Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

Professeur émérite Univ. Liège

Article lié : Le modèle Fox

Jacques Aghion

  20/08/2002

J’apprécie la plupart de vos analyses et commentaires. J’apprécie par-dessus tout que vous sépariez bien les faits de vos interprétations. Et j’ai une certaine admiration pour l’étendue de votre information, même si elle est parfois un peu trop anti-USA.
En ce qui concerne l’article sur le refus de Fox de souscrire à l’invitation de Dobelyou, il est clair que les gouvernants européens devraient avoir, autant que Fox, de ce que je pense là où j’espère à propos de
- la promesse de guerre contre l’Irak
- les faits et méfaits du Fonds monétaire international (voir le livre de John E. Stiglitz, Globalization and its Discontents) et du Trésor US
- et d’autres “gaffes” ou “maladresses”.
Merci encore et Félicitations.
J. Aghion

Les failles se creusent de plus en plus profondément, dans l'opinion américaine

Article lié :

C.D.

  16/08/2002

1)  The New York Times, 16 août 2002

Des républicains de haut niveau (sénateurs) rompent avec Bush au sujet de sa
stratégie vis-à-vis de l’Irak. Ils affirment qu’aucune nécessité de le faire n’a été prouvée.
 
  http://www.nytimes.com/pages/world/index.html

2) Quant à STRATFOR, site très connu d’analyses stratégiques, il met gratuitement à la disposition des lecteurs,depuis le 15 août, un texte intitulé :
“Will Iraq Be an Afghanistan—or another Bay of Pigs?”
(L’Irak sera-t-il un Afghanistan… ou une autre Baie des Cochons ?).

http://www.stratfor.com/fib/topStory_view.php?ID=205760

Après avoir évoqué l’invincibilité de l’armada aérienne US, caause de l’énorme confiance de l’administration Bush dans l’issue de la guerre, STRAFOR écrit :
” The second premise is the most important. Even if the Air Force is completely successful in disrupting Hussein’s control, effective ground action to dislodge enough of his forces that they do not threaten follow-on conventional forces is critical. In Afghanistan, that force was provided by the Northern Alliance and other warlords who could be induced to work with the United States.
There are obvious and critical differences between Afghanistan and Iraq. Afghanistan is deeply divided along ethnic and tribal lines, not only between the Northern Alliance and the Taliban, but also within the Taliban itself. The marriages of convenience that comprised the bulk of the Taliban crumbled when they became inconvenient. Moreover, the Northern Alliance was comprised of heavily armed, experienced and willing
combatants under the control of a few men. If the leadership could be persuaded, an effective force was in place—relative to the strength of the Taliban. “

  “Thus, the ability of air power to disrupt the Taliban’s command and control, and to provide coordinate air support for indigenous operations, depended on the existence of forces to carry out those operations. Those forces were ready to go in Afghanistan. That is not the case in Iraq.”

Une lettre de Ramsey Clark à l'ONU : Les Nations Unies doivent agir pour empêcher une attaque de l’Irak par les Etats-Unis.

Article lié :

R.Brown

  16/08/2002

http://www.iacenter.org/
Ramsey Cla rk fut General Attorney sous Johnson ( Ministre de la Justice)
Voici quelques extraits de la lettre qu’il a envoyée, le 29 juillet 2002, à tous les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, avec copies à l’assemblée générale de l’ONU et au sénateur Biden de la commission sénatoriale pour les relations étrangères.

Monsieur l’Ambassadeur,

          L’espoir qui resterait aux peuples du monde de voir
          les générations futures préservées du fléau de la
          guerre grâce aux Nations Unies serait anéanti par
          une nouvelle attaque des Etats-Unis contre l’Irak.
          Les menaces, brandies par le président Georges
          Bush, le Vice-président Cheney, le secrétaire à la
          défense Rumsfeld, et divers attachés de cabinet et
          officiels du Pentagone, d’attaquer l’Irak, de
          l’envahir et de renverser son gouvernement
          constituent un leit-motiv depuis un an. La guerre
          psychologique elle-même est un crime contre la
          paix et viole la charte des Nations Unies. La une du
          New York Times d’aujourd’hui, « Les USA
          considèrent une frappe sur Bagdad comme une des
          options de leur politique irakienne », est
          caractéristique de l’intention terroriste de ces
          menaces. Le danger résultant d’une telle attaque
          pour la population civile serait énorme.

