RapSit-USA2024 : Des catastrophes stratégiques

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3855

RapSit-USA2024 : Des catastrophes stratégiques

Depuis mars 2018 et la révélation, par Poutine du développement des nouvelles armes hypersoniques russes, les USA se trouvent confrontés à un nombre grandissant et inquiétant de catastrophes stratégiques. Les révélations de Poutine ont révélé la première d’entre elles, qui est le retard extraordinaires des USA dans ce domaine.

On a vu combien les dernières frappes russes en Ukraine, effectuées essentiellement avec l’emploi central du missile hypersonique ‘Kinzhal’, ont constitué une démonstration stratégique in vivo et bel et bien opérationnelle de la situation catastrophique des USA (de l’OTAN, du bloc-BAO). Les piètres bidouillages et bidouilleries mensongères des Ukrainiens sur les missiles abattus n’amusent plus personne du côté US (sauf la presseSystème qui suit selon les consignes reçues), où l’on est parfaitement conscient du caractère actuellement invulnérable de ces engins :

« Cette fois, les Ukrainiens ont été modestes dans leurs proclamations d’une défense très efficaces. L’année dernière, ils avançaient des chiffres de 90% des missiles abattus, cette fois ils ne parle pour le 8 janvier que de 18 des 50 missiles tirés, – dont des ‘Kinzhal’, bien entendu, – et ces estimations devant être prises comme de pure propagande. Simplement, cette fois, les immenses dégâts causés à un ensemble de systèmes complètement neufs et à la pointe des technologies, et certainement avec des équipes de l’OTAN, ne peuvent être dissimulés. Aucun ‘Kinzhal’ ne semble avoir été abattu...

» “Le choc ressenti au sein de l’OTAN est immense. On peut parler d’une véritable crise...” »

On retient donc cette observation d’une “véritable crise” opérationnelle au sein de l’OTAN, et aux USA, comme la prise en compte effectivement opérationnelle d’une réalité théorique irréfutable dès mars 2018 lorsque le général Hayden, chef du Strategic Command, déclarait :

 « Nous n'avons aucune défense contre l’emploi d'une telle arme contre nous, aussi notre riposte ne pourrait être que l’emploi de notre force de dissuasion, c’est-à-dire la triade de nos capacités stratégiques nucléaires au plus haut niveau. »

... Et ce constat reste d’autant plus valable que les USA n’ont rien fait de concrètement entreprenant, ni d’opérationnellement sérieux en matière d’hypersonique de puis 2018, – réellement, comme s’ils étaient frappés d’impuissance... Les Russes savent bien ce qu’ils font en effectuant en Ukraine des attaques avec un usage intensif de missiles hypersoniques : message personnel au Pentagone...

Savez-vous encore faire de l’ICBM ?

... On dira alors aussitôt, se référant à la remarque de Hayden : par conséquent, l’entretien et la modernisation de la force nucléaire stratégique des USA sont plus que jamais nécessaires. Personne n’objectera à une telle proposition, sauf que les évènements sont, de ce côté-là aussi, extrêmement inquiétants. C’est au point où l’on peut parler d’une deuxième catastrophe stratégique avec les énormes difficultés rencontrées par le développement d’un nouvel ICBM remplaçant les ‘Minuteman III’, qui vont allègrement vers leurs demi-siècle passé d’âge. Ce nouvel ICBM est nommé ‘Sentinel’. RT.com donne un rapport complet des dernières nouvelles de ce programme, qui sont d’ordre budgétaire (catastrophe, bien sûr, avec menace théorique de suspension du programme), mais d’une façon qui dissimule mal une perte, – elle, vraiment catastrophique, – d’un savoir-faire technologique.

On reprend la nouvelle dans sa presque totalité, avec les commentaires des officiels divers concernant les problèmes du ‘Sentinel

« Le programme américain de missiles nucléaires ‘Sentinel’, une mise à niveau prévue du système de missile balistique intercontinental (ICBM) en remplacement du ‘Minuteman’ des années 1970, a dépassé son budget de plus d'un tiers en seulement deux ans, déclenchant une révision obligatoire qui pourrait l'exposer à un risque de suspension, a rapporté Bloomberg jeudi.

» Le coût d’un nouveau missile ‘Sentinel’ a augmenté jusqu’à 162 millions de dollars en dollars de 2020, contre 118 millions de dollars, selon une estimation envoyée au Congrès et consultée par le média – 37 % de plus que prévu initialement. Le coût comprend les nouveaux silos de missiles et les centres de contrôle de lancement prévus pour le programme, développé par l'entrepreneur militaire Northrop Grumman.

» Le secrétaire adjoint de l'US Air Force chargé des acquisitions, Andrew Hunter, a déclaré à Bloomberg que l'augmentation des prix “reflète toutes les composantes du programme de 96 milliards de dollars” et n'est pas de la faute du contractant. Il affirme que l'estimation initiale des coûts n'avait tout simplement “pas pris en compte la taille et la portée massives du programme, des installations de lancement et des efforts de construction du contrôle de lancement”.

» “Ce qui est drôle (!) avec les programmes d’une-fois-par-siècle, c’est qu’il y a beaucoup de choses qui n’ont pas été appréciées. C’est comme si nous le faisions pour la première fois”, a expliqué Hunter, ajoutant que l’augmentation des coûts n’affecterait sensiblement les dépenses de l’Armée de l’Air qu’à l’approche de 2030.

