Belle compétition entre stupidité et servilité

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 6018

Belle compétition entre stupidité et servilité

• Macron est l’incontestable médaille d’or pour les deux. • Constat retiré de la lecture de l’analyse d’Andrew Korybko sur l’éviction de la France du Niger, par les USA. • Deux ans après l’affaire AUKUS/Australie.

________________________

Macron est certainement le ‘plus-parfait’ des parfaits présidents de notre temps. Nous l’avons sans doute dit déjà plusieurs fois, mais il n’est pas mauvais de le répéter. C’est l’impression qui se dégage, comme un fumet odorant et délicat, de l’affaire de l’éviction de la France du Niger.

Andrew Korybko nous donne son interprétation de l’affaire qui nous semble assez bien convenir aux niveaux et à la beauté des relations entre les deux acteurs concernés. Il nous rappelle que l’exceptionnelle servilité française ne date pas d’aujourd’hui et nous signale que tout cela se passe exactement deux ans après l’affaire des sous-marins australiens : commandés à la France, puis commande annulée pour acheter des sous-marins US et former l’association AUKUS, –  Australie, U K, USA.

Korybko parle de trahison”. On pourrait aussi avancer “ coup de poignard dans le dos”, ou bien exercice coutumier de “sodomie habillement consentie”. Après tout, l’opérations AUKUS s’étant déroulée dans les mêmes conditions de simulacre de copinage que celles du Niger : le serviteur a trop cru au comptant les clins d’yeux complices de son maître.

Macron peut donc être satisfait : la France est un allié exemplaire des USA. Sa servilité parvient à lui faire accomplir l’exploit de montrer encore plus de stupidité que les USA. Pour le reste, si Korybko craint que les USA parviennent à freiner l’influence sino-russe, nous le rassurons en en doutant grandement. La stupidité des USA, qui est d’une autre facture que celle de la France, compense largement leur déloyauté, leur trahison cynique et leur hypocrisie. Les USA sont assez infectés de leurs inculpabilté/indéfectibilité pour nous faire prévoir prévoir que leur intrusion dans ces pays d’Afrique sera essentiellement contre-productive ; nous parlons de ces deux étranges « “technologies psychologiques” » telles que nous les définissons :

« ...comme une cuirasse infranchissable de toute perception acceptable de la réalité du monde (autre définition de la folie) par deux phénomènes, sortes de “technologies psychologiques” absolument impénétrables... »

... Enfin, voici donc une “aventure bien française” racontée par Korybko, – laquelle aventure s’avère être, – honneur au héros, – une “aventure bien macronienne”. Il est difficile de retrouver son chemin de critique tant celle-ci est sollicitée dans cet univers de fange mac-croniste encombré d’amas divers de pensées réduites au néant et pourtant divisées en autant de débris de simulacre que possible. Chez nous, en notre temps, du néant surgit l’être si bien à son image.

(Le titre est de la rédaction incorrecte de ‘dedefensa.org’. Korybko avait titré, plus sagement on en convient : « Voici pourquoi les USA sont responsables du retrait de la France du Niger ».)

dde.org

_________________________

 

 

Viré du Niger par Biden !

Les États-Unis ont trahi la France en Afrique de l’Ouest après avoir conclu un accord secret au Niger, presque deux ans jour pour jour, après avoir trahi ce même pays en Asie-Pacifique après avoir conclu un accord secret avec l’Australie et le Royaume-Uni pour créer l’AUKUS.

La France a déclaré qu'elle ne laisserait pas la junte nigérienne l'expulser du pays il y a un peu moins de deux mois début août, pour ensuite déclarer fin septembre que ses 1 500 soldats partiraient d'ici la fin de l'année. Paris s’était jusqu’ici accroché aux revendications de légitimité du leader déchu Mohamed Bazoum et a refusé de partir à moins qu’il ne le demande. L’ancien colonisateur de son pays a également déclaré qu’il soutiendrait une invasion de la CEDEAO visant à le ramener au pouvoir si ce bloc décidait d’en lancer une.

Ce renversement retentissant représente donc une défaite stratégique humiliante pour la France et prouve l’échec complet de sa politique néocoloniale en Afrique. S’il s’était retiré plus tôt, selon ses propres conditions et sous quelque prétexte que ce soit, après le coup d’État militaire patriotique de cet été et avant la demande prévisible de la junte, il aurait pu encore tenter de remodeler partiellement les perceptions en sa faveur. Au lieu de cela, la décision a été prise de rester au Niger, probablement parce que la France pensait que la CEDEAO allait l'envahir.

Après tout, si les décideurs politiques à Paris ne s’attendaient pas vraiment à de nouveaux changements politiques et n’étaient pas disposés à ramener Bazoum au pouvoir par eux-mêmes, alors cela n’aurait aucun sens de rester dans ce pays plus longtemps. Ce faisant, ils ont envoyé le signal qu’il existait un plan selon lequel la junte annulerait cette demande ou serait remplacée, peut-être même ne serait-ce que par une faction militaire pro-française lors d’un autre coup d’État. Rien de tout cela ne s’est concrétisé, pas plus que l’invasion de la CEDEAO, ce qui suggère que quelque chose s’est mal passé.

C’est ici qu’il convient de rappeler ce que le commandant en chef de l’US Air Force pour l’Europe et l’Afrique a révélé mi-septembre la reprise des missions de renseignement et de surveillance de son pays au Niger. Selon ce responsable, cela est le résultat de négociations avec la junte, dont l’issue fait suite au voyage de la secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland à Niamey début août, peu après que les autorités militaires intérimaires ont exigé le retrait des forces françaises.

Cette analyse explique ici comment cette évolution a mis la France en retrait stratégique puisqu’elle a montré que l’Amérique profitait de la frénésie de revers régionaux de son partenaire nominal de l’OTAN. En s’adaptant avec souplesse aux tendances multipolaires qui ont balayé le Sahel, Washington a pu remplacer le rôle sécuritaire traditionnel de Paris au Niger. Cela a eu pour effet d’intégrer deux bases américaines dans l’Alliance sahélienne fondée quelques jours plus tard entre ce pays, le Burkina Faso et le Mali.

La contrepartie spéculative semble avoir été que les États-Unis déjoueraient l’invasion envisagée par la France dans la CEDEAO si la junte la laissait conserver ces installations militaires. Pour parler franchement, les États-Unis ont poignardé dans le dos la France en Afrique de l’Ouest après avoir conclu un accord secret au Niger presque deux ans jour pour jour après avoir poignardé dans le dos ce même pays en Asie-Pacifique après avoir conclu un accord secret avec l’Australie et le Royaume-Uni pour créer AUKUS. Seul un accord secret américano-nigérien explique de manière convaincante pourquoi la France a attendu jusqu’à présent pour se retirer.

Jusqu’alors, la France espérait encore que les États-Unis ordonneraient à la CEDEAO d’envahir le Niger et ainsi de sauver leurs deux bases là-bas, ce que ses décideurs politiques pensaient inévitablement se produire puisqu’ils pensaient que les États-Unis avaient peur de l’influence russe et des attaques terroristes qui y déferlaient. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est que les États-Unis concluraient un accord dans leur dos pour remplacer le rôle traditionnel de sécurité de leur pays dans le cadre de son adaptation flexible aux tendances multipolaires de la région.

Du point de vue des États-Unis, il s’agissait du meilleur scénario compte tenu des circonstances dans lesquelles se sont retrouvés leurs décideurs politiques après le coup d’État. Une invasion de la CEDEAO risquait de déclencher une guerre plus large qui aurait pu créer davantage d’opportunités pour l’expansion de l’influence russe parallèlement à la déstabilisation de l’Europe si elle avait conduit à une autre crise de réfugiés sur le modèle de celle de 2015. Ils ont alors compris qu’il valait mieux remplacer la France au Niger et ainsi contrôler les tendances multipolaires.

Cette solution rentable a évidemment été un choc pour la France et a entraîné l'une des défaites stratégiques les plus humiliantes de son histoire, mais les États-Unis ont calculé que les dommages collatéraux ne condamneraient pas leurs relations puisque le scandale AUKUS a montré que la France continuerait à ramper. De plus, le remplacement de la France dans sa « sphère d’influence » africaine permet aux États-Unis de gérer les conséquences du départ forcé de leur « partenaire » et de renforcer la dépendance de Paris à l’égard de Washington.

En termes pratiques, les États-Unis peuvent combler de manière proactive une partie du vide laissé par le retrait apparemment inévitable de la France d'Afrique au lieu de tout céder volontairement à l'Entente sino-russe, tout en faisant en sorte que les ressources dont dépend Paris passent par les réseaux d'influence américains au lieu de leurs propres réseaux. propre. Les seuls compromis que les États-Unis doivent faire sont d’accepter une certaine expansion de l’influence sino-russe (puisqu’ils ne peuvent pas l’empêcher totalement) et l’optique soi-disant peu recommandable d’un partenariat avec une junte.

Concernant le deuxième aspect mentionné, des opérations de gestion de la perception sont déjà en cours pour atténuer les dégâts du soft power dans le pays. Le dernier article d’Andreas Kluth pour Bloomberg déclarait de façon dramatique que « si les États-Unis quittent le Niger, les terroristes et les Russes gagneront » et affirmait qu’il valait mieux y rester malgré la junte plutôt que de se retirer pour protester en faveur de la « démocratie ». Il a expliqué à son public occidental cible qu’il s’agissait là d’un soi-disant moindre mal compte tenu des prétendues alternatives.

Ce qui est nouveau dans ce récit, c’est la franchise avec laquelle Kluth parle des intérêts américains au Niger, qui, selon lui et dit ouvertement, nécessitent des compromis comme ceux mentionnés ci-dessus. Bien qu’il se livre également à des propos alarmistes à propos de la Russie et des terroristes, tout comme ses pairs l’ont fait tout au long de l’été, la solution qu’il propose ne consiste pas à soutenir une invasion potentiellement très coûteuse de la CEDEAO, mais à conclure de manière pragmatique des accords avec la junte. L’article de Kluth est à la fois rafraîchissant et inquiétant car il montre avec quelle flexibilité les États-Unis s’adaptent aux tendances multipolaires.

D’une part, il n’est pas fréquent que quelqu’un parle aussi franchement au public occidental des intérêts américains dans les pays du Sud, c’est pourquoi c’est rafraîchissant puisque la plupart des gestionnaires de perception préfèrent obscurcir et mentir sur ce sujet. Cela dit, c’est également inquiétant en raison de l’efficacité objective de cette approche pour faire avancer les intérêts des États-Unis, ce qui pose un défi bien plus important pour l’Entente sino-russe que celui dont ils devaient s’arranger auparavant.

Pour en revenir au renversement stupéfiant de la France, sa décision de se retirer finalement du Niger, alors qu'elle avait déclaré il y a seulement deux mois qu'elle y resterait au mépris de la junte, était sans doute le résultat du fait que les États-Unis avaient conclu un accord avec leurs autorités militaires intérimaires et avaient donc pratiquement forcé la France à s’en aller. Si la France soupçonnait que cela pourrait se produire, elle aurait pu partir selon ses propres conditions au début de l’été, c’est pourquoi cette évolution doit être considérée comme la deuxième trahison américaine envers la France après AUKUS.

Andrew Korybko