Ron Paul, trop et pas assez


07/04/2012 - Bloc-Notes

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

 

Ron Paul, trop et pas assez

Ron Paul semblerait ne plus exister, si l’on suit la presse-Système dans sa faible couverture des primaires républicaines. Cette “faible couverture” consiste à annoncer depuis un mois, ou un mois et demi, ou deux ou trois mois qu'importe, que ces primaires sont achevées, que Romney est le candidat désigné, ce que démentent par conséquent le renouvellement régulier de cette affirmation comme s’il s’agissait d’une nouvelle, la confusion des décomptes des délégués, les changements de “méthodes“ de comptage des résultats. (Voir Fox.Newsw, le 6 avril 2012, sur l’État du le Dakota de Nord, où l’on appliquerait effectivement de nouvelles règles pour que Romney, arrivé troisième, emporte la majorité des délégués.) Bref, la confusion existe même dans la fraude et le processus faussaire...

Le phénomène de l’effacage complet de Ron Paul de la vie publique et des résultats des primaires est d’autant plus remarquable que le succès de foule de Ron Paul ne cesse de s’affirmer, de s’amplifier, de s'imposer comme un phénomène national à la fois majeur et vrai, et pourtant totalement inexistant. C’en est au point où un chroniqueur du Washington Times, Eric Golub, parle à propos de Paul, de beatlemania, confirmant ainsi le statut de rock star de la politique du non-candidat, non-existant. (Le Washington Times, de tendance conservatrice marquée, est l’un des rares quotidiens nationaux de la presse-Système, sinon le seul, à entretenir une certaine veille d’information sur Ron Paul. C’est notamment le cas au travers de deux ou trois journalistes et commentateurs de ce quotidien. Il faut signaler que Golub n’est pas un commentateur affichant une opinion précise, mais un reporteur normal, rendant compte de la situation qu’il suit.)

Donc, voici Golub, ce 5 avril 2012, à propos de Ron Paul parlant à UCLA, l’université de Californie, bastion classique et connu de la gauche contestatrice et extrême des étudiants US (pour rappel, Ron Paul est en général classé à l’extrême droite par l’emballage-Système).

«Ron Paul spoke at UCLA last night, and several thousand people showed up to create a scene that made Beatlemania seem tame. No one would have guessed that this man is trailing in all the presidential race polls. From an event standpoint, the speech at UCLA was a complete success. Dr. Paul knows how to galvanize people. But during his fifty-or so minute speech, not one minute was spent talking about the presidential race, which leads to a very important question that must be asked.

»If Dr. Paul can inspire such large, passionate crowds to hear him speak, why has he never won a single presidential contest?

»The lines were like those at a rock concert, stretching for long blocks of the campus to enter the Straus Stadium at the Los Angeles Tennis Center (LATC) where Dr. Paul was speaking. The campaign promoted the event as a Town Hall, not a campaign rally. The audience, estimated by the campaign at over 7,000, should give even the candidate's most ardent critics pause. They there were mostly young and articulate. They had genuine concerns and well thought out ideas as to why change is necessary. […]

»…It still does not explain why he is soundly rejected in actual contests when votes are counted. Pointing this out is not meant to denigrate Dr. Paul. This is a serious issue. If the Paul supporters can find the weak link in their election chain and fix it, it would allow them to become a more serious movement in terms of votes.

»The answer is obvious, although that election explanation is for another day. While Dr. Paul's chances of winning the White House are dwindling, his star among the faithful is shining as bright as it ever has. It is one thing to dismiss gatherings of twenty students over pizza boxes. A crowd of several thousand people with empty seats few and far between must be respected.

»Ron Paul has a clear following. In a lengthy and often quixotic campaign with ups and downs, his UCLA speech was clearly a high note. Young people are often ridiculed for chanting slogans such as “his is what democracy looks like.” Yet on this night, it actually was. Only hours before baseball season was to begin, Dr. Paul clearly hit a home run.»

Cet état de chose est non pas paradoxal mais insupportable, intellectuellement et politiquement, pour ceux qui sont informés de la réalité et jugent que c’est elle qui doit s’exprimer pour parvenir à la vérité de la situation politique, et non pas le montage virtualiste des forces-Système, absolument grossier dans le cas de Ron Paul. Tout cela suscite chez l’un des soutiens extérieurs de Ron Paul les plus attentifs et les plus influents dans le monde dissident US, une nième tentative pour appeler le candidat républicain à une réaction significative. Il s’agit de Justin Raimondo, qui est déjà intervenu à au moins trois reprises de façon solennelle sur son site Antiwar.com pour que Ron Paul abandonne le parti républicain et devienne un candidat indépendant. (Voir le 29 décembre 2011, le 15 février 2012 et le 15 mars 2012.)

