La Turquie selon Erdogan, ou la tragédie-bouffe

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

La Turquie selon Erdogan, ou la tragédie-bouffe

Que fait la Turquie d’Erdogan ? Qui le sait ? Lui-même, Erdogan, en sait-il quelque chose ? Même l’OTAN commence à s’interroger… Le 13 octobre 2012, le fameux “b” comme il se désigne lui-même, éditeur et commentateur du site The Moon of Alabama, signalait un tweet de ce même 13 octobre 2012 de Jon Wiliams, chef du service étranger de la BBC : “Des alliés de l’OTAN de plus en plus soupçonneux vis-à-vis de la Turquie. Craignent que la Turquie ne cherche à provoquer la Syrie. Un officiel dit que Damas est ‘très raisonnable’ dans ces circonstances !” («Some NATO allies growing suspicious of Turkey. Fear Istanbul provoking Syria. One official says Damascus “v restrained” in circumstances!»)…

Le commentateur “b”, de Moon of Alabama, craint un scénario catastrophique du fait d’un War Party qui s’affirmerait en Turquie, autour d’un Erdogan de plus en plus “incontrôlable”. Il s’agirait alors d’une “surprise d’octobre” intervenant dans la campagne électorale US et coinçant BHO dans un coin, le forçant à ordonner une intervention US derrière la Turquie, alors que Obama repousse de toutes ses forces cette perspectives. Du coup, poursuit le scénario-catastrophe, la séquence October Surprise se transmue en séquence Guns of August (de août 1914)… «As the military Middle East expert Pat Lang remarked: “A ‘Guns of August’ scenario is quite possible in which Syria, Hizbullah, Russia and Iran line up against NATO, Israel and the US. The catastrophic implications of such an evolution are obvious.”»

Le War Party en Turquie, – on prenait le War Party pour une spécificité américaniste mais il semble que ce ne soit pas le cas, – est examiné par Abdullah Bozkurt, dans un article publié par le quotidien proche du gouvernement turc, sur le site Today’sZamman.com de ce journal, le 12 octobre 2012. Malgré cette proximité du gouvernement Erdogan de l'auteur, l’article examine avec une certaine perplexité les bruits de guerre dont résonne la Turquie.

«It should be obvious by now that there is a pro-war lobby in the Turkish capital, one that is itching for a major confrontation with Syria and one that also has considerable influence over the government decision making process. This lobby is determined to drag Turkey into an adventurous conflict with Syria, one that is certain to escalate into region-wide hostilities with traditional backers of the Bashar al-Assad regime facing off with Turkey in the proxy of the Syrian swamp.

»When Turkish jets forced a Damascus-bound passenger plane suspected of carrying non-civilian cargo to land in Ankara, only hours after Turkish chief military commander Necdet Özel vowed to give a “harsher response” to Syria if shelling from the neighboring country continues to spill over the border, it became clearer that Turkey has come even closer to engaging in an open conflict with Syria. For that, it will not even hesitate to poke the eye of Russia, our major trading partner and new-found friend.»

Ces “bruits de guerre” ont une résonnance vraiment particulière. Ils s’accordent de plus en plus avec un homme, dont le destin est particulièrement surprenant, qui est celui du Premier ministre Erdogan. Notre appréciation est qu’il doit être toujours, et même qu’il doit être de plus en plus question, du caractère, de la psychologie d’Erdogan, beaucoup plus que de manœuvres diverses, de plans stratégiques, d’idéologies de conquête, etc. Il nous semble caractéristique qu’un auteur et historien comme Webster Griffin Tarpley, que nous connaissons comme un explorateur des arcanes des manœuvres secrètes et des structures clandestines, s’attache particulièrement, dans une interview à TVPress.com, le 13 octobre 2012, à ces aspects psychologiques d’Erdogan conduisant aux à-coups de la politique turc, beaucoup plus qu’à des hypothèses de montages ou de manoeuvres. A la différence des deux analyses précédentes, Tarpley semble montrer moins d’inquiétude pour la possibilité d’un conflit déclenché par Erdogan… En réponse à la première question de cette interview («First of all, I’d like to have your first impression on Turkey’s move with this civilian aircraft…»), Tarpley observe :

«I guess Prime Minister Erdogan of Turkey will not be happy if I have to quote a Greek tragedy, but the old saying is ‘whom the gods will destroy, they first drive mad’. Erdogan has climbed out very far on the limb. He was told by the United States, he was told repeatedly by Obama in their private telephone conversations that the Syrian government would collapse like a house of cards and he could then emerge as the hero of that regime change. It would be like Libya. It would be like Tunisia, Egypt and Libya, and, of course, that has not come true.

