“Utilité” du conflit ukrainien

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2416

“Utilité” du conflit ukrainien

• La durée de la guerre d’Ukraine est  souvent le sujet de débats féroces et acharnés et un argument critique des prorusses eux-mêmes de la politique de prudence de Poutine. • Mais cette durée a un effet indirect d’une importance capitale : elle permet d’approfondir constamment la remise en cause générale de ce qu’on nomme l’“hégémonie” de l’américanisme sur le monde. • Il n’est pas du tout assuré d’ailleurs que Poutine lui-même ait cherché cet effet, – il a souvent dit “surprise” à cet égard, – mais le fait est que cet effet s’est imposé de lui-même.

_________________________


Pourriez-vous imaginer un tel texte comme celui qui suit 1) si la guerre en Ukraine n’avait pas eu lieu, et 2) si elle ne durait pas depuis aussi longtemps pour nous permettre de mesurer tous les caractères infamants qui sont en jeu ? Cette guerre semblerait faite, – que ceux qui souffrent et meurent nous pardonnent, – pour montrer toutes les traces, l’infamie, l’impuissance et l’arrogance des USA et du monde américaniste-occidentaliste. Les paroles qui sont dites par ces esprits éclairés qui nous sont présentés contrastent radicalement et singulièrement, comme si nous parlions de deux mondes différents, sans liens ni parentés, avec la vénération hébétée des élites-zombies, – ou ZélitesZombies comme nous devons les classer dans leur inutilité perverse et leur capacité ontologique à faire le Mal, le Laid, le Bas, le plus Puant, irrésistiblement attirés – parlant sous l’emprise de l’américanisme comme un camé l’est sous l’emprise de ses doses d’héroïne relevé de l’inratable Fentanyl.

C’est effectivement parce que la guerre en Ukraine dure, parce que les armées sombres et lugubres des simulacres officiels et des mensonges grotesques, ces “armées de la nuit de l’esprit” ne cessent d’oser de ces façons toujours plus démentes et enivrées, que les autres, ceux qui se taisaient et subissaient, haussent le ton désormais et parlent sans crainte du ridicule ou de la mise à l’index de notre arrogance pathologique, de notre naufrage dans les abîmes inexorables de la “pensée magique”, – magie noire, illusions folles, esprits prisonniers d’eux-mêmes et de leur production absolument invertie.

Une économiste indienne, Radhika Desai, travaillant au Canada, laisse tomber comme une évidence chargée de mépris :

« L’hégémonie américaine n’est pas tombée parce qu’elle n’a jamais vraiment existé. L’hégémonie américaine est un tigre de papier. »

On ne dirait pas que les langues se délient, que l’audace de l’esprit libre reprend le dessus, mais cela y ressemble fort. Tous ces gens ne sont pas du même bord, des mêmes régions, des mêmes cultures, mais tous ont reconnu ce que Douguine identifie comme ce qui ne peut être que désigné que sous le nom terrible de “Satan”. Ils rejoignent peu à peu son jugement à la fois posé et radical qui fait de cette guerre malheureusement cruelle et sanglante a la vertu inouïe de servir de catalyseur de nos révélations :

« Ayant découvert que l'Occident est monstrueux et se sépare sous nos yeux de l'espèce humaine, la Russie s'en est éloignée. Un problème local, le conflit avec l'Ukraine, nous a soudain conduits à des conclusions fondamentales : l'Occident fait fausse route, il entraîne l'humanité dans l'abîme et nous devons l'affronter. C'est la nouvelle la plus importante, quelque chose d'absolument incroyable, car auparavant nous nous étions modestement limités à la lutte pour la souveraineté. »

Nous savons bien quelle tournure dramatique, tragique, apocalyptique sont en train de prendre les événements. Écoutez le si calme et aimable  Jeffrey Sachs emporté dans les dix premières minutes d’une tirade furieuse, lors d’une rencontre avec Christoforou-Mercouris, contre ces nullités absolues qui nous dirigent et ne savent plus rien du risque total et sans retour de la guerre nucléaire. Cette lie de la terre, ce prolétariat à l’envers de l’esprit que sont nos ZélitesZombies doivent disparaître par quelque intervention du Très-Haut... Car, comment les dieux arrivent-ils à supporter ce torrent d’ordure sans se sentir révulsés et décréter leur annihilations par reconversion dans  le travail du recueil des ordures dans les cités dévastés par leur perversité du plus bas étage possible ?

