Un chaos hypersonique

Ouverture libre

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 5528

Un chaos hypersonique

• Une vision hypersonique de la crise Hamas-Israël, où chacun, entre Israël, l’Europe et les USA, en prend pour ce qu’il vaut dans son action (hypersonique) dans cette crise. • Avec un texte de Rachel Marsden.

Finalement, on a assez peu mis en évidence ce qui a dominé les réactions de l’Ouest-compulsif dans son entier, autour de la nouvelle guerre Hamas-Israël... Que ce soit l’UE, bien sûr et avant tout, mais aussi diverses situations, jusqu’à l’hystérie des neocon qui tiennent l’Iran en joue tandis qu’Israël ne cesse de menacer tout en évoluant prudemment et en constatant le désordre de ses forces de réserve et de son organisation (voyez Larry Johnson). Finalement, un observateur de Sirius, un extra-terrestre si l’on veut, finirait par conclure que la spécialité de la décadence-perversion de notre-civilisation est le désordre multiplié par le chaos multiplié par le désordre... Et ainsi de suite.

La chroniqueuse canadienne anglophone et excellente francophone Rachel Marsden (voir son site ‘rachelmarsden.com’) s’est emparée du sujet. Il faut la lire, elle qui a été privée de sa chronique sur RT français grâce aux bons soins empressés de l’équipe-censure de l’UE, – von der Leyen, Breton & Cie. Elle s’est déjà emparée du sujet Israël-Hamas en abordant le fond du problème, aussi récemment que le 10 octobre 2023 où elle faisait une comparaison, avec le très-grandiose double standard occidental à l’appui, de la différence de traitement de deux crises qu’elle juge très proches, – entre Ukraine et Palestine.

Son article que nous donnons aujourd’hui est donc plutôt celui de notre désordre et de nos incohérence, sur RT.com le 11 octobre. “Hypersonique” est un qualificatif qui sied si parfaitement au collectif des hôpitaux bruxellois où logent l’UE et ses camps de travail... On embarque sur la nef des fous !

dde.org

_____________________

 

 

Vertus hypersoniques de l’UE pour Israël

 « Israël a le droit de se défendre – aujourd’hui et dans les jours à venir. L’Union européenne est aux côtés d’Israël », a tweeté dimanche dernier la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ce faisant, elle a effectivement donné carte blanche aux dirigeants israéliens, notoirement mesurés et retenus, en réponse aux attaques du Hamas.

« Qui pensez vous être? Vous n’êtes pas élu et n’avez aucune autorité pour déterminer la politique étrangère de l’UE, qui est définie par le Conseil », a répondu l’eurodéputée irlandaise Clare Daly. « L’Europe n’est PAS aux côtés d’Israël. Nous défendons la paix. Vous ne parlez pas pour nous. Si vous n’avez rien de constructif à dire, et ce n’est clairement pas le cas, alors fermez-là. »

Dans un seul tweet, von der Leyen a réussi à positionner toute l'Europe comme plus militante que même la rédaction de l'un des principaux journaux nationaux israéliens, Haaretz, qui a carrément imputé la responsabilité des attaques au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, l'accusant d’« annexion et de dépossession » qui « ignoraient ouvertement l’existence et les droits des Palestiniens ». L’implication est qu’aucune action ne se produit dans le vide sans risque de déclencher une réaction.

Le danger que la reine Ursule d’Europe, non élue, lance unilatéralement des missiles hypersoniques de signalisation de vertu dans une réponse émotionnelle instinctive est qu’elle ne peut en aucun cas se substituer à la politique étrangère décidée dans des moments plus réfléchis. Pourtant, de nos jours, c’est le plus souvent le seul type de politique étrangère que nous obtenons, sur tout, d’Israël à l’Ukraine.

Dans un autre exemple de symbolisme qui devance le pragmatisme politique, l’UE a annoncé le retrait de son soutien à la Palestine… avant de revenir sur cette décision quelques heures plus tard. Lundi, le ministre israélien de la Défense a annoncé que Tsahal allait bloquer Gaza encore plus que d’habitude en empêchant toute entrée d’eau, de nourriture, de carburant et d’électricité. Et quelques heures plus tard, le commissaire européen au voisinage et à l’élargissement, Oliver Varhelyi, a déclaré que le bloc se joignait à la cause – en suspendant son financement humanitaire en faveur du peuple palestinien. L’Allemagne et l’Autriche ont été les premières à lancer le processus de retrait des financements. Cependant, quelques heures plus tard, le gel de l’aide de l’UE a été annulé par le chef de la politique étrangère du bloc, Josep Borrell, après une sorte de révélation selon laquelle cela ne ferait que « punir tout le peuple palestinien » et n’aurait « fait qu’enhardir davantage les terroristes ». Il est impossible que Bruxelles ait financé ces terroristes par inadvertance, n’est-ce pas ?