Les Nations Unies doivent agir pour empêcher
une attaque de l’Irak par les Etats-Unis.
Si les Nations Unies sont incapables d’empêcher
          les Etats-Unis, un membre permanent du Conseil
          de Sécurité, de commettre des crimes contre la paix
          et l’humanité ainsi que des crimes de guerre envers
          une nation qui a déjà souffert au-delà de toutes
          limites du fait des agressions américaines, alors à
          quoi servent encore les Nations Unies ?
          L’opposition à toute attaque ou tentative de
          renverser le gouvernement irakien par la force doit,
          et c’est la moindre des choses, être exprimée
          publiquement par les Nations Unies.

L’aviation militaire américaine a attaqué
          l’Irak à volonté pendant onze ans.
Les Etats-Unis ont effectué des attaques aériennes
          contre l’Irak à volonté depuis mars 1991,
          lorsqu’ont pris fin les attaques massives qui se
          déroulaient à un rythme d’une sortie aérienne
          toutes les 30 secondes. Sans perdre un seul avion,
          les attaques américaines ont tué, entre autres : du
          personnel de nettoyage à l’hôtel Al Rashid de
          Bagdad lors d’une tentative manquée d’assassiner
          Saddam Hussein ; un grand nombre de personnes
          chaque année dans des attaques contre des stations
          radars dans les zones d’exclusion aérienne
          imposées par les USA; toutes les personnes à bord
          d’un hélicoptère de l’ONU abattu par un avion
          américain ; et des civils de toutes catégories, y
          compris l’artiste réputée internationalement et
          directrice du centre national artistique irakien, Leila
          al Attar.

Les Etats-Unis sont le plus grand vecteur de
          violence sur la Terre.

          Deux des officiels les plus haut placés des Nations
          Unies responsables des inspections d’armement de
          l’ONU en Irak et un citoyen américain honnête
          participant aux inspections ont démissionné,
          dénoncé les sanctions et nié qu’il existe une menace
          que l’Irak développe des armes de destruction
          massive.

Une attaque américaine sur l’Irak violerait la
          Constitution et les lois des Etats-Unis, nécessitant
          la mise en accusation du président Bush et de tous
          les officiels responsables, leur procès devant le
          Sénat américain et des Cours fédérales.

Les économistes américains effarés devant les "bouchismes"

Article lié :

C.D.

  15/08/2002

Bush face à l’économie américaine

“Nous avons de plus en plus l’impression que Mr; Bush accorde son attention principale aux conséquences politiques de ses mesures économiques , et qu’il ne s’occupe que de manière secondaire de ce qui est juste (dans ces mesures).  Ce n’est qu’en inversant cette formule qu’il rétablira la confiance et relancera l’économie,  bien mieux qu’en donnant 100 conférences.”

Source: Bruce Bartlett, senior fellow, National Center for Policy Analysis, August
                        14, 2002
http://www.ncpa.org/edo/bb/2002/bb081402.html

"Who the hell is Laurent Murawiec∫"

Article lié :

R.I.P.

  14/08/2002

C’est un Français qui a présenté un exposé devant un Comité de Politique de Défense, au Pentagone, le 10 juillet 2002, présentant les Saoudiens comme les pires ennemis des Etats Unis.
Cet exposé-scénario était, selon certains, digne du Dr.Folamour (rappelez-vous le film de
Kubrick)..
Murawiec a du se sentir bien à l’aise, car il semble que les Dr. Strangelove prolifèrent
au Pentagone, rêvant de traiter nucléairement les “états-voyoux”, dont l’Irak.

Cet analyste politique de la RAND ( RAND Defense Policy Board) a travaillé auparavant une douzaine d’années à Genève, comme “managing director” de “Geopol Services”, et a été professeur associé à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).
Il serait installé aux USA depuis 1999.

La “présentation” de Murawiec s’appuyait sur 24 images ( traitées en Powerpoint).

La première contenait ce texte :
“Taking Saudi Out of Arabia “

Je retiens la dix-septième :
“Saudi Arabia is central to the self-destruction of the Arab world and the
chief vector of the Arab crisis and its outwardly-directed aggression
The Saudis are active at every level of the terror chain, from planners to
financiers, from cadre to foot-soldier, from ideologist to cheerleader
Saudi Arabia supports our enemies and attacks our allies
A daily outpouring of virulent hatred against the U.S. from Saudi media,
“educational” institutions, clerics, officials—Saudis tell us one thing in
private, do the contrary in reality.”

