Comment la puissance US se dissout

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Comment la puissance US se dissout

Intéressantes remarques d’un expert de haut niveau à Washington, Paul Scharre, ancien haut-fonctionnaire du Pentagone, Senior Fellow et Directeur du Technology and National Security Program, une des branches du Center for a New American Security. On y retrouve toutes les tendances que nous détaillons régulièrement, y compris aujourd’hui, sur la bureaucratisation entropique, la paralysie du Pentagone dans le processus de modernisation jusqu'à des processus de régression. Tout cela place la puissance militaire des USA sur la pente d’une véritable dissolution, de sa transformation en simulacre.

Scharre parle, d’une façon révélatrice, à RT, repris par Sputnik-français le 4 mars 2018 : « Les forces armées américaines ne sont pas prêtes à parer aux menaces existantes de la part de la Russie et de la Chine, a déclaré Paul Scharre, collaborateur du Center for a New American Security. Pékin menace Washington avec ses “centaines de missiles de croisière et ses plus de 1.000 missiles balistiques” et Moscou dépasse l'armée américaine dans plusieurs types d'armements, a indiqué l'analyste, cité par la chaîne RT.

« “Les États-Unis sont en retard par rapport à la Russie, qui investit beaucoup plus de moyens dans le perfectionnement de son potentiel de frappes de haute précision à grande portée et dans la modernisation de ses systèmes antiaériens, ainsi que dans les moyens et méthodes de guerre électronique”, a indiqué M. Scharre. Les États-Unis perdent du terrain en raison de l'absence de “souplesse stratégique” et de prévision opportune. En outre, la bureaucratisation du système américain risque, selon lui, de reporter à des dizaines d’années la mise en exploitation de nouvelles armes.

» Pour répondre aux défis actuels, le Pentagone devrait renoncer aux “projets ambitieux” et modifier la structure de financement des développements militaires, estime-t-il. Il faudrait consacrer plus de moyens à l'achat de bombardiers stratégiques, au développement de drones furtifs et aux moyens de guerre électronique. »

 

Mis en ligne le 04 février 2018 à 15H58

Donations

Nous avons récolté 1119 € sur 3001 €

faites un don