Le facteur humain au coeur du FBI-insurgé

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Le facteur humain au coeur du FBI-insurgé

De plus en plus de nouvelles, de thèses, de théories, et aussi de témoignages venus de sources diverses documentent la décision du directeur du FBI de rouvrir l’enquête sur l’emailgate et de l’annoncer publiquement, créant ainsi un tournant historique dans la campagne présidentielle USA-2016 déjà elle-même historique. La thèse de l’“insurrection du FBI”, que nous jugeons dès le départ comme la plus plausible, sort renforcée jusqu’à devenir irrésistible du flux extraordinaire de communication à cet égard. Elle s’accompagne désormais d’un élément primordial qu’est “le facteur humain”, qui concerne le directeur Comey personnellement sinon intimement.

ZeroHedge.com donne une nouvelle concernant cet aspect, qu’il agrémente de sources extérieures fortement documentées, notamment un article du Daily Mail britannique qui suit très attentivement la campagne USA-2016 et dispose sans aucun doute de sources privilégiées. Le “facteur humain”, c’est la formidable pression psychologique qu’a subie Comey depuis sa décision controversée de juillet (“Hillary a fait bien assez pour mériter l’inculpation mais j’ai décidé de ne pas demander son inculpation”). Cette pression a même concerné l’épouse de Comey, Pat Comey, qui partageait la fureur des officiers du FBI à propos de la décision de son mari en juillet. Le même article précise que le gang d’Hillary dans l’administration, – His Highness Obama lui-même et l’hyper-corrompue ministre de la Justice Loretta Lynch, – n’était pas averti de la décision de Comey de rouvrir l’enquête et exsude depuis une grande colère devant cet acte de trahison de la vertu-Système.

« Conspiracy theories have swirled in recent days as to why FBI Director James Comey reopened Hillary's email investigation after just closing it back in July concluding that, although Hillary had demonstrated gross negligence in her establishment of a private email server, that “no reasonable prosecutor” would bring a case against her.  Democrats, after lavishing Comey with praise for months on concluding his investigation in an “impartial” way, have since lashed out at him for seeking to influence the 2016 election cycle with Hillary herself describing his recent actions as “deeply troubling”.  Republicans, on the other hand, have praised Comey's recent efforts as an attempt to correct a corrupt investigation that seemingly ignored critical evidence while granting numerous immunity agreements to Clinton staffers.

» According to the Daily Mail, and a source close to James Comey, the decision, at least in part, came after he “could no longer resist mounting pressure by mutinous agents in the FBI” who “felt that he betrayed them and brought disgrace on the bureau by letting Hillary off with a slap on the wrist.”

» “James Comey's decision to revive the investigation of Hillary Clinton's email server and her handling of classified material came after he could no longer resist mounting pressure by mutinous agents in the FBI, including some of his top deputies, according to a source close to the embattled FBI director.

» “‘The atmosphere at the FBI has been toxic ever since Jim announced last July that he wouldn’t recommend an indictment against Hillary,’ said the source, a close friend who has known Comey for nearly two decades, shares family outings with him, and accompanies him to Catholic mass every week.

» “‘Some people, including department heads, stopped talking to Jim, and even ignored his greetings when they passed him in the hall,’ said the source. ‘They felt that he betrayed them and brought disgrace on the bureau by letting Hillary off with a slap on the wrist.’

» ”According to the source, Comey fretted over the problem for months and discussed it at great length with his wife, Patrice. ‘He told his wife that he was depressed by the stack of resignation letters piling up on his desk from disaffected agents. The letters reminded him every day that morale in the FBI had hit rock bottom.’

» “‘The people he trusts the most have been the angriest at him,’ the source continued. ‘And that includes his wife, Pat. She kept urging him to admit that he had been wrong when he refused to press charges against the former secretary of state.

» Though we're sure there are many facets behind Comey's decision making process, we can all be quite certain, at this point, that he's not motivated by a desire to make friends having now alienated just about everyone in Washington, both in law enforcement and in both political parties.  In fact, after Tim Kaine just last week praised Comey as a “wonderful” career public servant with the “highest standards of integrity”.... Everything has now been turned on it's head with Hillary calling his latest moves “unprecedented and deeply troubling”...seemingly implying an attempt, on the part of Comey, to “rig” the election from Trump.

» Meanwhile, President Obama and Attorney General Loretta Lynch are apparently also “furious” with Comey over his recent decision.

» “His announcement about the revived investigation, which came just 11 days before the presidential election, was greeted with shock and dismay by Attorney General Loretta Lynch and the prosecutors at the Justice Department.

» “‘Jim told me that Lynch and Obama are furious with him,’ the source said.

