Ceux qui disent la vérité et ceux qui la faussent

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 171

Ceux qui disent la vérité et ceux qui la faussent

Peut-on dire que la vérité existe ? La plupart d’entre nous aiment certainement à penser que oui et, de plus, que nous en savons quelque chose. Nous avons tendance à donner la priorité au savoir plutôt qu’à l’ignorance, et à ignorer l’idée qu’une partie de ce que nous considérons comme étant du savoir peut être fausse plutôt que vraie. Cela semble justifié : comparé à la fausse connaissance, il est certainement vrai que l’ignorance est une béatitude. Mais il y a peu de possibilités d’évasion qui s’offrent à nous lorsque nous sommes confrontés à l’idée que l’essentiel de ce que nous tenons pour certain “ne l’est tout simplement pas”.

La voie d’évasion la plus commune, et aussi la moins valable, est de se livrer à un peu de sophisme ad hominemen prétendant que la mise en cause de vos certitudes chéries est une démarche mauvaise parce qu’elle vient d’une catégorie de personnes mauvaises. Par exemple, de nos jours, il ne faut pas grand-chose pour que, vous en prenant à certaines personnes, celles-ci vous qualifient de “fasciste, raciste, homophobe et misogyne”. Il n’en faut pas non plus beaucoup pour que d’autres personnes vous qualifient de “gaucho stupide”. Et ces deux groupes ne seraient que trop heureux de vous déclarer “troll de Poutine” au moment où vous pourriez essayer de dire quelque chose de vaguement positif au sujet de la Russie.

Le moyen d’évasion le plus valable est une sorte de procès public. Les moins faciles à démonter dans cette sorte de procès sont issus des contextes académiques, dans les sciences dures, parce que les lois naturelles ne se prêtent pas à des pressions politiques ou sociales. Les tribunaux, d’autre part, peuvent être bons ou mauvais dans la lutte contre les fausses connaissances, selon l’environnement politique dans lequel ils opèrent, mais tous sont au moins obligés de maintenir des apparences d’adhésion à la vérité en suivant diverses règles qui excluent les ouï-dire, les preuves anecdotiques ou les preuves invalidées par une chaîne de responsabilités sans liens entre elles. Le récent procès en Californie, qui a conclu que le Roundup de Monsanto est effectivement cancérigène (ce qui a sans doute amené le Capitaine Évidenceà esquisser quelques pas de danse joyeuse) est un signe encourageant qui nous fait penser qu’une sorte de justice peut être rendue même face à des pressions politiques incessantes.

Par contre, ce qui est pire que n’importe quel sorte de tribunal, à une exception près qu’on verra plus loin, c’est le tribunal de l’opinion publique. Combien de réputations et de carrières ont été ruinées au cours de la récente hystérie du harcèlement sexuel, où des victimes auto-déclarées ont lancé des accusations non corroborées par des preuves ? Ces “procès” équivalent à ceux de l’Inquisition : si la sorcière se noie, ce n’était pas une sorcière, désolé, c’est dommage ; si elle flotte, c’est évidemment une sorcière et elle est brûlée sur le bûcher. Ces “procès” sont également similaires aux lynchages, où un “procès” extrajudiciaire a lieu avant l’exécution, sauf que dans le cas envisagé le procès est lui-même l’exécution (non physique mais plutôt psychologique).

La seule exception, pire que le tribunal de l’opinion publique, c’est la catégorie des tribunaux organisés avec des objectifs politiques définis dans cet esprit. Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, qui a été dissous à la fin de 2017, en est une. L’objectif principal de ce dernier était de punir la Serbie ; les deux tiers des personnes jugées étaient des Serbes. La manière d’opérer pendant la Révolution culturelle chinoise était identique.

Plus récemment, et dans le même ordre d’idées, le gouvernement américain a décidé d’enlever des ressortissants étrangers dans le monde entier, de les transporter de force aux États-Unis et de les emprisonner, soit après avoir tenu un procès extraterritorial, et donc illégitime, soit après avoir tenu un tribunal secret ou, comme dans le cas de la plupart des prisonniers à Guantánamo, sans aucun procès. Ce sont tous des dénis de justice politiques où les faits (si des faits valables jouent un rôle quelconque) ne sont pas utilisés pour rendre la justice, mais comme des armes politiques avec lesquelles opprimer des groupes présélectionnés de victimes.

