, at 16%, is pushed into third place, 2 points behind Ron Paul», et «Paul called Gingrich a “serial hypocrite” in his latest campaign advertisement» …) Le Guardian, parangon de la presse libérale britannique et américaniste-occidentaliste, – chapeau bas, messeigneurs, vous dont la servilité affleure si joliment, comme un rot involontaire dont on ne s’excuse même plus tant l’habitude est prise.


Mis en ligne le 5 décembre 2011 à 17H34

Donations

Nous avons récolté 1665 € sur 3000 €

faites un don