Enquête : à quelle sauce Poutine mange-t-il ses soldats ?

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Enquête : à quelle sauce Poutine mange-t-il ses soldats ?

Comment réagir à de telles informations/affirmations/preuves évidentes/vérités révélées ? Problème du chroniqueur, que nous exposons en quelques observations et citations référencées, – mais aussi, et plus largement, illustration de ces “derniers temps”, de la puissance du système de la communication et de l’extrême pauvreté d’esprit des élites-Système. Protagoniste principal : Mac Thornberry, Représentant républicain du Texas depuis 1995, président de la puissante Commission des Forces Armées de la Chambre des Représentants des USA. (Donc, pas un parlementaire-plouc, nouveau-venu, obscur et cherchant de la pub, non, un homme de poids et d’expérience au sein de la représentation parlementaire des USA, à la Chambre.)

• Le 26 mai 2015, Bloomberg.News publie un long article à partir d’une interview informelle avec Mac Thornberry. Le thème est axé sur une “révélation” du parlementaire, retour d’un voyage en Ukraine. Les Russes ont de telles pertes en Ukraine, – puisqu’ils ont envahi l’Ukraine, c’est sûr, déjà de très nombreuses fois ces seize derniers mois, – qu’ils ont installé des crématoires roulants, sorte de cantines-crématoires roulantes si vous voulez, pour brûler les corps des soldats russes tués en Ukraine et ne pas avoir à les ramener en Russie. Les familles russes des soldats, des barbares comme vous et moi, n’y voient que du feu, – pardonnez le jeu de mots malheureux, – et du moment qu’on ne leur ramène pas les corps de leurs fils, frères et pères, continuent à vivre tranquillement, sans nouvelles d’eux, le cœur léger. (Le thème des pertes importantes des Russes en Ukraine est largement exploité par le système de la communication pour prouver les nombreuses invasions russes de l’Ukraine. L’absence des corps prouvant ces invasions est désormais une preuve supplémentaire puisque ces crématoires roulants sont la preuve par crémation, ou disparition et impossibilité de vérifier, que ces soldats morts sont bien morts en Ukraine. La preuve finale de tout cela est que les Russes camouflent tellement bien leur infamie qu’on n’a jamais vu ni exposé à l’ONU l’une de ces cantines-crématoires roulantes.) Lisons Bloomberg.News...

«Russia is so desperate to hide its military involvement in Ukraine that it has brought in mobile crematoriums to destroy the bodies of its war dead, say U.S. lawmakers who traveled to the war-torn country this spring. The U.S. and NATO have long maintained that thousands of Russian troops are fighting alongside separatists inside eastern Ukraine, and that the Russian government is obscuring not only the presence but also the deaths of its soldiers there. In March, NATO Deputy Secretary General Alexander Vershbow told a conference, “Russian leaders are less and less able to conceal the fact that Russian soldiers are fighting – and dying – in large numbers in eastern Ukraine.”

»Hence the extreme measures to get rid of the evidence. “The Russians are trying to hide their casualties by taking mobile crematoriums with them,” House Armed Services Committee Chairman Mac Thornberry told me. “They are trying to hide not only from the world but from the Russian people their involvement.” Thornberry said he had seen evidence of the crematoriums from both U.S. and Ukrainian sources. He said he could not disclose details of classified information, but insisted that he believed the reports. “What we have heard from the Ukrainians, they are largely supported by U.S. intelligence and others,” he said.

»Representative Seth Moulton, a former Marine Corps officer and a Democrat on the Armed Services Committee, was with Thornberry on the Ukraine trip in late March. He tweeted about the mobile crematoriums at the time, but didn’t reveal his sources. He told me this week the information didn’t come just from Ukrainian officials, whose record of providing war intelligence to U.S. lawmakers isn’t stellar. “We heard this from a variety of sources over there, enough that I was confident in the veracity of the information,” Moulton said, also being careful not to disclose classified U.S. intelligence...»

• ... Preuve supplémentaire de la véracité confondante de la chose : on en parle depuis longtemps ; et de quelles sources ! Le chef du service de renseignement ukrainien lui-même, homme de grande valeur professionnelle, et probité à mesure : «There had been unconfirmed reports of Russia using mobile crematoriums in Ukraine for months, including leaked videos purporting to show them. But never before have U.S. lawmakers confirmed that American officials also believe the claims. The head of Ukraine’s security service, Valentyn Nalyvaichenko, said in January that seven truck-mounted crematoriums crossed into his country over a four-day period. “Each of these crematoriums burns 8-10 bodies per day,” he said.»

• Deux jours plus tard, le 28 mai 2015, Tass reprend l’information et expose les réactions officielles russes. Il observe que le département d’État (sa porte-parole Marie Harf) a été officiellement contacté par CNN et n’a pu confirmer la “nouvelle” selon laquelle des cantines-crématoires roulantes tournent en boucle dans l’Ukraine envahie, brûlant les corps de ces “féroces soldats” qui s’empilent grâce à la riposte des forces de Kiev & compagnie. A tout hasard, Harf a tout de même confirmé que les USA avaient la conviction que les forces armées russes dissimulaient leur présence en Ukraine, donc qu’elles s’y trouvaient, et pourquoi pas les cantines-crématoires roulantes avec elles ? Le reste de la dépêche Tass expose diverses hypothèses d’ordre psychiatrique de la part d’officiels russes.

«The US State Department cannot confirm media reports alleging that Russia has delivered mobile crematoriums to Ukraine, US State Department spokeswoman Marie Harf told CNN on Wednesday. However, she continued to claim that Russia was trying to hide its presence in Ukraine. This issue was raised on Tuesday by US media that referred to US lawmakers who visited Ukraine, and some US intelligence data. These allegations suggest that Russia has brought mobile crematoriums to Ukraine to hide the bodies of its dead soldiers.

»Kremlin spokesman Dmitry Peskov said in connection with these reports that “Frankly speaking, I doubt that these statements are trustworthy.” The presidential spokesman said “of course, such allegations cast doubt that those who have published them are sane.” “I do not say about those who have potentially voiced them," he added. [...]

»Russia’s Defense Ministry for its part said that Chairman of the Armed Services Committee of the US House of Representatives Mac Thornberry, who told Bloomberg View, that Russia is allegedly trying to cover up its losses in the Ukraine with mobile crematoriums, should “get some psychiatric help.” [...] “It’s hard to say what tick has bitten Congressman Thornberry that he talks such rubbish seriously, and even exaggerates its importance, referring to some ‘secret sources’ that allegedly confirmed it,” Russian Defense Ministry spokesman Major General Igor Konashenkov said. According to him, “once the head of the Congress’ key committee has started to talk such nonsense publicly, it is easy to imagine the content and level of discussions held by Thornberry and his colleagues in the defence decision-making process behind closed doors.”»

• Là-dessus, Russia Insider prend la mouche et enquête... Le site entend faire toute la lumière sur cette affaire de crématoire, et particulièrement par le canal du Représentant Thornberry, qui semble être particulièrement bien informé. Donc, il interview Thornberry. Cela donne un article court, mais sensationnel : en plus des cantines-crématoires roulantes, les Russes ont trouvé un éliminateur des corps gênants en la personne de leur propre président. Poutine, en effet, semble manger de façon régulière les restes des corps des soldats russes...Le département d’État ne confirme pas, mais pourquoi pas puisque “les USA ont la conviction... bla bla bla”. Donc, dans RI le 29 mai 2015 :

«Vladimir Putin is so desperate to hide his sinister military involvement in Ukraine that he has resorted to personally eating the bodies of Russia’s war dead, say U.S. lawmakers with Twitter accounts.

»The U.S. and NATO have long maintained that thousands of Russian troops invade, uninvade, and then reinvade Ukraine, basically every day, and that the Russian government is obscuring not only the presence but also the deaths of its soldiers there. Hence the decision to eat them. “Putin has eaten each and every Russian soldier that has perished in Ukraine,” House Armed Services Committee Chairman Mac Thornberry told Russia Insider in an exclusive interview. “Apparently he puts each soldier between two pieces of toast, adds a bit of ketchup, and makes a meal of it.”

»Thornberry said he had seen evidence of the feeding frenzy from both U.S. and Ukrainian sources. He said he could not disclose details of classified information, but insisted that he believed the reports. “What we have heard from the Ukrainians, they are largely supported by U.S. intelligence and others,” he said. “And when have they ever been wrong? Never.” The congressman believes that Putin has been snacking on dead Russians in a frantic attempt to keep up the ruse that he has no soldiers fighting inside Ukraine. “Russia is clearly having a problem with their home front and the casualties they are taking from the war,” Thornberry said. “The fact that Putin would resort to eating his own soldiers is horrific and shameful.”

»There had been unconfirmed reports of Putin binging on dead soldiers for months, including leaked videos purporting to show Putin telling his personal Kremlin cook that he had just returned from Donetsk, and “wasn’t hungry for dinner”. But never before have U.S. lawmakers confirmed that American officials also believe that Putin is hiding Russian soldiers in his belly.

