Un parti anti-NSA ?

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Un parti anti-NSA ?

14 février 2014 – Nous allons aborder des domaines différents, dans le cadre de la crise Snowden/NSA considérée d’un point de vue intérieur US, c’est-à-dire parlant d’une “crise de la NSA”, d’où l’“élément” Snowden pourrait être mis de côté. Nous allons documenter ces différents aspects par deux extraits de deux textes abordant directement ou indirectement tous ces aspects.

Le premier est une interview de Glenn Greenwald et de Jeremy Scahill, deux des trois journalistes (avec Laura Poitras) qui sont à la tête du grand programme FirstLook, issu de l’association initiale Greenwald/Poitras avec le milliardaire Pierre Omidyar. L’interview est sur Democracy Now !, le 10 février 2014, à l’occasion du lancement du site The Intercept (voir le 10 février 2014). Nous donnons ici les principaux extraits qui nous intéressent, dans cette interview, où les deux hommes laissent voir que leur action journalistique contre la NSA, en se poursuivant et en s'étendant, va prendre une dimension de lutte beaucoup plus générale concernant le statut des journalistes, la défense de la liberté de la presse et, d'une façon générale, la défense des droits civiques aux USA. Notamment, on entend Greenwald confirmer son, intention de retourner aux USA, malgré les risques d'une telle démarche, pour mieux affirmer l'ampleur du combat ainsi envisagé.

Amy Goodman: «Let’s talk about The Intercept. Glenn, talk about the launching of this new website today, together with Jeremy and Laura, what you’re doing with The Intercept, what your plans are.»

Glenn Greenwald: «Sure. So, you know, it was only, I think, four months ago or so that we first had conversations with Pierrre Omidyar, who is the publisher of the site through First Look Media, about working together. Jeremy, Laura and I were off in one corner planning our own media site, and he was off in another planning his, and we realized that we could work together effectively. And we ended up getting launched in a very short period of time, relatively speaking, when you’re talking about launching a new media outlet, in part because we feel a serious obligation to get up and running so that we can report on the stories like the one that we reported on today and all of the rest of the stories that come out of the archive of documents that our source Edward Snowden provided to us, as well as other sources that we’re now developing.

»And so, we intended to start with a fairly limited function, although one that’s profoundly important, which is to give us a place where we can aggressively report on these NSA documents. There are many, many, many more big stories left to report. And we’re thrilled that we get to work with each other and an amazing team of journalists that we recruited. And then we’re going to start slowly and inexorably expanding the range of topics that we cover. We’re really about a journalistic ethos, which is not doing things like helping the United states government continue its targeting of U.S. citizens for death, like AP just did by withholding information allowing it to continue, but by being adversarial to the government and telling the public what it ought to know, and targeting the most powerful corporate and political factions with accountability journalism. And we’re thrilled that we get to work together, that we have a new media outlet that is devoted to these principles, that we have the resources to protect our sources and enable the journalists that work with us to do the kind of journalism that we think is so sorely lacking.»

Jeremy Scahill: «Amy, can I add to that?»

Amy Goodman: «Yes, Jeremy.»

Jeremy Scahill: «Right. You know, what we’ve seen also in—over the past month is a very serious escalation in the threats coming from the Obama administration and coming from Capitol Hill against journalists. There is this attempt on the part of the Director of National Intelligence James Clapper to imply that the journalists who are reporting on the Snowden documents are accomplices to a crime. My understanding, from a confidential source in the intelligence community, is that Clapper, two weeks before he publicly used that term of accomplice, that he also said that in a top-secret classified briefing within the intelligence community, sort of floating it. You know, Mike Rogers also has just been on a rampage against journalists, also against Snowden, making totally unfounded allegations about Snowden being somehow a Russian agent or cooperating with Russian agents. And so, the timing of this site and why we felt it was so urgent to start reporting on these stories right now is to push back against this climate of fear and to say that we, as independent journalists, are not going to back down in the face of government threats, that in fact this is when it is most important to stand up for a truly free and independent press, is when those in power start to try to, you know, push their fists down upon you.»

