Ressusciter l’économie américaine

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2484

Ressusciter l’économie américaine

Donald Trump a récemment ordonné à des sociétés américaines de déplacer leur production hors de Chine vers les États-Unis. Plus facile à dire qu’à faire ! Ou plutôt à défaire. Le transfert de la production en Chine (et, dans le cas des technologies de l’information, en Inde) a permis aux entreprises américaines de profiter de l’écart salarial important et d’un environnement réglementaire moins strict afin d’être plus rentables. Elles ont dépensé ces profits excédentaires en rachetant leurs propres actions, en versant de généreux dividendes à leurs actionnaires et en utilisant leurs cours artificiellement gonflés pour justifier les salaires et primes exorbitants des dirigeants.

En cours de route, ils ont appauvri les travailleurs américains en les privant d’une base d’emplois bien rémunérés, érodé la base de compétences de la population américaine et, ce qui est peut-être le plus important, détruit la demande pour leurs produits parce que de plus en plus d’Américains ne peuvent plus se le permettre. Au fur et à mesure que ces tendances se sont manifestées, rendant la Chine prospère et les États-Unis de plus en plus affectés et appauvris avec près de 100 millions de personnes en âge de travailler sans emploi permanent, les entreprises américaines ne pouvant plus profiter de leur production délocalisée dans la même mesure ont donc profité des faibles taux d’intérêt pour emprunter des sommes énormes et continuer à les utiliser pour acheter leurs propres actions, payer des dividendes et continuer à payer des rémunérations exorbitantes à leurs cadres.

À l’heure actuelle, bon nombre des grandes sociétés américaines sont des zombies financiers qui sont à la merci d’une hausse des taux d’intérêt pour être acculées à la faillite. Et ce sont ces zombies qui sont chargés de ramener la production aux États-Unis. Bonne chance avec ça ! Ce qui veut dire qu’il est très peu probable qu’un tel effort puisse réussir. Mais même si cela pouvait réussir, est-ce que cela résoudrait le problème, à savoir que les États-Unis dégénèrent progressivement en un pays du tiers monde en faillite ? Sans doute pas parce que, voyez-vous, l’argument essentiel du  “Make America Great Again” (MAGA) de Trump, à savoir que la Chine est  devenue  la plus grande économie du monde (en parité de pouvoir d’achat) et l’usine du monde simplement parce que les entreprises américaines y ont délocalisé leur production, est complètement erroné.

Non, le succès retentissant de la Chine tient principalement à sa planification économique et à sa gouvernance sociale supérieures. Appelez ça le stalinisme 2.0. Sous Staline, l’URSS a été en mesure de produire des taux de croissance réguliers à deux chiffres grâce à une combinaison de planification centrale et de mécanismes de marché. Il y avait aussi quelque 4 millions de prisonniers politiques, ce qui, pour un pays de 200 millions d’habitants, semble un peu exagéré, mais c’est de la politique, pas de l’économie. Lorsqu’il s’agit de gérer l’économie, le stalinisme, et en particulier le stalinisme 2.0 – sa version chinoise moderne – a été et est un succès retentissant. Fondamentalement, c’est une recette pour construire le socialisme en utilisant des moyens capitalistes (principalement capitalistes d’état) avec les éléments du marché que l’on juge efficaces.

Le simple fait de ramener la production de Chine ne sauverait pas les États-Unis. Pour obtenir des résultats comparables à ceux de la Chine, les États-Unis devraient procéder à certains changements afin de s’aligner davantage sur le stalinisme 2.0. Je vais maintenant esquisser quelques-uns de ces changements, pour vous donner une idée de ce que cela impliquerait.

Tout d’abord, le système politique américain est un désastre. Il y a deux partis politiques qui s’entendent sur un certain nombre de choses – une guerre sans fin, des emprunts sans fin – et qui se disputent tout le temps. C’est une perte de temps improductive. Éliminez-les et remplacez-les par un seul parti. Appelez ça le parti communiste, si vous voulez ; cela n’a pas d’importance, puisque personne ne sait ce qu’est le communisme ou ne s’en soucie de toute façon. Le but de ce parti unique est de transmettre les décisions prises au niveau fédéral jusqu’au dernier habitant et de s’assurer qu’elles sont respectées. Vous ne voulez pas que l’Amérique retrouve sa grandeur ? OK, alors, vous devez être un terroriste. Bienvenu au Goulag ! Il y a aussi le problème des États : ils sont trop nombreux et chacun a son propre pouvoir législatif, son propre pouvoir exécutif, son propre système judiciaire, etc. Éliminez tout cela, regroupez les États en régions et transformez les autorités régionales en ministères fédéraux : Département du Nord-Est, Département de l’Ouest, etc.