La vingt-et-unième image explique l’émotion de T. E. Ricks, journaliste du “Washington Post”,  qui a dévoilé l’affaire il y a peu :

“AN ULTIMATUM TO THE HOUSE OF SAUD “
                                                           
”  - Stop any funding and support for any fundamentalist madrasa, mosque, ulama, predicator anywhere in the world.
- Stop all anti-U.S., anti-Israeli, anti-Western predication, writings, etc., within Arabia
- Dismantle, ban all the kingdom’s “Islamic charities,” confiscate their assets
- Prosecute or isolate those involved in the terror chain, including in the Saudi intelligence services.”

La vingt-quatrième montrait ce dernier texte :
” Iraq is the tactical pivot .  Saudi Arabia the strategic pivot. Egypt the prize”

Comme catalyseurs de crise, ces textes ont du drôlement agir !

L'onirisme américain.

Article lié :

C.D.

  14/08/2002

Voici un passage d’article qui réjouira Philippe Grasset,
car c’est une confirmation de sa description de l’énorme suffisance morale dont sont pénétrés les citoyens de la plus libre des républiques “in the World” ( cf. “Le monde malade de l’Amérique” ).

Extrait de Daniel Lazare, “Aux Etats-Unis, union sacrée autour des “valeurs suprêmes”, publié dans “Le Monde Diplomatique” d’ août 2002.

“L’Amérique, à un degré ultime, s’est autoinventée. La Constitution des Etats-Unis, pratiquement inchangée depuis sa rédaction en 1787, est un document utopique qui tente de réduire la politique à quelques principes éternels qui, une fois adoptés, transformeront l’Amérique en cette ” union toujours plus parfaite” qu’évoque le préambule .”

” De cela découlent plusieurs choses relatives à la manière dont l’Amérique se considère et apprécie sa place dans le monde. Parce que ses principes fondateurs sont justes, le devoir des générations à venir est de veiller à ce qu’ils soient éternellement confirmés. Parce qu’ils sont moraux, I’Amérique est incapable de faire le mal tant que ces principes seront appliqués consciencieusement. En conséquence, les étrangers qui adhèrent à des postulats différents doivent être plaints ou réprimandés. Comme le soulignait un voyageur européen, le duc de Liancourt, les Américains étaient convaincus dès 1790 ” que rien de bon ne se fait et que personne n ‘est doté d ‘un cerveau ailleurs qu’en Amérique; que l’esprit, I’imagination, le génie de l’Europe sont dejà tombés en décrépitude “. Deux siècles plus tard, le président William Clinton ne disait pas autre chose: ” Il n’ y a rien de mauvais en Amérique qui ne puisse trouver un remède dans ce que l’Amérique a de bon.”
Pourquoi chercher ailleurs ? Pourquoi accepter qu’un tribunal international juge des ressortissants américains ? “

Digital Pearl Harbour

Article lié :

M.Bultelle

  14/08/2002

Oublious le feuilleton de l’ete (l’Irak) pour un instant.
vous vous souvenez certainement que GW a decide d’augmenter le budget de la defense US de plusieurs dixaines de milliards. En plus de ca un departement de la surete interieure a ete cree et une bonne partie de cet argent va aller vers les start-ups de la Silicon Valley,San Diego, Tel Aviv et autres ...
En effet la prochaine etape de la guerre d’al qaida contre les USA se fera sur le web. Bin Laden et ses boys seront bien tranquilles au Pakistan et quelques clicks plus tard, il ne restera plus rien de Boston, LA et autres.
Tom Clancy a presque termine le roman.
Est-ce posible? ou plus serieusement peuvent-ils faire des degats?

Le US Naval War College a fait une jolie simulation. Imaginons que Bin Laden reussisse a recruter une armee de phds, profs de maths et autres traitres capables avec de bons acces.
Imaginons qu’il soit pret a depenser 200 millions de dollars. Que va t’il se passer? Reponse sur l’excellent The Register (webzine dedie a tout ce qui est technologie):
http://www.theregister.co.uk/content/6/26675.html

on peut dormir tranquille

par contre, sur the Atlantic ils se demandent a quel point toutes les nouvelles technologies (face recognition, encryption, etc…) vont rendre le monde plus sur.
http://www.theatlantic.com/issues/2002/09/mann.htm

pas de quoi dormir tranquille…

Pieds dans le plat.

Article lié :

Jean Monfort

  14/08/2002

Au sujet de la crise bellicistes/antibellicistes aux USA,compte tenu de l’énormité des intérêts en jeu (au fait,les comptes des sociétés de Défense sont-ils “clean”?) et du fait que les bellicistes sont par nature plus prompts à l’action que les pacifistes , peut-on avoir des craintes pour le processus démocratique américain (en supposant qu’il s’agit bien encore d’une démocratie) ?

