MH17 et l’insaisissable BUK russe

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 9 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

MH17 et l’insaisissable BUK russe

Robert Parry, qui dirige et anime le site ConsortiumNews, a une bonne réputation de sérieux, spéculant assez peu sur l’interprétation des faits et montrant une prudence expérimentée dans les faits qu’il choisit pour soutenir ses analyses. Il n’entretient pas une opposition systématique à l’encontre de la direction-Système à Washington et s’est montré plus d’une fois favorable à l’administration Obama. Il jouit d’une considération notable dans le monde de l’information et de la communication, dans son segment à la marge du Système, critique du Système mais sans être “dissident” du Système. (La personnalité de nombre de ses collaborateurs en témoigne). On peut le prendre pour une source également sérieuse, et la critique extrêmement précise et détaillée qu’il a conduite depuis plusieurs mois sur le traitement de la crise ukrainienne par la presse-Système US (particulièrement le New York Times) relève moins d’une obsession que de l’analyse précise qu’il a faite d’une tendance avérée et grossière, sinon obscène, de déformation de la situation.

Pour ce qui concerne la destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines, Parry a pris aussitôt une attitude sceptique, sinon critique à juste titre, à l’encontre du traitement de communication qui en a été fait aux USA. Dans un texte du 19 juillet 2014, très critique de l’attitude de la presse-Système et de l’administration, Parry glisse une précision qu’il a obtenue d’une source qu’il tient comme extrêmement sûre, et dont on comprend qu’elle vient de la CIA. Si Parry qualifie de “sûre” une telle source, on peut lui accorder le bénéfice d’une grande confiance, selon tout ce que nous avons dit plus haut de son travail.

«Regarding the shoot-down of the Malaysian jetliner on Thursday, I’m told that some CIA analysts cite U.S. satellite reconnaissance photos suggesting that the anti-aircraft missile that brought down Flight 17 was fired by Ukrainian troops from a government battery, not by ethnic Russian rebels who have been resisting the regime in Kiev since elected President Viktor Yanukovych was overthrown on Feb. 22.

»According to a source briefed on the tentative findings, the soldiers manning the battery appeared to be wearing Ukrainian uniforms and may have been drinking, since what looked like beer bottles were scattered around the site. But the source added that the information was still incomplete...»

Le lendemain de la publication de cette précision, Parry revient dessus parce qu’entretemps la presse-Système a lancé des “révélations” sur le même sujet (la surveillance des satellites US), allant dans un sens résolument différent, sinon opposé. Parry prend le cas du Washington Post citant des “officiels US” concernant des mouvements russes de véhicules porteurs des missiles BUK (SA-11) désigné comme le probable outil de destruction du MH17. Il réaffirme les indications de sa source, les confirme, impliquant qu’il a vérifié à nouveau auprès d’elle. (Consortium.News le 20 juillet 2014.)

«The dog-not-barking question on the catastrophe over Ukraine is: what did the U.S. surveillance satellite imagery show? It’s hard to believe that – with the attention that U.S. intelligence has concentrated on eastern Ukraine for the past half year that the alleged trucking of several large Buk anti-aircraft missile systems from Russia to Ukraine and then back to Russia didn’t show up somewhere. Yes, there are limitations to what U.S. spy satellites can see. But the Buk missiles are about 16 feet long and they are usually mounted on trucks or tanks. Malaysia Airlines Flight 17 also went down during the afternoon, not at night, meaning the missile battery was not concealed by darkness.

»So why hasn’t this question of U.S. spy-in-the-sky photos – and what they reveal – been pressed by the major U.S. news media? How can the Washington Post run front-page stories, such as the one on Sunday with the definitive title “U.S. official: Russia gave systems,” without demanding from these U.S. officials details about what the U.S. satellite images disclose? Instead, the Post’s Michael Birnbaum and Karen DeYoung wrote from Kiev: “The United States has confirmed that Russia supplied sophisticated missile launchers to separatists in eastern Ukraine and that attempts were made to move them back across the Russian border after the Thursday shoot-down of a Malaysian jetliner, a U.S. official said Saturday. “‘We do believe they were trying to move back into Russia at least three Buk [missile launch] systems,’ the official said. U.S. intelligence was ‘starting to get indications … a little more than a week ago’ that the Russian launchers had been moved into Ukraine, said the official” whose identity was withheld by the Post so the official would discuss intelligence matters.