Ensuite, il faut faire quelque chose au sujet des frais juridiques exorbitants. Les États-Unis comptent plus d’avocats par habitant que tout autre pays au monde et la profession juridique est privatisée et autogérée – essentiellement elle écrit ses propres lois. Pire encore, le système juridique est un mélange de lois fédérales, étatiques et locales. Enfin, les tribunaux peuvent fonder leurs décisions sur des précédents, ce qui est scandaleux, car cela leur permet de réinterpréter les lois et de contester les législateurs. Les avocats devraient soit travailler directement pour le gouvernement et être rémunérés selon un horaire unique, soit ne pas être autorisés à travailler du tout. La jurisprudence devrait être complètement supprimée et remplacée par seulement deux ensembles de lois : un code criminel et un code civil, tous deux de niveau fédéral. Les jurys devraient être éliminés et remplacés par des collèges de juges et, pour les affaires plus courantes, par des magistrats.

Le système médical américain représente un quart de l’économie, et c’est un gaspillage monstre. Cuba dépense environ 5 % par habitant pour les soins médicaux par rapport à ce que les États-Unis dépensent, et ses résultats en matière de santé sont bien meilleurs. La pratique médicale devrait être traitée comme un service public et déprivatisée. Les priorités médicales devraient être établies en fonction des priorités nationales, la priorité la plus élevée étant accordée au maintien d’une main-d’œuvre saine et productive. À cette fin, les soins de santé des enfants devraient être prioritaires, car les enfants en bonne santé constituent la base de la future main-d’œuvre, tandis que les retraités et les inactifs devraient bénéficier d’un minimum de soins principalement palliatifs afin de maintenir le moral du public. La médecine gériatrique aux États-Unis représente actuellement 35 % de toutes les dépenses médicales ; ce pourcentage doit être ramené à environ 2 %.

Étant donné qu’une grande partie de la base industrielle des États-Unis est soit obsolète, soit a été démantelée et vendue à mesure que la production était délocalisée, elle doit être plus ou moins reconstruite à partir de zéro. À cette fin, le gouvernement fédéral devrait saisir de vastes étendues de terres, les déclarer zones fédérales de développement économique et y construire des ensembles industrielles, ainsi que des logements pour les travailleurs, des écoles, des cliniques et autres ressources. Les logements devraient être des logements à haute densité, sous la forme d’immeubles d’habitation de grande hauteur, et desservis par des transports en commun. Les sites de ces zones devraient être choisis en fonction de la proximité des ressources et de la logistique. De grandes sections de l’étalement suburbain actuellement utilisées comme logements de banlieue peuvent être rasées au bulldozer pour leur faire de la place.

De nombreux autres changements, plus mineurs, devraient également être apportés. Par exemple, le système impérial obsolète des poids et mesures, toujours en usage au Liberia, au Myanmar et, plus curieusement, aux États-Unis, doit être supprimé. Tout recours aux lourdeurs impériales devrait être interdit. Les malades mentaux, qui sont actuellement autorisés à errer dans les rues des États-Unis, devraient être enfermés. Pour améliorer la cohésion sociale, l’utilisation de langues autres que l’anglais devrait être interdite. Des programmes de rééducation obligatoires devraient être mis en place pour ceux qui ne respectent pas le code vestimentaire, se comportent de manière impolie ou utilisent une mauvaise grammaire ou un langage grossier. Et ainsi de suite….

Mais peut-être plus important encore, il faut comprendre que le rapatriement de la production aux États-Unis et le redéploiement de la base industrielle ne seront pas une entreprise rentable, du moins au départ. D’entrée de jeu, et pour au moins la durée du premier plan quinquennal, il ferait perdre certainement de l’argent. Emprunter cet argent serait une bien mauvaise idée ; le gouvernement fédéral a déjà une dette de $21 000 milliards. Au lieu de cela, cet argent devrait être confisqué au 1% de la population qui possède près de 40% de la richesse du pays. Cela rapporterait environ $50 000 milliards, soit plus qu’il n’en faut pour financer ce projet. Le mieux est de le faire dans le cadre d’une révolution culturelle : rassembler ce 1%, leur faire porter des bonnets d’âne et les faire marcher dans les rues en les lapidant de peaux de fruits et de légumes et en leur infligeant des insultes verbales. Ou bien, prendre effectivement tout leur argent et les condamner à une vie de service public gratuit.

Ces changements peuvent sembler importants, et ils le seraient effectivement. Mais il y a des raisons de croire que s’ils sont faits et que le stalinisme 2.0 est imposé aux États-Unis et suivi fidèlement, alors il y a une chance que l’Amérique puisse effectivement retrouver sa grandeur. Alors, bonne chance et que Dieu bénisse l’Amérique !

 

Le 27 Août 2019, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone