Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Les Carnets de Nicolas Bonnal

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Paul Craig Roberts s’en prend souvent à Poutine. Or cette fois il se déchaîne avec citations et arguments…

« Eric Zuesse note que seules la Syrie et la Russie se plaignent de l'occupation illégale du territoire syrien par Washington, une occupation qui n'a pas l'autorisation de l'ONU et constitue une violation totale et totale du droit international et des attaques constantes d'Israël contre la Syrie. Le soutien continu de Washington à la guerre contre le gouvernement légitime de la Syrie et le soutien aux attaques israéliennes et terroristes contre les forces syriennes et russes minent les efforts de la Russie pour ramener la paix dans la région. Zuesse note également que Washington et sa marionnette britannique bloquent toute action de l'ONU contre l'illégalité de Washington.

Zuesse est correct. Mais la poursuite de la campagne de Washington contre la Syrie et la Russie est-elle en grande partie la faute de la Russie ? Stephen Lendman fait valoir que c'est la faute de la Russie.

Pourquoi ? Il semble que le gouvernement russe soit si désireux d'obtenir l'approbation de l'Occident qu'il termine ses campagnes militaires avant que le travail ne soit terminé. C'est Poutine lui-même qui a déclaré “la victoire” en Syrie et a retiré une partie de l'armée russe avant de débarrasser toute la Syrie de l'occupation étrangère et djihadiste, laissant ainsi en place des têtes de pont américaines pour renouveler le conflit.

Il n'aurait pas fallu plus de deux semaines à la Russie et à la Syrie pour libérer toute la Syrie des djihadistes soutenus par les Etats-Unis, mais apparemment la Russie avait peur d'énerver Washington et de risquer le contact avec le personnel américain. »

Il est vrai qu’en soutenant Assad – comme en réoccupant la Crimée -  la Russie s’est délibérément et sans intérêt visible dans l’affaire mis le « monde libre » à dos. Il est vrai aussi qu’à l’ONU personne n’attaque la conduite américaine en Syrie. Dans ce cas…

PCR :

« Toujours en faisant confiance au droit international, à l'ONU et à «nos partenaires occidentaux», la Russie a démissionné prématurément. Comme le dit Lendman, les plaintes de Zakharova, de Lavrov, des porte-parole du ministère russe de la Défense et de Poutine lui-même sont fondées sur des faits absolus. Mais la question est de savoir quand la Russie apprendra, si jamais, que les faits et la loi ne font aucune différence pour Washington. L'intérêt de Washington est dans son hégémonie sur le monde et dans l'hégémonie d'Israël au Moyen-Orient. »

PCR cite Stephen Lendman souvent cité dans les colonnes de Globalreseach.ca, qui non plus n’aime pas cette assez nuisible indécision russe :

« Lendman fait valoir que “Tant que la Russie maintient le mythe du partenariat avec Washington au lieu de donner à Washington un avant-goût de sa propre médecine... le conflit continuera probablement à s'intensifier .” Lendman pourrait être correct à en juger par les lourdes attaques israéliennes sur la Syrie le 10 février après que les défenses aériennes syriennes aient endommagé l'image d'invincibilité d'Israël en abattant un des avions de guerre israéliens qui attaquaient la Syrie et rapporte que le conflit pourrait s'intensifier et impliquer Iran. »

On rappelle le basique :

« Toute ma vie, les présidents américains ont exhorté Israël à ne rien faire du tout. Les pulsions de Poutine n'auront plus d'effet, sauf si Poutine prend la carte du livre de Lendman et dit au criminel de guerre Netanyahu qui dirige l'Etat israélien illégal, qui est basé sur des terres volées à la baïonnette des Palestiniens, que tout cela et la Russie mettront Israël dehors. Lendman pense qu'aucun autre moyen de parler à l'état sioniste fou, ou à Washington, n'aura aucun effet, et l'histoire semble être du côté de Lendman. »

PCR en retire des conséquences douloureuses pour les antisystèmes et leur idole planétaire :

« Soit la Russie n'est pas sûre de son pouvoir, soit Poutine est empêché d'utiliser le pouvoir de la Russie par les intégrationnistes traîtres atlantistes qui constituent la cinquième colonne de Washington à l'intérieur du gouvernement et de l'économie russes. C'est un mystère que Poutine tolère une poignée de traîtres qui ont un soutien public minimal tandis que l'Occident et Israël deviennent chaque jour plus agressifs contre les intérêts nationaux russes. »

 

Décidément énervé par le pauvre Poutine, PCR rappelle ici le Saker :

« Poutine évite raisonnablement d'escalader une situation, mais on a l'impression qu'il y a des contraintes sur la capacité de Poutine à résister à Washington. Le Saker identifie le problème comme les “intégrationnistes atlantistes” favorables à Washington qui, pour des raisons de carrière personnelles, pour des raisons personnelles et parce qu'ils sont soutenus par des ONG et des médias financés par Washington en Russie, ont vendu la souveraineté russe à la mondialisation. Poutine, semble-t-il, ne veut pas ou ne peut pas se mettre aux côtés de ceux qui servent le nationalisme russe à Washington, ce qui empêche toute véritable victoire russe. »

Et PCR pose les questions qui font mal quant à la pseudo-opposition au système mondial occidental :

