Forcer à la guerre contre le dollar ?

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Forcer à la guerre contre le dollar ?

Au départ de l’épisode, il y a une action unilatérale de la banque US JP Morgan (JPM) bloquant un transfert d’argent russe au nom de la “politique des sanctions”, ou, plus largement dit car le lien formel n’est nullement établi, au nom de la “philosophie“ de la “guerre des sanctions”. Le site ZeroHedge fut le premier à s’intéresser à cette affaire, le 1er avril. Il y revint le 2 avril 2014, lorsqu’il apparut que cette affaire prenait de l’extension...

«While everyone was gushing over the spectacle on TV of a pro-HFT guy and anti-HFT guy go at it, yesterday afternoon we reported what was by far the most important news of the day, one which was lost on virtually everyone if only until this morning, when we reported that “Monetary Blockade Of Russia Begins: JPMorgan Blocks Russian Money Transfer ‘Under Pretext’ Of Sanctions.” This morning the story has finally blown up to front page status, which it deserves, where it currently graces the FT with “Russian threat to retaliate over JPMorgan block.” And unlike previous responses to Russian sanctions by the West, which were largely taken as a joke by the Russian establishment, this time Russia is furious: according to Bloomberg, the Russian foreign ministry described the JPM decision as “illegal and absurd.“ And as Ukraine found out last month, you don't want Russia angry.»

Effectivement, la réaction russe officielle de la part du ministère des affaires étrangères (Alexander Loukachevitch, porte-parole) a été particulièrement furieuse, assortie de l’hypothèse largement substantivée que JPM a voulu jouer “perso” dans cette affaire : «Interfering with the transaction was an absolutely unacceptable, illegal and absurd decision...[...] If by this the American financial company wanted to ‘score points’ in the eyes of the White House, it has obviously overplayed. Washington has to understand: any hostile action towards the Russian diplomatic mission not only represents a breach of the international law, but is also fraught with counter measures, which will inevitably affect the work of the US Embassy and consulates-general in Russia.»

• Hier, une autre nouvelle était annoncée, concernant un marché pétrolier entre la Russie et l’Iran qui se ferait selon des moyens de transaction spécifiques hors du pétrodollar ( un marché de $20 milliards, de pétrole contre “biens divers”). A nouveau, ZerioHedge publiait son commentaire, le 2 avril 2014, reprenant et confirmant un commentaire du jour précédent, où l’on passait de la dimension financière à la dimension géostratégique fondamentale, en même temps qu’il était clairement question du sort du dollar dans les transactions internationales, essentiellement sur l’énergie.

«If you said the complete absence of US Dollars anywhere in the funds flow you are correct. Which is precisely what we have been warning would happen the more the West and/or JPMorgan pushed Russia into a USD-free corner. Once again, from our yesterday comment on the JPM Russian blockade: “what JPM may have just done is launch a preemptive strike which would have the equivalent culmination of a SWIFT blockade of Russia, the same way Iran was neutralized from the Petrodollar and was promptly forced to begin transacting in Rubles, Yuan and, of course, gold in exchange for goods and services either imported or exported. One wonders: is JPM truly that intent in preserving its "pristine" reputation of not transacting with "evil Russians", that it will gladly light the fuse that takes away Russia's choice whether or not to depart the petrodollar voluntarily, and makes it a compulsory outcome, which incidentally will merely accelerate the formalization of the Eurasian axis of China, Russia and India?”

»In other words, Russia seems perfectly happy to telegraph that it is just as willing to use barter (and “heaven forbid” gold) and shortly other “regional” currencies, as it is to use the US Dollar, hardly the intended outcome of the western blocakde, which appears to have just backfired and further impacted the untouchable status of the Petrodollar.»

