T.C.-66 : La crise-rhizome

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 6 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2945

T.C.-66 : La crise-rhizome

16 décembre 2018 – Avec l'affaire des Gilets-Jaunes (GJ) -français qui bouleverse l’ordre des arrangements entre le Système et les élitesSystème et l’affaire Khashoggi dans ses suites princières qui implique Mohamed ben Salmane (MbS) d’Arabie et met en cause toute la chaîne de la puissance pseudo-impériale du Système dans le chef de son exécutant principal que sont les USA, une nouvelle sorte de crise prend forme. Nommons-là “crise-rhizome”, ce qui rappelle un texte précédent concernant les GJ... Voici donc deux crises-rhizome inaugurant la catégorie, la crise-GJ et la crise-MbS ; et leur caractère, ce qui fait leur intérêt spécifique et l’intérêt objectif de les classer en un rangement nouveau et commun, renvoyant à la chose fameuse des déconstructeurs ainsi décrite dans le texte référencé qui s’appliquait aux GJ mais vaut pour la nouvelle catégorie crisique ainsi proposée :

« Car cette diffusion aux mille branches dont nul ne sait ni la racine, ni le tronc, ni la subordination, ni la hiérarchie, qui caractérise ce mouvement étrange et déroutant des “Gilets-Jaunes” du 17 novembre, est la parfaite incarnation du rhizome de Deleuze-Guattari, les déconstructeurs-nés. »

Plus encore, bien plus... Ce sont deux crises formidables à cause des choses et des processus qu’elles touchent, menacent et ébranlent, des crises d’une importance paroxystique. Il s’agit de les comprendre pour ce qu’elles sont profondément, et non pour ce qu’elles paraissent être, une fois surmontée l’incompréhension initiale et ce passage obligé où la raison-subvertie tente de nous donner une explication rassurante parce que compréhensible, y compris avec tel et tel complots ici et là puisque le complotisme, décidément, sied à tous les acteurs de la pièce.

La crise-JG s’attaque au Pouvoir-en-soi, c’est-à-dire à la courroie de transmission vitale du Système ; la crise-MbS s’attaque à l’“Empire”-en-soi, c’est-à-dire à une des poutres-maîtresses de l’activisme entropique du Système. Si ces deux crises sont bien d’une “importance paroxystique”, on ne sait par quel bout les prendre parce qu’elles n’ont pas de bout comme tout rhizome de bonne compagnie, et elles sont difficilement compréhensibles parce qu’il n’y a rien de rationnel à comprendre par rapport au fonctionnement normal des choses auquel nous sommes habitués.

Face à elles, on ne dit mot, ou bien l’on se noie dans des détails techniques, ou bien l’on dessine de grandes perspectives illusoires où elles n’ont plus leur place, ou bien l’on ne dit mot à nouveau. Mais elles restent là, tranquillement entêtées et comme sûres d’elles, leurs places faites et hors de toute contestation possible. Finalement, ces deux crises semblent faire du sur-place tout en ourdissant sans doute, – moi-même y croit sans aucun doute, – de nouveaux et formidables bouleversements que produit une agitation profonde et cachée dont nous avons par hoquets, par instants inattendus, des signes de la puissance tout aussi formidable...

On ne s’étonnera pas que, déjà à ce point ou plutôt enfin à ce point, on introduise l’élément de la psychologie par la perception, pour lui donner une place fondamentale. Je ne parle pas une seconde de cette psychologie maîtrisée sur laquelle s’appuient les comportements intéressés, la psychologie de façade, mais celle qui agit en profondeur et dont nous sommes pas les maîtres parce qu’elle est l’interlocutrice privilégiée des forces du dehors et du dessus qui vont directement, comme fait une intuition, se loger dans les espaces privilégiés de l’esprit. Cette psychologie-là est touchée de plein fouet par cette nouvelle sorte de crise, sans que l’on n’en sache rien ; et ainsi, faisant naître dans notre arrière-conscience, avant que nous en ayons pleinement conscience, le sens de l’attaque au cœur du Système, de son autodestruction, sous la pression de ces crises-rhizomes, tapies et immobiles, qui désintègrent silencieusement les structures de l’empire du Système sur le monde.

“Nous autres, Système, nous savons désormais que nous sommes mortels”...

La crise-rhizome est la crise parvenue à son stade ultime, celui de la légitimité et de l’institutionnalisation. Elle est le produit ultime du Système, le produit inévitable de sa surpuissance sans vergogne ni retenue, et par conséquent la représentation opérationnelle de son autodestruction.