Gaza, ou la vertu génocidaire du Système

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Gaza, ou la vertu génocidaire du Système

C’est The Moon of Alabama (voir MoA, le 1er août 2014) qui a constaté, et l’apparition de l’article sur Times of Israel, et son retrait après considération que la logique développée avait ses inconvénients. «When Genocide Is Permissible, tel était le titre de l’article (on aurait pu dire «When Genocide Is Recommended»). Pour information, il importe de savoir que le journal en ligne Times of Israel, activé en 2012, n’est pas une de ces obscures feuilles extrémistes, mais une initiative bien structurée et financée, qui se veut de bonne réputation dans le monde de la communication israélien, avec une forte participation du quasi-honorable Haaretz, pour offrir un site de grande diffusion sur la situation et le point de vue israéliens... Par conséquent, il est apparu à la réflexion que l’article faisait à la fois tache et glauque, et qu’il s’agissait de le faire promptement disparaître. MoA signale dans son texte qu’il a disparu du site Times of Israel (mais MoA avait “capturé” une image de la version initiale, qu’on peut voir affichée) mais qu’il restait sur le site 5 Towns Jewish Times, – et, entretemps, il a également disparu de ce dernier ... On fait le ménage.

MoA : «One would think that a sad, sorry history of ones own people would create some sensitivity towards other people. But it does not. At least some people rather seem to take the horrors their ancestors had to endure as behavioral guidance for their own attitude towards other people in similar sorry circumstances.

»The Times of Israel now removed the piece (image of full text, full text on pastebin) from its website but it is still up at the U.S. paper 5 Towns Jewish Times and the writer is defending it on Twitter (screenshot) : “5 Ceasefires all breached through missiles and kidnappings. There is only one way to neutralize the threat. Wake-up!”

»What other way then is there to deal with an enemy of this nature other than obliterate them completely? [...] If political leaders and military experts determine that the only way to achieve its goal of sustaining quiet is through genocide is it then permissible to achieve those responsible goals?

»In the 1930s/40s Reinhard Heidrich and some other mass murderers agreed with the author of the piece and answered those questions in the affirmative.»

On tiendra cet article, la place où on l’a mis, la nécessité où l’on s’est trouvé de le retirer parce qu’il y a tout de même des lambeaux de réputation à défendre, – on tiendra tout cela comme des caractères symboliques de la situation d’Israël, et de la nième crise de Gaza qui doit lui être adjointe. Sur la “nième crise de Gaza” elle-même, il y a fort peu de nouveau à dire, sinon le constat de l’habituel carnage effectué avec une ferme intention de terrorisation de la population, – ou de génocide, comme l’autre suggère ? Les causes ponctuelles de l’attaque sont toujours les mêmes, qui constituent la réclamation d’Israël de vivre en paix et en sécurité, sans un bruit imprévu ou une contestation intempestive pour troubler ce calme. Israël vit dans une bulle, ou sous un “dôme de fer” si l’on veut, qui constitue un monde hors du monde du Moyen-Orient où ce pays se situe géographiquement, et aucune intrusion du second monde dans le premier ne peut être toléré. Israël ne veut pas de “carnage” chez lui, et est prêt à opérer un carnage, un vrai de vrai, dans l’autre monde qu’il tient sous sa botte et sa domination mais hors de sa bulle, – et un simple regard à la comptabilité des “carnages” comparés montre bien entendu combien ces deux mondes diffèrent l’un de l’autre. Comme d’habitude, comme à chaque expédition, l’IDF (Israel Defense Force), ex-Tsahal, annonce que, cette fois, elle résoudra le problème, – d’où cette idée d’article, suggérant qu’on passe de la terrorisation à la liquidation (génocide), avec approbation officielle comme dans le meilleur des mondes.

Vaine, extrêmement vaine montée à l’extrême, qui suggérerait que la montée à l’extrême transforme la tactique en stratégie alors que cela aboutit à une tactique grimée en un monstrueux simulacre de stratégie (le génocide). Israël souffre plus que jamais de ce qu’un des anciens chefs du Shin Beth dénonçait (voir le 23 mars 2013) : «Dans leurs commentaires revient souvent ce trait que nous soulignons dans notre propre commentaire : la tactique, la tactique, jamais de stratégie… (Extraits d’un article du Monde du 28 février 2013 sur le sujet.) “Alors aux commandes, Yaakov Peri estime n'avoir reçu durant les six ans de son mandat aucune consigne des gouvernements successifs. Ou bien il a cette formule, dont les termes sont partagés par ses collègues : Israël remporte la plupart des batailles, sans gagner la guerre. ‘Nous ne savions pas dans quelle direction aller, résume Peri. C'était toujours de la tactique, jamais de vision stratégique.’ […] [L]es interrogations de Yuval Diskin, à la tête du Shin Beth depuis 2005, [restent entières]. Ses prédécesseurs, interrogés dans The Gatekeepers, rappellent qu'ils ont demandé, dès les années 1990, à être soumis à des régulations. Pour une raison, cernée par M. Ayalon : ‘La plupart des batailles que nous remportons ne mènent nulle part, car nous perdons la guerre.’»