»Instead of having the good sense to cut his losses and pull back, Erdogan is doubling down. He’s doing double-or-nothing; ‘vabonk’, as we say. He’s now gotten himself into this really terrible fix which, of course, could be potentially tragic for the world. The idea that you’re going to interfere with a Russian cargo on a Syrian commercial airliner is really outside of the normal realm, and it makes Erdogan look like an unstable, erratic, mercurial kind of leader and not at all what he wanted to be.

»Now, of course, he’s got a diplomatic row with Russia. The Russian foreign minister has called in the Turkish ambassador. They’ve demanded explanations. That’s a pretty tense scene going on there. It seems to me now, the great hope, there might be time for rational forces inside Turkey of which there are a lot… A majority, right?, 82 percent, according to one poll, don’t want this to go any further. They could restrain Erdogan, tell him to cool it, just drop it, chalk that up to experience. It’s a failure, but better a failure for Erdogan than a tragedy for Turkey…»

Un autre auteur grand connaisseur des arcanes de l’histoire secrète, essentiellement européenne dans son cas, nous donne des précisions intéressantes sur le “couple” de direction de la Turquie qui semble être devenu antagoniste, Erdogan-Gul (Premier ministre-Président). Cet auteur est Richard Cottrell, ancien parlementaire européen (conservateur britannique), spécialiste de la “guerre secrète” de l’OTAN (les réseaux Gladio) et, dans ce cadre, très bon connaisseur de l’histoire secrète de la Turquie. Cottrell publie un très long texte sur le site End of the Lie, le 10 octobre 2012. Nous en extrayons ce passage concernant Erdogan-Gul, qui montre que, même à l’intérieur du parti au pouvoir existent des possibilités sérieuses d’affrontement, et que la crise syrienne y joue un rôle très important.

«The partnership of Abdullah Gul (president) and Erdogan, the twin drivers of the AK locomotive, has transformed Turkey from a languid backwater, perpetual ward of the IMF, to a humming economy, 17th in the world GDP league. Istanbul looks like Manhattan with minarets.

»The economic miracle was just one side of what became a rolling revolution. The other was the resurrection of the old Ottoman spirit as the gleaming New Ottoman Turkey. Turkey was not just a honeypot for hungry western investors drawn by her huge population of seventy-five million, many of them baby boomers with a soaring appetite for consumer wares; she was bent on becoming the dominant military and political wheeler and dealer throughout the Middle East. That’s exactly where we are today. In the circumstances it is unthinkable that Turkey could allow the resolution of the Syrian affair with herself being the principal player.

»The relations of the ‘royal families’ of these two countries, al-Assad and his wife Asma, President Gul and his Islam-cool First Lady Hayrunnisa, had long been recognized as immensely intimate on the personal scale, forever flitting between their respective capitals. More like kissing cousins than friends. All that bonhomie dissipated practically overnight when the trouble started with Syria.

»The devil always lurks in the details. So did Erdogan, who is widely suspected of ordering the president to put an end to these affectionate fraternal displays. Certainly no sudden spat between happy families could possibly account for the breach. Behind the scenes, Erdogan was readying for a war which he had decided – and of which Gul was much less convinced – was inevitable, and moreover, desirable, if Turkey was to fulfill her New Ottoman destiny.