»The U.S. State Department says that it cannot confirm reports of Putin’s eating habits. However, State Department spokeswoman Marie Harf did stress that U.S. spy satellites show that Russians “like to put dill on everything.” The Obama administration is understandably concerned about providing Ukraine with arms, citing the possibility that Putin could locate them — and then eat them.»

• Les commentaires de lecteurs sont intéressants à consulter. Il n’y en a pas un très grand nombre, certains ne jugent pas très appropriée la satire, – puisqu’il s’agirait bien de cela, dirait-on prudemment, – jugeant que même cette sorte d’ironie par l’absurde a tout de même pour effet d’accentuer la démonisation de Poutine (certains pouvant y croire, après tout), au point qu’un lecteur, sortant sa propre loupe à suspicion, remarque “Je me demande parfois de quel côté est RI” ... A notre sens, le commentaire le plus révélateur et donc le plus intéressant est celui-ci, de Gest Victorious : “... J’étais à la moitié de l’article et commençais déjà à écrire [dans ma tête] une lettre à Thornberry l’accusant d’une complète insanité lorsque j’ai réalisé la chose ... Le fait est que cet article n’est pas plus une plaisanterie que ceux qu’ils moquent” («... I got halfway through the article and began a letter to Thornberry accusing him of willful insanity before my lightbulb lit... Fact of the matter is, the article’s not much more of a joke than those it mocks.»)

... «Fact of the matter...», nous aussi, nous n’avons pas aussitôt réalisé qu’il s’agissait d’une satire. (Au fait, s’agit-il d’une satire ? Peut-être Thornberry va-t-il nous ressortir l’affaire de Poutine-cannibale de ses propres soldats comme preuve ultime de l’invasion ? Et alors nous reviendra, en boucle, la révélation que Poutine se goinfre de ses soldats morts...) Quoi qu’il en soit, acceptons l’hypothèse qu’il s’agit d’une satire et admirons la tranquille insolence et l’audace maîtrisée de RI écrivant un texte comme s’il y avait eu une réelle interview de Thornberry. Bien que très récent dans son installation, RI n’est pas un site d’occasion ou d’amateurs, tant s’en faut ; il a rapidement pris une place extrêmement importante (professionnellement autant que du point de vue de l’audience) dans la presse alternative, essentiellement à propos des affaires russes et de la tension bloc BAO-Russie, dans une position antiSystème très affirmée, et selon un style et une équipe rédactionnelle qui lui assurent une grande audience chez les professionnels anglo-saxons, – en même temps qu’un lectorat important...

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas eu jusqu’ici de réaction de Thornberry devant une satire qu’on pourrait juger à la limite de l’acceptable et de la diffamation indirecte ; mais sans doute Thornberry s’en fout-il et ne perd-il pas son temps, ni n’en fait-il perdre à son staff, à essayer de s’informer sur l’Ukraine en lisant l’internet à ce propos, en écoutant et en entendant autre chose que ce que les jugements convenus, favorisés par les circonstances habituelles (narrative, corruption courante, terrorisation intellectuelle, etc.), transférés à son esprit caractérisé par une bassesse courante et une psychologie épuisée... C’est ce qu’on peut déduire des aventures, bien réelles celles-là, survenues à Thornberry/Tintin-en-Ukraine, telles que relatées par Bloomberg.News. Nous nous appuierons donc sur ces divers constats pour faire quelques remarques sur la circulation de l’information, son contenu, ses caractères, à l’heure de l’ère totale de la communication et de la “guerre totale” qui va avec.

• La puissance du phénomène que nous décrivons sous le terme de narrative, avec la production de la dynamique du déterminisme–narrativiste, est si grande que toutes les “fantaisies” (dans le sens de fantasy-narrative, concept explicité et utilisé par exemple dans ce texte du 1er septembre 2014) semblent permises. Le fait est qu’on peut écrire et publier une telle satire, ad nominem, sans être ridicule ou grossier mais au contraire en réussissant assez aisément le but de la satire, – faire prendre pour le vrai, pour un instant au moins, le plus ridicule possible d’un personnage comme si cet extrême devenait sa normalité. (Car ce qui importe dans cette information-satire, c’est l’idée qu’un Thornberry puisse dire ce qu’il dit, et non pas la fantasy-narrative de Poutine-cannibale.) En fait, quand vous piochez un peu autour de Thornberry qui ressemble tant aux quelques centaines de parlementaires corrompus qu’on trouve au Capitole, avec un peu de connaissance du fonctionnement de Washington-bidon, de la Grande République complètement réduite à son maquillage-Potemkine, vous êtes incliné à continuer à vous poser la question, une fois la première réaction  : “Et si c’était vrai, si vraiment Thornberry avait dit cela ?” C’est bien l’art de la satire, comme l’a bien vu Gest Victorious : “l’article n’est pas plus une plaisanterie que [celui] qu’il moque”. Ainsi l’écrasante ère de la communication, à la fois réduit les esprits bas avec les psychologies épuisées à être de plus en plus bas, jusqu’aux caricatures d’eux-mêmes ; à la fois permet de découvrir le pot-aux-roses avec une relative facilité : “Est-il possible que Thornberry soit aussi bas (aussi vil, aussi con, selon l’humeur du jugement) que cela ?” se demande le chaland, pour aussitôt répondre : “Il est possible ...”.

