De la séquestration à la stratégie anti-hégémonique...

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

De la séquestration à la stratégie anti-hégémonique...

... Pendant ce temps, le Pentagone se débat. Le phénomène fiscal et extraordinaire de la séquestration est toujours actif et continue ses ravages. Les uns et les autres, au Pentagone, tentent de s’en libérer, jusqu’ici sans succès. Il ne semble pas que la dernière tentative, qui se voudrait décisive dans le chef des militaires eux-mêmes, puisse elle-même déboucher sur un succès. Les militaires proposent au Congrès un plan de nouvelle répartition des restrictions budgétaires imposées par la séquestration, incluant notamment des réductions sur les dépenses de sécurité sociale, d’éducation et de logement des membres des forces armées, pour transférer de l’argent dans le domaine opérationnel (entraînement des forces, logistique, déploiement), là où les réductions de la séquestration causent le plus de tort à la puissance des USA.

C’est ce que présente The Hill, le 21 novembre 2013, après l’annonce préliminaire de cette initiative dans le Wall Street Journal. «Pentagon leaders are drafting a plan to cut education, healthcare and housing benefits in an effort to get Congress to end the sequester. The fiscal 2015 budget is the first spending plan offered by the Pentagon that takes sequestration cuts into account. By proposing spending cuts to the sensitive benefits programs, the Pentagon is gambling it can convince lawmakers to change the sequester. [...]

»Despite months of harsh warnings and dire predictions on sequestration’s devastating effects by both the White House and Pentagon, Congress is still no closer to an alternative. That impasse has left the Pentagon with little option but to force lawmakers’ hands on benefits and compensation, according to Dempsey.»

Le problème est dans ceci que cette initiative du Pentagone, qui est bien un quitte ou double puisqu’en cas de refus du Congrès les militaires se trouveraient sur la défensive et obligés de subir plus que jamais la loi absurde de la séquestration face à un Congrès irrité, le problème donc est bien que l’accueil fait par le Congrès est moins que favorable. L’irritation est déjà là et le “quitte ou double” semble bien perdu d’avance... On doit noter que, parmi les réactions défavorables, on trouve même celle de parlementaires très favorables au Pentagone, comme le président de la commission des forces armées de la Chambre. D’autre part, la rivalité démocrates-républicains est palpable, avec des républicains estimant que ce plan n’est qu’une tentative de plus de l’administration Obama pour contraindre les républicains à en venir à ses propres termes, pour résoudre l’imbroglio de la séquestration à son avantage. Plus que jamais la folie autodestructrice de l'“affrontement bipartisan” au sein du “parti unique”.

«... But lawmakers are already pushing back against the benefits cuts — a hot-button issue on Capitol Hill. “It’s outrageous for the Department of Defense to cut pay and benefits for our troops when what they need to do is to trim their bloated bureaucracy,” Rep. Mike Coffman (R-Colo.) said in a statement. “So long as the Pentagon insists on doing business as usual, they will be forced into solutions that penalize our soldiers, sailors, airmen and Marines, who can least afford this,” he added.

»Sen. Chuck Grassley characterized the Pentagon plan as another Obama administration scare tactic, similar to White House warnings over national park and monument closures in the run-up to the government shutdown earlier this year. That said, the Iowa Republican indicated congressional lawmakers were ready to call the Pentagon’s bluff on benefit cuts, once the final plan hits Capitol Hill.

»“It’s always hard to go after [military] benefits,” Senate Armed Services Committee chief Carl Levin (D-Mich.) told The Hill on Wednesday, noting he had yet to read details of the plan. “I happen to think sequestration is a terrible mistake and we ought to replace it. That is my focus,” he added. House Armed Services Committee ranking member Adam Smith (D-Wash.) echoed Levin’s comments. He added that the Pentagon proposal was yet another symptom of sequestration’s devastating effect on U.S. national security. “Sequestration will continue to have a negative impact on all facets of the department’s budget” and U.S. defense priorities, until Congress can find a way to end the cuts, Smith spokesman Mike Amato told The Hill.

»House defense panel chief Rep. Buck McKeon (R-Calif.) said he would oppose any action to strip benefits until the congressionally mandated Compensation Review Commission has wrapped up its review of the military benefits program. “We will not move on any [Pentagon] action until we hear from them,” McKeon said in a brief interview on Wednesday.»