« Si les “intégrationnistes atlantistes” au sein du gouvernement de Poutine sont capables de bloquer des réponses plus décisives, la question se pose : à quel point Poutine est-il puissant ? Est-ce que Poutine a gagné la Syrie seulement pour la perdre à Washington et aux Israéliens ? Comment pouvons-nous imaginer Poutine, à la tête d'un Etat puissant, au téléphone plaidant avec un criminel de guerre israélien qui dirige un minuscule Etat ? Nous savons qu'Israël possède Washington, mais Israël possède-t-il aussi la Russie ? »

Autres questions sur la mollesse de Poutine souvent constatée (et non dénoncée) par notre ami Israël Shamir par exemple :

« Combien de fois Poutine a-t-il annoncé la victoire en Syrie, s'est retiré et a dû revenir après que les forces de Washington aient récupéré ? Pourquoi Poutine refuse-t-il la réincorporation des provinces russes séparatistes en Ukraine ? Il a permis à la Crimée de revenir à cause de la base navale russe, mais il a refusé les provinces russes de Donetsk et Louhansk. Par conséquent, le peuple russe continue d'être attaqué, et Washington a maintenant armé son état nazi ukrainien avec des armes pour reconquérir les républiques séparatistes. »

PCR rappelle :

« Poutine peut entièrement mettre fin au conflit ukrainien en acceptant les anciennes provinces russes en Russie. Nous pouvons comprendre que Poutine pourrait penser à long terme, comme les dirigeants soviétiques qui ont mis les populations russes en Ukraine, équilibrer l'Etat ukrainien avec les populations russes pour que l'Occident ne puisse pas complètement transformer l'Ukraine, une partie historique de la Russie, en état hostile contre lequel plus de forces militaires doivent être dirigées. Il est clair que Poutine est un penseur stratégique à long terme, mais le sort de la Russie et celui du reste d'entre nous seront décidés à court terme. »

Il rappelle notre situation européenne :

« Nous pouvons également comprendre que Poutine, en continuant à mettre l'accent sur le droit international, essaie de faire comprendre à l'Europe que Washington opère en dehors et au-dessus du droit. Poutine perd son temps. Pendant des décennies, les dirigeants européens ont été sur la masse salariale de Washington. Ils ne se moquent de rien d'autre que leurs soldes bancaires. »

Et PCR réexplique le jeu néocon, écarter la Russie et soumettre la Chine :

« Les néoconservateurs qui gouvernent à Washington croient que le retrait de Poutine restaurera l'hégémonie de Washington sur le monde. Ils considèrent la Chine comme un pays qui acceptera le leadership américain en échange de richesses. C'est probablement une vision erronée du gouvernement chinois, mais elle sert à concentrer l'attaque sur la Russie, au sein de laquelle le gouvernement de Washington a des alliés. »

Faut-il sous-estimer Poutine alors ? PCR :

« Je comprends que les opinions exprimées ici pourraient être fausses. Zuesse a peut-être tort. Lendman a peut-être tort. Le Saker a peut-être tort. Et peut-être que je me trompe dans ma lecture d'eux. Personne ne devrait sous-estimer Poutine. Néanmoins, la Russie devrait être consciente qu'elle est perçue par les décideurs politiques néoconservateurs comme un État faible qui manque de courage pour que Washington, et même la minuscule Israël, puisse se déplacer, comme Washington l'a fait depuis l'effondrement de l'Union soviétique et comme Israël le fait maintenant. Syrie. Washington n'a jamais eu le moindre coût en noircissant les yeux de la Russie et la réputation de la Russie. La passivité de la Russie invite à la guerre nucléaire ou à la reddition russe. »

PCR rappelle une énormité récente (info/intox ?) :

« Sergei Chemezov dit que la Russie est prête à vendre le système anti-aérien russe S-400 à Washington afin que Washington puisse apprendre à le vaincre et à rattraper la technologie militaire russe. À moins que Chemezov ne fasse une blague, il y a un problème dans sa perception de la réalité.

Poutine s'est déconsidéré avec des gens qui ont une conscience morale quand il a rencontré le criminel en chef de l'Etat israélien et a traité Netanyahou comme s'il n'était pas un criminel de guerre qui relevait de l'échafaud, mais un leader mondial digne de la reconnaissance russe. Cet acte de folie a détruit la réputation de Poutine en tant que leader qui défendait les résultats moraux et non pas simplement pour des résultats négociés et égoïstes.

Le monde a besoin d'un leader. Les espoirs étaient sur Poutine. »

Tout ce que dit Craig Roberts tend à accuser Poutine de toutes les erreurs possibles : d’un côté il aurait poussé à bout l’élite occidentale et son empire pas si à l’agonie que cela selon lui ; de l’autre il (Poutine) n’a pas su mener à bout sa mutinerie, exposant son peuple et son pays à une terrible punition ultérieure.

C’est Leibnitz qui remarquait lors de ses discussions avec Bossuet, quand on parlait de rapprochement spirituel entre protestants et catholiques : « celui qui fait le plus d’efforts en effet se voit reprocher de ne pas les faire tous. »

Donations

Nous avons récolté 1119 € sur 3001 €

faites un don