(L’enchaînement se fait sur une vidéo montrant un échange entre le président de la commission du renseignement de la Chambre Mike Rogers et le directeur du FBI, au cours duquel Rogers tente de présenter les journalistes utilisant des documents du fonds Snowden comme des voleurs et des traîtres. Greenwald enchaîne là-dessus.)

Glenn Greenwald: « ... But I think the more important point than the fact that Mike Rogers is a pathological liar is the fact that this is part of a broader campaign on the part of the Obama administration, as Jeremy said, to try and either threaten journalists that they will be criminalized or outright criminalize them by prosecuting us for the journalism that we’re doing. It comes in the context of this coordinated campaign to call us accomplices by President Obama’s top national security official. Keith Alexander, two months ago in a speech, raised this idea of selling documents. When we did our first report in Canada with the CBC, the right-wing Harper government attacked us as having sold documents to the CBC. And so, what you’re really seeing is the Obama administration has been worse on press freedoms than any president since President Nixon, as James Goodale, the former New York Times general counsel, has said, and is actually approaching Nixon and getting worse, he said. »

»And I think this most recent escalation is showing that they’re not content to just go after the newsgathering process and also their source—our sources, but also to start threatening us with criminality, with prosecution. And if they think it’s going to deter us in any way, they’re sorely mistaken. But it is a very serious thing when the top level of the U.S. government starts accusing you of criminality for the journalism that you’re engaged in.»

Amy Goodman: «Glenn Greenwald, you’re speaking to us from your home in Rio de Janeiro, Brazil. You’re an American citizen. You haven’t come back to the United States since the release of the documents by—information, articles based on the documents of Edward Snowden. Do you plan to come here? Are you concerned about being arrested?»

Glenn Greenwald: «I do. I do plan to come there. Neither Laura Poitras nor I have returned. She’s in Berlin. And we’ve been advised by numerous people that it wouldn’t be a good idea to, that the risk of something happening is certainly more than trivial. And so, the U.S. government is also refusing to give us any indication about their intentions, despite being asked many times by our lawyers. They obviously want to keep us in a state of uncertainty. And this recent escalation of rhetoric and accusations obviously makes that concern more acute. At the same time, just on principle, as an American citizen, I refuse to be kept out of my own country for the crime of doing journalism. And so I absolutely will come back. I’m going to pick the time to do it when I feel I understand the risks and am as protected as I can be. But under no circumstances will I allow this intimidation campaign to succeed either in deterring me from doing the journalism I do or returning to the country of which I’m a citizen.»

Le deuxième texte est d’une militante progressiste, sans doute démocrate, extrêmement respectable, avec toutes les lettres de noblesse possible de l’aile progressiste de ce parti. (Tracy Rosenberg, directrice du groupe Media Alliance, une organisation de soutien pour la communication démocratique de Oakland, en Californie, membre de la direction de plusieurs associations de défense des libertés de la communication.) Rosenberg réplique au site Think Progress, relais officieux, soi-disant indépendant et soi-disant progressiste, de défense de l’administration Obama, qui plaide contre une action anti-NSA en l’assimilant à la position de Tea Party. Rosenberg répond que la lutte anti-NSA est une mission progressiste impérative aux USA. Pour cela, elle va jusqu’à rompre avec l’argument sempiternel de la tradition démocrate et des démocrates pro-Obama de défense d’un gouvernement central puissant pour la défense des démunis contre le Big Business (défense des 99% contre les 1%), instauré par Roosevelt, cela impliquant une hostilité aux prérogatives des États de l’Union. On sait ce qu’il reste de l’argument rooseveltien avec Obama, dont le gouvernement central sert précisément de soutien au Big Business, et particulièrement à Wall Street, contre les démunis (les 1% contre les 99%).

Ainsi Rosenberg énonce-t-elle diverses avancées des États de l’Union contre le gouvernement sur le cas de la NSA. (Elle énumère les douze États dont les législatures examinent ou vont examiner leurs propres législations anti-NSA, – Alaska, Arizona, Californie, Indiana, Kansas, Mississippi, Missouri, New Hampshire, Oklahoma, Tennessee, Vermont et Washington, – en omettant le Maryland, dont la position a été prise entretemps et qui pose une menace majeure contre la NSA [voir ce 12 février 2014].) Tout cela se dit sur un mode polémique, mettant en évidence la fracture fondamentale, avec une composante institutionnelle gravissime dans le cas des USA, qui se développe au sein de la gauche US, entre les démocrates fidèles à Obama et conduits à cautionner l’activité de la NSA, et la fraction progressiste-populiste qui ne cesse de gagner du terrain en s’appuyant sur la crise-NSA. (L’article de Rosenberg, le 7 février 2014 sur CounterPunch, le même 7 février 2014 sur Unz.com, et le 9 février 2014 sur Media Alliance.)

«The prominent Democratic website Think Progress recently took aim at the anti-NSA surveillance movement with a warning to “Beware of Libertarians Bearing Gifts”. The blog suggests bipartisan alliances between civil liberties advocates and libertarians will sink the New Deal, which some might say is already taking on a bit of water. The direct target of authors Zack Beauchamp and Ian Millhiser is the Offnow.org coalition, a partnership anchored by the right-wing Tenth Amendment Center and the left-wing Bill of Rights Defense Committee.

»The premise of Offnow is local legislation in states, counties, and universities to make it policy to dis-invest in mass surveillance. Twelve state legislatures have introduced versions of the 4th Amendment Act (Alaska, Arizona, California, Indiana, Kansas, Mississippi, Missouri, New Hampshire, Oklahoma, Tennessee, Vermont and Washington). The big target is Utah, home of the huge Utah Data Center in Bluffdale, where the provision of 1.7 million gallons of water by the state every day cools the huge supercomputers. Think Progress’s objection to turning off the utilities on the NSA emanates from a liberal nightmare of a state like Texas darkening health clinics for poor people or cutting off water supplies to voting rights attorneys.

»Let me be clear. I buy the idea that nutty contingents of the Tea Party might advocate for such things. Texas’s recent foray into fetal survival within the carcass of a deceased woman is evidence to never say never. But there is one basic difference. Mass blanket surveillance of telephone metadata, email and Internet searches without individualized warrants and probable cause, I s unconstitutional. The Bill of Rights doesn’t allow it. Congress didn’t approve it. The American public didn’t know about it until a certain contractor took a trip to Hong Kong. The idea Think Progress is embracing – the rogue activities of the NSA are established government policy – isn’t true. [...]

»Over 110 American cities have declared themselves sanctuary cities that will provide limited or no local cooperation with the Secure Communities deportation program run by the Department of Homeland Security. Vermont, the state most often described as a progressive Disneyland has developed a virtual cottage industry in defying the federal government. In just the last few years, the state has authorized hemp growing without a permit, passed a law prohibiting patent trolling not addressed by the US Patent Act, opted out of the Affordable Care Act, and has considered a GMO labeling bill, currently stalled by litigation threats from Monsanto. If the New Deal is sinking, the most progressive state in the nation appears to be steadily poking holes in the hull of the boat...»

... On notera qu’il n’est nulle part question, ici, de l’aile républicaine anti-NSA, sinon comme repoussoir-bidon pour le Center of American Progress (le site Think Progress) que Rosenberg prend comme cible. Les affaires Greenwald-Omidyar-NSA sont présentées comme largement perçues dans ce contexte précis comme au moins apolitiques et civiques, au mieux comme “de gauche”, avec une évidente radicalisation du groupe de journalistes désormais très important qui gravite autour, avec comme enjeu rien moins que le statut du journaliste et la liberté de la presse aux USA. (Les USA sont, d’une année à l’autre, passés du 32ème au 46ème rang pour la liberté de la presse dans le classement de “Reporteurs sans frontières” [voir HuffingtonPost, le 12 février 2014].)