Ce qui pourrait paraître une tactique de la part des militaires du Pentagone, et encore une tactique au service des intérêts politiciens de l’administration Obama, n’en est pas moins également, et cela de façon assurée, une démarche complètement fondamentale. L’inquiétude des militaires, leur désarroi devant le chaos budgétaire, ne sont absolument pas feints ni de circonstance. En d’autres mots, s’il y a de la tactique, c’est pour tenter de faire triompher une stratégie basée sur une immense inquiétude.

Le sentiment est également celui de la direction politique. Le discours du secrétaire à la défense Chuck Hagel, le 17 novembre 2013 au Ronald Reagan National Defense Forum, constitue un pas important dans le domaine de la communication, pour marquer le sérieux et la profondeur de cette inquiétude. Ce discours est en général présenté par diverses sources proches de Hagel comme définissant précisément l’extrême inquiétude de la communauté de la défense nationale devant la dégradation régulière, et même en cours d’accélération, du statut et des capacités opérationnels des forces armées. On note que, dans ce discours, Hagel confirme une déclaration sensationnelle et qui avait été contestée, du chef d’état-major de l’US Army, selon lequel l’US Army ne dispose actuellement que de deux de ses 43 brigades opérationnelles capables d’être engagées directement dans un conflit de haute intensité, à cause de l’état de l’entraînement au sein des forces.

«While our people today are strong and resilient after 12 years of war, they are under tremendous stress from years of repeated deployments, and so are the institutions that support them, train them, and equip them. As you all know, the department is currently facing sequester-level cuts on the order of $500 billion over the next 10 years. This is in addition – in addition – to the 10-year $487 billion reduction in DoD's budget that is already underway. That means we are looking at nearly $1 trillion in DoD cuts over this 10-year period, unless there is a new budget agreement.

»These cuts are too steep, too deep, too abrupt. DoD took a $37 billion sequester cut during fiscal year 2013. And we are looking at having to absorb an additional $52 billion sequester cut this fiscal year. And we are currently operating with no budget, but rather a continuing resolution.

»This is an irresponsible way to govern, and it forces the department into a very bad set of choices. Implementing the 10 percent across-the-board cut required by sequestration, the department has been forced to absorb even steeper reductions in the budgetary accounts that fund training, maintenance and procurement, the core of military readiness. Other spending categories, including personnel and infrastructure, simply cannot be cut quickly enough to meet the demands of sequester-level cuts. The result in a disproportionate loss in military readiness and capability over the next few years, one far in excess of what the simple math suggests.

»In implementing these readiness reductions, the military services have justifiably protected the training and equipping of deploying forces. That's to ensure that no one goes into harm's way unprepared. That is our most important obligation. But the cost of meeting this obligation has been to sharply curtail or cancel training for forces not deploying to contingency operations or war. These cuts are being felt across each of the services.

»Consider that since sequestration began, just a couple of examples. The Navy's average global presence is now down more than 10 percent, with particularly sharp reductions in regions like South America. The Army has had to cancel final training rotations for seven brigade combat teams. That's more than 15 percent of the entire force, and it now has just two of the 43 active-duty brigade combat teams fully ready and available to execute a major combat operation. Air Force units lost 25 percent of the annual training events that keep them qualified for their assigned missions, and Marine Corps units not going to Afghanistan are getting 30 percent less funding just as the service is facing more demands for more embassy security and more Marines around the world.

»These are all current readiness realities, and they have all occurred since the imposition of sequestration in March. But the effects will be felt for a long period of time to come. By continuing to cancel training for non-deploying personnel, we will create a backlog of training requirements that could take years to recover from. And inevitably, we are shrinking the size of the force that is ready and available to meet new contingencies or respond to crises across the globe. [...]

»... If sequester-level cuts persist, we risk fielding a force that is unprepared. In effect, we would be gambling that we will not face a major contingency operation against a capable adversary in the near term. And even if we prioritize a more ready force that is better equipped and better trained, the military would be much smaller and able to go fewer places, do fewer things, especially if crises occurred at the same time in different regions of the world.»