• Nombre de commentaires, des plus sérieux aux plus exotiques, et d’ailleurs sans nécessairement se référer précisément à l’incident-JPM, mettent en évidence la capacité russe à porter l’affrontement sur ce terrain de l’attaque contre le dollar. Alors que la situation en Ukraine a paru se stabiliser peu après le référendum criméen, mais reste tributaire d’une conjoncture extrêmement volatile dans le pays (en “Ukraine moins Crimée”) et dans le chef de la direction américaniste dont l’incertitude et l’absence de contrôle centralisateur est une fois de plus le caractère central, la persistance des spéculations dans ce domaine de la question du dollar/du pétrodollar est un signe de la place considérable que cette option occupe dans les esprits. A lire, par exemple, le passage que lui consacre Eric Draitser dans la longue analyse qu’il consacre, le 2 avril 2014 sur Russia Today, à la question de la “guerre des sanctions”, en concluant que les Russes sont extrêmement bien placés pour riposter avec une efficacité dévastatrice.

«From the financial perspective, Russia has a great deal of leverage vis-à-vis its energy exports. Specifically, Russia could quite easily upset the entire Western economy by unilaterally refusing to accept US dollars as payment for its energy. Were Russia to demand payment in gold or some other currency, the entire petrodollar economy could come crashing down. It would force China to take countermeasures against rapid dollar devaluation, which would only exacerbate the problem. The Euro, itself being very closely tied to the dollar, would undoubtedly also come crashing down. To be sure, such a strategy would be dangerous to Russia’s own economy, but it could be seen as a possible weapon of last resort, should Washington decide to ratchet up the sanctions.

»Many have speculated that Russia has already taken some of the initial steps toward exiting from the dollar. In early 2014, a “foreign government” dumped nearly $118 billion. Many experts believe that these deals have been quietly executed by Russia, and would constitute a stark warning to the US of Russia’s considerable influence in terms of its dollar holdings. Should Russian moves in turn make China nervous, then these actions would also have very dire consequences for the world’s reserve currency.»

• Il n’est jusqu’à l’exotique site de “Sorchal Faal” (What Does It Means”), dont nous avons déjà souvent parlé pour préciser qu’au milieu d’un amoncellement d’analyses farfelues et manifestement développées pour semer la confusion, pouvaient se glisser des indications plus sérieuses selon une technique qu’on pourrait nommer dite de “désinformation positive” si l’on admet qu’il y a une intention là-dessous. (Voir notamment le 19 mars 2013 et le 15 juillet 2013, des articles sur deux différents sujets, avec d’autres sources bien entendu, mais mentionnant aussi “Sorcha Faal”, en précisant l’analyse qu’on peut faire de ce site.) Dans ce texte du 2 avril 2014, et à côté d’informations qu’on retrouve un peu partout concernant l’action de le JPM, on trouve quelques phrases inédites concernant le projet Double Eagle, – tout cela à partir d’un “shocking report” venu de Moscou...

«In one of its most shocking reports since the beginning of the Ukrainian Crisis, the Ministry of Foreign Affairs (MoFA) is warning today that President Putin has ordered the immediate implementation of “Project Double Eagle,” which when fully realized will cause all global energy supplies to be purchased in gold thus, in effect, ending the US Dollar reign as the global reverse currency and collapsing both the United States and European Union economies. “Project Double Eagle,” this report says, calls for The Central Bank of the Russian Federation (CBR) to begin production of 5 Ruble Gold Coins containing .1244 Troy Ounces of .900 Pure Gold, with a diameter of 18mm, emblazoned with a shielded and crowned double eagle, and which will become the worlds alternative to both the US Dollar and Euro in purchasing energy supplies. Critical to note, this report continues, “Project Double Eagle” includes the creation of a new “national payment settlement system” which will allow Russia to build a foundation that could very soon offer an alternative to the Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications (SWIFT) banking system and allow nations around the world the chance to move away from the American Dollar and US hegemony...»