Si l’on met de côté pour l’instant de tels graves écarts par rapport à tout ce qui pourrait être considéré comme la poursuite de la vérité, la vérité elle-même, en tant que concept philosophique, s’avère, après un examen attentif, être fantastiquement complexe et fragile, et son existence même est souvent incertaine. Dans la logique épistémique, que j’ai étudiée à l’Université de Boston avec le professeur Hintikka, la valeur de vérité d’une proposition donnée peut ne pas être connue a priori. Hintikka, avec plusieurs autres sommités, avait entrepris de formaliser le processus par lequel la valeur de la vérité pouvait être déterminée en se basant sur la sémantique du jeu. Sa Sémantique théorique des jeux (STJ) combinait la logique épistémique avec la théorie des jeux. Dans la STJ, la valeur de vérité d’une proposition est déterminée par l’interaction d’un Vérificateur et d’un Falsificateur qui échangent des “coups”. S’il existe une stratégie gagnante pour le Vérificateur, la proposition est vraie ; si c’est pour le Falsificateur, elle est fausse.

Ce sont des jeux sur papier utilisant des symboles mathématiques, mais ce qu’ils formalisent a de nombreux équivalents dans la réalité quotidienne. L’interaction entre le Vérificateur et le Falsificateur est de nature assez similaire aux dialogues socratiques et autres systèmes dialectiques de pensée. Un peu plus tard, le manichéisme a été pendant un certain temps une philosophie religieuse populaire et répandue qui a remplacé le paganisme classique et a concurrencé le christianisme. Dans le manichéisme, les forces de la lumière et des ténèbres s’affrontent pour la maîtrise du monde. Les forces de la lumière finissent par perdre, comme cela s’est peut-être produit lorsque le manichéisme s’est finalement éteint, quelque part dans le sud de la Chine, et a été supplanté par la seule foi affirmée comme vraie, – le catholicisme à l’Ouest et l’islam à l’Est. Mais les forces de la lumière et des ténèbres s’affrontent toujours dans le système d’opposition utilisé dans les tribunaux, où, dans les affaires pénales, l’accusation cherche à prouver (vérifier) la proposition que l’accusé est coupable tandis que la défense cherche à réfuter (falsifier) cette proposition.

Une caractéristique clé est que dans tous ces jeux de stratégie, le Falsificateur n’a aucune obligation d’établir ce qui est vrai. La seule et unique obligation du Falsificateur est d’établir ce qui est faux – invalider la proposition à l’étude aussi rapidement et efficacement que possible. Nous reviendrons sur cette caractéristique clé dans un instant, mais il y a un contexte plus large à considérer, alors que, ces derniers temps, dans de nombreux cas, la recherche de la vérité est devenue plutôt désuète. De nombreux développements récents ont fait en sorte que la connaissance des faits prouvables, à la limite, n’a plus d’importance. Il s’agit notamment de :

• L’aliénation et la polarisation sociale et politique, sous l’effet de l’inégalité croissante des richesses et de la diversité forcée.

• La ségrégation automatique et le silence volontaire des gens dans les médias sociaux, ce phénomène devenant une mode avec des gens préférant éviter d’être exposés à des opinions qui diffèrent des leurs, au point que de les voir s’en offenser chaque fois que cela se produit.

• Des standards de formation en chute libre où les capacités de raisonnement indépendant ne sont même plus enseignées et où les récompenses vont à ceux qui sont capables de régurgiter les connaissances qu’ils ont acceptées sans poser de questions.

• La lente agonie de la presse écrite et des médias audiovisuels traditionnels, où la vérification rigoureuse des faits était autrefois considérée comme absolument nécessaire, mais qui aujourd’hui ne l’est plus, et où le souci principal est maintenant de publier des articles qui vendent de la publicité.

• La montée en force des blogs, où quelques faits validés sont facilement noyés dans un océan d’opinions, où ce qui est accepté comme réel est déterminé par un concours de popularité, et où une réponse typique au désaccord public est “vous n’avez qu’à publier votre propre blog”.

Le point final de ce processus est maintenant en vue : en tant que base de la réalité, la vérité ne compte pas du tout. La réalité existe toujours, mais en tant que construction artificielle, et elle est fracturée, avec des versions différentes d’elle-même qui ciblent étroitement des publics spécifiques, réceptifs à un ensemble d’opinions et de récits tout en étant facilement outragés par tous les autres. Dans de telles circonstances, les appels à la connaissance fondée sur la vérité commencent à sembler chimériques – ou même, cela revient à donner de la confiture aux cochons.