Raimondo intervient cette fois (le 5 avril 2012, sur Antiwar.com), sous la forme plus solennelle d’une “lettre ouverte à Ron Paul”. Raimondo estime qu’un Ron Paul candidat indépendant disposerait de 17% de l’électorat en théorie, c’est-à-dire sans l’effet d’annonce, sans la concrétisation de sa décision, etc., donc avec ce chiffre comme simple base passive de départ. Dans ses estimations, Raimondo estime que l’électorat de Ron Paul est, dans une mesure de 66% à 75%, hors du parti républicain ; et il s’interroge, ou plutôt interroge celui à qui il adresse sa lettre : alors, à quoi cela sert-il de continuer l’actuelle pantalonnade marquée par un formidable succès populaire et une absence quasi totale dans les urnes à quadruple fond du parti ?

«You’ve captured the youth vote in practically every contest, while losing among the older set and among hardcore Republican voters. In short, the demographic you do best in winning over is the least likely to be able to vote in a closed Republican primary. I would estimate that roughly two thirds to three quarters of your constituency is outside the ranks of the GOP. In view of these realities, I have a question:

»What is the endgame?»

Raimondo envisage tous les aspects de la situation et toutes les options. Il dénonce une fois de plus les manœuvres internes, y compris dans l’entourage de Paul, pour amener à une entente avec Romney qui ne pourrait être qu’une capitulation honteuse de Ron Paul. Il envisage les effets d’une candidature hors-GOP (une candidature pour un troisième partie ou une candidature indépendante), qui pourrait effectivement avoir comme effet la défaite de Romney… Et alors ? Raimondo estime que cette défaite est de toutes les façons assurée, tant est extrême la médiocrité politique de Romney, et qu’elle donnerait en plus une bonne leçon au GOP, ce parti décrépit, absolument pourri jusqu’à la moelle, pratiquant des méthodes de gangster dans ses processus internes, complètement acquis aux intérêts particuliers, qu’ils soient ceux de forces d’argent ou de forces extérieures aux USA (le lobby sioniste). Par conséquent, le non-candidat, plus populaire qu’à peu près tous les autres candidats réunis, n’a rien à perdre, non seulement par rapport à son destin personnel, mais par rapport au destin de son pays qu’il entend servir jusqu’au bout…

«Dr. Paul, I know I speak for many of my readers when I say you have accomplished what none of us thought was possible: you opened up the political debate in this country, not only in the GOP but more generally. Now you have the chance to take that achievement and build on it: not by telling your supporters they have to wait 20 years or more before they can hope to effect real change, but by forging ahead and taking the next logical step in our long, harrowing, and yet energizing journey to reclaim our country and our old republic.

»In this radio interview with WMAL, you come pretty close to saying you will consider going third party “when the votes are counted” – i.e. after the Tampa convention, at the end of August. Unfortunately, the Libertarian party national convention is being held in May. While running on the LP ticket is just one possibility, it seems like the most viable. In spite of there being several declared candidates, the LP nomination would be yours for the asking – but you have to ask for it. LP rules forbid nominating a candidate who hasn’t declared his intention to actively seek the nomination.

»The other viable alternative is running for the “Americans Elect” nomination. Yes, I know the whole “Americans Elect” operation seems dubious on the face of it, but they qualified for ballot status in 35 states and counting. The “Ron Paul Draft” is already the top-vote getter in the Americans Elect nomination process, which runs through early May, with more than double the number of votes of the nearest competitor.

»In fact, Americans Elect does not require candidates to accept their nomination until after they win their Internet primary (held in late June). Throughout May and June, you can expect your supporters to campaign for your nomination as the Americans Elect candidate, regardless of what you do right now

»There is also the independent option, which means getting on the ballot in all fifty states via petition, like Ross Perot did – but that seems prohibitively expensive.

»Ron, I know you’re out there speaking to huge crowds – 10,000 at UCLA, even as I write – and how thrilled you must be by this kind of reception. And I know you’re remembering the time when those crowds amounted to a few dozen, at most – and I imagine how gratified you must feel. Finally, the pro-peace pro-liberty camp is making some progress – but it doesn’t have to end in Tampa. Please consider carrying the banner of peace and liberty all the way to November and beyond – because the future of the country, and the peace of the world, depends on it.»

…Effectivement, le cas Ron Paul se rapproche de plus en plus de l’alternative suprême : ou bien disparaître ignominieusement par rapport à la hauteur de son entreprise, par simple acquiescement au virtualisme faussaire du Système, ou dans un compromis politicien sans gloire qui constituerait une défaite amère, ou bien sortir du cadre du Système dans une tentative révolutionnaire qui aurait nécessairement d'immenses répercussions politiques si l’on considère le contexte. Si Raimondo insiste comme il le fait, c’est parce qu’il sait que le potentiel révolutionnaire de Ron Paul est considérable, et que cette option (la révolutionnaire) peut effectivement changer radicalement la situation politique aux USA. Ron Paul se rapproche de la situation classique du choix radical nécessaire parce qu'il est dans cette position du “trop et pas assez” ; il est allé trop loin dans la démonstration de la puissance politique de sa candidature, et il n’est pas allé assez loin dans l’exploitation de la puissance politique de sa candidature.


Mis en ligne le 7 avril 2012 à 06H44