Comme on le voit, tout est mis en activité dans le système de la communication, des nouvelles les plus précises aux analyses les plus larges, aux scénarios les plus exotiques, pour nous faire comprendre que cette affaire de “Russie versus $” est désormais un domaine bien établi de l’affrontement général engendré par la crise ukrainienne. Il n’est nullement assuré que les prémisses du vaste contexte où circule la chose aient été calculées et machinées dans le cadre d’une également vaste manœuvre, comme notre raison si tentée par les montages secrets à allure complotiste serait tentée de le croire. Certaines sources à Washington assurent que l’initiative de la JPM (avec auparavant l’incident des sociétés de cartes de crédit Visa et MasterCard interrompant momentanément leurs paiements en Russie) sont des initiatives privées répondant à ce que ces entreprises privées perçoivent comme des pressions de l’administration dans le sens de mesures calibrées d’avertissement de sanctions (un peu dans le sens de ce qu'évoque le porte-parole Loukachevitch,) ; avec la précision qu’il y a fort probablement erreur ou incompréhension de ce point de vue, ou bien même situation d’incontrôlabilité, tant l’attitude de l’administration Obama vis-à-vis des sanctions, comme vis-à-vis de la Russie en général, est incertaine, flottante, confuse, avec des initiatives parcellaires et incontrôlées venues de certains départements ou agences sans consignes centrales... Il n’empêche que l’effet en Russie est très net et précis, fondé sur l’idée que “tout se passe” comme si ces diverse initiatives étaient complètement prises au sérieux, car la Russie ne peut se permettre la moindre erreur de complaisance à cet égard.

Nous ne cacherons pas que c’est cette hypothèse de la confusion et désordre du côté US que nous favorisons, puisque cette attitude est, depuis quelques années, constante à cet égard, et que la politique US vis-à-vis de l’Ukraine/de la Russie, depuis des mois, ne cesse d’accumuler des maladresses, des mesures à courte vue, l’absence complète d’une perception stratégique à long terme de ce qu’il faut faire, et d’une façon générale une extraordinaire absence de coordination et de complémentarité entre les différents centres de pouvoir. Mais la Russie se fiche bien de ces explications. Ce qu’elle voit, ce sont ces mesures parcellaires, effleurant les options les plus radicales parmi les sanctions possibles, qui ne cessent de l’alarmer et de la convaincre qu’il faut songer à réagir avec vigueur, si nécessaire en prenant l’initiative pour éviter de subir les effets d’une attaque ou l’autre aurait l’initiative.

Le scénario est toujours le même dans cette crise ukrainienne, – comme dans celles quoi ont précédés et celles qui l’accompagnent : un bloc BAO qui agit dans le domaine de la communication, selon l’image qu’il a de lui-même d’une puissance hors du commun et inexpugnable, baignant dans son jus replet de suprématisme, sans aucune leçon apprise de sa vertigineuse succession d’échecs depuis quinze ans, et convaincu que les meilleures mesures à prendre sont d’intimidation, si possibles non coordonnées avec les autres acteurs de son camp, et si possible sans la moindre stratégie, – et mieux encore, si possible sans les moyens pour substantiver les menaces qu’on laisse ainsi planer. (Les manœuvres militaires de l’OTAN en Ukraine sont du même ordre, provocations sans substance, activatrices de tension qu’on ne peut soutenir, menaces déployées au vu et au su de tous sans aucun moyen réel de jamais les substantiver.) Et si le scénario est toujours le même, le résultat est également toujours le même : la Russie, qui n’est pas dans le seul domaines de la communication mais au contraire dans celui très concret de sa sécurité fondamentale, réagit en renforçant son dispositif, en bronzant sa résolution, en préparant sa riposte, et s’il le faut en agissant avec décision, voire en agissant préemptivement si le bon sens stratégique y invite. On entendra reparler, et bien vite probablement, de ces manœuvres dont l’effet essentiel est de rendre de plus concevables, de plus en plus possibles, de plus en plus souhaitables l’une ou/et l’autre attaque contre le dollar. La Russie va finir par admettre, sans beaucoup d’efforts pour convaincre ses amis des BRICS, que la meilleure façon de procéder avec les manœuvres grossières et fantasmées du bloc BAO, c’est de faire comme si elles étaient fondées après tout, et d’y riposter d’une manière décisive.


Mis en ligne le 3 avril 2014 à 13H07

Donations

Nous avons récolté 1683 € sur 3000 €

faites un don