Nous avons le coupable mais pas le crime...

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Nous avons le coupable mais pas le crime...

Le plus hors de l’ordinaire dans cette affaire si médiocre est que toute la très sérieuse presseSystème des USA continue à la décrire dans toute sa dimension de simulacre, suivie par sa consœur européenne et notamment parisienne, que tous les experts et journaleux continuent à en débattre comme si la chose existait. Cela pourrait, cela devrait être en effet un mensonge extrêmement médiocre, un coup bas assez quelconque, assez ordinaire si l’on veut, dont on ne se souviendrait même plus. Ce qui l’est moins, ordinaire, c’est l’entêtement fantastique avec lequel le Système, – on ne peut trouver d’autre mot pour désigner le diabolus ex machina de ce superbe simulacre, – continue à rechercher frénétiquement les preuves d’un “crime” qui est monté de toutes pièces par lui-même (le Système), donc qui n’existe pas... On veut parler de l’affaire du Russiagate qu’on devrait plutôt nommer “l’affaire de la culpabilité de Trump” (il ne reste plus qu’à trouver le crime).

Le Sénat des États-Unis, antre honorable de la plus sublime démocratie de la postmodernité, continue ses auditions (le ministre de la justice Sessions après l’ex-directeur du FBI Comey) et n’arrive pas à trouver un seul aveu de la chose-qui-n’existe-pas. Sessions, qui a été “audité” il y a 24 heures s’est un peu énervé devant tel ou tel sénateur démocrate, qu’il appelle colleague puisqu’il siégeait parmi eux il y a encore six mois, devant la sottise des questions posées comme un automate, comme un sénateur-zombie ; et le sénateur-zombie, désarçonné par l’emportement de Sessions et par l’évidence de sa réaction, de piquer du nez sur sa copie, interdit et comme pris en train de voler de la confiture.

On voit de ces scènes inédites sur la vidéo qui accompagne des extraits d’une intervention de Charles Krauthammer sur Fox.News. Krauthammer, psychiatre devenu commentateur, en général assez neocon mais pas nullement stupide pour autant, certainement pas ami de Trump tant s’en faut, sort placidement de ses gonds pour un commentaire où le mot “absurdité” donne le ton général : « C’est la première dissimulation [cover-up] de crime de l’histoire où il n’y a pas de crime. » Ou bien : « Je suis un docteur et lorsqu’on m’annonce qu’il y a une maladie qu’il faut soigner de toute urgence, je veux en voir les symptômes avant de faire une ordonnance pour les médicaments... ».

Voici la présentation de la vidéo de l’intervention de Krauthammer, plus l’une ou l’autre séquence de l’audition de Sessions, sur RealClearPolitics.com le 13 juin 2017 :

« On Tuesday’s ‘The Story’ on FNC, syndicated columnist Charles Krauthammer said Attorney General Jeff Sessions' Senate testimony today “exposed the absurdity of this whole exercise,” referring to the investigation into Russian involvement. “I think he helped himself a lot. I mean, this is supposed to be about Russian meddling in our election. That wasn’t even an issue. Then it was supposed to be about the collusion. There’s not an ounce of evidence. … You know, this has been investigated for seven months. There have been leaks like the Titanic, and yet has there been any leak of anything implicating the president or... in the collusion with the Russians? No. And trying to tag it on Sessions is even more absurd.”... “This seems to me to be a case of all smoke and no fire. Yes, it all looks like this is a cover-up, but where’s the crime? It’s the first cover-up in history in the absence of a crime.”

» “And going after Sessions is simply a way to go after Trump. I think – look, he won fair and square. He’s elected. He’s the president. You don’t like it, then you vote him out of office next time around. But the idea that there’s this kind of obligation to bring him down to find – to actually – to build a case for impeachment after three, four months is absurd. And I think it’s sort of un-American. If he commits high crimes and misdemeanors, yes, but show me, show me the evidence. And I think this is just a sideshow of a sideshow. They’re going up tributaries to try to find anybody who can be condemned. I thought Sessions did a very good job fending off all of these charges,” he continued. »

L’affaire est vieille de bientôt un an et des enquêtes et interrogatoires sans nombre ont déjà eu lieu sans que rien qui puisse être étiqueté “preuve” n’apparaisse. De temps en temps, l’un ou l’autre des commentateurs sérieux qui n’émargent ni au WaPo ni à Libé prend sa plume pour nous rappeler où nous en sommes de ce Russiagate. Ainsi en est-il du très-recommandable Publius Tacitus, qui s’épanche régulièrement sur le site SST (Sic Semper Tyrannis) du colonel Pat Lang, ancien de la DIA. Dans ce cas (le 12 juin 2017), Tacitus nous confie qu’il est un ancien officier du renseignement (normal, sur le site de Lang) et qu’il était spécialisé dans les missions d’influence auprès des opinions publiques étrangères. Il est donc tout désigné pour commenter ce Russiagate qui entre dans cette catégorie-là, – et il faut dire qu’il en rit encore...