» La mise à niveau nucléaire de commandement et de lancement nécessite à elle seule la mise à niveau de plus de 400 sites de lancement réalisés pour le déploiement d’un programme vieux de plus d’un demi-siècle, nécessitant des milliers de kilomètres de câbles de communication à fibre optique. Le travail implique d’indemnisation des propriétaires dont les terrains sont traversés, ainsi que les travailleurs nécessaires à leur installation. »

Malgré le caractère d’urgence stratégique du programme dans le contexte qu’on a décrit, il s’ensuit, du fait de ces augmentations constatées en à peine deux ans, une cascade de nécessités bureaucratiques institutionnellement imposées, qu’il faudra donc mener à bien, avec tout le temps qui sera nécessaire.

« Le Congrès s’oppose rarement aux dépenses de défense et a même annulé la seule tentative de l’ancien président Donald Trump d’opposer son veto à un budget militaire “anticonstitutionnel” dans les derniers jours de sa présidence. La modernisation des ICBM bénéficie en particulier d’un large soutien parmi les législateurs, qui semblent la considérer comme un aspect nécessaire de la concurrence avec les rivaux nucléaires de Washington.

» Mais il existe une loi de 1982, activée lorsque le coût des grands programmes de défense dépasse d’un certain pourcentage le coût prévu, obligeant le Pentagone et les chefs d’état-major interarmées à justifier le programme incriminé auprès du Congrès, en expliquant en détail pourquoi il ne devrait pas être abandonné ou supprimé.

»  Dans le cas de ‘Sentinel’, ils réévalueront des aspects du programme tels que le nombre de missiles commandés, le calendrier de leur déploiement et leur calendrier de fabrication. (L'armée de l'air devrait acheter environ 660 ‘Sentinel’.)

» Le sous-secrétaire à la Défense chargé des acquisitions, William LaPlante, a promis de “tenir nos partenaires du Congrès informés et de maintenir des communications ouvertes dans la mesure du possible”, insistant sur le fait que le Pentagone était “prêt à remplir les responsabilités statutaires du département et à mener un examen approfondi” des raisons pour lesquelles le programme ‘Sentinel’ est lancé. les coûts avaient en quelque sorte dépassé jusqu'à présent ses prévisions de septembre 2020. »

Il faut envisager que le programme ‘Sentinel’, lancé en 2016, pourrait être en production opérationnelle autour de 2030 lorsque tous ces obstacles bureaucratiques auront été levés et bien entendu sous réserve que des obstacles technologiques n’apparaissent pas en chemin. Pour rappel et comparaison, le premier ICBM américaniste, produit en toute urgence à partir de 1956, commença à entrer en service en 1958-1959. Il est vrai que l’‘Atlas’ était un système rudimentaire qui souffrait de nombreux défauts, mais on ne peut pas ne pas mesurer la différence de durée, alors que l’urgence de 2016-2024 (le temps a pris son temps) vaut bien celle, sinon beaucoup plus pressante, de 1956 (l’année du tir du ‘Spoutnik I’)/

C’est ‘funny’ mais pas drôle

Mais ce qui est vraiment très “drôle” dans l’explication de Hunter, c’est l’affirmation qu’on relève dans ce qui a déjà été cité, où le mot “drôle” employé est destiné à nous faire rire (‘funny’) plutôt qu’à nous placer devant une étrangeté (‘phoney’) selon nous tout à fait catastrophique :

« Ce qui est drôle (!) avec les programmes d’une-fois-par-siècle, c’est qu’il y a beaucoup de choses qui n’ont pas été appréciées. C’est comme si nous le faisions pour la première fois... »

Hunter sait-il que l’‘Atlas’ était aussi du type d’un « programme d’une-fois-par-siècle » et qu’il fut réalisé tant bien que mal en trois ans ? Les menaces implicites d’erreurs et d’impasses impliquées par le « C’est comme si nous le faisions pour la première fois... », outre d’être infondés puisqu’on en est à la troisième génération en 80 ans  d’un « programme d’une-fois-par-siècle », portent en fait sur le constat de plus en plus pressant et effrayant de la perte complète de technologies et de savoir-faire du simple fait que, depuis les années 1990, les missiles stratégiques nucléaires n’intéressent plus le Pentagone. L’on sait bien en effet que l’on s’est tourné vers les folies antiterroristes, cybernétiques et de guerre de la communication par manipulation de l’information et la subversion type ‘regime change’. L’absence complète dans le domaine de l’hypersonique relève du même phénomène.

Note de PhG-Bis : « Le Pentagone est mangé par la politiqueSystème, qui ne s’intéresse pas à la logique et à l’efficacité des forces armées chargées de la sécurité d’une nation, mais aux seuls instruments de déconstructuration et de destruction de toutes les entités extérieures à elle, et dans tous les domaines constitutifs d’une civilisation. Il a donc éliminé tout ce qui ne correspondait pas à ce programme »

Effectivement, c’est comme une sorte de réinvention, pendant que les autres, – Russie et Chine certes, mais aussi le reste, Corée du Nord, Inde, Iran, etc., – sont en pleine course dans le domaine, avec des engins hyper-performants et innovants (voir l’‘AvantGard’ russe). L’on peut être sûr, connaissant nos oiseaux, que cette réinvention se fera selon la méthode-JSF, c’est-à-dire à l’aide du manuel du “pourquoi faire simple quand on peut faire très-très compliqué”, et qu’on aboutira à des monstres du type du porte-avions de 100 000 tonnes USS ‘Gerald S. Ford’ qui part en opération sans avoir résolu certains problèmes délicats, et qui ne peut plus trouver assez hommes d’équipage pour le servir parce que plus personne, particulièrement dans le personnel de bonne qualification, ne veut s’engager dans une armée devenue une caricature idéologique et technologique d’elle-même

 

Mis en ligne le 29 janvier 2024 à 17H25