“Remexicanisation”, pétitions de sécession, – dissolution…

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 113

“Remexicanisation”, pétitions de sécession, – dissolution…

Le spécialiste d’histoire et de politique extérieure russe Nikolaï Malichevski surveille avec attention, dans la grande tradition de la futurologie russe, l’évolution des USA vers leur fin en tant qu’entité fédérale conduite par une majorité et une culture WASP (White, Anglo-Saxons, Protestants). Cela n’est pas tant du à la réélection d’un président africain-américain, et d’ailleurs Malichevski accorde beaucoup moins d’importance aux blacks qu’aux latinos. Quoi qu’il en soit, la situation est désormais identifiable au niveau électoral, estime Malichevski. (Dans Strategic-culture.org, le 13 novembre 2012)

«The recent U.S. presidential election was a milestone in the evolution of the political system of the country, because it showed that for white America this critical amount of democracy was a factor more fatal than favorable. […]

»…Today without the support of black skinned and “Latino” electors, it is impossible to win elections at the federal level in the U.S. Even conservative “Republicans” realize this; at the last Congress in Tampa they let the third presidential candidate (and, accordingly, the vice-presidential hopeful) be 41-year-old Latin American, Marco Rubio. This is to say nothing about the “Democrats” who are pinning their long term hopes on a national minority. In their midst is rapidly rising star, Julian Castro, a 37-year-old who comes from a family of Mexican immigrants. He currently holds the post of mayor of San Antonio, Texas – the birthplace of the “Republicans”. In case of victory in the upcoming gubernatorial elections, and after Obama’s second term, this “Latino” may be the most promising candidate for the next master of the White House.»

La thèse commence à être classique mais elle se précise de présidence en présidence, de recensement en recensement… Pour la première fois dans l’histoire des USA, annonçait le New York Times le 17 mai 2012, il y a eu en 2011 moins d’enfants blancs que d’enfants “de couleurs” (49,6% des à peu près 4 millions de nouveaux nés étaient blancs). Bien entendu, les latinos sont le groupe minoritaire le plus important, le groupe majoritaire des minorités : 16,7% de la population (12,3% pour les blacks), avec plus de 50 millions de personnes dont un nombre de plus en plus important ne sont pas naturalisés ni intégrés, ni culturellement, ni socialement, et cette tendance-là, extrêmement centrifuge et adossée au voisinage du Mexique, ne cessant de se renforcer.

Malichevski examine cette question prospective de l’émergence des latinos, qu’il place dans un contexte très affirmé et très déstabilisant. Au contraire des Africains-Américains, dont la place aux USA est entourée d’un symbolisme de revanche et de réparation s’exprimant par l’intégration, et qui sont soumis à de fortes pressions intégrationnistes, les Latinos-Américains se développent d’une façon autonome et très structurée aux USA. Ils ont des thèses solides pour une contestation territoriale et culturelle vigoureuse, et même des thèses raciales extrémistes et agressives.

«While American hawks are fighting with the representatives of the “Global South” of the planet, the problem of the “Inner South” is secretly brewing in their own home. At the core of the ideology of “internal southerners” is a neo-Nazi liberation theology called “La Rasa”, which calls for the eradication of all the races in America, except for “Chicanos” and based on the “Aztlan tradition” (Aztec civilization) and to form an independent state on its territory (Southwest U.S.) with a quasi-communist form of government.

»The theory behind the beginning of this ideology was first put forward the first quarter of the twentieth century. In 1925, the Mexican philosopher Jose Vasconcelos announced in “La Raza Cosmica” the arrival of a new fifth, or the Cosmic Race, which will arise out of the Latin American race, and which will have absorbed all the best from the other races, then Ibero-america, thanks to their spiritual and racial factors will open an era of universal humanity. In the late twentieth century, a publication by Carlos Castaneda gave a new impetus and appeal to the “Aztlan tradition”, and popularized it far outside the U.S. In practice, the beginning of a broader “Chicano” movement began in 1967, when they organized the so-called “March of the Reconquista” and even managed in resisting violent and bloody suppression of their protests, to bring down a police helicopter.

»One of the modern “Chicano” ideologists, Professor of the University of California, Armando Navarro, argues that in the next 10-15 years, the states of California, Arizona, New Mexico, Nevada, Texas and Utah will be half Latin American: “I call it Remexiconization, not Reconquista – and a new majority will be formed. Everything will change. The White House is now only an arm's length away from us. We will have to change its name to the Brown (Bronze) House”.