»For years the pair played the good guy/tough guy act with great aplomb. All this came to a sudden halt when Gul bridled at the enforced rupture with the Assads. Erdogan responded by threatening to run for president himself, and started to appear at mass rallies reminiscent of Hitler on his finest form. I suspect that Gul is the leader of the peace party so far as Syria is concerned, but does not have sufficient backing either in the rank and file of the party or the cabinet to stop the drift to war…»

…Il y a à peine plus d’un an (voir le 14 septembre 2011), on pouvait encore apprécier Erdogan comme le créateur potentiel d’une grande politique qui pouvait embrasser le Moyen-Orient et s’affirmer comme une sorte de proposition d’institutionnalisation du “printemps arabe”, avec une forte dominante anti-BAO, sinon antiSystème, voire même une dimension gaullienne. A cette époque, la crise syrienne ne s’était pas affirmée et les relations entre la Turquie et la Syrie, la première conseillant à la seconde de faire des réformes pour désamorcer la crise, restaient encore acceptables. Aujourd’hui, la situation a complètement basculé, littéralement cul par-dessus tête. Erdogan apparaît comme une sorte de dirigeant super-neocon, encore plus extrémiste que les USA et Israël, et que l’OTAN sans aucun doute, – au point qu’il commence à poser un sérieux problème à ses alliés américanistes-occidentalistes tandis que sa popularité dans le monde musulman et le monde arabe s’est totalement évaporée. Dans ses actes, il bafoue les principes et toutes les forces structurantes, alors qu’il en était nécessairement le défenseur sans concession de 2003 à 2011.

Il nous semble assuré que le facteur personnel, chez ce personnage au caractère très fort et aux tendances autoritaires, a joué un grand rôle dans l’évolution d’Erdogan à l’encontre de la Syrie d’Assad (voir le 29 février 2012). Il nous semble aussi qu’Erdogan est victime, comme d’autres dirigeants de différentes façons, à la fois de la rapidité des évènements correspondant à l’accélération de l’Histoire, à la fois de ses propres narrative, ou des narrative de son camp, à la fois et d’une façon plus générale du caractère de plus en plus insaisissable des évènements et de leurs significations, de leur force et de leur influence irrésistible, cela correspondant au caractère “maistrien” des temps, ou “néo-maistrien” si l’on fait allusion aux affirmations de George Friedman. C’est le moment de reprendre la même citation déjà faite dans ce Bloc-Notes sur Friedman, de Guy Bechor, sur Erdogan : « …There is nothing new about that. The Middle East doesn’t like it when someone has designs to seize control over it. Many have tried and failed: Gamal Nasser tried, Saddam Hussein tried, Ariel Sharon tried and Hassan Nasrallah tried. They all fell flat and paid dearly. Recep Tayyip Erdogan also tried, and instead of Turkey entering Syria, Syria ended up entering Turkey.»

Erdogan s’est sans doute laissé aveugler par son tempérament, c’est-à-dire par les traits les plus excessifs de son caractère, – sa sûreté de soi, sa confiance dans sa force et dans sa popularité, éventuellement son arrogance, etc. Pire encore, comme le remarque Cottrell : effectivement prisonnier d’une psychologie soudain révélée comme affaiblie, Erdogan n’a pas su reculer ne serait-ce que tactiquement lorsqu’il s’est aperçu, ou lorsqu’il aurait pu et du s’apercevoir, qu’il faisait fausse route. Aujourd’hui, il se retrouve seul par rapport à des “alliés” prompts aux invectives mais de plus en plus contraints quant à leurs possibilités, obligé à la radicalisation permanente dans la crise syrienne, poussé au risque suprême du conflit dont le côté aventureux n’a d’équivalent que dans la vacuité totale de ses causes fondamentales, sinon l’absence de telles causes, et enfin confronté à la gravité potentielle très élevée des effets et des conséquences d'un tel conflit éventuel. La rapidité du retournement de fortune et, surtout, de la dégradation vertigineuse de la qualité de l’orientation du Premier ministre turc Erdogan d’une politique indépendante et très populaire vers une politique alignée sur le Système et extrêmement impopulaire, offrent un exemple remarquable de l’effet sur un destin politique, et sur l’orientation d’une politique essentielle, de la volatilité et de l’insaisissabilité de ce temps métahistorique. Occurrence complètement maistrienne, ou “néo-maistrienne”, à-la-Friedman…

 

Mis en ligne le 15 octobre 2012 à 06H06

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don