Ces perspectives peuvent aller jusqu’à des paroxysmes mobilisateurs influant sur la situation politique nationale si, par exemple, Greenwald met ses projets de retour aux USA à exécution, – ce qui semble désormais probable. Nous estimons que l’affaire aura un effet politique national de première dimension, quels que soient les événements. (Il serait extrêmement risqué, en terme de popularité, pour l’administration Obama d’inquiéter judiciairement Greenwald, tout comme il serait préjudiciable au Système que Greenwald puisse apparaître et se déplacer, libre et auréolé de sa notoriété anti-NSA, sur le territoire US.) Cet effet national est promis à dépasser, à cause de la puissance démultiplicatrice du système de la communication, le cas de la NSA pour devenir une question fondamentale de la politique US.

Si l’on ne dit mot de la composante droitière du mouvement anti-NSA (essentiellement, les républicains-libertariens et les “paléo-conservateurs” anti-statistes et anti-interventionnistes), c’est que les événements n’y invitent pas, notamment parce qu’il n’y a pas de débat interne en cours et que ses positions anti-NSA, et partisanes de prises de position anti-NSA des États de l’Union sont fixées depuis longtemps. Mais l’on comprend que cette composante est là, très puissante, au moins bien aussi puissante que celle de la gauche en formation, et qu’elle est évidemment partie prenante de la plupart des démarches exposées par Greenwald et Rosenberg, dans les domaines envisagés. Il s’agit donc d’une question d’une ampleur nationale aux USA, qu’on ne peut exprimer que par l’hypothèse de la formation d’un grande “parti” transcendant toutes les tendances, d’ampleur nationale, un “parti anti-NSA” puisque la NSA est devenue symbole du reste en même temps qu'elle est la machinerie qu’on connaît engendrant chaque jour, au gré des révélations du fonds Snowden, un peu plus de rancoeur et d'hostilité contre elle...

Un processus exemplaire de dissolution

Il est évident que nous assistons à une partie gigantesque, surtout en période électorale (élections mid-term en novembre), alors que le thème de la NSA est devenu un enjeu électoral. Cette partie gigantesque, c’est une dynamique à l’œuvre qui pourrait transmuter la seule crise de la NSA en un courant politique nationale englobant toutes les grandes questions, d’est-à-dire tous les grands abus et tous les diktat de l’Etat de sécurité nationale (National Security State, ou NSS), jusqu’alors protégé par l’argument suprême de la sécurité nationale… Décomptons d’une façon plus structurée les forces en action, et les développements qu’on peut distinguer.

• La fracture à l’intérieur du parti démocrate s’élargit avec ce phénomène exceptionnel de voir une fraction progressiste, jusqu’alors statiste-rooseveltienne passant de plus en plus du côté des États contre le “centre” et pulvérisant l'argument des pro-Obama appelant à sauvegarder le legs du New Deal. (Rosenberg parle d’un tel mouvement de dévolution comme un phénomène progressiste : «Over 110 American cities have declared themselves sanctuary cities that will provide limited or no local cooperation with the Secure Communities deportation program run by the Department of Homeland Security. Vermont, the state most often described as a progressive Disneyland has developed a virtual cottage industry in defying the federal government... [...] If the New Deal is sinking, the most progressive state in the nation appears to be steadily poking holes in the hull of the boat...») On a déjà vu (par exemple, le 1er novembre 2013) combien cette tendance est porteuse d’éléments déstabilisateurs pour la structure même du pays, notamment avec un cas aussi brûlant que la NSA. Il s’agit d’une convergence inéluctable et particulièrement inattendue entre cette nouvelle fraction progressiste et les libertariens de droite, qui ne sera qu’exacerbée par la pression du RSS et de la NSA. Qui plus est, cette démarche porte sur l’élément majeur de la vulnérabilité structurelle des USA.