Ceux qui se disent implacables partisans de la fermeté et se plaignent de la lenteur russe à en finir avec Zelenski et sa bande ne comprennent pas l’utilité fondamentale de ce temps pris à se débarrasser de ces détritus humains. Ces circonstances qui imposent la terrible réalité face aux simulacres de leurs narrative servent à faire l’union des autres, de ceux qui s’éveillent à la conscience. Même si c’est au risque d’une guerre nucléaire, tous les risques sont permis car ce qui se joue est le risque absolu de l’anéantissement du monde d’une façon ou l’autre.

(L’article, de John Miles dans ‘SputnikNews’ est du 5 juin 2024.)

dedefensa.org

_________________________

 

 

L’hégémonie américaine est un tigre de papier

L’économiste Radhika Desai remet en question la notion de domination occidentale globale, soulignant qu’il y a toujours eu des objections à la domination impériale.

L’image mondiale de l’OTAN – et des États-Unis, par extension – a été mise à mal alors que Moscou semble sur le point de remporter la victoire dans son conflit avec l’Ukraine. Les armes les plus sophistiquées de l’Occident, ainsi que le barrage de propagande prétendant une lutte entre la démocratie et « l’autoritarisme », n’ont pas réussi à inverser la tendance alors que les troupes russes gagnent du terrain près de la ville de Kharkov.

Qui plus est, une série de sanctions américaines de plus en plus sévères n’ont pas réussi à accélérer la chute annoncée de l’économie russe. Le pays est, au contraire, devenu plus résilient face à l’agression, avec une croissance plus rapide que celle des pays du G7 imposant des restrictions – un fait fréquemment noté par le président Vladimir Poutine lors de sa campagne électorale au début de cette année.

La tournure dramatique des événements a conduit les observateurs à affirmer que l’ère de la domination américaine est définitivement révolue alors que le président Joe Biden constate l’échec de la prérogative de son administration en matière de politique étrangère.

Cependant, le Dr. Desai affirme que l’hégémonie américaine n’est pas tombée, mais qu’elle n’a jamais vraiment existé. L’auteur a fait cette affirmation mardi dans l’émission The Critical Hour de Spoutnik, alors que les animateurs Wilmer Leon et Garland Nixon discutaient du refus de la Chine d’assister à la prochaine « conférence de paix » du président ukrainien de facto Volodymyr Zelenski en Suisse.

"L'une des choses que Garland et moi disons à plusieurs reprises dans cette émission, en particulier à propos des présidents Xi et Poutine, c'est que les gens doivent écouter ce que disent ces dirigeants", a insisté Leon, en lisant le plan de paix en 12 points de la Chine pour le conflit. dans le Donbass. "Quand vous écoutez ce qu'ils disent, comme "les intérêts et les préoccupations légitimes en matière de sécurité de tous les pays doivent être pris au sérieux et traités de manière appropriée", cela n'a que du sens."

Le document, publié début 2023, rejette également « les sanctions unilatérales et les pressions maximales », encourage le dialogue et critique l’expansion de l’OTAN.

« C'est une chose de dire que l'Occident devrait écouter les présidents Xi et Poutine, mais je vous dirais que l'Occident a depuis longtemps perdu la capacité de le faire », a répondu Desai. «Ils ont, depuis je ne sais combien de décennies, essentiellement emprunté une voie extrêmement peu diplomatique et sans négociation. C’est “votre petite ‘my way’” ou les autoroutes ultra-rapides contrôlés par eux. »

"Donc, si vous adoptez fondamentalement la position selon laquelle vous ne souhaitez pas transformer votre économie en un terrain de jeu ouvert pour nos entreprises, et si vous ne le faites pas, alors nous vous considérerons comme un autocrate, un dictateur, un contrevenant à nos règles qui constituent le seul fondement  possible de l’ordre international. Fondamentalement, vous n’avez aucune position de négociation. La négociation implique des concessions mutuelles. L’Occident a depuis longtemps renoncé aux concessions mutuelles. C’est toujours “prendre, prendre, prendre” et ne rien donner. »

Les pays qui ont tenté de faire fonctionner leur économie en dehors du contrôle de l’ordre économique mondial dirigé par l’Occident, comme la Syrie de Bachar al-Assad et la Libye de Mouammar Kadhafi, sont devenus à plusieurs reprises la cible des opérations américaines de changement de régime.

Kadhafi, un dirigeant charismatique et ambitieux, a proposé une monnaie unifiée adossée à l’or pour remplacer l’utilisation du dollar américain et du franc CFA français dans les échanges commerciaux entre les pays africains. Les observateurs suggèrent que le plan a contribué à stimuler les efforts visant à le renverser en 2011, mais l’hégémonie du dollar a encore décliné depuis le renversement du révolutionnaire libyen, alors que les nations du monde entier recherchent de plus en plus d’échanges commerciaux libellés dans leur propre monnaie nationale.

Un rapport publié par le ministère chinois des Affaires étrangères à peu près en même temps que son plan de paix pour l’Ukraine, intitulé « L’hégémonie américaine et ses périls », critiquait vivement le rôle des États-Unis dans le monde après la Seconde Guerre mondiale.

"Les États-Unis ont agi avec plus d'audace pour s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres pays, poursuivre, maintenir et abuser de leur hégémonie, promouvoir la subversion et l'infiltration, et mèneront pleinement des guerres, nuisant à la communauté internationale", peut-on lire dans le document.

« Les États-Unis ont élaboré une stratégie hégémonique pour organiser des “révolutions de couleur”, susciter des conflits régionaux et même lancer directement des guerres sous couvert de promotion de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme », affirme le rapport. « S’accrochant à la mentalité de la guerre froide, les États-Unis ont intensifié la politique des blocs et attisé les conflits et la confrontation. Il a outrepassé le concept de sécurité nationale, abusé des contrôles à l’exportation et imposé des sanctions unilatérales à d’autres.»

Le document identifie la fin de la Seconde Guerre mondiale – après laquelle la majeure partie du monde occidental était en ruines – comme le moment où les États-Unis ont établi leur hégémonie mondiale. Mais Desai a affirmé que l’hégémonie américaine, telle qu’elle est généralement caractérisée, a été largement survendue.

« Cette hégémonie a déjà pris fin, et elle n’a pas pris fin, comme certains pourraient le penser, récemment », a déclaré l’économiste. «Mon argument a toujours été dans divers livres, y compris mon livre ‘Geo Political Economy’, que cela n'a jamais existé. Ce que l'on a pu observer depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et même au début du XXe siècle, c'est une série de tentatives de la part des Etats-Unis pour imposer leur poids sur le reste du monde.»

« Mais aucune de ces tentatives n’a jamais réussi », a-t-elle affirmé. « Nous décrivons le système de Bretton Woods comme une entité créée par les États-Unis. Quand nous faisons cela, nous oublions que les États-Unis voulaient en réalité un monde de marché beaucoup plus libre que ce qu’ils ont obtenu en 1945. Par libre marché, j’entends un monde ouvert aux entreprises américaines. Elle n’y est pas parvenue… Et l’armée américaine n’a en fait gagné aucune guerre. »

« Comme l’a dit un responsable kenyan : chaque fois que la Chine nous rend visite, nous recevons un hôpital ; chaque fois que la Grande-Bretagne nous rend visite, nous récoltons une tirade moralisatrice », lit-on dans un tweet célèbre qui a depuis été immortalisé sous forme de slogan. La puissance militaire a joué un rôle important dans le maintien de l’ordre économique dirigé par l’Occident. Mais divers détracteurs, de la Russie du XXe siècle à la Chine du XXIe siècle, ont toujours obtenu le soutien d’une vision alternative basée sur la bonne volonté, la solidarité et la coopération mondiale.

« Les pays doivent se respecter et se traiter sur un pied d’égalité », indique le rapport 2023 du ministère chinois des Affaires étrangères. « Les grands pays devraient se comporter d’une manière qui correspond à leur statut et prendre l’initiative de poursuivre un nouveau modèle de relations entre États caractérisé par le dialogue et le partenariat, et non par la confrontation ou l’alliance. La Chine s'oppose à toute forme d'hégémonisme et de politique de puissance, et rejette toute ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays.»

« Les États-Unis doivent procéder à une sérieuse introspection. Ils doivent examiner d’un œil critique ce qu’ils ont fait, abandonner leur arrogance et leurs préjugés et abandonner leurs pratiques hégémoniques, dominatrices et intimidantes. »

John Miles