»The right wing Republican, Patrick Buchanan (former adviser to presidents Richard Nixon and Ronald Reagan), discusses in his book “The Death of the West” how the representatives of the “Cosmic Race” are socially active in the US today. In the chapter on the “New Reconquista” he quotes from the manifesto the Spanish speaking student organization “Movimiento Estudiantil Chicano de Aztlan” – the “Aztalan Chicano Student Movement” (MEChA), which is active in the south and south-western United States, “We have our hearts in our hands, and our hands in our native land! We announce the independence of our mixed race country. We are bronze people with bronze weapons! Before the world, before all of North America, before all our brothers on the bronze continent, we announce that we are the people; we are a true pueblo country, we are Azltans.” Furthermore, the author of “Death of the West” quotes the plan of MEChA, which reads: “Aztlán belongs to those who plant the seeds, watering, planting and harvesting the crops, but not to European outsiders. We do not recognize the unstable frontier of the bronze continent.” The lead slogan of MEChA is “Por la Raza Todo. Fuera de la Raza Nada”, that is, Everything for our race, and nothing for outsiders. The epigraph to this chapter is a quote from the central Mexican newspaper “Excelsior”: “The American Southwest seems to be slowly and without a shot being fired, coming back to the jurisdiction of Mexico”.

»Such trends have been a serious concern to the U.S. authorities for years. They are now trying to muffle the problem, by turning Hispanic and black racists, which are the most threatening to the security of the state, against each other. This is most clearly, openly, and bloodily seen, for example, on the streets of Los Angeles and other southern cities, where the structure of EME (one of the think tanks of the Latin American movement in the U.S.) and “Black Vanguard” (incorporating former activists of the famous “Black Panthers” and the “Liberation Army”), euphemistically referred to by the authorities “mega bands” (hundreds of well-organized mini-armies, amounting to a total of tens of thousands of disciplined, ideologically motivated fighters), are in a real civil war between each other…»

Ces grandes tendances ne sont en aucune façon une surprise. On parle depuis longtemps de la (re)mexicanisation des USA, essentiellement par le Sud-Ouest. Les barrages frontaliers et une répression féroce sur la frontière (plus de 500 immigrants tués, pour la seule année 2005) n’ont guère d’effets sur l’immigration illégale. Au reste, on découvre de plus en plus que l’“immigration illégale” se fait de plus en plus légalement. («[A]lmost half of the more than 12 million illegal immigrants in the U.S., never violated the border rules and generally entered the country perfectly legal. The authorities are reluctant to recognize that these millions of “good” illegal immigrants arrived in the U.S. on legal visas, but “forgot” to return home.») D’une certaine façon, l’“invasion” mexicaine s’effectue silencieusement, furtivement mais massivement, à son rythme, comme une chose allant de soi et générant des situations où, bientôt, des États de l’Union commenceront à devenir majoritairement latino, donc, complètement latino selon le processus démocratique (Californie, Arizona, Nouveau Mexique, Nevada, Texas et Utah, pour commencer). L’“invasion” a donc une forme ethnique, culturelle, administrative (politique), mais aussi de cohésion géographique, selon la nature des choses dans les retrouvailles avec l’histoire, – notamment pour les États enlevés au Mexique dans la première moitié du XIXème siècle, notamment avec la guerre de conquête de 1846-1848, qui fut la première expédition expansionniste US saluée par le slogan de The Manifest Destiny.

Mais les divers délais évoqués pour l'arrivée à plein effet de la “remexicanisation” elle-même sont trop longs pour la situation générale de dissolution extrêmement rapide des USA, qui s’accélère sous nos yeux avec la dissolution d’institutions fondamentales (comme l’armée, dont on est en droit de commencer à se demander si elle n’est pas entrée dans un processus de dévastation interne, par le biais de mesures prises contre divers généraux et amiraux). Par contre, la perspective statistique elle-même exerce une pression formidable immédiate sur la cohésion des USA, qui n’est pas manifestée brutalement et explicitement, mais qui l’est symboliquement par intermittences, par exemple lors de cette réélection d’Obama. Il s’agit là de mouvements ou de forces en constant renforcement, et qui se renforcent les uns et les autres, d’une façon souvent antagoniste dans leur dynamique, mais dans le même sens commun de la dissolution.

Il y a d’ailleurs, mais d’une façon qu’on pourrait considérer comme manifestant un rapport de situations signifiant l’ampleur du problème et de la dynamique en marche, un autre mouvement qui s’est manifestée à l’occasion de l’élection. Il s’agit d’un mouvement de pétitions en faveur de la sécession, émanant de divers États, d’origine populaire et conforme au processus constitutionnel général tel qu’il est établi par le gouvernement fédéral, notamment dans le chef de la Maison-Blanche pour les pétitions populaires. Russia Today le signale, ce 12 novembre 2012, sous le titre un peu “dramatisé” mais néanmoins symboliquement adéquat de «Nearly half of the US threatens to secede»… Au 12 novembre, vingt États avaient émis ainsi des pétitions officielles d’origine populaire, depuis le 6 novembre (Alabama, Arkansas, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Colorado, Dakota du Nord, Floride, Géorgie, Indiana, Kentucky, Louisiane, Michigan, Mississippi, Missouri, Montana, New Jersey, New York, Oregon, Tennessee et Texas).