• Les journalistes cités, qui pèsent d’un poids considérable eux aussi, que le temps ne fait que renforcer, sont de plus en plus centrés sur leurs activités anti-NSA, – ce qui est en un sens paradoxal, puisqu’on aurait pu attendre que leur notoriété venue de la NSA les pousse à transférer leurs activités vers un contexte beaucoup plus large. Mais, comme on le verra, c’est le contraire qui se produit : c’est la crise Snowden/NSA devenant crise-NSA, à laquelle ils restent absolument liées, qui s’élargit elle-même et prend la forme d’un débat et d’une dynamique concernant tous les aspects de la vie nationale. Du coup, l’activité des Greenwald & Cie, qui semblerait réductionniste à première vue, tend à se transmuter en une bataille pour le rétablissement des libertés civiles, avec des opérations de communication qui risquent de faire de grands dégâts (retour de Greenwald aux USA). On dirait, si l’on veut, qu’un Greenwald n’a besoin d’aucun biais, – par exemple, en embrassant d’autres domaines, voire en établissant une activité politique spécifique, – pour capitaliser politiquement sur sa notoriété et son influence. Il lui suffit de rester plus que jamais connecté à l'activité concernant la NSA et l'utilisation du fonds Snowden, – qui, comme chacun le présume, paraît sans fond, – pour se trouver impliqué dans des activités antiSystème capitales. De ce point de vue, la question de la NSA transmutée en question générale des droits civiques devenue un puissant moteur de contestation du Système pourrait faire renaître la même logique que dans les années 1960, – cette fois, la questions portant paradoxalement sur les droits civiques de tous et non plus sur ceux des seuls Africains-Américains.

• L’originalité de la situation est que la droite dissidente et isolationniste est directement impliquée dans ce mouvement où l’on tend à ne plus distinguer ni gauche ni droite. La droite anti-NSA est plus que jamais mobilisée et pourrait remplacer, comme tendance-fanion, l’image du Tea Party, tout en en conservant sa dynamique, ce qui conduirait à faciliter extrêmement le rapprochement entre populistes de droite et populistes ce gauche. (Le Tea Party lui-même, qui a essuyé un revers lors de la crise washingtonienne de novembre 2013 sur le budget, et qui est aujourd’hui la cible des caciques démocrates et républicains unis en même temps que l’objet de l’hostilité de tous les démocrates, y compris les populistes, pourraient effectivement se rapprocher de l’action anti-NSA, qui reste une action anti-gouvernement central qui reste le coeur de son orientation, pour rejoindre le front populiste en train de se former.) Des hommes politiques de dimension nationale sont d'ores et déjà engagés dans ce mouvement. C’est notamment et évidemment le cas d’un Rand Paul qui veut porter le dossier des écoutes de surveillance devant la Cour Suprême (il a officiellement lancé cette procédure judiciaire le 12 février, – voir Russia Today le 13 février 2014, en assignant le président Obama en personne sur ce cas). Il y a toutes les chances que la connexion Rand Paul-NSA amène le débat sur la NSA au centre des élections présidentielles où beaucoup voit Rand Paul comme prétendant à la désignation républicaine, et cela en conjecturant que d’ici là une force politique solide se sera mise en place au nom de cette nouvelle dynamique.

Le phénomène potentiel fondamental que nous identifions dans ce contexte et dans la prospective qui le caractérise est que la crise Snowden/NSA (crise-NSA) se révèle un événement fondamentalement fédérateur, comme s’il s’agissait d’un événement central à la vie nationale US alors qu’il s’agit au départ d’un événement de type très spécifique, lié à des activités non moins spécifiques, techniques, etc., de surveillance et d’écoute, et du destin d’un seul homme qui devrait en apparence n'avoir, et qui n’avait effectivement aucun poids politique, ni aucune capacité de mobiliser des forces qui semblaient il y a encore un an très hétéroclites et proches d’être inconciliables. Il y a là un développement extraordinaire par l’amplitude qu’il a acquis de lui-même, par la substance politique dont il s’est chargé jusqu’à devenir une parfaite illustration de l’ensemble des tensions et des crises caractérisant la vie nationale US. Il s’agit d’une transmutation qui semble au premier regard d’aspect opérationnel, c’est-à-dire sans réelle orientation significative, mais qui s’oriente désormais vers la possibilité de devenir ontologique ; dans ce cas, l’événement lui-même peut subir une transmutation ontologique et prétendre représenter effectivement les tensions et les crises US qui ne parviennent pas à s’exprimer elles-mêmes et d’elles-mêmes, c’est-à-dire qu’il deviendrait une véritable représentation de la vie nationale US, c’est-à-dire enfin de la crise générale des USA, – et du Système au-delà.