»But catch the curious vagueness of the official’s wording: “we do believe”; “starting to get indications.” Are we supposed to believe – and perhaps more relevant, do the Washington Post writers actually believe – that the U.S. government with the world’s premier intelligence services can’t track three lumbering trucks each carrying large mid-range missiles?

»What I’ve been told by one source, who has provided accurate information on similar matters in the past, is that U.S. intelligence agencies do have detailed satellite images of the likely missile battery that launched the fateful missile, but the battery appears to have been under the control of Ukrainian government troops dressed in what look like Ukrainian uniforms. The source said CIA analysts were still not ruling out the possibility that the troops were actually eastern Ukrainian rebels in similar uniforms but the initial assessment was that the troops were Ukrainian soldiers. There also was the suggestion that the soldiers involved were undisciplined and possibly drunk, since the imagery showed what looked like beer bottles scattered around the site, the source said.

»Instead of pressing for these kinds of details, the U.S. mainstream press has simply passed on the propaganda coming from the Ukrainian government and the U.S. State Department, including hyping the fact that the Buk system is “Russian-made,” a rather meaningless fact that gets endlessly repeated. However, to use the “Russian-made” point to suggest that the Russians must have been involved in the shoot-down is misleading at best and clearly designed to influence ill-informed Americans. As the Post and other news outlets surely know, the Ukrainian military also operates Russian-made military systems, including Buk anti-aircraft batteries, so the manufacturing origin has no probative value here.»

Cette version est la dernière en date du côté du système de l’information américaniste, – on n’ose dire “des officiels”. Il y a effectivement des variations constantes dans les versions offertes par le gouvernement US, ou bien présentées dans la presse-Système et identifiées comme venant du gouvernement US (“US officials”), bien sûr sans la moindre indication d'identification. Ces variations sont présentées par Antiwar.com, le 21 juillet 2014, comme caractéristique de ce qu’on pourrait nommer “la politique de communication” du gouvernement US. A chaque fois, il y a proclamation de preuves ou de faisant-fonction-de-preuves, mais sans aucune production de documents ou tout autre “preuve”  ; on ne les demande (la presse-Système) même pas ni ne s’en préoccupe un instant ; de toutes les façons, la réponse serait que ces documents étant secrets, ils ne peuvent être dévoilés pour ne pas exposer en public les méthodes et les processus de fonctionnement de moyens secrets.

«Paradoxically, even as the US continues to assert its absolute certainty of Russian guilt, the narrative surrounding what exactly happened continues to morph wildly around, as they hope to settle on a story that people will buy.

»We’re only a couple of days on from allegations that the rebels, who were previously not believed to have the 9k37 Buk vehicle allegedly used in the shoot-down, were suddenly claimed to have seized a Buk from the Ukrainian military. Today, the State Department has revised the story wholesale, claiming a convoy of 150 Russian vehicles shipped to the rebels only last weekend, including the Buk and massive numbers of other advanced weapons.

»Both stories are problematic. In either case, the fact that no public statement was made as to the rebels getting these new, dangerous weapons until long after the plane was already shot down, meaning the US and Ukraine kept the important information to itself...»

Notre propos n’est certainement pas, ici, de débattre de la véracité de l’une ou l’autre version, voire de nous interroger à propos de l’idée que l’attitude US est largement improvisée et ne s’embarrasse en rien ni de véracité, ni même de crédibilité. Toutes ces questions nous paraissent tranchées ; – d’une part, la vanité d’espérer ce qu’on nomme “la vérité” sur cet événement, et de plus en croyant que cette révélation serait acceptée universellement, et donc décisive pour orienter la crise vers un terme ou l’autre ; – d’autre part, sur le propos de la véracité de la position des USA, sur sa crédibilité, toutes ces notions étant totalement accessoires selon une position US absolument envisagée du seul point de vue de la communication, de toutes les façons sans aucun intérêt pour le moindre souci de vérité, d’apaisement, de recherche de l’arrangement, etc. Notre propos est surtout, d’une façon très différente, de faire un parallèle entre la situation décrite ici et celle qui fut présentée à Washington à partir du 21 août 2013, à propos de la Syrie où une grave affaire d’attaque chimique avait eu lieu. (Voir notamment les 29 août 2013, 30 août 2013, etc.)