Sharon est le boutefeu en chef, dans le déclenchement des hostilités contre l'Irak

Article lié :

J.Dupuis

  13/08/2002

Extraits de l’article de Gideon Alon , “Ha’aretz “,13 août 2002.
( “Ha’aretz” est un quotidien israélien fondé en 1919, qui joue un rôle important dans l’orientation de l’opinion publique de l’état hébreu).

<

http://www.haaretzdaily.com/hasen/pages/ShArt.jhtml?itemNo=196942
&contrassID=2&subContrassID=1&sbSubContrassID=0&listSrc=Y   >               

Déclaration de Sharon au Comité des Affaires Etrangères de la Knesset :
” L’Irak constitue notre plus grand péril”.
Le Premier israélien affirme encore : ” La coordination stratégique entre Israël et les Etats-Unis a atteint des dimensions sans précédents”..

Tirer son plan n'est pas facile...

Article lié :

C.D.

  12/08/2002

...surtout lorsqu’il s’agit d’un plan de guerre contre l’Irak !

Newsweek, 12 août 2002

“La route de Bagdad passe par une bataille à Washington”.

http://www.msnbc.com/news/789768.asp

Désorientation de Bush

Article lié :

C.D.

  10/08/2002

En complément de votre article “De l’eau dans son vin”, voici un échantillon de ce que pensent certains Américains.
“The Atlanta Journal-Constitution” titre :
“Pas possible pour Bush de justifier une guerre sans provocations contre l’Irak”

http://www.accessatlanta.com/ajc/opinion/0802/07iraq.html
” L’administration Bush envisage des troupes, des plans, des équipements et des munitions pour une invasion majeure de l’Irak.
Mais elle ne prépare pas le
peuple américain.”

Ingénieur général de l'armement (2eSection)

Article lié : Les conceptions du “Dr. Werther”, — La doctrine d'attaque préventive de GW présentée comme un “Plan Schlieffen nucléaire”

Jean-Paul de Beauchêne

  10/08/2002

Je me réfère à l’article sur Dr Werner et le plan Schlieffen.
J’ai bien apprécié la comparaison entre le pangermanisme et l’actuel pan-américanisme. J’ai repris le résumé cartographique des “prétentions allemandes en Europe/dans le monde” présentées par Chaliand et Rageau dans leur “Atlas du millénaire” (PP 30 à 33)
Une phase importtante de ces prétentions était de reprendre à leur compte les colonies françaises et de s’assurer un glacis d’états sous contrôle.
Dans le cas américain, la prise de contrôle des colonies a été chose putativement faite en 1960 avec l’indépendance des anciennes colonies et leur accession aux Nations Unies, même si cela n’a pas si bien marché que prévu. Pour le glacis d’états sous contrôle, l’OTAN continue à jouer ce rôle entamé en 1949.
La différence avec l’empire allemand serait à chercher dans justement l’aspect “Empire” que, comme vous le dites si bien, les Américains refusent d’assumer dans ses aspexcts classiques, c’est à dire la prise en charge des populations sous contrôle. Dans mon domaine d’alors, il m’était apparu très clairement que les Américains ne voulaient pas la mort de l’industrie européenne d’armement, mais “to control it”. Leur maniement du programme JSF, qui merappelle le mode de fidélisation des collaborateurs des mafieux ou des espions par compromission croissante, est une bonne illustration de cette stratégie.
Amical souvenir.
JPB

Conseil de lecture

Article lié :

matthieu bultelle

  08/08/2002

J’aimerais attirer votre attention sur un livre paru il y a quelques mois en deja anglais (je ne sais pas si il y a une edition en francais), et qui devrait interesser grandement les lecteurs de ce site:
Six Days of War: June 1967 and the Making of the Modern Middle East
By Michael B. Oren (Oxford University Press, 327 pages).

Pour vous faire un idee de la valeur du bouquin ,je joins deux interviews qu’il a donnees a salon.com et The Atlantic. Elles sont interessantes pour plusieurs raisons.
1) Il se decrit comme l’israelien moyen. C’est un peu douteux car l’israelien moyen n’ecrit pas d’aussi bon livres d’histoire, mais passons! Plus revelatrice est son attitude vis a vis des colonies (si c’est la cle de la paix, Israel les dementelera dit-il; toutefois il ne se demande pas pourquoi pas commences des maintenant…).
2) Il y fait quelques remarques tres pertinantes sur le conflit de 67 qui s’appliquent encore maintenant (en fait le livre dit que c’est la guerre de 67 qui determine encore ce qui se passe aujourd’hui).
La premiere concerne la France, qui en l’espace de quelques annees passa de meilleure amie d’Israel a critique la plus severe. Sa reaction est troublante: il ne cherche pas les raisons, et dit juste que c’est comme ca avec les francais. Si c’est ce que pense l’israelien moyen, il y a du boulot pour le quai d’Orsay et sa cellule communication.
La seconde concerne A.Sharon: quand il etait un jeune general (dans les blindes) il piaffait d’impatience et cherchait a convaincre le premier ministre qu’il fallait attaquer les ennemis d’Israel avant qu’ils n’attaquent eux-memes. Que lui a repondu (et appris) Levi Eshkol? Qu’il fallait toujours etre patient et s’assurer que les USA les soutenaient. 35 ans plus tard, c’est toujours valable semble-t-il.

