USA-2020 aux petits oignons

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2410

USA-2020 aux petits oignons

La  fin du texte de Alan Macleod nous disait le 7 février 2020  : « La prochaine primaire aura lieu mardi dans le New Hampshire, où Bernie a une organisation solide. Une nouvelle victoire transformera probablement cette angoisse en panique totale. » La “prochaine primaire” a eu lieu et  c’est bien Sanders qui l’a emporté. Sa victoire sur Buttigieg est loin d’être écrasante, mais elle est bien là alors qu’une formidable offensive de la presseSystème conjointement anti-Sanders et pro-Buttigieg était censée fixer dès le début de ces primaires la vanité des ambitions de Sanders en procurant une victoire inattendue au jeune-ancien officier du renseignement de l’U.S. Navy.

Considérant ces circonstances, le texte ci-dessous reste d’actualité et prend encore plus d’intérêt à la lumière de cette victoire du New Hampshire. Il constitue une documentation importante concernant la bataille qui va être livrée au sein du parti démocrate jusqu’à la Convention de l’été prochain, avec le point d’orgue du 3 mars, le “Super Tuesday” qui voit des primaires des 14 États avec 40% des délégués pour la Convention désignés ce jour-là.

Ci-dessous, le texte de Macleod  du 7 février paru sur un site extrêmement intéressant, MintPressNews, avec une traduction du Sakerfrancophone.

dde.org

________________________

 

 

Sanders, de l’angoisse à la panique

L’ancien maire de South Bend, Pete Buttigieg, a peut-être remporté la victoire lors du caucus bâclé de l’Iowa de cette semaine, mais le vrai gagnant, selon les statisticiens, a été Bernie Sanders. Le sénateur du Vermont est maintenant de loin le candidat préféré selon les bookmakers. Oddschecker, une application qui compare les sites de paris en ligne, a étudié dix-huit sites et a trouvé que chacun d’entre eux déclarait le Démocrate socialiste comme étant clairement en tête. Real Clear Politics a également Sanders comme favori depuis plus d’une semaine, Bernie ayant dépassé l’ancien vice-président Joe Biden, qui a réalisé une piètre performance lors du premier caucus de l’année. Celle qui était considérée comme la favorite en octobre, Elizabeth Warren, du Massachusetts, s’est effondrée, sa probabilité de victoire passant de 53 % à l’automne à seulement 7,5 % aujourd’hui.

Mais le plus remarquable est que le site Internet de statistiques et de politique Five Thirty Eight prédit que Sanders sera le favori pour la victoire dans les 50 États, suggérant qu’il recevra plus de 200 délégués rien qu’en Californie – deux fois le total de tous les autres candidats. C’est d’autant plus surprenant que le rédacteur en chef de Five Thirty Eight, Nate Silver, est un conservateur, qui décrit son goût politique comme se situant entre Mitt Romney et Gary Johnson. Le site a toujours eu pour habitude de minimiser ou de sous-estimer les chances de Sanders.

Quelle que soit la manière dont les grands médias grand public tentent de présenter les résultats, l’Iowa inquiète beaucoup l’establishment  démocrate. Dans le  New York  Magazine,  Jonathan Chait, qui se décrit lui-même comme un libéral, était très inquiet et se demandait quel était le meilleur plan d’action pour arrêter la vague Sanders. « Une stratégie consisterait à se rallier à Biden, au motif qu’aucun autre candidat n’a ou n’aura un nom et des liens avec les électeurs noirs. L’autre stratégie est d’espérer que sa campagne s’effondre le plus rapidement possible, afin qu’un autre candidat puisse émerger », écrit-il. « Pour l’instant, on ne sait pas très bien quelle stratégie a du sens ». Il a déploré le manque de coordination de l’establishment  démocrate pour s’opposer au sénateur du Vermont et a affirmé que d’autres candidats de “centre-gauche” comme Pete Buttigieg et Amy Klobuchar n’ont tout simplement pas le soutien des électeurs noirs, rendant une victoire en Caroline du Sud très improbable. Il a également écrit que Mike Bloomberg pourrait être le meilleur scénario de victoire pour les libéraux, même s’il estime qu’il n’est qu’un autre candidat de la vieille école.

Chait prétend s’opposer à Sanders pour des raisons purement pragmatiques, arguant du fait que Bernie penche beaucoup trop à gauche pour être élu. Par conséquent, le choisir comme candidat serait « un acte de folie ». Bien sûr, il a également soutenu avec force l’invasion de l’Irak et a fait valoir que les libéraux devraient soutenir Trump pour l’investiture républicaine en 2016 car cela détruirait le parti républicain et conduirait à une victoire facile de Clinton. Par conséquent, ceux qui soutiennent Bernie ne pensent peut-être pas que les déclarations de Chait sonnent le glas de sa campagne. Des fuites audio ont montré que Sanders était le seul candidat que Trump craignait de ne pas pouvoir battre. « Si Clinton avait choisi Bernie Sanders, cela aurait été plus difficile. C’est le seul que je ne voulais pas qu’elle choisisse »  pour la vice-présidence, déclarait Trump à son équipe, notant que « si Bernie avait été vice-président, cela aurait été plus difficile. »

L’animatrice de  MSNBC, Joy Ann Reid, qui a récemment invité un charlatan, un soi-disant expert en langage corporel, dans son émission pour discuter du prétendu sexisme de Bernie, a tenté de minimiser l’avance considérable de Sanders dans le compte des votes en Iowa. « Ai-je tort de penser que 6 000 votes ce n’est pas exactement une marge révolutionnaire, dans un sens ou dans l’autre, de sorte qu’aucun des deux premiers de l’Iowa n’en a tiré grand-chose, quel que soit le résultat », a-t-elle écrit. 6 000 votes équivalent à environ 3% – un nombre de vote plus important que celui d’Hillary Clinton sur Trump lors du vote populaire de 2016.

Clinton tire la sonnette d’alarme depuis des semaines sur l’ascension de Sanders, refusant d’accepter de le soutenir s’il remporte l’investiture. A la fin du mois dernier, elle affirmait que  « personne ne l’aime »  et qu’elle détestait la  « culture qui l’entoure », en particulier ses  « disciples enragés », utilisant un mot habituellement réservé en anglais aux animaux malades et dangereux, pour décrire les deux tiers des Américains qui ont une opinion favorable de lui, selon un sondage de janvier. Il est clair que Clinton utilise encore la même tactique qu’en 2016.

L’ancien gouverneur du Maryland, Martin O’Malley, qui s’est présenté comme “modéré”lors des primaires de 2016, a également exprimé son inquiétude face au rapide déplacement vers la gauche du parti. « Écoutez, je sais que ma propre génération est tombée dans l’escroquerie du prince nigérian, mais comment pouvez-vous tous tomber dans l’escroquerie de Bernie Sanders ? Je n’arrive pas à le comprendre », a-t-il déclaré au Guardian.

Indépendamment des objections des démocrates de l’establishment, la campagne de Sanders semble prendre de l’ampleur. La prochaine primaire aura lieu mardi dans le New Hampshire, où Bernie a une organisation solide. Une nouvelle victoire transformera probablement cette angoisse en panique totale.

Alan Macleod

Donations

Nous avons récolté 1497 € sur 3000 €

faites un don