« As a former intelligence officer who participated in covert actions overseas (i.e., actions designed to shape foreign public opinion to fall in line with U.S. policy) I have watched with a mixture of amusement and horror the circus spun up around the ridiculous claim that Russia interfered with the U.S. Presidential election. I do not doubt that Russia, if it put its mind to it, could do a number on our national election. The Russians have an outstanding, capable intelligence service and a much more pragmatic view about the outside world. I can't say the same for the good old USA.

» But where's the beef? Where's the actual evidence that Russia interfered in our elections in 2016? Please go back and take a look at the lamentable so-called intelligence assessment put out by Jimmy Clapper when he was still head of the the DNI (Assessing Russian Activities and Intentions in Recent US Elections). Here are the key conclusions:

• We assess Russian President Vladimir Putin ordered an influence campaign in 2016 aimed at the US presidential election.

» • Russia’s goals were to undermine public faith in the US democratic process, denigrate Secretary Clinton, and harm her electability and potential presidency.

» • We further assess Putin and the Russian Government developed a clear preference for President-elect Trump.

» • Moscow’s influence campaign followed a Russian messaging strategy that blends covert intelligence operations—such as cyber activity—with overt efforts by Russian Government agencies, state-funded media, third-party intermediaries, and paid social media users or “trolls.”

» Sounds very ominous. But it is still quite vague and non-specific. What exactly did those dastardly Rooskies do? Let's go back to the assessment:

» • Russia’s intelligence services conducted cyber operations against targets associated with the 2016 US presidential election, including targets associated with both major US political parties.

» • We assess with high confidence that Russian military intelligence (General Staff Main Intelligence Directorate or GRU) used the Guccifer 2.0 persona and DCLeaks.com to release US victim data obtained in cyber operations publicly and in exclusives to media outlets and relayed material to WikiLeaks.

» • Russian intelligence obtained and maintained access to elements of multiple US state or local electoral boards. DHS assesses that the types of systems Russian actors targeted or compromised were not involved in vote tallying.

» • Russia’s state-run propaganda machine contributed to the influence campaign by serving as a platform for Kremlin messaging to Russian and international audiences.

» That's it... three basic things to "influence" the Presidential election. First, the NSA, CIA and, to a lesser extent, the FBI, believed that the Russians hacked into the DNC and John Podesta emails, then passed that content to to Wikileaks and DC Leaks, who subsequently published the information. Second, the Russians supposedly obtained access to “elements” (undefined) of US state or local electoral boards. Third, Russian media outlets, RT and Sputnik News, put out Kremlin friendly messages.

» Is this a joke? That's not how the CIA used to steal/influence elections. in the past. We bought opposition candidates. We funded them and procured outside advisors for them. We sent bags of cash. Any sign that the Russians did these things? No.

» The claim that the Russian intelligence service hacked the DNC and Podesta is without evidence. The FBI did not conduct a forensic examination of the computer of either the DNC or Podesta. The belief that the Russians did it is based on a very questionable Crowdstrike examination of the DNC emails.  It is worth noting that one of the owners of Crowdstrike is a strong anti-Russian guy with close ties to Ukraine (Kiev) – hmm, no motive there for mischief. Right ?

» How about vote buying or rigged machines? No evidence of that either. There is zero evidence that any of the computer "attacks" on the “US state or local electoral boards” actually originated with the FSB, SVR or GRU. And, by Jim Clapper's own admission, those intrusions of the electoral boards did not alter the vote in any form or fashion.

