Le double jeu de Poutine

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Le double jeu de Poutine

D’un côté, Poutine continue à prôner la négociation avec l’Ukraine, à parler de la possibilité d’établir de bonnes relations avec l’UE, à exalter la possibilité d’un dialogue avec les USA. Il est parti plus tôt que prévu du sommet du G20 de Brisbane en couvrant d’éloges l’organisation de ce sommet, le travail qui y a été fait et ainsi de suite, alors que les dirigeants du bloc BAO y avaient exécuté contre lui un bizutage en cherchant à l’ostraciser et à l’isoler autant que possible. D’un autre côté, Poutine reste intraitable et l’est même de plus en plus face à quelques-uns de ces dirigeants du boc BAO lorsqu’il est question de l’Ukraine et répond à une interview de la TV allemande ARD (voir ce 19 novembre 2014) qu’en aucun cas la Russie ne tolérera une attaque contre les russophones d’Ukraine, comme Kiev concocte d’en faire une sous les conseils éclairés, pour le temps courant, de la paire Biden-Nuland.

Mais c’est désormais dans ce deuxième registre, qui est celui des matières essentielles, que Poutine, et l’appareil de communication de la direction russe en général, ne cessent de montrer leur détermination. Parce que les temps vont si vite, et que la perspective d’un affrontement brutal se précise en Ukraine, en même temps que le soutien US assorti de son jeu habituel de provocation, est garanti par l’arrivée du Congrès qu’on sait. ...

• On a vu la détermination de Poutine, mardi, lors d’un forum organisé par l’ONF, une organisation politique qu’on peut désigner comme le “Front populaire pour la Russie”. Poutine s’est montré particulièrement ferme dans les termes, lorsqu’une question souleva le problème de savoir si les USA voulaient humilier la Russie, ce à quoi il répondit que ce n’était pas le cas, que les USA, pire encore, voulait soumettre la Russie, – chose évidemment inenvisageable selon lui, et par conséquent entreprise américaniste vouée à l’échec. (RT, le 19 novembre 2014.)

»The US has no plans to humiliate Russia, but instead wants to subdue it, Russian President Vladimir Putin has said, adding that no one had ever succeeded in doing so – and never will. Speaking at a forum of the All-Russia Peoples' Front in Moscow on Tuesday, the Russian leader said that history was not about to change, and that no one would manage to suppress the country. “Throughout history no one has ever managed to do so toward Russia – and no one ever will,” Putin said.

»Responding to a question about whether America was trying to humiliate Russia, Putin disagreed, saying that the US wanted “to solve their problems at our expense.” He said that people in Russia really like the Americans, but it's the US politics that are not accepted so well. “I think America and its people are more liked than disliked by people here [in Russia]. It's the politics of the ruling class [in the US] that is likely negatively viewed by the majority of our citizens,” he said. The Russian leader said the US had managed to subordinate its allies to its influence – with such countries “trying to protect foreign national interests on obscure conditions and perspectives.”»

• Le lendemain, Poutine a renchéri, avec un avertissement concernant les “révolutions de couleur” (voir RT, le 20 novembre 2014). Il a affirmé qu’en aucun cas la direction russe ne laisserait les conditions d’un tel désordre s’installer en Russie. «Russian President Vladimir Putin has said that forces willing to reshape the world often used extremism as a tool in so-called “color revolutions” and urged law enforcement to use international experience to fight such tendencies in Russia. “In the modern world extremism is used as a geopolitical tool for redistribution of spheres of interest. We can see the tragic consequences of the wave of the so-called color revolutions, the shock experienced by people in the countries that had went through the irresponsible experiments of hidden, or sometimes brute and direct interference with their lives,” Putin told the Security Council on Thursday. “This is a lesson and a warning for us,” Putin said. “We will do everything to never let this take place in Russia.”»

• Le 21 novembre 2014 (RT, toujours), c’est le ministère des affaires étrangères qui a adressé un avertissement pressant aux USA pour qu’ils ne livrent pas d’armes dites “létales” à l’Ukraine, comme le demandent avec force les dirigeants ukrainiens. «Moscow has warned Washington a potential policy shift from supplying Kiev with “non-lethal aid” to “defensive lethal weapons”, mulled as US Vice President visits Ukraine, would be a direct violation of all international agreements. A Russian Foreign Ministry spokesperson said that reports of possible deliveries of American “defensive weapons” to Ukraine would be viewed by Russia as a “very serious signal.” “We heard repeated confirmations from the [US] administration, that it only supplies non-lethal aid to Ukraine. If there is a change of this policy, then we are talking about a serious destabilizing factor which could seriously affect the balance of power in the region,” Russian Foreign Ministry spokesman Aleksandr Lukashevich cautioned.»