• Ces remarques qui découlent de la simple lecture de l’article concerné et du reste, conduisent à partir d’un petit exemple assez spectaculaire pour s’insérer dans une analyse générale, à développer ou à rappeler cette analyse générale et à démontrer ou à vérifier sa justesse. Il est une fois de plus montré, – et à chaque fois cela doit nous servir pour l’usage des armes de communication dont nous disposons, – cette formidable évidence que l’ère de la communication a complètement “subjectivé” le monde... Ou plutôt, l’ère de la communication a à la fois donné aux dirigeants-Système l’outil d’une complète subjectivation du monde, et il a à la fois montré combien le monde était totalement subjectivé par les pressions des pouvoirs illégitimes, la corruption psychologique générale, la faiblesse des esprits et leur acceptation des cloisonnements, la relativisation totale de l’information et son divorce complet de la réalité, etc., tout cela utilisant les outils du système de la communication Le formidable système de la communication, là encore, nous montre ce qu’il est capable de faire, c’est-à-dire à la fois (là aussi) complètement “subjectiver” le monde, à la fois nous donner à voir combien le monde est “subjectivé” par le spectacle qui nous est ainsi offert grâce à son intervention. Il donne les moyens de la subversion mais en même temps éclaire en pleine lumière ceux qui usent de ces moyens, les subversifs...

• L’escapade de RI, qui plaît ou ne plaît pas selon l’ironie qu’on cultive, démontre également l’aisance avec laquelle on peut faire bon usage du système de la communication. Son article sur Thornberry est tellement si non è vero è ben trovato que l’on peut arriver à confondre l’infâme en s’en moquant, quasiment en modifiant la formule (c’est tellement ben trovato que c’est vero) ... Dans certaines circonstances qui ne sont ni extraordinaires ni rares, Thornberry pourrait effectivement nous sortir ce qu’il n’a pas dit/ce qu’il aurait pu dire à Russia Insider. Lui-même pourrait le dire sans s’apercevoir réellement de ce qu’il a dit puisque son inconsistance intellectuelle et sa faiblesse psychologique le mettent dans cette sorte de position de ne plus contrôler ni sa perception, ni son jugement, ni même le sens commun du monde qui fait qu’on différencie le possible de l’improbable, le probable de l’impossible.

• Il ressort alors de tout cela cette évidence déjà souvent réalisée, mais qu’il faut rencontrer et rencontrer à nouveau pour bien mesurer sa force, de cette situation présente de l’inexistence totale de la réalité en tant que telle, – nous voulons dire la réalité en tant que référence partagée, celle que nous avions coutume de partager, mais au prix ces dernières décennies de conflits de plus en plus profonds, qui indiquait qu’il y avait un réel problème ; car, toujours la même rengaine, le système de la communication en rendant possible cette pulvérisation de la réalité, nous révèle qu’elle était d’ores et déjà en voie de pulvérisation, – lui, au moins, le système de la communication, il met les choses au net. Il s’en est suivi (c’est déjà fait, bien entendu) que la réalité en tant que telle a sombré dans la plus complète relativisation, sinon dans l’affabulation, et souvent dans des affabulations concurrentes, et finalement dans l’incohérence d’une sorte d’entropisation dynamique. Mais dans cette confusion, notre esprit nous dit qu’une vérité du réel continue évidemment à exister. Pour tenter d’en retrouver des fragments qui nous importent, et ainsi progresser dans notre réflexion audacieuse et libérée des “contraintes du réel”, ou plutôt “libérés des contraintes d’un réel qui s’est avéré fictif”, il nous faut rechercher des “vérités de situation” éparses mais très puissantes une fois identifiées, qui nous confortent dans notre propre reconstruction du réel. Même un “coup” comme le texte de RI, qui semble renvoyer au domaine en apparence mineur de la satire peut nous y aider  ; non, plus encore, il doit nous y aider...


Mis en ligne le 31 mai 2015 à 05H26

Donations

Nous avons récolté 1718 € sur 3000 €

faites un don