La stratégie de communication de l’administration Obama est absolument similaire. Elle porte sur plusieurs points qui constituent les différents moyens d'application de cette stratégie.

• La dénonciation constante d’un même et seul coupable possible constitue le point stratégique central. Il n’est pas le résultat de quelque chose, quelque processus que ce soit, enquête, etc., mais bien la condition sine qua non, la prémisse fondamentale autour de laquelle le reste doit évoluer tactiquement. Ce “point stratégique central” constitue également toute la logique du processus de la stratégie de la communication, et il résulte d’une politique générale absolument unilatéraliste, déterminée à Washington non pas en fonction des faits, des incidents, des intérêts nationaux, etc., mais selon la résultante faisant consensus de toutes les forces, ou centres de pression/centres de pouvoir impliqués dans l’affaire, et fonctionnant selon une psychologie-Système extrêmement similaire, – nous sommes dans la Grande République du “copié-collé” en matière de pensée politique. Il va sans dire que ce “point stratégique central” est la culpabilité de la Russie, – bien à considérer comme une prémisse, un principe de réflexion et de communication, et nullement quelque chose à établir ou même seulement à affirmer : “puisque la Russie est coupable, comment faire accepter ce fait avéré, pour l’imposer, etc.”. (La Russie directement coupable, ou les “séparatistes prorusses” coupables à condition que ce soit à l’incitation directe des Russes.)

• Comme ce “point stratégique central” sous forme de prémisse et de principe est fondé comme une vérité absolue, tous les moyens tactiques sont bons sans aucune considération, ni pour l’une ou l’autre réalité, ni pour ce que nous nommons “vérité de la situation”. La tactique n’est donc pas soumise au test de la véracité, de la preuve, de la démonstration, etc. On posera donc un jour que l’opération de destruction de MH17 a été effectuée d’une façon, deux jour plus tard qu’elle a été effectuée d’une autre façon, etc., sans aucune nécessité d’expliquer cette variation, mais selon l’argument implicite et absolument impératif, – et compris par tous dans ce sens, dans le troupeau de la presse-Système, – que la seule nécessité absolue est de substantiver cette vérité originelle que la Russie est coupable. Ainsi fonctionne l'hôpital psychiatrique-sur-Potomac.

• Les références aux “preuves indubitables que nous détenons” (quelque chose dans ce genre) sont constantes, et constamment prolongées de la nécessité de ne pas dévoiler ces preuves pour ne pas compromettre le processus de sécurité nationale qui permet seul de substantiver la vérité originelle de la culpabilité des Russes. Autrement dit, la nécessaire substantivation de la culpabilité des Russes nécessité la protection absolue, et donc la non-divulgation de ces preuves tout aussi absolues de leur culpabilité. Qu’importe puisque ces “preuves” ne sont que la confirmation, pour satisfaire la communication, d’une vérité absolue (la culpabilité des Russes) qui nous sert de prémisse et de principe originels.

• Le dispositif de l’administration est toujours le même. Obama est un peu en retrait, d’une certaine façon hésitant, comme s’il disait à ses adjoints, à ses services, au Congrès, voire à la presse-Système elle-même : “Convainquez-moi, non pas tant de la culpabilité russe qui est avérée, mais d’une substantivation de cette culpabilité qui implique l’impératif d’agir d’une façon ou d’une autre”. Le département d’État, centre belliciste s’il en est, les allumés du Congrès (type-McCain), la presse-Système s’en chargent... (Par contre, et comme d’habitude, discrétion totale, sinon absence du Pentagone.) ... On verra le résultat, mais il s’agit pour l’instant d’une préparation de communication à la possibilité d’initiatives dont on devine le sens ; en attendant, tout ce dispositif sert de moyen de pression sur la valetaille européenne pour qu’elle plonge dans l’engrenage des sanctions porteuses d’affrontement avec la Russie.