... Ainsi de l’actuelle séquence, sanglante et grotesque, du carnage à Gaza, réalisée sous le regard assez neutre des bienpensants du bloc BAO. Elle est intervenue, à partir du kidnapping et de l’exécution de trois jeunes Israéliens, à un moment où Israël se heurtait de plus en plus à sa propre inconsistance face à la situation de l’ensemble de la région, comme pour fournir une échappatoire à l’impuissance de sa politique générale en se plongeant dans le trou noir du massacre périodique des banlieues palestiniennes de la bulle israélienne. (L’idée eut un certain crédit puisqu'il y eut pour aller jusqu'à dire que les Israéliens eux-mêmes avaient favorisé ces trois exécutions pour déclencher le processus de l’attaque contre Gaza, d’autres que l’ISIS s’en était chargée pour détourner l’attention de ses propres exploits en déclenchant une nouvelle crise de Gaza.) Avant que n’éclate la crise de Gaza, on se rappellera quelle était la situation stratégique israélienne ; on en aura une illustration dans une citation de DEBKAFiles, qui ne fut jamais aussi critique, – peut-être involontairement, dans le ton, mais c’est là que parle le vrai, – des dirigeants politiques et militaires israéliens. On sent que le ton est de cette sorte : “Tout ça pour ça, tant d’efforts pour cette catastrophe ?”, – par exemple dans le texte du 28 juin 2014, qui annonçait des rassemblements de chars saoudiens et jordaniens aux frontières respectives avec l’Irak, des drones US dans le ciel de Bagdad, etc., sous le titre : “Le Moyen-Orient brûle...” («Mid East is sizzling: Armed US drones over Baghdad, Saudi, Jordanian tanks deploy»)...

«Israel’s armed forces and three intelligence services, the Shin Bet, Mossad and AMAN, are in fact nursing the blow to their prestige from the failure of their massive, all-out hunt of two weeks discover the three teenagers abducted on June 10. Some serious soul-searching is taking place about the wisdom of throwing all of the IDF’s deterrent strength against the kidnappers, who have since been identified as a pair of Hamas operatives, who outsmarted Israel’s mightiest resources and vanished off the face of the earth with their captives.

»Israel’s conduct in this episode appears in retrospect to have been ruled less by sense than by emotions. Prime Minister Binyamin Netanyahu was sidetracked by his fixed desire for a reckoning with Hamas and with the Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas for dealing with this extremist group – notwithstanding their near-irrelevance to the main stream of events in the region.

»Three months after Israel’s National Intelligence Estimate judged the prospect of a conventional war close to nil, Al Qaeda’s cohorts are grabbing wide stretches of Iraq and knocking on the doors of Jordan and Saudi Arabia. Iran, Hizballah – and now ISIS – must be wondering what makes Israel tick in view of this behavior. Abu Bakr Al-Baghdadi’s jihadis are fighting under the flag of the Islamist State of Iraq and the Levant. For them, the Levant is not just Syria and Lebanon and Jordan, but also “Palestine” i.e. Israel.»

Moon of Alabama se réfère aux nazis (Heydrich) pour qualifier cet article réclamant pour Gaza le génocide comme une procédure acceptable. Nous ne suivons pas cette analogie, parce que l’analogie nazie devient finalement une méthode efficace pour renvoyer une question posée à un temps dépassé, et ainsi en noyer la signification ou la supposer résolue à part quelques hurluberlus. Nous voyons plutôt dans cet article pris comme symbole d’une tendance de la pensée israélienne l’influence par perversion de l’américanisme et du Système, qui transforment les pulsions référencées et confortables parce que dépassées des années 1935-1945 en un monstrueux avatar de notre présente situation, où dominent les très actuelles pulsions autodestructrices de la surpuissance, lorsque cette dynamique, découragée par les grands axes extérieurs de déstabilisation qu’elle finit par ne plus pouvoir contrôler, en arrive à s’exercer sur ses propres problèmes internes en les aggravant jusqu’à l’autodestruction, dans une orgie de surpuissance. La tactique maximaliste grimée en monstrueuse stratégie ainsi exposée, c’est, plutôt que la liquidation à-la-nazie, la promesse des “lendemains qui chantent” dans le silence de fosses communes du Système, selon la formule déjà expérimentée au Vietnam de la “destruction du village pour sauver le village”, ou encore selon la formule dialectique d’un général américaniste parlant à un collègue européen dans les année 1990 «Nous ne résolvons pas les problèmes, nous les écrasons». Le Système dans l'état où il se trouve avec son appendice américanisme, c’est du nazisme fardé par l’ivresse nihiliste de la postmodernité, ou bien du BHL plein aux amphétamines.

... Quant à la “politique” israélienne, révélée autant par son impuissance du mois de juin que par son expédition à Gaza qui a comme effet d’habiller cette impuissance du fardeau du liquidateur postmoderne, elle ne fait que mettre en évidence combien la crise du Moyen-Orient perd en importance stratégique par rapport au centre bouillonnant qu’est devenue la crise ukrainienne. Israël est en train de devenir une chose du passé et l’immaturité décisive qu’il déploie se lit dans son incapacité à résoudre les problèmes de la légitimité de sa propre existence : en massacrant les civils de Gaza, Israël ne cesse d'affaiblir cette légitimité et se détruit lui-même.


Mis en ligne le 2 août 2014 à 21H41

Donations

Nous avons récolté 1696 € sur 3000 €

faites un don