» One of the subliminal texts to this whole Russian conspiracy theory is the insistence that the Trump campaign colluded with Vladimir Putin or some Russian mobster to sabotage Hillary's campaign.  That smear has been repeated endlessly on the cable channels and has become an article of faith to many Americans, especially Democrats who are in denial over Hillary's implosion. »

Tacitus poursuit son texte en s’interrogeant sur les causes de cette folie (« Alors, pourquoi tout ce vitriol lancé sur les Russes ? Pourquoi un tel effort concerté pour démolir Trump en le faisant passer pour une marionnette des Russes ? »). Tacitus, montrant en cela qu’il est bien un ancien officier du renseignement, juge qu’il y a un véritable complot de ce qu’on nomme le Deep State. (Lui-même, Tacitus, emploie le terme avec circonspection, notant que le colonel Lang emploie le terme de “The Borg”, qui semble être une expression persiflante tirée de la série Star Treck et se rapportant à “cyborg”, pour désigner ce conglomérat informel, – beaucoup plus informel que Deep State, – qui réalise un consensus pour la politique extérieure des USA. C’est ce que nous nommons, nous, la politiqueSystème, qui dépasse largement les seuls USA, tant ce qui est brutal et stupide aujourd’hui exerce un attrait fascinatoire sur les dirigeants-Système du bloc-BAO)

Comme l’on sait, cette démarche du coup monté contre Trump n’est pas vraiment notre approche, d’abord parce que le coup monté serait alors une telle réussite étourdissante qu’elle ne pourrait venir d’un tel amas d’incompétence qui constitue le coupable ainsi identifié ; ensuite, parce que le déroulement de cette affaire est parfaitement identifié, justement, passant par WikiLeaks avec la mise à jour des e-mails concernant la corruption extraordinaire de la direction démocrate (le DNC), notamment pour saboter la candidature Sanders ; le détournement vers une accusation antirusse allait de soi dans la logique implacable du déterminisme-narrativiste régnant à Washington D.C. depuis la crise ukrainienne. Bref, la thèse “complotiste” ne nous séduit nullement, mais par contre il y aurait de la logique dans l’interprétation selon laquelle, naturellement, The Borg aurait sauté sur l’occasion, presque inconsciemment et par réflexe pavlovien d’ailleurs, de la création de cet énorme simulacre mis en place pour protéger Hillary et le parti démocrate, pour appuyer à fond dans le sens du Russiagate et effectivement saboter le plus possible Trump et ses possibles projets de politique extérieure. Au reste, on est loin du compte, si l'on accepte la thèse d'une manipulation, d'une réussite parfaite de The Borg lorsqu’on voit le comportement incohérent de Trump et l’extraordinaire désordre, la déstabilisation du pouvoir, la paralysie de la machinerie de Washington D.C., que toute cette affaire provoque. Bref, nous ne sommes pas loin de penser que The Borg, comme tout le monde à Washington D.C., est pieds et poings liés par le simulacre mis en place qui se heurte avec une violence toujours plus grande contre les vérités-de-situation de l’absence de culpabilité dans ce domaine de Trump.

Nous continuons à peser et pensons plus que jamais que Washington D.C. et ses divers composants, et Trump lui-même comme composant central du désordre chaotique, sont totalement emportés par ce désordre chaotique dont le Russiagate constitue une sorte de joyau d’insaisissabilité et d’absurdité. Plus le temps passe, et il passe vite, plus il apparaît que la seule “stratégie de sortie” d’une situation si complètement verrouillée et cadenassée est une sorte d’explosion paroxystique impliquant un affrontement frontal qui sortirait du seul cercle de la communication et de la direction politique, pour opposer les forces progressistes-sociétales d’une part, populistes-conservatrices (sinon traditionnalistes) d’autre part.

En attendant, il s’agit de mesurer l’extraordinaire puissance de la communication qui conduit des pans entiers des directions-Système, des élites-Système, etc., à accepter, à défendre et à plaider, au nom d’un sentiment qui ne peut se définir que comme une passion haineuse, une affaire aussi boiteuse et foireuse, de la sorte du Russiagate. C’est à ce point qu’on peut évidemment s’interroger sur l’origine des forces qui parviennent à imposer de telles interprétations, et qui parviennent à affaiblir les psychologies de telle façon qu’un nombre si important de zombies-Système acceptent cette sorte de cause. (Justement, dira-t-on, parce qu’ils sont zombies-Système, notamment par affaiblissement radical de la psychologie ; cela nous ramène en un parfait cercle vicieux que la raison seule ne peut ouvrir, à nous interroger sur la cause de cet affaiblissement radical des psychologies.)

 

Mis en ligne le 14 juin 2017 à 17H54

Donations

Nous avons récolté 1383 € sur 3000 €

faites un don