» “‘Lynch and Obama haven't contacted Jim directly,’ said the source, ‘but they've made it crystal clear through third parties that they disapprove of his effort to save face.’ »

L’article se termine en émettant les doutes les plus grands quant à la poursuite de la carrière de Comey à la tête du FBI, parce que le Système, même aux abois et surtout aux abois, ne pardonne pas aux traîtres qui, en plus, se paient des états d’âmes conduisant à faire de leur trahison en événement encore plus catastrophique. En effet, le revirement de Comey à onze jours du scrutin est infiniment plus catastrophique pour la bande-Système autour de Clinton et pour la vanité de Sa Majesté-en sursis Obama que s’il avait pris cette position dès juillet dernier. (Cela laissait le temps d’étouffer les effets de cette méchante affaire, tandis que onze jours c’est vraiment très court surtout quand les zombies sont pris par surprise.)

• Par ailleurs, on trouve sur Breitbart.News, le même 30 octobre, une considérable et remarquable interview de l’ancien Procureur Général pour le District of Columbia (Washington D.C.), Joseph Di Genova. L’interviewé est extrêmement sévère, professionnellement parlant, pour Comey, dont il juge qu’il a agi d’une façon extrêmement maladroite en plus d’être éthiquement inappropriée. Di Genova ne donne guère de chances à Comey, coincé entre la vindicte du gang Clinton avec Obama à bord et la rancœur de son personnel malgré qu’il ait finalement cédé à ses pressions et, semble-t-il, à une chose très humaine qu’on nomme “le remord” ; reste alors l’interrogation du spécialiste sur les raisons de l'acte à double détente de Comey...

« Quand vous regardez en arrière ce qui s’est passé, vous ne pouvez éviter de vous demander “Mais qu’est-ce que ce type avait dans le crane ?” Pensait-il vraiment que les gens étaient stupides à ce point et ne comprendraient pas ce qu’il était en train de faire ? Il s’est vite aperçu qu’à l’intérieur du Bureau les gens étaient clairvoyants et qu’ils n’aimaient pas du tout ce qu’il était en train de faire... »

• Voyez aussi le texte de notre ami Scott Adams, selon sa méthode et son humour habituels, sur l’acte de Comey dont il a bien tendu son interprétation qui peut aussi bien apparaître comme une réponse à Di Genova. Comme à son habitude, Adams estime que le comportement de Comey peut être perçu de façon complètement différente selon les personnes qui jugent, parce que chaque personne juge selon lui avec 90% d’irrationalité et 10% de rationalité... Voici donc, extrait de son texte du 30 octobre, le “my movie” (“mon scénario”, si l’on veut) de Adams, où Comey est décrit “un héros et un patriote” qui s’est offert à l’opprobre à deux reprises (dans le style western : “two bullets”) pour protéger les principes de la République :

« ...So allow me to offer an interpretation of events that casts Comey as more of a patriot and hero than an ass-covering weasel. Compare my interpretation with whatever movie you have in your head and see which one works best for explaining and predicting.

» My movie says Comey had good evidence against Clinton during the initial investigation but made a judgement call to leave the decision to the American public. For reasons of conscience, and acting as a patriot, Comey explained in clear language to the public exactly what evidence the FBI found against Clinton. The evidence looked daming because it was. Under this interpretation, Comey took a bullet to his reputation for the sake of the Republic. He didn’t want the FBI to steal this important decision away from the people, but at the same time he couldn’t let the people decide blind. So he divulged the evidence and stepped away, like the action hero who doesn’t look back at the explosion.

» In the second act of this movie, Comey learns that the Weiner laptop had emails that were so damning it would be a crime against the public to allow them to vote without first seeing a big red flag. And a flag was the best he could do because it was too early in the investigation to leak out bits and pieces of the evidence. That would violate Clinton’s rights.

» But Comey couldn’t easily raise a red flag to warn the public because it was against FBI policy to announce a criminal investigation about a candidate so close to election day. So Comey had a choice of either taking another bullet for the Republic or screwing the very country that he has spent his career protecting.

