L’individualisme comme facteur de risque

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 90

L’individualisme comme facteur de risque

Les États-Unis attirent beaucoup de monde. En 2017, un million et demi de personnes ont immigré aux États-Unis, la plupart en provenance d’Inde, de Chine, du Mexique, de Cuba et des Philippines, dans cet ordre. Malgré une infrastructure désuète, un système éducatif défaillant qui se classe au 17e rang mondial, un système médical coûteux et inefficace, un système juridique qui est un labyrinthe impénétrable et de nombreux autres problèmes et insuffisances, les États-Unis sont toujours perçus comme attrayants, pas de manière générale mais pour un but précis : avoir une chance de gagner de l’argent. Dans une large mesure, à ce jour, le reste des pays du monde ont largement entamé leur part de richesse, laissant peu de gras à saisir facilement. Mais aux États-Unis, ces échecs mêmes offrent des occasions aux opportunistes nés à l’étranger.

Il y a actuellement près de 44 millions d’immigrants de première génération aux États-Unis, mais en tenant compte de toute l’immigration depuis le début de la colonisation européenne, 98% de la population est composée d’immigrants et de leurs descendants, et, sauf exceptions spécifiques (les Irlandais fuyant la famine, les juifs fuyant l’Holocauste), ils étaient tous des opportunistes qui sont venus pour tenter de saisir leur chance.

Ces groupes d’immigrants se regroupaient au début, lors de leur installation, de façon à former des communautés ethniques. Mais dans la plupart des cas, sauf quelques exceptions notables (les juifs, les Arméniens, les Italiens, etc.), au fil du temps la plupart d’entre eux se sont dispersés et sont devenus “américanisés” notamment par la voie de mariages mixtes et ethniquement dénaturés. De toute évidence, les occasions qu’ils se sont créées sont en général individuelles et nullement le produit de solidarité de groupes ethniques ; ceux qui vivent encore dans des enclaves ethniques, génération après génération, sont ceux qui ont le moins réussi. Ce processus a abouti à un pays extrêmement riche en individualistes opportunistes.

L’individualisme en tant que principe primordial est inscrit dans le document fondateur du pays – la Déclaration d’Indépendance, qui stipule que « tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, parmi lesquels la Vie, la Liberté et la Poursuite du bonheur ». Bien sûr, certaines mises en garde doivent aussitôt être présentées. Ce qui était entendu par “tous les hommes” était “tous les gentlemen propriétaires blancs”. Un droit essentiel a été omis, celui de posséder des biens, y compris des esclaves, peut-être parce que cela semblait trop évident pour être mentionné dans la définition de “tous les hommes” qui sont “créés égaux”.

Les droits individuels sont tous ceux dont dispose l’individu. Il n’y a pas de droit des communautés, des tribus ou des nations ; il n’y a pas de droit de souveraineté, d’autodétermination, d’autonomie ou de sécession. Tout le monde est seul, seul contre le système entier. En outre, un effort important a été fait pour installer l’idéologie des droits individuels dans le cadre d’un système de valeurs universelles, et les “droits de l’homme” ont été utilisés à plusieurs reprises dans le monde entier pour dépouiller les autres nations du monde de leur souveraineté. Cela a permis à certains gentlemen propriétaires blancs de mieux affirmer leur droit tacite à la propriété, y compris la propriété d’autrui. Leur droit à la propriété semble “inaliénable”, du moins jusqu’à ce que le marché boursier s’effondre et que le marché obligataire stagne.

Mais ces droits sont-ils vraiment “non-aliénables” ? (Le mot anglais réel est “inaliénable” et signifie “incapable d’être pris ou donné”). La propriété est certainement aliénable : aux États-Unis, la police peut vous enlever votre propriété en utilisant ce qu’on appelle “la confiscation civile” sans vous arrêter ou vous accuser d’un quelconque crime. La police peut tirer sur vos animaux de compagnie sur un coup de tête. Les services de protection de l’enfance peuvent emmener vos enfants sans avoir à obtenir une ordonnance du tribunal. La vie est aliénable aussi : les États-Unis appliquent la peine de mort, et en 2017, le gouvernement a mis à mort 23 personnes par injection létale alors que la police en a abattu mortellement 987 de plus. La liberté est définitivement aliénable : les États-Unis ont la plus grande population carcérale par habitant au monde.