... Cette actualité est brûlante et nous invite à encore renforcer nos réflexions sur le sort de la Russie, mais aussi sur le sens de son action, ce qu’elle peut en espérer, sur ce que cette action signifie pour nous, pour le bloc BAO, etc. C’est à ce point que nous pensons pouvoir revenir à un texte récent, et d’abord aux commentaires qui l’ont suivi. Le 17 novembre 2014, nous mettions en ligne un texte sur “le jeu de la Russie”. Certains commentaires ont été dans le sens de mettre en doute la possibilité, – évoquée dans le texte selon une analyse faite par un universitaire US, le professeur Petras, – d’une transformation de la Russie vers une sorte de “souverainisme populiste”. Le débat implicite dans ce texte était donc compris comme ceci : la Russie, et éventuellement les BRICS pour ceux qui veulent étendre le domaine, peuvent-ils sortir des structures capitalistes pour créer quelque chose de complètement nouveau ? Ce débat n’était en rien l’objet du texte parce qu’il n’a, à notre sens, aucun intérêt sinon d’examiner une approche théorique que les événements interdiront de mettre à l’épreuve des faits ...

Il est utile de lire nos articles jusqu’à leur conclusion, toujours la même lorsque ce sujet est abordé : savoir, que le débat “la Russie, et éventuellement les BRICS ... peuvent-ils” est, justement, complètement théorique et, du point de vue des événements, complètement irrelevent, – à notre point de vue, certes, et selon notre logique, – mais c’est bien elle qui est utilisée dans ces textes et qui disent “débat irrelevent” ... Pour mémoire rafraîchie, voici les deux derniers paragraphes qui disent que l’évolution de la Russie, éventuellement ses tentatives de “révolution-à-la-Petras”, ne nous intéressent que dans la mesure où elles déclencheraient des événements très importants (des crises “par le haut”), accélérant et dramatisant la crise d’effondrement du Système dans sa pente fatale. De tels événements changeraient évidemment la situation mondiale de fond en comble (y compris, bien entendu, les perspectives post-capitalistes de la Russie et des BRICS, confirmées comme complètement irrelevent, ou hors de propos). Certes, bravo aux conseils de Petras, parce que si la Russie essaie de les suivre, cette dynamique provoquera effectivement des ondes de choc pouvant elles-mêmes provoquer, provoquant même sans aucun doute ces nouvelles crises “vers le haut” qui menaceraient très rapidement bien plus le Système que la Russie. (La vitesse des événements est un facteur primordial de la situation, dont les tentatives de prospective sur le thème des “modèle” et “contre-modèle” ne tiennent guère compte.) ... On se permet de souligner de gras les phrases définitives sur ce problème, de notre point de vue.

«A cette lumière, nous dirions que le conseil est effectivement bon, mais avec deux ajouts qui pourraient paraître contradictoires et qui seraient éventuellement plutôt complémentaires : le premier, que cette voie est en train de se dessiner peut-être plus vite que ne le croit Petras, sous la pression des événements, parce qu’elle devient la seule échappée possible pour Poutine qui devra s’appuyer de plus en plus et de plus en plus rapidement sur une sorte de souverainisme populiste en s’ouvrant sur ses alliés type-BRICS pour résister aux pressions du bloc BAO ; le second, qu’une amorce d’évolution dans ce sens, ou une évolution déjà en route, susciterait, si elle ne s’apprête déjà à le susciter, des remous suffisants pour précipiter certains de ces événements que nous évoquions pour une “sortie vers le haut” de la crise ukrainienne, c’est-à-dire vers une crise internationale plus grave encore qui secouerait gravement la cohésion du bloc BAO et certaines situations intérieures de pays du bloc BAO.

»Quoi qu’il en soit des calculs des uns et des autres, le jeu de la Russie (dans le sens où l’archi-gaulliste Philippe de Saint-Robert parlait du “Jeu de la France”) est aujourd’hui d’une importance vitale, non seulement pour la Russie certes, mais bien au-delà, pour l’équilibre et le sort du Système. D’un point de vue absolument objectif et nécessairement métahistorique, le jeu de la Russie n’a de réelle importance que dans la mesure de ses effets sur l’équilibre et le sort du Système. Il n’est pas sûr que cela convienne aux plans et à la prudence de Poutine, mais cela nous paraît une nécessité métahistorique qui écarte tout le reste.»