La caractéristique de la séquestration est son absence d’un côté spectaculaire. Ses effets progressent subrepticement, dans les domaines les moins sollicités par ce même domaine du sensationnel dont est si friand le système de la communication. Ainsi continue à se perpétrer l’image de la puissance militaire US, qu’on retrouve chez les experts les plus assurés d’eux-mêmes, notamment en Europe et particulièrement en France, où la thèse générale dans les milieux concernés est que la puissance militaire US reste à son niveau d’invincibilité. La réalité est celle qu’expose Hagel, d’une force générale minée par l’absence d’entraînement, l’affaiblissement de la logistique et des moyens de projection de force, la réduction des capacités de déploiement permanent dans les cas et les stratégies qui l’exigent, etc.

On notera, dans le discours de Hagel, le constat que le déploiement de présence opérationnelle globale de la Navy est réduit de 10%, et cela en moins de neuf mois puisque les effets de la séquestration courent effectivement depuis mars dernier. Il s’agit non pas d’une réduction contrôlée et fixée mais d’un état de la réduction à l’heure où parle Hagel, c’est-à-dire d’une tendance qui va se poursuivre et qui pourrait atteindre un taux de réduction de 25% de la présence navale opérationnelle vers la fin de 2014, – ce qui devient un chiffre très significatif. (On a déjà vu les effets de cette réduction lors de la crise syrienne d’août-septembre, où la Navy ne pouvait disposer que d’un seul porte-avions et avait renoncé à assurer une protection particulière de l’Arabie, comme ce pays le demandait. Dès le mois de mars, l’effet de la séquestration s’était fait sentir sur l’effectif des porte-avions [voir le 4 mars 2013].) Ce cas de l’US Navy est particulièrement impressionnant dans la mesure où la flotte US est le moyen fondamental de l’affirmation stratégique mondiale des USA, où cette présence opérationnelle est la garante du contrôle permanent des voies de communication navale, etc. On voit qu’il ne s’agit plus d’effectifs mais de l’utilisation des effectifs. L’US Navy dispose d’un effectif encore impressionnant de dix groupes d’attaque autour d’un porte-avions (avec un agencement différent, avec les rotations habituelles d’entretien, de relâche, etc.) mais tout se passe comme si elle n’en avait plus que huit ou neuf. Bien entendu, l’aspect dramatique de cette situation, là aussi, est qu’il s’agit d’une tendance qui va se poursuivre à la baisse tant que la séquestration aveugle et automatique se poursuivra, – et l’on voit que rien, pour l’instant, ne fait espérer le contraire.

Ainsi s’agit-il d’une dissolution subreptice des forces armées US à laquelle on assiste, c’est-à-dire l’évolution vers une force de plus en plus “vide” (“hollow force”, comme à la fin des années soixante-dix comme contrecoup du Vietnam, mais alors selon une politique budgétaire et nullement cet automatisme budgétaire qu’est la séquestration). On notera qu’il ne s’agit pas d’une occurrence stratégique habituelle, avec relations antagonistes avec des forces concurrentes, un cas où les USA seraient en train de perdre leur position d’hégémonie militaire au profit d’une autre puissance. Aucune autre puissance n’a les moyens ni n’est intéressée d’occuper la place hégémonique de l’US Navy. Simplement, la notion d’hégémonie militaire est en train de se dissoudre peu à peu (quoique rapidement, certes), sous la pression des facteurs crisiques généraux et la poussée crisique de type dd&e, pour progresser vers une sorte de stratégie a-hégémonique, ou anti-hégémonique, un peu comme un équivalent stratégique et militaire de la situation diplomatique “apolaire“ ou “antipolaire”. (Voir le 16 novembre 2013.) Là aussi, tout se passe comme si les structures stratégiques du monde se révélaient désormais rétives à la notion d’hégémonie, tout cela accélérant la tendance dissolvante de l’ordre du monde (qui est également un ordre-Système). Les conséquences pour les USA sont donc finalement moins notables sur le plan stratégique, si aucune hégémonie éventuellement menaçante venait à remplacer l’hégémonie US, que sur le plan de l’équilibre intérieur de cette puissance dont toute la politique est fondée sur cette hégémonie militaire en cours de dissolution subreptice. Il s’agit de la confirmation et de l’extension du schéma général de la crise d’effondrement du Système se déroulant de façon subreptice et presque invisible, notamment pour les commentateurs-Système qui continuent à se référer aux notions chères au “règne de la quantité” (dans ce cas, le volume des effectifs) sans tenir compte de l’aspect qualitatif (dans ce cas, la disposition et l’usage opérationnels de ces effectifs).

 

Mis en ligne le 21 novembre 2013 à 14H28

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don