http://www.theatlantic.com/unbound/interviews/int2002-06-12.htm
http://www.salon.com/books/int/2002/06/12/oren/

Je reconnais ne pas l’avoir encore termine (ai beaucoup de travail ces temps-ci), mais les 200 pages que j’ai lues m’ont convaincu .
Regards
M.Bultelle
PS: desole pour l’absence d’accents, j’utilise un clavier anglo-saxon.

Gare à la désinfo !

Article lié :

Serge Greenhill

  07/08/2002

A propos d’un rapprochement de l’Arabie Saoudite avec l’Irak, annoncée par le TIMES on line, ce 7-VIII-02, article que de defensa propose à notre lecture, je souligne qu’un démenti de l’ administration Bush est fourni ce même jour par le Washington Post
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A50595-2002Aug6.html

En gros, Thomas E. Ricks (du Post) rapporte que l’ administration Bush prend ses distances à propos d’une information en provenance du Pentagone, décrivant l’Arabie Saoudite comme un adversaire des Etats-Unis et un commanditaire du terrorisme.

Ce galimatias diplomatique met bien en évidence le manque total de cohérence
entre les autorités civiles et le haut commandement militaire des USA.
C’est un affolement de plus en plos tangible qui contribue largement à compromettre
la reprise économique.

De l'arrogance et des caniches

Article lié :

CD

  04/08/2002

4 août 2004

Lisez-vous TTF ?

Ce site suédois (Transnational Foundation for Preace and Future research) s’est signalé depuis plusieurs années par un esprit de lutte pour conserver la paix universelle :
http://www.transnational.org

Soutenu financièrement, dans ses débuts, par le gouvernement suédois, TFF s’est vu
couper les vivres lors de la guerre du Kosovo : il refusait de répercuter les chants de
victoire de Jamie Shea, l’angélique héraut de l’alliance qui a bombardé la Yougoslavie
pendant 78 jours. Il a notamment refusé d’accoler l’adjectif “humanitaire” à “bombardement”, et a flétri l’usage des “cluster bombs”, pourtant tellement humanitaires, elles aussi.

TFF se débrouille tout seul, et ses articles traitent toujours avec autant de liberté
les sujets politiquement tabous en Occident.

Le 2 août 2002, David Krieger, un Américain de Santa Barbara (Californie),fondateur
en 1982 de la “Nuclear Age Peace Foundation” ( NAPF) , a publié un article très
équilibré sur l’état de la paix en ce début de siècle.
http://www.transnational.org/forum/meet/2002/Krieger_PoliciesArrogance.html

Titre : Les politiques enracinées dans l’arrogance sont assurées d’échouer

“Ce sont des temps difficiles pour la paix” écrit Krieger. ” Depuis que l’administration Bush assume le pouvoir aux Etats-Unis, les tambours de la guerre résonnent de manière continue, accompagnés par le minage des fondations de la loi internationale”.
————-
Ce mépris des conventions internationales, Clinton l’avait déjà clairement manifesté le
24 mars 1999, en commençant les bombardements de la Yougoslavie, SANS DECLARATION DE GUERRE, mettant ses partenaires de l’OTAN devant le fait
accompli, et SANS CONSULTER son propre Congrès.

Et pourtant, on n’a jamais utilisé, dans les déclarations présidentielles ou dans celles
des Secrétaires d’Etat américains, les mots “démocratie” et “démocratique” à une telle cadence de mitrailleuse.
————-
Consolation : Dans une dépêche datée de ce dimanche 4 août 2002, REUTERS annonce
qu’une enquête menée par le “Mail on Sunday ” et publiée ce jour révèle que 57%
des Anglais interrogés sont opposés à une guerre contre l’Irak, et qu’ils qualifient
Tony Blair de “caniche de Bush” !
( http://uk.news.yahoo.com/020804/80/d6np2.html ).

Lueur d’espoir ?