Ultimes réflexions avant inventaire pour liquidation

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Ultimes réflexions avant inventaire pour liquidation

Il nous a semblé opportun de reprendre l’interview du professeur en économie politique (au St Mary’s College, en Californie) Jack Rasmus, sur RT, datant d’hier 7 novembre. Le principal sujet de l’interview est la dernière intervention du directeur du FBI, James Comey, le 6 novembre ; selon Rasmus, il s’agit bien plus d’une dernière manœuvre d’un homme qui est plutôt aux abois, pris entre plusieurs forces qu’il voudrait contenter et qui tente de tirer son épingle du jeu dans des circonstances de pression extraordinaires, si caractéristiques de cette élection USA-2016. Son jugement est sévère pour le directeur du FBI, et son impression était hier que cette dernière intervention n’a pas dû avoir un grand effet sur le cours de la campagne dans ses deux derniers jours.

D’une façon plus générale, Rasmus décrit un establishment, – dans ce cas les services de sécurité nationale intérieure, le FBI et d’autres services et organismes de police, – extrêmement divisé par les conditions chaotiques et furieuses de la campagne. Son avis nous paraît intéressant en lui-même, autant que la qualité de l’intervenant, ce professeur d’économie politique qui est un auteur à succès et une référence très respectée, de sensibilité plutôt progressiste mais sans esprit partisan du point de vue de la politique courante et clairement d’une tendance dissidente qui le placerait très proche du courant antiSystème qui nous importe. (Rasmus dispose d’un site propre, KiklosProduction.com, où il propose ses diverses productions, ses nombreux ouvrages, ses articles, ses conférences, etc.)

Voici donc l’interview de RT, le 7 novembre :

RT: « Comey threw the Clinton campaign into turmoil just over a week ago and now, on the eve of the election, he seems to be exonerating her. What do you make of the timing? »

Jack Rasmus: « To understand this whole affair with the FBI, starting in July, when FBI director Comey came out and pretty much gave a clearance to Clinton, you have to understand that the police establishment in the US is strongly pro-Trump. That is true within the FBI itself. And when Comey came out in July pretty much exonerating Clinton – it resulted in an internal firestorm within the FBI. And then Comey is caught in between both political wings of the establishment who are going after each other like never before. So, he came out with the statement about 10 days ago trying to balance the FBI’s initial position. He obviously thought that the statement was worded cautiously and would not cause another firestorm - but it did. It has affected the Clinton campaign. So, now he is coming out once again and he is clearing the decks for Clinton. What it reflects is a real split within the political establishment and that is reflected within the national security organizations and the police departments and so forth. Comey is trying to cover himself in both directions internally and between the two elites, but he is not doing a very good job. »

RT: « What reaction do you expect from Hillary Clinton now? »

Jack Rasmus: « So close to election, she may not really say that much herself directly and just let her campaign people make a blunt statement. I don’t think she wants to raise the issue at all. She probably wants to let the statement and the media speak for itself on that. I don’t think that is going to have too much effect on the election at this late day one way or the other...But the damage has been done to her campaign already and it doesn’t really matter that Comey at the very last minute sort of backtracks on it. »

RT: « Huma Abedin is becoming a key player in the scandal. The emails relating to Clinton were found on a laptop belonging to her ex-husband. She is Clinton's right-hand woman and a close family friend. Born in the US, Huma but spent her childhood in Saudi Arabia. She served as a consultant to the Clinton Foundation and worked with Hillary Clinton for almost 20 years. She also worked at the Institute of Muslim Minority Affairs, which some media have accused of links to extremist organizations. Do you think that if Clinton wins people will continue to scrutinize her? »

Jack Rasmus: « I think after this election in which we thought we saw instability going on and some remarkable conflicts between the two parties and they carried this before the election, I think this is going to continue after the election as well. If Trump loses, I don’t think he is going to expect it. And if Hillary wins, I think the Democrats are going to go after Trump and to attack his economic interests as a way to try and to get him to be quiet and not protest the elections. I think we got a lot of instability coming after the elections… »

Nous ajoutons une autre pièce à ce rapide inventaire, venue de Howard Kunstler qui est bien connu pour son esprit indépendant, son humeur caustique et pourtant roborative, sa plume bondissante et qui n’hésite pas devant la polémique, son mépris complet pour la politique aux USA et pour le fonctionnement du système de l’américanisme, qu’il estime complètement corrompu et extrêmement déplorable (The Deplorable, ce sont eux). En un sens, Kunstler se fiche bien du résultat de l’élection, sinon qu’il affirme avec une certaine exultation que, de toutes les façons et quel que soit le résultat, l’establishment aura son “va te faire foutre” de la part de l’électeur (« The establishment will get its “fuck you” anyway »). Tout juste estime-t-il qu’avec Clinton ce serait mieux, car l’on irait beaucoup plus vite dans le désastre et l’effondrement avec les vrais acteurs et producteurs de ce désatre et de cet effondrement aux commandes et affichant ainsi leur responsabilité.

Son avis d’observateur indépendant est néanmoins plus détaillé sur les candidats ; concernant Clinton, c’est la pourriture absolue ; concernant Trump, il regrette que le candidat ait été si mauvais dans son comportement et son argumentation, alors qu’il portait évidemment ce courant de contestation de type antiSystème si puissant et si profond, un tel courant qui aurait mérité un porte-drapeau plus glorieux... Pour l’avenir, cet avenir qui n’est pas si loin puisqu’il commence demain matin, Kunstler est résolument et allègrement pessimiste. Il détaille les possibilités de blocage et d’affrontement dès ce soir, ou demain au petit matin ; à plus long terme, il nous présente un menu explosif agrémenté d’alternatives pleines de fougue : un vrai pseudo-nazi pour succéder à Trump et prendre en main le mouvement, une guerre civile, une guerre généralisée et ainsi de suite... “Que du bonheur”, comme on dit selon le vocabulaire publicitaire postmoderne, si complètement de circonstance dans une époque dont la philosophie ontologique est l’inversion en toutes choses.

La dernière phrase de Kunstler, sur son vote : « Moi ? J’ai l’intention d’écrire mon propre vote, pour Homey D. Clown, parce qu’il n’emmerde personne. » Article du 7 novembre à lire sur son site Kunstler.com, ou bien repris sur ZeroHedge.com.

« A mighty nausea wells up across the land as the awful day cometh. Who will receive the black spot of fate on Tuesday? I wouldn’t want to be him or her on that dreadful day. The flagship of Modernity has lost its vaunted mojo and nobody knows what to do about it as the USS-USA pitches and yaws into the maelstrom.

» Much opinion “out there” contends that we will have to suffer an election overtime, with the results contested on every hill and molehill from sea to shining sea. That scenario suggests various outcomes, all of them pretty bad:

» 1) the election is once again relegated to a Supreme Court case, only this time it ends up a 4-4 tie. Constitutional crisis time.

» 2) Perhaps as a function of No. 1, it ends up in the US House of Representatives. The catch is: members aren’t limited to Trump or HRC. They can vote for whoever they like.

» 3) A lot of web chatter has President Obama invoking some sort of emergency with the election postponed until some conclave of political viziers can figure a way out of it. Unlikely, but possible.

» FBI Director James Comey’s eleventh hour reprieve of Hillary in the email server case sent an odor of rotting carp wafting across the political landscape. Like, his peeps actually vetted 650,000 emails in a week? I’m sure. Of course, the FBI does not issue indictments; that’s AG Loretta Lynch’s job over at the Department of Justice. The FBI only makes criminal referrals to such. But this puts too fine a point on the matter because the much more serious issue is the Clinton Foundation case, and the arrant sale of influence while HRC ran the State Department.

» That currently overshadowed case is not closed. It sends up the odor not of a single rotting carp but of an entire whale pod dead on the beach. Half the emirs in Arabia dropped millions on the foundation to facilitate arms deals or to influence policy at State, and that was only part of what looks exactly like a classic racketeering operation. The Clinton Foundation story is not going away anytime soon and it will suck all the air out of the public arena for as far ahead as anyone can see when Hillary is in the oval office. [...]

» The establishment will get its “fuck you” anyway. I do go along with the argument advanced by others that it would probably be better for Hillary to win, because that way the right people (the gang already in power) will be blamed for the descent into the maelstrom and will be expeditiously swept away.

» Just about anything may rise up across America after that — the true corn-pone Nazi who succeeds Trump in the meshuggeneh branch of conservative politics… a second civil war… or a World Made By Hand. I detect a general awareness that the country must pass through some epic ordeal to straighten itself out. Well, here it is, just in time or the holidays. »

Ainsi, que ce soit dans le ton sérieux et mesuré, ou dans celui de la raillerie furieuse, l’état d’esprit est le même. C’est celui, mais inverti, de cet officier de l’US Navy qui contemplait le spectacle de la Flotte du Pacifique le 7 décembre 1941, en fin d’après-midi à Pearl-Harbor : “Je sais bien que nous allons gagner cette putain de guerre, mais je me demande bien comment”, – quelque chose comme : “Je sais bien que nous allons couler ce putain de pays, mais je me demande bien comment”. Qu’on se rassure, nous-mêmes et nos lecteurs : ce sera beaucoup, beaucoup plus rapide que la victoire dans le Pacifique.

Effectivement, la question qui est dans tous les esprits est bien le “comment”, – plus question de “si” et même le “quand” devient superflu, – le “comment” de la chute des États-Unis d’Amérique, par l’intérieur, en toute indépendance et surtout en toute liberté comme le recommande le Commandement unique de la Vertu de l’exceptionnel ; comme l’avait recommandé le très-grand Lincoln, alors tout jeune parlementaire et déjà conscient du destin qui ferait de lui un des architectes de sa sinistre prophétie puisque, décidément, un seul terme du dilemme qu’il présente, et un seul seulement, doit être retenu : « Si la destruction devait un jour nous atteindre, nous devrions en être nous-mêmes les premiers et les ultimes artisans. En tant que nation d’hommes libres, nous devons éternellement survivre, ou mourir en nous suicidant. » La dernière fois que nous avons fait cette citation, qui nous revient souvent sous la plume, c’est dans le cours de Notes d’Analyse du 12 septembre 2016, sous le titre dont ne retirons pas une seule virgule (il n’en comporte d’ailleurs pas car c’est bien inutile), – « Notes sur une campagne devenue folle ».

Certes, le mot général de “folie” est là, dans notre esprit incrédule, sous nos yeux ébahis, et au bout de notre plume interdite à chaque fois qu’il s’agit d’en parler, mais le temps d’un court instant car ce spectacle de la Chute doit être absolument décrit et acté. La “folie suicidaire” des USA qui a conduit à l’apothéose de cette campagne, et qui entend bien poursuivre jusqu’à son terme, doit évidemment inspirer, pour les temps à venir, le jugement de l’historien qui, au-delà des USA, devra embrasser une époque, l’époque du Système, l’époque du Diable qu’ils se permettent en plus d’aller célébrer avec leur vulgarité extrême et leur goût du bling-bling sanglant, comme pour se faire croire qu'ils ont un petit peu du tragique de leur tragédie-bouffe.

 

Mis en ligne le 8 novembre 2016 à 06H50

 

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don