Mais peut-être pouvons-nous encore influencer la façon dont la réalité artificielle est construite, pour l’éloigner des zones particulièrement dangereuses ? Peut-on sauver quelque chose de l’ancienne rigueur intellectuelle de la logique épistémique et de la dialectique socratique ?

Supposons que le processus par lequel la popularité (et non la véracité) d’un récit ou d’un ensemble d’opinions (et non d’une proposition) est établi, soit toujours un jeu de stratégie entre deux interlocuteurs, Ceux qui disent la vérité et ceux qui la faussent. Les rôles sont inversés : l’objectif du falsificateur est de produire un barrage constant de distorsions et de fausses promesses (fausses nouvelles, désinformation, propagande, etc.) dans l’espoir de les rendre populaires ; le rôle de celui qui dit la vérité est de les repousser par tous les moyens possibles (en soulignant les contradictions internes, les hypothèses ridicules, les preuves du contraire, les conflits d’intérêts, les agendas cachés, les pratiques de corruption, etc.).

Les faussaires s’appuient sur certaines méthodes qui rendent le travail de ceux qui disent la vérité plus difficile. La première est de mentir tôt et souvent ; la meilleure façon de faire tenir une fausse version des événements est de l’avancer avant tout le monde, puis de la répéter en permanence. La seconde est de toujours avoir un kit complet de fausses nouvelles prêt à être tiré à volonté : dès qu’un jeu de fausses nouvelles commence à se fragiliser, hop, en voilà un autre ! Une autre tactique est encore de calomnier tous ceux qui ne sont pas d’accord, les qualifiant de théoriciens du complot.

Les faussaires sont généralement très bons pour rendre leurs faux les plus scandaleux possible tout en minimisant leur dépendance à l’égard des faits. Par exemple, l’Allemagne nazie a “récemment”remporté la bataille de Koursk, qui a été, pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, la plus grande bataille terrestre jamais livrée avec des chars et celle qui a scellé le destin de l’Allemagne nazie. La fausse version des événements de la Deutsche Welle a été facilement réfutée à l’aide d’informations d’archive, bien qu’elle ait marqué un ou deux points en mentant tôt et souvent. Mais ils auraient pu faire encore mieux en faisant circuler un faux encore plus scandaleux, entièrement détaché des faits : “Les horribles Russes ont envahi l’Europe et poussé Hitler au suicide !”

Ceux qui disent la vérité ont un travail beaucoup plus difficile que les faussaires, mais un point-clef joue en leur faveur. Pendant que les faussaires sont chargés de construire de fausses réalités, la tâche principale de ceux qui disent la vérité est simplement de les détruire. Un exemple classique est le 11 septembre : les faussaires disent que deux gratte-ciel ont été démolis par des terroristes qui ont percuté chaque tour avec un avion. En réponse, ceux qui disent la vérité peuvent répondre que non, le nombre de gratte-ciel était en fait de trois, pas deux (WTC1, WTC2 et WTC7), donc on a 2/3 d’un avion par gratte-ciel. Puis on peut s’asseoir et rire de celui qui croit encore à la fausse histoire.

Cela peut être déconcertant pour certaines personnes, parce que les esprits curieux veulent connaître la vérité, même si ce qui les motive est une curiosité oisive. De plus, continuer à vivre normalement après avoir réalisé que des gens en qui vous aviez appris à avoir confiance vous ont menti, et que vous êtes entouré d’imbéciles qui croient qu’une histoire aussi manifestement fausse est vraie, est plutôt décourageant. Mais vous pouvez reprendre courage en pensant que les seules choses que vous devez vraiment savoir (équivalant à “savoir qu’elles sont vraies”) sont les choses sur lesquelles vous pouvez agir, et ici la vérité peut encore généralement être obtenue de la manière habituelle, que ce soit par le débat (interne) ou par l’expérimentation, l’essai et l’erreur.

Et l’une des choses que vous devez vraiment savoir, c’est que ceux qui fondent leurs actions sur des connaissances réelles gagnent parfois, alors que ceux qui les fondent sur de fausses réalités construites perdent toujours à la fin. Vous devez simplement attendre. Pour éviter d’être pris dans leur piège, il suffit de savoir débusquer et sentir le faux, puis soit en rire, soit les ignorer.

Dimitri Orlov

(4 septembre 2018, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone)

Donations

Nous avons récolté 242 € sur 3000 €

faites un don