De la “force légale” à la “légalité de la force”

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

De la “force légale” à la “légalité de la force”

Les Russes ont commencé à intervenir en Syrie quelques heures après que les dernières dispositions légales aient été prises pour mettre leur intervention dans le cadre légal qui convient. Parmi les éléments qui caractérisent leur intervention, celui-là est pour l’instant l’un des plus intéressants, parce que d’une part il réhabilite les formes légales d’un conflit que les interventions des USA depuis deux décennies nous avaient fait oublier, parce que d’autre part il fait comprendre aux observateurs qu’avec les Russes, “la guerre c’est vraiment la guerre”, – ce qui peut nous mener loin...

Sur le premier aspect, on citera d’une façon assez substantielle l’article de Nicolas Gros-Verheyde (sur Bruxelles2 le 1er octobre 2015). Ce site n’a pas l’habitude de montrer une extrême tendresse pour la cause russe, et son analyse est d’autant plus intéressante dans la mesure où elle met en évidence ces facteurs de procédure qui rendent compte à la fois d’un souci de légalisme international, à la fois d’une affirmation politique et d’une extrême rapidité d’action. C’est la marque d’un pouvoir fort mais d’un pouvoir souverain dans le sens du respect des règles principielles pour encadrer les actions internationales, – ce qui rejoint effectivement une conception “à la française” comme dit l’auteur, – c’est-à-dire, plus précisément à notre sens, une “façon gaullienne” de la pratique de l’action internationale dans les situations d’urgence. (On parle de cet outil de pouvoir superbe forgé par de Gaulle, que Hollande, après Sarko, ne cesse de gâcher dans des interventions incohérentes et catastrophiques.)

« “Basé sur l’article 102.1 (d) de la Constitution russe, Vladimir Poutine a soumis une proposition au Conseil de la Fédération pour lui demander d’autoriser l’utilisation du contingent des Forces armées russes de l’extérieur du pays, sur la base des principes et normes du droit international généralement reconnus” indique le communiqué de presse du Kremlin, publié mercredi (30 septembre) au matin. Autorisation accordée dans la foulée. La suite n’a pas traîné. Dans un schéma organisationnel assez semblable à celui existant en France, le chef de l’Etat, qui est le commandant suprême des forces armées, ordonnait de commencer “l’opération aérienne pour viser des cibles des terroristes de l’ISIL sur le territoire syrien”.

» Et dans l’après-midi, le ministère russe de la Défense annonçait avoir réalisé plusieurs frappes sur des cibles des “dépôts d’armes et de munitions, de fuels, des centres de communication, du matériel militaire des terroristes de l’ISIS”. Une annonce faite sur twitter, sur Facebook, sur Youtube, etc. en utilisant donc tous les canaux modernes des médias sociaux, dans un exercice plutôt rare pour l’armée russe de ‘transparence’ (= propagande) militaire... »

Ensuite, Gros-Verheyde passe en revue les réactions des pays du bloc BAO, aux USA, en Europe, etc., et les contestations et accusations diverses sur les cibles visées, les effets obtenus, etc., en ne dissimulant pas qu’il s’agit là du terrain favori de la guerre de communication. Puis il enchaîne en revenant à nouveau sur le cadre légaliste qui a habillé ces frappes russes, cette fois sur le plan international, ce qui implique pour la Russie une position extrêmement forte permettant de parler à la fois de “force légale” et de “légalité de la force”. La “force légale” ou “force légale en substance”, ce serait pour nous une force qui a pour elle d’être légale en substance parce qu’elle représente un intérêt souverain et qu’elle a la légitimité de la constitution à partir d’un ensemble souverain ; la “légalité de la force”, ou “légalité de l’emploi de la force”, ce serait pour nous l’emploi d’une “force légale en substance” à cause de circonstances données qui permettent d’inscrire cet emploi dans le cadre légal où il dit s’exercer.