• Cette idée est constante dans nos propos, depuis de nombreuses années et systématiquement depuis la crise de l’automne 2008. Nous ne manquons pas une occasion de mentionner, souvent en passant parce que c’est pour nous l’évidence même, que le rôle de la Russie n’est pas de travailler à un modèle alternatif mais bien de détruire le Système sans rien savoir, ni même espérer élaborer ce qui pourrait le remplacer. (Nous parlons d’observation “en passant”, relevant de l’évidence, comme par exemple le 8 juillet 2014, , lorsque nous écrivions : «La Russie, selon l’évolution qui nous est décrite et qui semble correspondre sans nul doute à une vérité de situation, tendrait à représenter le “modèle” de l’antiSystème. (La question sur la possibilité qu’elle soit un “modèle alternatif” nous semble sans objet. Le cataclysme structurel qui interviendrait si son “modèle“ “triomphait“ en un sens, qui serait le sens d’accélérer l’effondrement du “modèle”-Système, serait d’une telle ampleur que tout ce qui existerait serait nécessairement revu de fond en comble, y compris les facteurs antiSystème ayant contribué à l’effondrement.)»)

• ... Signalons que, parmi les commentateurs de ce texte du 17 novembre 2014, un (celui de monsieur Hédi Dhoukar) nous paraît au contraire, selon notre perception, avoir parfaitement exprimé cette idée, en l’illustrant d’une référence qui nous convient parfaitement : «“Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve”, écrivait Hölderlin, et, “ce qui sauve” n'a pas encore de visage, même pas celui de Poutine qui est lui-même le produit de la crise présente...»

• Au reste, dans la même forme de jugement, nous complétons notre idée de refuser toute supputation concernant un “contre-modèle” et même l’idée de la possibilité d’un “contre-modèle” (donc, notamment, prospective sur une “victoire” ou pas de la Russie/des BRICS), par l’impossibilité d’établir une prospective, – en mettant à part l’effondrement du Système qui n’est pas une prospective mais une inéluctabilité née de l’intervention de la métahistoire d’où nous tirons cet enseignement. Nous expliquons notre position dans le Glossaire.dde du 25 juin 2014, sur la métahistoire justement :

«Ainsi, nombre de ces paramètres nécessaires devenus instables et dépassant notre raison, deviennent inutilisables pour elle. Si cette perte n’est pas essentielle pour l’appréciation immédiate de la vérité de la situation, qui dépend selon nous d’autres dispositions intellectuelles comme l’expérience et l’intuition, elle l’est par contre pour la prévision, même à court terme. Toute prévision fondamentale de notre avenir, même proche, devient impossible. Cela vaut nécessairement sinon exclusivement pour la phase historique que nous vivons, où les événements eux-mêmes nous suggèrent des caractères qui nous paraissent sans précédent, qui sont à la fois des compresseurs du temps en même temps que des accélérateurs de l’histoire : ainsi le temps comprimé et l’accélérateur de l’histoire (l’histoire-tout-court) correspondent-ils logiquement et parfaitement à l’incursion de la métahistoire, et la métahistoire rend impossible toute prévision.

»C’est notre référence méthodologique principale dans notre attitude constante de refuser la moindre prévision, et particulièrement celle de ce que nous nommons “la crise d’effondrement du Système”. Nous refusons de donner la moindre indication à la fois sur la chronologie et sur la forme de cet événement que nous jugeons inéluctable d’une part, et même en cours d’autre part, non par pusillanimité, prudence couarde, pauvreté intellectuelle, etc., mais par la simple lucidité que cet exercice de prospective est devenu, non seulement impossible, mais rationnellement impensable.»