La dynamique de cette évolution est peu ordinaire et particulièrement puissante, compte tenu de toutes les forces antagonistes qu’elle a rencontrées et qu’elles rencontrent, – le complexe militaro-industriel, l’exécutif, le Congrès, le courant de communication du RSS sur la sécurité nationale, les pressions patriotiques manipulées par le Système, l’hybris américaniste en général, etc., – et qu’elle semble dépasser irrésistiblement, voire retourner à son avantage. Une transmutation en une force d’opposition à l’intérieur du système de l’américanisme, capable de prendre sa place dans les institutions où elle aurait alors toutes les chances de s’affirmer, constitue un cas sans précédent pour une matière d’une telle technicité et d’un objet aussi réduit au départ. On doit alors faire l’hypothèse que cette dynamique de transmutation qu’est devenue la crise Snowden/NSA porte une puissance capable d’effectivement s’imposer comme une force antiSystème sans précédent et sans équivalent.

On peut comparer avec le précédent cas de whistleblower le plus fameux, celui des Pentagon’s Papers et de Daniel Ellsberg, qui bénéficia d’une énorme publicité de communication et d’un soutien du système de la communication, mais qui pourtant ne parvint jamais à interférer directement sur la vie nationale d’une façon directe, ni, encore moins, à provoquer l’arrêt de la politique des USA au Viêt-Nam. Les effets du cas Ellsberg se firent sentir à partir de 1974-1975, mais en conjonction avec d’autres occurrences d’une extrême importance, et principalement l’affaire du Watergate menant à la démission de Nixon. A aucun moment et au contraire du cas Snowden/NSA, l’affaire Pentagon’s Papers/Ellsberg ne figura une potentialité aussi bouleversante pour la vie intérieure nationale des USA, jusqu’à toucher des cas en apparence aussi éloignés du sujet initial que les relations entre le “centre” et les États de l’Union qui représente la crise récurrente type des USA depuis leur formation. Ellsberg l’a lui-même implicitement et volontiers reconnu en proclamant depuis un certain temps que le cas Snowden dépassait clairement et de beaucoup son propre cas en importance politique.

Il y a là un phénomène général qui témoigne de la vulnérabilité structurelle du Système malgré le développement continue de sa surpuissance, et comme une des voies de la transmutation vers l’autodestruction, et cette vulnérabilité justement dans ce fait que les événements évoluent comme on les voit faire malgré ce que représente la NSA en fait de puissance et de dynamique d’influence. Selon certains arrangements et certaines opportunités qui doivent encore se développer, la crise-NSA continue donc à développer des éléments qui la mettent en bonne place pour devenir la crise antiSystème fondamentale, la crise haute plantée au cœur de l’élément de force le plus puissant du Système. On observera que la chose évolue et se réalise sans heurts extraordinaires, à notre sens comme s’opérationnalise la crise d’effondrement du Système, par déstructuration et surtout, maintenant, par dissolution bien plus que par tensions et heurts violents. On observera que cette hypothèse concernant l’explication du processus de la crise explique lui-même son efficacité. Face à cette dissolution qui l’affecte lui-même et le dévore de l’intérieur, ce qu’il est incapable d’imaginer avec sa psychologie toute entière dominée par l’hybris, le Système ne parvient pas parce qu’il n’y songe même pas à orienter sa surpuissance et à la transformer en une force subtile opposant une résistance acceptable. (Certes, parler de “subtilité” à propos du Système relève de la complète déraison.) Le comportement d’Obama est très caractéristique à cet égard : planté sur ses affirmations pro-NSA, mais sans rien faire de plus tant l’homme est cool dans ses dérisoires et arrogantes certitudes de puissance, sans essayer par exemple de contrer le mouvement fondamentalement de dévolution qui touche de plus en plus d’États de l’Union, par le biais de leur opposition aux activités de la NSA.


Donations

Nous avons récolté 1328 € sur 3000 €

faites un don