• Comme dans le cas syrien, l’administration et autres dirigeants-Système s’appuient sur la perception générale d’une hostilité du public à la Russie. (La même hostilité existait, il y a un an, contre Assad et la Syrie.) On peut alors imaginer des scénarios de confrontation par escalade de la communication, comme dans l’épisode syrien d’août-septembre dernier, – sauf, bien sûr, qu’il n’y a pas un Poutine pour sauver Obama au dernier moment. Car notre conviction est que cette campagne générale contre la Russie a surtout comme effet de renforcer l’élite-Système dans son hostilité provocatrice et belliciste à l’encontre de la Russie, alors que la base populaire (le public, éventuellement la Chambre des représentants, l’assemblée la plus “populaire” du Congrès) est d’une sûreté beaucoup moins grande, et pourrait se retourner comme elle fit en septembre 2013.

Bien entendu, rien de cela, – ni la stratégie, ni les tactiques, – ne répond à un plan précis, à une machination humaine. Il s’agit d’un automatisme déjà plusieurs fois développé, et de plus en plus exigeant, contraignant, etc. Le Système agit naturellement, en état de surpuissance, contre ce qu’il perçoit comme l’“ennemi principal”, là où les forces hostiles sont les plus puissantes. (Cette stratégie fondamentale des USA, dupliquée du Système, de l’attaque frontale contre le gros de l’ennemi n’est pas faite pour obtenir la capitulation de l’ennemi et la victoire sur lui, mais son anéantissement et surtout l’éradication de ce qui est perçue comme l’idéologie concurrente/le “Mal”. Elle est est directement le produit de “déchaînement de la Matière” et de l’idéal de puissance. Les guerres révolutionnaires françaises de l’ère du Directoire, elles-mêmes inspirées dans ce sens, avaient montré l’exemple.) De ce point de vue du Système, qui vaut tous les Brzezinski du monde, la marche contre la Russie est une tendance non seulement naturelle, mais irrésistible. Ce caractère d’irrésistibilité est aussi un éventuel avantage (pour la cause antiSystème, s’entend), en ce sens qu’il dispense celui qui en est l’obligé du moindre jugement, de la moindre évaluation, et conduit souvent à des pièges tête baissée, à des obstacles qu’on ne pouvait imaginer, à des erreurs qu’on commet en aveugle, etc.

Pour l’instant, nous voyons les USA encore plus prisonniers de cette “crise dans la crise” (MH17 dans la crise ukrainienne) qu’aucun autre, à cause de la nécessité de l’agressivité belliciste qui les intoxique totalement. D’aucuns verront avec une grande frayeur le centième anniversaire de la déclaration de guerre d’août 1914 approcher. Le symbole nous paraît un peu lourd et un peu sollicité, parce que la métahistoire nous paraît, elle, assez haute pour ne pas repasser les mêmes plats réchauffés ; mais l’esprit de la chose, qui est d’une confrontation générale, est bien là et il n’y a aucune raison pour que les USA ne fassent pas un pas de plus vers leur autodestruction camouflée sous leur surpuissance. “Opérationnellement”, il pourrait s’agir de pousser la crise vers la perspective d’une confrontation, en organisant une montée aux extrêmes dans le domaine de la communication, qui conduirait tous les acteurs à se découvrir devant une perspective devenue dramatique, – et alors on se compterait, et le décompte pourrait réserver des surprises, – et parmi ces surprises, nous désignerions particulièrement la fragilité du Système en général face à une perspective que plus personne ne semblerait pouvoir contrôler (puisqu’il n’y a pas, répétons-le, un Poutine-deus-ex-machina comme il y avait en septembre 2013).


Mis en ligne le 21 juillet 2014 à 13H16

Donations

Nous avons récolté 358 € sur 3000 €

faites un don