« Dans un jeu où la propagande est intense de part et d’autre, l’essentiel n’est pas vraiment là. Car cette frappe russe a, avant tout, un objectif politique. Elle permet à la Russie de récupérer ses galons de force avec qui il faut compter et discuter en Syrie, non pas juste parce qu’elle a un siège au Conseil de sécurité des Nations-Unies mais parce qu’elle est sur place militairement et que son intervention ne peut se discuter d’un point de vue juridique. D’un point de vue du droit international, la position russe semble en tout assez fondée. Ils interviennent à la demande du gouvernement légal de la Syrie. Imparable !  Ce que ne peuvent pas se revendiquer les occidentaux qui agissent dans la marge de la légalité... »

Voilà pour les conditions légales de l’intervention russe, qui ont pour effet de rendre cette intervention, d’une certaine façon, solennelle et affirmée. Il ne s’agit plus d’une expédition, d’une “covert action”, d’une opération de police, voir même d’une “frappe préventive”/“guerre préventive”, d’un acte de “légitime défense”, etc., – c’est-dire tous ces concepts nébuleux et incertains utilisés par les USA et, depuis quelques années, les pays du bloc BAO dans leur ensemble, dans leurs diverses interventions. Il s’agit d’une véritable “déclaration de guerre” dans les formes les plus affirmées, au nom de certains principes que les Russes s’emploient eux-mêmes à mettre en évidence. Le résultat disons politique sinon géopolitique est d’habiller de facto cette opération d’une affirmation de puissance qui frappe même ceux qui sont généralement dans un état d’esprit assez mal disposé vis-à-vis de la Russie.

 Nous signalions et analysions déjà, le 14 septembre 2015, un aspect de l’analyse prospective du site DEBKAFiles. Le 30 septembre, ce site proche des services de sécurité israéliens confirme le sens général de son analyse, avec un pessimisme affirmé pour ce qui concerne la position US et les difficultés à venir pour Israël, avec surtout l’affirmation exprimée de nouveau, cette fois évènements à l’appui, que l’on entre dans une époque nouvelle marquée par la domination russe au Moyen-Orient.

« That Russia launched its first air strikes in Syria Wednesday, Sept. 30 was confirmed by the Russian Defense Ministry in Moscow and criticized by US officials. Moscow stressed that it acted in support of Bashar Assadfgd’s war on the Islamic State, assisted by other foreign powers including Iran and Iraq working together from an allied command center in Baghdad. Its targets were described as stores, ammunition dumps and vehicles, located according to US sources around Homs and Hama. The Russian communiqués did not indicate which organizations were bombed.

» The Russian aerial offensive marks a turning point in Middle East affairs. Russia is emerging strongly as the number one power in the region. The governments which hitherto coordinated their military polices with the US, like those of Israel, Jordan and Turkey will have to reassess their orientation and affinities in a hurry. For Israel it is the end of years of freedom for its air force to strike its enemies from the skies of Syria or Lebanon. It also marks the end of any plans Turkey and Jordan may have entertained for setting up buffer and no-fly zones in Syria to protect their borders.

» Washington quickly criticized the air strikes, but said Moscow’s moves would not change the US-led air campaign targeting the Islamic State in Syria. That remains to be seen... »

Cette vision extrêmement pessimiste pour les USA, qui tend à faire de l’action de la Russie un acte général d’affirmation de la puissance russe dans la zone du Moyen-Orient, devient en effet aux USA, pour les critiques de l’administration Obama, un acte d’affirmation hégémonique de la Russie dans une zone laissée vide par la démission des USA. Cette attaque contre Obama est classique de la part d’une ultra-droite qui domine les réseaux d’influence aux USA et met continuellement le président en position de faiblesse, mais elle a cette fois des fondements qui lui font rendre un son proche de la vérité de situation. On peut lire par exemple la substance de l’analyse du New York Post faite par Sputnik-français, à l’issue de la réunion des Nations-Unies lundi, et alors que les Russes préparaient leurs premières frappes en Syrie...

« Le New York Post, l'un des plus anciens journaux américains, a qualifié la Russie d'unique superpuissance mondiale. Lundi, note-t-il, le relais a été remis à l'unique superpuissance mondiale, et Vladimir Poutine l'a volontiers accepté. “Le président Obama (vous souvenez-vous de lui?) a décidé que les idéaux chantés par les fondateurs de l'Onu seront valables pendant encore longtemps alors que la puissance et la force perdront. Poutine a lui aussi a fait appel aux lois de l'Onu (comme il les comprend) et a utilisé son discours pour annoncer la formation d'une “large coalition internationale” pour lutter contre l'EI en Irak et en Syrie. [...]

» Le New York Post estime que l'intervention d'Obama n'était que des paroles en l'air, alors que Poutine a tout de suite confirmé son discours par des actes, en accordant une aide militaire à la Syrie en y envoyant ses forces aériennes. Le discours d'Obama est “comme d'habitude” plein de promesses mais ne garantit pas de résultats positifs. “Au contraire, le déploiement des forces armées par Poutine en Syrie et le fait d'armer Assad crée des faits sur le terrain. Ceux-ci l'ont propulsé vers le sommet, car Poutine a pris l'initiative du règlement du problème mondial actuel le plus aigu,” note le NYP.

Enfin, tout cela est couronné par le constat de plus en plus souvent fait de l’importance des forces mises en jeu par la Russie, mais aussi par la Chine puisque la participation chinoise se confirme, et d’une façon générale par la capacité d’organisation qui a été déployée, notamment avec la mise en place d’un centre commun de coordination et de renseignement Irak-Iran-Russie-Syrie à Bagdad (à la grande fureur des USA, certes, en raison de la participation centrale de l’Irak). Cela conduit des commentateurs US à observer que, désormais, les circonstances (et le président Obama avec son cortège d'erreurs, pour les groupes de pressions de l’ultra-droite) font que la puissance militaire US commence à paraître dépassée. C’est le cas de James Lewis, du CSIS, qui écrit dans The Amercican Thinker le 29 septembre :

« The Russians and Chinese have limited force-projection capabilities, but put them both together, combined with Iranian Revolutionary Guards, Hezb'allah, and Assad's troops, and you get the kind of force projection only the U.S. has possessed in the past half-century. This is a major surprise strategic move, coordinated by Putin while talking peace at the U.N. Obama has been snookered again. »

... Et le 30 septembre, Lewis à nouveau , cette fois prenant directement à partie Obama et la soi-disant “Gauche” du “parti unique”, ce qui est constitue un des échanges habituels de la bataille interne de Washington D.C., laquelle n’empêche nullement d’observer que nous parlons d’une vérité de situation actant effectivement la désertion américaniste par le désordre, de la région stratégique du Moyen-Orient : « Under Obama and the Left, America has retreated from the world. We have abandoned our allies, all the way from Japan and South Korea to Saudi Arabia and Israel... [...] As long as Obama is in power, things are likely to get worse for America... [...] By sacrificing sixty years of Pax Americana the Left has taking a wild, historic gamble. The Left hates the American ideal, and expects to benefit from Obama's dictatorial shenanigans. It's a paradox that Vladimir Putin, who saw the Soviet model crumble, is now allied with the last powerful church in the world to become the rising new hegemon... »

Quoi qu’il en soit, nous y voici. Après plusieurs semaines de supputations, vraies et fausses nouvelles, déclarations diverses, la Russie est entrée dans le jeu au Moyen-Orient, avec détermination, effectivement appuyée sur une base légale très solide et une structure de décision politique exemplaire, effectivement décidée à mener ce jeu. La Russie dispose de tous les outils politiques structurels dont le bloc BAO, engourdi par des années d’actions interlopes et de déterminisme-narrativiste, est aujourd’hui complètement privé. Contrairement à tout un courant d’analyse, nous n’estimerons certainement pas que l’action de la Russie est à prétention hégémonique, ni même à prétention d’affirmation de puissance, mais qu’elle constitue d’abord une action pour tenter de rétablir un ordre principiel dans une région où le désordre grandissant menace évidemment son flanc Sud. De ce point de vue, également, il est logique de penser que la Russie agit “à la française”, mais bien entendu dans sa version gaullienne, c’est-à-dire en recherchant les équilibres selon les lignes principielles souveraines et légitimes, pour tenter de restaurer un ordre international qui assure la sécurité à chacun.