Tout cela nous conduit à aborder le comportement/la capacité de la Russie à “résister” au Système (au “modèle”-Système), telle qu’évoquée par certains commentaires du même 17 novembre 2014, évidemment pessimistes à cet égard. Ces remarques sont toujours dans la perspective que la Russie (prolongée par les BRICS) puisse établir un “contre-modèle”, perspective que nous avons jugé absolument hors du propos qu’impose la vérité de la situation. Il est désormais complètement infondée de restreindre le problème de la Russie à un “modèle” économique ou l’autre (ou modèle “économique-sociétal”), sinon comme outil, comme on l’a vu plus haut, d’aggravation d’une situation à tendance antiSystème. Cette hypothèse, que nous n’avons jamais acceptée, pouvait encore se défendre lors de la phase dite-d’“agression douce”, mais cette phase est complètement dépassée. (La rapidité de l’utilisation et de l’abandon de cette phase pour passer à l’agression brutale [l’Ukraine] est d’ailleurs en soi une surprise extraordinaire, témoignant de l’accélération du temps. Personne, y compris nous-mêmes bien entendu, n’avait prévu cela, preuve par l’évidence que toute prospective est impossible dans notre temps métahistorique.) Désormais, avec l’Ukraine et le reste, il s’agit d’une phase d’agression brutale, directe, à visage découvert, et les données sont complètement bouleversées. La “vérité de la situation” n’a rien à voir avec un affrontement concurrentiel de “modèles” antagonistes mais avec la brutalité inhérente de la situation ukrainienne qui ne cesse de devenir plus brutale, et avec la direction russe comprenant cela de plus en plus clairement et désormais prête à l’affrontement brutal (la guerre en Ukraine ou/et à cause de l’Ukraine, s’il le faut).

Dans ce cas, surtout avec la Russie, la psychologie et le patriotisme jouent un rôle absolument fondamental, parce qu’en Russie la psychologie et le patriotisme ont directement partie liée avec l’inviolabilité de l’espace (l’espace immense du pays) qui est le fondement de l’affrontement géopolitique, et l’assise spirituelle (la Sainte-Russie et la suite), qui apporte le facteur sacré “de communication”. L’Ukraine a brutalement réveillé toutes ces données et des constats simples montrent comment les Russes s’approprient les instruments les plus vulgaires de dissolution du Système (du capitalisme) pour les retourner contre le Système (voir le 16 octobre 2014, «Le Système retourné contre lui-même par la Russie»). C’est un caractère fondamental de l’âme russe, et un avantage paradoxal de son fatalisme qui lui évite le désespoir, que sa capacité à se redresser dans les instants de plus grand danger contre l’espace russe et la spiritualité russe. Quant aux craintes qu’on pourrait nourrir devant la prétendue vulnérabilité des Russes parce qu’ils auraient gouté aux attraits faussaires de la civilisation-Système (contre-civilisation), elles nous semblent déplacées ; non seulement les Russes se sont déjà sorties d’une telle offensive dans les années 1990, mais ils se trouvent désormais devant une autre perspective, des poussées furieuses qui seront et sont déjà d’une brutalité propres à exalter l’âme russe. Le précédent de 1941 doit être à l’esprit, pour ce qui est de la situation d’une Russie terriblement affaiblie face à un danger brutal : un peuple anesthésié, fracassé, déstructuré par la plus épouvantable terreur stalinienne (la Iejovtchina, la Grande Terreur des années 1936-1939), retrouvant instantanément toutes ses qualités pour se dresser contre l’Allemagne. (On doit lire les Mémoires de Chostakovitch, observant combien l’attaque allemande de juin 1941 fut une “libération” pour le peuple russe, presqu’un moment d’enthousiasme et de bonheur parce qu’elle plaçait soudain ce peuple, après l’univers fantasmagorique de la terreur stalinienne, devant une “vérité de situation” – le destin de la Russie, – avec laquelle on ne transige pas et par laquelle l’existence acquiert un sens indiscutable.) A côté de cela, les calculs géopolitiques type-BAO et les calculettes sur le taux du rouble et le prix du pétrole constituent des arguments dérisoires...

Parce que, enfin, – revenons à l’essentiel, – le Système ne veut plus, ne peut plus attendre, et il porte en lui l’inéluctabilité de l’agression brutale contre la Russie. C’est là où il (le Système, essentiellement sous la forme des USA) risque de se perdre. (.«There are three or four possible scenarios that will bring down the empire. One possibility is a war with Iran...» disait le chef des néo-sécessionnistes du Vermont, le 26 avril 2010 ; il est facile de remplacer l’Iran par l’Ukraine et par la Russie, pour renforcer plus encore la possibilité évoquée.) Pour autant et dans cette occurrence, – le Système effondré, – nous ne saurons rien, absolument rien de ce qui suit. Nous serons devant une tabula rasa. Faut-il se lamenter devant tant d’inconnu ? Ce n’est pas notre cas parce que la tabula rasa, c’est l’essentiel pour notre sort immédiat, aura été débarrassée de tous les poisons que le Système avait réussi à mettre ensemble.

 

Mis en ligne le 21 novembre 2014 à 12H09