Russia Today : «Louisiana became the first of the (as of now) 50 united states that managed to collect enough signatures to have their petition for secession added to the White House’s website last week, and so far they’ve had no problem finding company. A petition asking for the government to “Peacefully grant the State of Louisiana to withdraw from the United States of America and create its own NEW government” garnered more than 14,000 signatures since going live on November 7, and so far 19 other states have managed to attract similar success.

»According to the terms of participation on WhiteHouse.gov, the website for the executive branch of the United States will make any petition searchable if it can collect 150 signatures within one months’ time, and collecting 25,000 signatures will necessitate an official response. So far Texas seems to be in the running to be the first state to receive a response from the commander-in-chief, with 21,777 signees asking for secession since their petition went live on November 9, barely 48 hours after US President Barack Obama claimed a victory in his bid for re-election.

»In all, 20 states have so far broken the 150 signature threshold, mostly sticking closely to the script included in the first petition published by “Michael E” of Slidell, LA, who quotes the Declaration of Independence in his plea to once again separate the public from a power that, according to thousands of residents, doesn’t represent what is best for the people anymore…»

La pétition du Texas, qui est la plus proche d’atteindre la barre des 25.000 signatures, présente une argumentation particulièrement intéressante, d’un point de vue pratique et réaliste, pour la sécession. Observant que les USA souffrent de très graves conditions économiques “provenant de la négligence du gouvernement fédéral pour les réformes intérieures, et de ses dépenses extérieures”, le texte affirme : «Given that the state of Texas maintains a balanced budget and is the 15th largest economy in the world, it is practically feasible for Texas to withdraw from the union, and to do so would protect its citizens’ standard of living and re-secure their rights and liberties in accordance with the original ideas and beliefs of our founding fathers which are no longer being reflected by the federal government…» Le texte affirme encore que des lois et institutions fédérales, comme la loi NDAA permettant l’arrestation et l’emprisonnement arbitraire de citoyens, et les pratiques abusives et intrusives de la TSA (la Transport Security Administration, chargée de la surveillance et du contrôle des passagers des voies aériennes), violent les droits civiques élémentaires des habitants du Texas et des USA. Le texte conclut qu’il s’agit d’une situation, pour l’État du Texas, pour laquelle “la sécession devrait être la seule solution”.

Certes, ces chiffres et ces initiatives peuvent paraître dérisoires au commentateur-Système, mais ils sont d’abord symboliques. Dans certaines circonstances de périodes paroxystiques, la force est bien entendu dans le symbole qui ne dépend en rien du facteur quantitatif, et notre conviction est que nous sommes dans une de ces périodes. Lors des premières manifestations de septembre dernier suivant la farce du film Innocence of Muslims, un brillant commentateur parisien (Nouvel Obs’ ou Figaro, au choix et qu'importe) faisait remarquer avec une moue de mépris que ces manifestations ne regroupaient même pas 1% des populations de tous les pays arabes touchés, donc que le mouvement ne représentait rien et n’aurait guère d’effets. La cervelle de moineau n’avait pas tort du point de vue de la comptabilité mais elle n’avait strictement rien compris. Ce qui comptait en l’occurrence, c’était le symbole et, dans ce cas, le système de la communication sait fabriquer des symboles médiatiques, – et ce fut la “troisième vague” du “printemps arabe“, un immense bouleversement de plus.

Dans le cas de la “remexicanisation”, par exemple, nous n’estimons certainement pas que ce soit la réalisation effective des prospectives statistiques qui compte (les États devenant à majorité latino dans 10-15 ans), mais le symbole même évoqué par ces chiffres, qui s’impose immédiatement, qui fait peser tout son poids sur les psychologies. L’effet est immédiat, constant, bien avant que les choses ne se réalisent, par excitation interconnectée des divers évènements de dissolution en cours. D’un point de vue plus pratique et concret, ces mouvements en apparence déconnectés, voire antagonistes, peuvent trouver un terrain d’entente au nom de l’intérêt général. Le cas du Texas est exemplaire, où la “remexicanisation” et le mouvement de sécession venu plutôt des blancs peuvent s’accorder rapidement si la situation générale dramatique des USA se poursuit comme c’est très probable, et donner une majorité dans cet État en faveur de la rupture avec le gouvernement fédéral.

Mis en ligne le 14 novembre 2012 à 01H10

Mise à jour

Première mise à jour : le 13 novembre 2012, dans la nuit du 13 au 14 pour l'Europe, le site Infowars.com annonçait que le nombre d'Etats ayant émis de telles pétitions populaires était passé à 34, dont notamment la Californie en plus.

Deuxième mise à jour, ce 14 novembre 2012 à 08H30 : les 50 États sont touchés par ce phénomène.

Troisième mise à jour, ce 14 novembre 2012 : le nombre de signatures demandant la sécession du Texas atteint désormais le chiffre de 70.000 et nécessitera une réponse du président.

Donations

Nous avons récolté 642 € sur 3000 €

faites un don