RapSit-USA2024 : La bataille suprême

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3494

RapSit-USA2024 : La bataille suprême

Voici un texte sur un aspect fondamental de la bureaucratie fédérale américaniste, et constituant finalement le clef de voute de ce qu’on nomme le ‘DeepState’. Il s’agit du processus d’inamovibilité d’une certaine catégorie de fonctionnaires (2 millions) détenant des postes-clef pouvant bloquer l’action du pouvoir exécutif, et rendant ainsi illusoire la possibilité d’un changement fondamental de la politique US.

L’auteur du texte paru dans ‘Epoch Times’ et reproduit in extenso par ‘ZeroHedge.com’ se nomme Jeffrey A. Tucker. Le Wiki du personnage est contrasté et ne manque pas de relever certaines accusations de comportements qui dévient nettement de la  politiqueSystème. Peu importe ces aspects, y compris certains avec lesquels nous pourrions être en désaccord. Il reste que Tucker est un libertarien, qu’il a longuement collaboré avec Ron Paul et le Mises Institute, ce qui constitue à nos yeux une vertu de résistant qui en fait une source de confiance.

Par ailleurs, son texte est extrêmement précis et ciblé, sans aucune argumentation polémique. Il décrit un système bureaucratique qui emprisonne le pouvoir politique aux USA, à partir de diverses directives publiquement connues. Il écrit logiquement que si ces conditions fonctionnent comme elles le font depuis au moins deux décennies, la réélection de Biden est assurée. Or, ils constatent que le ‘deepState’ craint réellement que les candidatures Trump et RFK Jr. mettent en danger cette réélection (on a gardé l’emploi du terme “les méchants” pour désigner les forces du ‘deepState’, pour faciliter la lecture tout en reconnaissant que l’expression n’est pas la plus heureuse possible, – mais il suffit de le savoir)...

« Eh bien, je suis ici pour vous apporter une bonne nouvelle. L’État profond a commencé à trembler. Je vais vous présenter la preuve que les méchants se préparent en réalité à un assaut de grande envergure contre l’hégémonie administrative de l’État. Ils s’efforcent de se protéger contre une victoire d’un autre que Joe Biden.

» Est-ce que ça marchera? Je ne sais pas mais ce qui est extrêmement important, c’est qu’ils se préparent. S’il n’était pas possible de gagner, ils ne s’en soucieraient pas. En d’autres termes, c’est une très bonne nouvelle! »

... Et il nous avertit que la bataille sera terrible, avant et après l’élection, et cela quelque que soit l’élu, – ce qui rencontre, pour le compte, notre propre conviction que c’est là que se joue notre sort à tous si la “Troisième dernière” n’est pas venue entretemps régler nos comptes à tous.

« Cela va être brutal avant et après les élections. Il y aura une ou plusieurs surprises en octobre. Si Donald Trump gagne, l’arrivée de l’hiver déclenchera une propagande comme vous n’en avez jamais vue. À l’approche de l’inauguration, l’hystérie absolue va surgir. Le racket du COVID ressemblera à un jeu d’enfant. Chaque jour et chaque heure seront des tentatives sauvages pour empêcher l’administration de fonctionner. Cette époque vaut d’être vécue. »

Le texte porte le titre de « DeepState Prepares for a Trump Victory », et les deux éditions (‘Epoch Times’ et ‘ZeroHedge.com’) dégagent leurs responsabilités. Il ne reste plus qu’à lire et à juger sur pièces, car cette thèse qui s’appuie sur des faits et donne une réponse simple à une question qu’on ne cesse de compliquer à plaisir vaut d’être considérée. Si vous ne le savez pas, apprenez que le diable ne déteste pas de se déguiser en fonctionnaire sans prétention mais redoutablement armé d’un but déterminé.

____________________


 « L’État profond se prépare à une victoire de Trump

« Nous nous sommes tous demandé si le bon fonctionnement était déjà disponible. Compte tenu des irrégularités des dernières élections et de la manière dont l’ensemble l’establishment des États-Unis s’est rallié à un camp, peut-être qu’une victoire de Biden en novembre est une fatalité.

Je plaide coupable de croire ça. J'ai douté de toutes les prédictions selon lesquelles Donald Trump ou RFK, Jr. peut gagner. Ce n’est pas parce qu’ils n’obtiendront pas de votes. C’est parce que ces votes ne seraient peut-être pas tous pris en compte.

Le pouvoir des haineux est impressionnant et omniprésent. L’ensemble des médias traditionnels, du gouvernement, des entreprises technologiques, de l’industrie pharmaceutique, ainsi que de l’État administratif et de l’État profond, se consacrent à maintenir Tromp et JFK Jr., ainsi que leurs partisans, hors du pouvoir.

On ne sait même plus si les élections fonctionnent vraiment. Il est tout à fait possible, de ce point de vue, que des millions de personnes se rendent aux urnes en novembre et accomplissent leur devoir dans ce qui ne deviendra qu’un simulacre. Le régime contrôle les scrutins, c’est certain, et rien ne peut l’empêcher. De ce point de vue, un deuxième mandat de Biden, le président le plus impopulaire de l’histoire moderne, est inévitable. Le système est trop fracturé pour générer un autre résultat.

Admettez-le : vous aussi, vous avez été tenté par cette perspective.

Eh bien, je suis ici pour vous apporter une bonne nouvelle. L’État profond a commencé à trembler. Je vais vous présenter la preuve que les méchants se préparent en réalité à un assaut de grande envergure contre l’hégémonie administrative de l’État. Ils s’efforcent de se protéger contre une victoire d’un autre que Joe Biden.

Est-ce que ça marchera? Je ne sais pas mais ce qui est extrêmement important, c’est qu’ils se préparent. S’il n’était pas possible de gagner, ils ne s’en soucieraient pas. En d’autres termes, c’est une très bonne nouvelle !

La preuve provient d’un communiqué de presse largement passé inaperçu du Bureau de gestion du personnel. Les médias traditionnels n’en ont pas du tout parlé.

Il se lit comme suit :

“Les États Unis. L'Office of Personnel Management (OPM) a annoncé aujourd'hui une règle finale qui clarifie et renforce les protections de longue date et les principes du système de mérite pour les fonctionnaires de carrière ”, indique le communiqué de presse.

Il poursuit en expliquant que ce changement de règle rend beaucoup plus difficile, voire impossible, pour tout nouveau président, de reclasser les “fonctionnaires” comme étant sous le contrôle du président. Au lieu de cela, leurs emplois sont permanents et donc protégés contre toute tentative d'un futur président de reclasser toute personne travaillant pour le gouvernement fédéral. Aucun ne peut être renvoyé.

En particulier, explique le communiqué, cela vise à contrecarrer une nouvelle tentative de changement de statut d’emploi, comme cela s’est produit en novembre 2020.

“Au cours de la première semaine de l'administration Biden-Harris, le président Biden a révoqué un décret émis par l'administration précédente qui risquait de modifier le système de fonction publique de longue date de notre pays, basé sur le mérite, en créant un nouveau calendrier de service excepté, connu sous le nom de ‘Annexe F’ et ordonner aux agences de déplacer des pans potentiellement importants d'employés de carrière vers ce nouveau statut de service excepté. Cette tentative aurait privé les fonctionnaires de carrière de leurs protections de fonction publique, qui garantissent que les décisions d'embauche et de licenciement sont fondées sur le mérite et non sur des considérations politiques.”

L’“administration précédente” désigne bien sûr la Maison Blanche de Trump, qui a émis le plus grand décret depuis cent ans.

Après avoir été subvertie et contrecarrée pendant quatre ans par la bureaucratie de la fonction publique, la Maison Blanche a finalement compris le cœur du problème. Il y a plus de 2 millions de bureaucrates permanents, répartis dans 430 agences, qui s’imaginent vivre en dehors du système démocratique, des Etats-Unis et de la Constitution elle-même. Ils croient qu’ils sont l’État et que les dirigeants élus ne sont qu’une simple décoration.

Le décret de Trump exigeait que chaque agence procède à un audit interne et déniche tout employé ayant quelque chose à voir avec l’élaboration ou l’interprétation de la politique ; c'est-à-dire toute personne dont le travail a un impact sur la question de savoir si le président a réellement le contrôle du département exécutif. Tous ces employés seraient reclassés à l’Annexe F, ce qui signifie qu'ils pourraient être remplacés si nécessaire.

Voilà, c’est aussi simple que cela. Cela ne semble peut-être pas grand-chose, mais c’était vraiment génial. L’administration Trump est la première à découvrir le grand secret de la vie publique américaine, à savoir que l’État administratif a pris sa propre vie. Après des années d’efforts, la Maison Blanche de Trump avait finalement trouvé un levier clé pour reprendre le contrôle pour le peuple.

A Washington, D.C. la presse politique a paniqué. C’était comme si un président avait trouvé la salle des machines et le seul interrupteur qui contrôle tout. Cela n’aurait jamais dû arriver. Cela a provoqué le chaos au sein de la bureaucratie et a doublé, voire triplé, la conviction qu'il ne pourrait jamais remporter un second mandat, de peur que cet ordre ne soit exécuté.

C’est pourquoi l’une des toutes premières actions de l’administration Biden a été d’abroger ce décret. Cette action a montré très clairement que la loyauté de Biden allait avant tout à l’État profond. Il protégerait par-dessus tout leurs emplois et leur pouvoir. D’ailleurs, le communiqué de presse de l’OPM s’en vante.

Le problème ici est une phrase de l’ordre initial de Trump. Tout employé qui s'occupe de facteur “confidentiel, déterminant, élaborant ou défendant des politiques” serait reclassé. Notez ce mot confidentiel. Cela s’appliquerait peut-être à l’ensemble de la communauté du renseignement. Alors attendez, sommes-nous en train de dire que le président devrait être responsable de la CIA, du FBI, de la NSA, du NSC et de tout l’appareil de sécurité, au point même qu’il pourrait licencier n’importe qui ? Peut-être!

Une telle situation serait intolérable pour les méchants. De leur point de vue, cela bouleverserait fondamentalement le fonctionnement du gouvernement américain.

Avouons-le. Si l’OPM et l’ensemble de la bureaucratie pensaient qu’il n’y avait aucune menace de la part de Donald Trump ou de RFK Jr., un tel changement de règle ne serait pas nécessaire. Ils estiment que c'est nécessaire, ce qui implique que la fonction publique considère que la montée du mouvement populiste constitue une véritable menace qui pourrait réussir à reprendre le pays. Sinon, ils ne s’en soucieraient pas.

Qu'est-ce que l'OPM ? Elle a été fondée à la suite de la loi Pendleton de 1883, qui a lancé la bureaucratie permanente aux États-Unis. Avec elle est née la Commission de la fonction publique, premier nom de ce qui s'appellera plus tard l'OPM.

Jusque-là, et en vertu de la Constitution, les États-Unis Le président avait le contrôle total de la bureaucratie. Le nouveau président remplacerait généralement un grand nombre de bureaucrates par des loyalistes. Cela a été dénoncé comme un “système de butin”, mais on pourrait aussi parler de démocratie simple dans laquelle le peuple se gouverne lui-même par l'intermédiaire de ses représentants élus.

La classe permanente de règles s’est développée au fil des guerres et des crises pendant cent ans pour devenir un gouvernement qui ne se soucie pas du tout de qui est techniquement élu ou autrement nommé à la tête des agences. Par habitude, ils en sont venus à ignorer toutes les allées et venues des élus de la population. Les élections ne sont pour eux qu’une distraction.

Le point essentiel : Donald Trump et RFK, Jr. représentent une véritable menace pour le gang qui a renversé et presque détruit ce pays. Nous savons désormais que cette menace est réelle, sinon nous ne verrions pas ces efforts pour retrancher les méchants et les protéger contre toutes les menaces imaginables.

Comme cela le prouve encore une fois, la principale lutte vivante dans ce pays et partout dans le monde est celle entre le peuple et l'État profond constitué d'un vaste réseau d'élites au sein du gouvernement, des médias, du monde des affaires, de la banque et de la finance, des fondations privées, et des bureaucraties mondiales, qui travaillent toutes pour leurs propres intérêts aux dépens de tous les autres.

C’est une bataille pour le contrôle, et c’est la dynamique sous-jacente qui façonne nos vies actuellement.

Les méchants ont peur. Nous le savons maintenant avec certitude, sinon ils n’essaieraient pas de préparer le système à un changement fondamental. Les élites croient, sur la base d’une longue expérience, qu’elles peuvent toujours déjouer le reste de la population. Nous verrons.

Cela va être brutal avant et après les élections. Il y aura une ou plusieurs surprises en octobre. Si Donald Trump gagne, l’arrivée de l’hiver déclenchera une propagande comme vous n’en avez jamais vue. À l’approche de l’inauguration, l’hystérie absolue va surgir. Le racket du COVID ressemblera à un jeu d’enfant. Chaque jour et chaque heure seront des tentatives sauvages pour empêcher l’administration de fonctionner. Cette époque vaut d’être vécue. »

Jeffrey A. Tucker

Donations

Nous avons récolté 1665 € sur 3000 €

faites un don