Il y a bien entendu très loin de la coupe aux lèvres. Le désordre est aujourd’hui immense, et il grandit à une vitesse absolument sensationnelle, comme s’il était devenu la substance même, ou l’essence en forme de contre-essence des relations internationales. En théorie et au vue des conditions actuelles, il ne serait certainement pas impossible que la Russie parvînt à restaurer un semblant d’ordre, dans telle ou telle région, à s’établir effectivement comme une puissance tutélaire. Le problème annexe est bien entendu qu’elle est bien seule pour faire cet exercice, même si elle est aidée par la Chine, l’Iran, etc. Le problème central est bien entendu que le désordre en cours n’est pas un accident, c’est une condition même de la vie internationale qui est devenue une matière crisique en fusion constante ; nombre de pays qui ont exercé des responsabilités dans ce sens (dans le sens de l’ordre des relations internationales), ont abdiqué ces responsabilités ; la plus grande puissance parmi tous ces pays, et d’une façon générale dans la situation du monde, refuse absolument de reconnaître son déclin et préfère régulièrement revenir en action avec un peu plus de désordre dans sa politique, pour ne pas se savoir supplantée bien qu’elle soit en passe de l’être si ce n’est déjà fait ... Mais on pourrait poursuivre longtemps cette complainte des différents facteurs qui constituent l’immense désordre universel que l’on connaît.

Tout cela rend l’action de la Russie aussi incertaine sur le terme qu’elle est pourtant justifiée et semble devoir obtenir des résultats notables au départ. Ce n’est pas qu’on puisse craindre une “défaite“ de la Russie, car la Russie n’est pas prête à accepter cela, alors qu’elle est prête au contraire à s’impliquer dans un conflit puisqu’il s’agit finalement de préserver sa sécurité nationale ; ce n’est même pas qu’on puisse craindre un “enlisement” du type-Afghanistan, car l’on peut croire Poutine assez habile pour écarter ce type de risque. Il s’agit d’une incertitude d’au-delà de la stratégie et d’au-delà de la géopolitique, d’au-delà des habituelles prospectives en forme de “victoire” et de “défaite”, et une incertitude qui ne concerne pas seulement la Russie, pas seulement le Moyen-Orient, mais toute notre civilisation, le Système, notre Grand tout...

Finalement, à cause du sérieux de la forme de l’intervention et de la résolution des Russes telle qu’on l’a décrite, le véritable apport de l’événement est de rappeler à tous les acteurs que, derrière la comédie constante de la communication et de  tout ce qui l’accompagne, de la narrative au déterminisme-narrativiste, il existe des vérités de situation qui ont la dureté de la pierre. On sent cela dans le caractère de l’intervention russe qui a commencé hier. En d’autres mots, l’intervention de la Russie nous rappelle que la situation du monde est extraordinairement tragique, que cette tragédie ne peut être réduite à une narrative ni traitée par le narrativisme de communication médiatique ni par les geignements de la société civile comme l’on fait dans les talk-shows télévisés, que notre situation crisique ne cesse de peser sur tous nos actes et nécessiterait, comme simple mesure de survie, une certaine action de coordination et de solidarité pour tenter simplement d’atténuer la vigueur des chocs qui se pressent dans notre avenir le plus proche. Là non plus, l’optimisme ne règne pas.

 

Mis en ligne le 1er octobre 2015 à 12H43

Donations

Nous avons récolté 1718 € sur 3000 €

faites un don