Banalisation de la “complotisation”

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3587

Banalisation de la “complotisation”

La crise Codiv19 est l’occasion du développement d’un nombre respectable, et même remarquables, de ce qu’on avait coutume de désigner avec le plus grand mépris et pire, dans la presseSystème et tout le système de communication du Système, comme les “thèses complotistes” produites par le “complotisme”. Comme nous le signalons plus haut, les guillemets ne sont désormais plus nécessaire et le complotisme a droit de cité également dans l’univers du “politiquement correct” (PC), – à condition, justement, qu’il ne soit pas présenté comme du “complotisme”, – ce qui ravira les professionnels et anciens combattants du “complotisme” entre guillemets. C’est une véritable banalisation du complotisme à laquelle on assiste, justifiant d’autant plus d’employer le néologisme déjà proposé de “complotisation” dans la mesure où le complotisme n’est plus, – officiellement-PC, – une perversité de l’esprit mais un moyen intellectuel de faire avancer les causes en cours, y compris les plus nobles-PC.

Ci-dessous, on cite un extrait d’un texte de BBC.News du  6 mai 2020, dont le sujet est essentiellement les remous dans les rue aux USA, autour des questions de confinement-déconfinement avec leurs effets sur la situation économique et sociale. Il s’agit de trois paragraphes qui ne dissimulent rien de la question, ni de la façon dont elle déborde très largement les milieux dits-“complotistes” selon le langage-PC ; et il s’agit de la BBC, qui nous a déjà montré combien elle pouvait être un fleuron de la presseSystème, avec un strict et conformiste langage-PC.

« ...Ces protestations, qui contredisent les conseils de santé visant à réduire les taux de transmission du virus, surviennent à un moment où les théories de la conspiration à propos du virus Codiv19 sont largement diffusées, notamment qu’il s’agit d’un montage (selon 13% des Américains interrogés), ou que le virus a été  délibérément fabriqué dans un laboratoire de “guerre biologique” chinois (une affirmation à laquelle croit la moitié de la population), ou que la technologie 5G  [majoritairement chinoise] propage d’une manière ou d’une autre le virus. De telles théories ont été encouragées et propagées par une poignée d’éminents politiciens conservateurs, dont le sénateur républicain Tom Cotton, et d’activistes d’extrême droite. Et les recherches montrent que même les personnes très éduquées et de haut niveau intellectuel peuvent croire à ces théories de conspiration si elles sont formulées dans  un langage [politiquement correct].
» “Si vous avez le genre d’hyper-partisanerie que nous avons aux États-Unis, c’est comme une forêt sèche sous le soleil et il suffit d'une allumette pour déclencher un incendie politique”, explique Jay van Bavel, professeur associé de psychologie à l'université de New York. “C'est ce que nous avons vu ces derniers mois aux États-Unis, où Trump n’a pas pris le virus au sérieux au début, et la sphère médiatique de droite, – Fox News et diverses radios,  – a longtemps minimisé la menace de la pandémie pour protéger ses chances de réélection. Vous avez alors la recette pour que ça marche pour toutes les orientations idéologiques”.
» Comme l’ont montré les sondages dès le mois de février, l’attitude des Américains face au risque de Covid-19 est  extrêmement partisane du point de vue politique, les républicains se montrant beaucoup moins préoccupés par l’épidémie. »

On ne discutera pas ici des vertus de telle ou telle thèse, on sait que notre intérêt à cet égard est limité en fonction du principe d’inconnaissance. On observera essentiellement ce phénomène de banalisation du complotisme, ou l’espèce de complotisation du discours qui mélange aussi bien les dissidents et indépendants qui peuvent prétendre être au moins en partie ou en surface du côté de l’antiSystème ; et les commentateurs conformistes ou représentants d’autorités officielles qui, de par leur position, ont une posture pro-Système.

Ce dernier cas est évidemment le plus intéressant puisque le Système a jusqu’ici systématiquement dénoncé le “complotisme”. Opérationnellement, le Système agissait dans ce sens notamment en imposant des simulacres de réalité convenant à sa “lecture” partisane de la situation (la narrative-Système imposant sa propre version complotiste lavée de tout soupçon comme “réalité objective” rejetant le reste comme “complotisme”). L’épisode du Russiagate antiTrump fut de cette sorte, bien qu’il fut contre le pouvoir suprême US, essentiellement parce que le torrent de communication de la presseSystème imposa cette narrative. Désormais, la situation est plus claire et le complotisme est banalisé. La posture de l’administration Trump, dans tous les cas celle qui suit Trump et ses propres intérêts, a quasiment officialisé la thèse complotiste de la Chine ayant manipulé Codiv19, plus ou moins intentionnellement c’est selon (les jours et les occasions), pour en faire une arme biologique contre les USA. Désormais, Trump désigne la crise-Codiv19 comme « pire que Pearl-Harbor », ce qui implique bien qu’il appréhende cette pandémie comme une attaque, un acte de guerre contre les USA, – c’est-à-dire la thèse du complot chinois.

Du coup, la Chine riposte en évoquant au contraire la possibilité d’un complot US manipulant Codiv19 dans le but de mettre la Chine en accusation. En passant, il arrive qu’on évoque, mais avec beaucoup moins s’insistance, l’une ou l’autre hypothèse d’une machination russe, – disons par habitude du réflexe pavlovien.

Parallèlement, les autres thèses complotistes profitent de cette banalisation et sont ouvertement discutées. La thèse d’un “montage-Codiv19” originaire du Système, et plus précisément le plus souvent de sa faction “globaliste”, est l’une des hypothèses “ouvertement discutée”, avec les perspectives hypothétiques de l’établissement d’un contrôle totalitaire des populations, avec les accusations d’une telle machination lancées contre les GAFA devenus GAFAM pour y inclure Microsoft et donc Bill Gates, – star incontestée des cibles de cette sorte d’accusations... La banalisation de la complotisation est donc désormais complète et l’acte du complotisme est désormais pris en compte comme un élément à part entière du système de la communication, et non plus du tout comme une accusation d’hérésie sans retour.

La question que nous soulevons ici, répétons-le, n’est en rien de porter un jugement sur telle ou telle thèse, ni de discuter l’existence ou non de complots, toutes ces choses qui existent toujours plus ou moins, avec plus ou moins d’effets, – le “brouillard du complot” décrit par ces “plus ou moins” équivalant largement au “fog of the war”. Encore une fois, nous nous référons à cet égard au principe d’inconnaissance, parce que nous pensons que le complotisme, fût-il pleinement justifié et confirmé dans l’une ou l’autre hypothèse, n’a aucune capacité à nous fournir les réponses essentielles concernant le temps crisique que nous vivons, et notamment la Grande Crise d’Effondrement du Système (GCES). Le complotisme est, “plus ou moins” comme toujours, un élément de l’intelligence qu’on peut avoir de la situation crisique générale, rien de plus et certainement pas d’une façon essentielle.

Par contre la “banalisation de la complotisation”, comme l’on peut désigner le processus que nous décrivons, est un facteur extrêmement important de la situation crisique, et de la situation de la GCES. En écartant ce qui constituait une sorte d’anathème-barrière (langage-Codiv19) protégeant la posture vertueuse et légitime du Système contre la contestation antiSystème, – l’anathème contre le “complotisme”, – le Système montre son extrême faiblesse dans le domaine essentiel de la communication, et par conséquent le désordre où il se trouve aujourd’hui, confirmant qu’il est dans un processus d’effondrement. Que cette opération de “banalisation de la complotisation” ait été essentiellement conduite aux USA ne doit rien avoir pour étonner : c’est la crise du pouvoir washingtonien à “D.C.-la-folle” qui y oblige, dans une situation où la complète corruption et par conséquent la complète absence de légitimité de ce pouvoir le conduit à toutes les audaces et risques mortels par rapport à la situation du Système.

 

Mis en ligne le 7 mai 2020 à 10H02

Donations

Nous avons récolté 1043 € sur 3000 €

faites un don