En dernier sur la liste, il y a « la poursuite du bonheur ». C’est toujours théoriquement possible : vous pouvez perdre vos biens par la confiscation civile, vos animaux de compagnie peuvent être abattus et vos enfants enlevés, puis vous pouvez être jetés en prison, mais vous pouvez toujours poursuivre le bonheur en étant assis dans votre cellule, par la méditation transcendantale je suppose. Ou vous pouvez simplement vous sentir misérable, comme toute personne normale le serait dans de telles circonstances, mais vous sentir généreusement désintéressé pour les autres qui ont un peu plus de chance dans l’exercice de leur droit individuel de poursuivre le bonheur. Bien sûr, un “individualiste désintéressé” est un peu un oxymore et, sans aucune possibilité de poursuivre le bonheur, un opportuniste individualiste a tendance à devenir aigri.

Laissant de côté quelques (dizaines de millions) de perdants endoloris, les États-Unis ne sont-ils pas encore la terre de toutes les opportunités, où les opportunistes peuvent et veulent poursuivre le bonheur, et le réaliser réellement ? Eh bien, pas vraiment. En fait, un grand nombre d’Américains non seulement ne souhaitent plus poursuivre le bonheur mais sont prêts à abandonner leur droit à la vie en se suicidant eux-mêmes. En moyenne, un citoyen américain se suicide toutes les 13 minutes. En 2016, il y a eu près de 45 000 suicides, soit plus de deux fois le taux de meurtres. Le suicide est la deuxième cause de décès chez les Américains de 15 à 34 ans.

Le taux de suicide aux États-Unis est de 16 pour 100 000, le plus élevé depuis la Grande Dépression. Il est toujours derrière la Lituanie, avec 32,7 pour 100 000, mais il rattrape son retard : selon la CDC, il a augmenté de 30% au cours de ce siècle et, dans certains États, il a augmenté de 58%. De plus, les surdoses d’opioïdes, qui ne sont pas considérées comme des suicides mais comme des morts accidentelles, ont triplé depuis le début de ce siècle.

Le groupe le plus à risque de suicide est celui des hommes blancs âgés de 45 à 64 ans : leur taux de suicide a augmenté de 63% depuis le début de ce siècle. C’est très inhabituel. Dans d’autres pays, ce sont les adolescents et les personnes âgées qui sont en tête. Le seul groupe qui fait encore pire que les hommes blancs d’âge moyen sont les femmes amérindiennes : leur taux de suicide a bondi de 89%. Deux groupes qui pourraient les rattraper à l’avenir sont les jeunes filles de 10 à 14 ans et les militaires : pour les deux, leur taux de suicide a triplé.

Il est possible de distinguer différents groupes à risque. Par exemple, les personnes souffrant de trouble bipolaire qui cherchent une aide psychiatrique se voient généralement prescrire des médicaments qui, parmi leurs autres effets secondaires, provoquent des pensées suicidaires. Mais d’une façon générale la pandémie de suicides aux USA affecte les riches et les pauvres, les jeunes et les personnes âgées, les chômeurs et les personnes ayant un emploi rémunéré. Le problème n’est pas celui du résultat individuel mais du climat moral général du pays. Il n’y a pas de valeur au-delà des droits individuels, mais l’exercice de ces droits individuels est devenu un exercice futile pour obtenir des résultats décents : un peu de dignité et de sécurité, une vie familiale stable, la capacité de subvenir aux besoins de ses enfants et pour préparer sa vieillesse.

Le contraire du rêve américain n’est pas un cauchemar, car il est possible de se réveiller d’un cauchemar. L’idéologie individualiste, associée à un désespoir total, équivaut à un arrêt de mort. Dans de telles circonstances (auxquelles la condition humaine n’est pas étrangère), il semble préférable d’être un Chinois, un Indien ou un Russe, dont le sens de soi est imprégné d’une profonde appréciation de son insignifiance complète et totale contrebalancée par l’incroyable pouvoir métaphysique accumulé au cours des siècles et des millénaires par la collectivité culturelle et historique dont il fait partie.

Même si l’idéologie individualiste qui triomphe aujourd’hui pouvait être détrônée du jour au lendemain, le pouvoir métaphysique du grand ensemble collectif prendrait des siècles à se régénérer, car le processus qui l’anime – l’ethnogenèse – est assez lent et il faut plusieurs générations de sacrifices individuels pour assurer le succès du groupe, pour qu’il s’élève. Ce que nous pouvons observer est exactement le contraire : quelques succès individuels qui se fondent sur la richesse, présentés comme quelque chose d’exemplaire pour lequel les autres doivent se battre dans un contexte où les conditions s’aggravent constamment pour tous les autres. C’est le succès du groupe qui est sacrifié, sur divers autels – de la mondialisation, de la diversité, de l’équité, de l’égalité des sexes – et tous font partie du même culte qui vénère les droits individuels comme une valeur universelle.

Dimitri Orlov 

(Le 12 juillet 2018, Club Orlov– Traduction du Sakerfrancophone.)

Donations

Nous avons récolté 502 € sur 3000 €

faites un don