» In this movie, Comey did the hero thing. He alerted the public to the fact that the FBI found DISQUALIFYING information on the Weiner laptop. And he took a second bullet to his reputation. »

... Quoi qu’il en soit, le fait est là, l’irruption extraordinaire d’un événement spécifique qui élève cette saison extraordinaire USA-2016 au niveau de l’événement général métahistorique pur. La remarque est aisée à faire aujourd’hui puisque l’acte a été posé, mais ils n’étaient pas nombreux ceux qui pouvaient dire, malgré les bruits de mécontentement au FBI, “Comey va faire ceci, onze jours avant l’élection...” Toutes ces circonstances font en effet que la volte-face effectuée par le directeur de la FBI est vraiment, dans le fait même autant que dans sa chronologie, un événement sensationnel, une October Surprise que personne, absolument personne n’avait prévu sous cette forme une fois que la “décision de non-décision” eût été rendue publique par lui le 5 juillet. (Même si les thèses sur ou autour de la révolte du FBI n’ont pas manqué, personne n’aurait imaginé un coup de théâtre sous cette forme, et selon cette chronologie.) On peut même avancer comme on l'a suggéré plus haut, – cela pourrait encore faire le bonheur des complotistes, – qu’agencée de la sorte, la démarche de Comey est infiniment plus dévastatrice dans sa forme actuelle que s’il avait recommandé l’inculpation de Clinton le 5 juillet ; un tel événement onze jours avant l’élection, alors que personne n’est prêt à riposter, constitue presque un KO, – asséné moins à une personne (une candidature) qu’à un système d’arrangement électoral convenant au Système et contrôlé par lui, – “presque un KO” qui serait le coup de grâce de la campagne de déstabilisation entreprise par The-Donald avec sa candidature de bouffon devenu dénonciateur du Système organisateur de tragédie-bouffe...

(Au reste et pour ne pas être en reste, certains démocrates, hors de tout contrôle, ont fait aisément passer l’acte de Comey au rayon des infamies de Poutine, ce qui est une preuve irréfutable de son importance et des dégâts qu’il a causés dans ce camp. Une déclaration presque comique à force de grotesque d’un député démocrate est devenue un nouvel axe de politique de campagne qui fait de Comey, d’une façon ou l’autre, un homme-de-Poutine. [Autre signe, en sens inverse, de la gravité de la situation : une première annonce d’une défection officielle du camp-Clinton/démocrates jusqu’ici exceptionnellement soudé.])

Il y a une immense leçon à sortir de cette péripétie au point où elle en est, sans préjuger en rien de ses conséquences et de ses effets : l’imprévisibilité complète du facteur humain, et par conséquent sa puissance par l’effet de surprise qu’il ménage en se manifestant. Si l’on est conduit à considérer comme acceptable la thèse dite du “FBI-insurgé” selon les circonstances décrites, ce qui est notre cas, on ne peut aller sans mettre en évidence l'importance du facteur humain si souvent ignoré dans ces temps de basses-eaux de l’esprit et de sa compagne la conscience, avec la tentation irrésistible de s’instituer sapiens-Système en croyant que cela gomme tout le reste ;  tout cela qui tendrait à faire croire et à rendre négligeable l’imprévisibilité du facteur humain et de son éventuelle capacité de révolte, et qui n'y parvient pas ou dans tous les cas qui n’y parvient plus tant le Système dans sa surpuissance est aussi à bout de souffle et incliné de plus en plus vers son autodestruction. Il semble raisonnable d’observer que c’est en un sens la maturation de la conscience de la culpabilité, renforcée par des pressions psychologiques terribles et vécues au jour-le-jour jusqu’au cœur de son intimité, qui a conduit cet homme (Comey) à un acte qui semble lorsqu'il est considéré en tant que tel, pour la seule personne concernée, n’être que de pure rédemption personnelle puisqu’il n’assure en rien sa sauvegarde au rang où il se trouve, et même au contraire selon une certaine orientation des évènements.

(Le mot de “rédemption“ n’est pas déplacé, y compris et surtout dans de telles conditions générales de corruption et de dépravation de toutes sortes, y compris et surtout au cœur d’un Système dont l’on peut aisément faire l’hypothèse qu’il a des accointances diaboliques. En 1975 déjà, alors que l’enquête de la Commission Church sur la CIA battait son plein, son directeur William Colby fut convoqué au Sénat pour une série d’auditions où il entra dans les plus grands détails de l’exposition des “bijoux de famille” [les “dirty tricks”] de l’Agence. Comme Comey, Colby était un catholique pratiquant. Kissinger, avec le ton sardonique qu’on imagine, fit cette remarque à son propos : « Chaque jour, lorsqu’il partait pour le Congrès, on aurait dit qu’il allait à confesse... »)

En attendant s’impose le résultat net : le traître-Comey, en voulant racheter sa traîtrise tout en tentant de limiter les dégâts pour lui-même, a porté un coup terrible au Système. On n’en tire aucune conclusion mais comme notre rôle est surtout de compter les coups, et singulièrement les coups antiSystème, qu’il suffise de conclure que celui-là est un des sommets dans l’art sublime du “faire aïkido.

 

Mis en ligne le 31 octobre 2016 à 17H05

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don