Bruxelles a accordé 2,5 milliards de dollars d'aide budgétaire directe à l'Autorité palestinienne sur 12 ans à partir de 2008, et a récemment annoncé qu'elle enverrait quelque 1,24 milliard de dollars de 2021 à 2024. Le financement n'a même pas été réduit ou interrompu – seulement pendant quelques mois. en 2021-2022, puis libéré sans conditions préalables – lorsque les organismes de surveillance ont allégué que les manuels scolaires palestiniens contenaient un contenu antisémite promouvant et glorifiant le terrorisme. Et maintenant, le ministère israélien des Affaires étrangères pointe Bruxelles du doigt. « L’Union européenne finançait des manuels scolaires des autorités palestiniennes qui étaient remplis d’antisémitisme et d’incitation à la violence et au terrorisme contre les Juifs », a déclaré plus tôt cette semaine le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Lior Haiat.

Lorsque la question a été soulevée pour la première fois, le commissaire européen en charge de l’époque a rencontré le ministre israélien des Affaires étrangères à Bruxelles et lui a dit en gros : « Écoutez, nous veillerons simplement à ce que cela ne se reproduise plus » – et a adopté une résolution à cet effet. Des rapports d'ONG ont également été publiés plus tôt ce mois-ci, accusant Bruxelles de financer des subventions qui ont fini entre les mains du Front populaire de libération de la Palestine, que l'UE considère comme un groupe terroriste.

C'est juste plus tôt cette année, en février, que l'UE a annoncé un montant supplémentaire de plus de 300 millions de dollars pour le peuple palestinien en présence du président Mahmoud Abbas – un financement pour les salaires, les retraites, les soins de santé et des choses comme « une entreprise agricole intelligente face au climat, » et « compétitivité verte ». Et maintenant, tout à coup, les responsables bruxellois semblent se demander : “Hé, attendez, avons-nous financé le Hamas”… peut-être ? Parce que c’est ce que semblent suggérer leurs actions. Sinon, quel est le problème de continuer à aider le peuple palestinien ?

Ou peut-être qu’au vu de tous les discours soucieux du climat attachés à l’aide, l’UE s’est simplement mise en colère contre le fait que les deltaplanes du Hamas soient motorisés. Vous savez simplement qu’un idiot à Bruxelles regarde la couverture médiatique de toutes les camionnettes énergivores utilisées par le Hamas pour attaquer les villages et kidnapper les gens et se demande : « Quelle est l’empreinte carbone de celles-ci ? »

Tous les signaux de vertu du monde ne peuvent désormais pas compenser le manque de diligence raisonnable que suggèrent le retrait schizophrénique et le rétablissement ultérieur du financement palestinien. Ce ne serait pas la première fois que des innocents souffriraient de l’incompétence de Bruxelles. Il suffit de demander aux peuples de l’ensemble du bloc européen qui sont actuellement confrontés à des problèmes apparemment sans fin.

Et tout comme en Ukraine, Bruxelles ne semble pas vraiment intéressée à profiter d’une opportunité pour jouer un quelconque rôle d’atténuation ou de réflexion dans ce conflit, mais prend plutôt sa place habituelle pour servir de fusil de chasse aux néoconservateurs américains, quelle que soit l’issue du conflit. ce qui se passe actuellement.

Même si le secrétaire d’État Antony Blinken affirme qu’il n’y a pas de « preuve irréfutable » liant l’Iran aux dernières attaques du Hamas, cela n’a pas non plus empêché les bellicistes néoconservateurs habituels du côté américain de l’alliance transatlantique de substituer les slogans à la politique réelle – en en faveur d’un changement de régime iranien, bien sûr. « Il s’agit de l’un des meilleurs exemples de changement de régime à faire de l’histoire », a déclaré l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton. Parce que, lorsqu’il s’agit de susciter un changement de régime iranien, les néoconservateurs sont soudainement prêts à croire sur parole le Hamas comme étant leur source fiable sur l’implication de l’Iran. « L’administration Biden devrait avoir un peu de courage et rejeter la faute sur Téhéran, là où tout démarre », a ajouté plus tard Bolton. Cela « démarre », au diable les faits et la politique, car cela correspond au récit néoconservateur radical, même si cela finit par se faire au détriment des vies et des intérêts américains.

« Il est grand temps que l’État terroriste iranien paie le prix de tous les bouleversements et de toutes les destructions semés dans la région et dans le monde », a déclaré le sénateur Lindsey Graham (R-SC). D’une manière ou d’une autre, ces bellicistes ne parviennent jamais à remarquer le rôle de parrainage interventionniste joué depuis longtemps par Washington et l’Occident, qui a sans doute empêché tous ces voisins du Moyen-Orient de trouver une solution entre eux.

Une rhétorique fracassante dans le feu de la crise est peu coûteuse pour les généraux occidentaux en fauteuil, mais potentiellement coûteuse pour d’innombrables autres. Ils parlent fort sans se soucier des répercussions, dans l’intérêt d’apaiser leurs alliés et leurs partisans. Et c’est dans ces moments désespérés, où la raison risque de passer au second plan face à l’émotion, qu’ils ont les meilleures chances d’imposer leur programme potentiellement catastrophique.

Rachel Marsden