RapSit-USA2023 : Armer l’US Navy ou armer Zelenski ?

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4284

RapSit-USA2023 : Armer l’US Navy ou armer Zelenski ?

C’est le premier signe que la production de matériels militaires US pour l’Ukraine interfère sur la production nécessaire pour garder les forces US au niveau requis pour la sécurité du pays. Il est un peu surprenant que ce signe vienne de l’US Navy, qui est le service le moins sollicité pour une aide directe pour l’Ukraine. Mais l’affaire est plus complexe que cela car, pour tel système c’est tout un ensemble de composants qui viennent de diverses firmes qui doivent alimenter d’autres systèmes, notamment ceux de l’US Army, le service le plus sollicité pour alimenter l’Ukraine.

L’avertissement est venu d’un amiral, aussitôt confirmé par son ministre (Secretary of the US Navy, rendant compte au secrétaire à la défense). Il s’agit du ministre Carlos Del Toros et de l’amiral Daryl Caudle, commandant les flottes de combat de l’US Navy. Le principal de l’information, dit en termes “atténués” par le ministre est ceci, dit à des journalistes en marge d’une conférence de la Surface Navy Association (SNA) à Arlington, en Virginie :

« Si les fabricants d'armes ne parviennent pas à augmenter leur production dans les six à douze prochains mois, les États-Unis pourraient trouver “difficile” [d’en même temps] maintenir leurs propres forces à un niveau adéquat et d’aider l'Ukraine. »

La plupart des armes envoyées à l’Ukraine le sont par l’US Army, suivie par l’USAF (missiles et matériels de communication, drones,, etc.) et enfin par la Navy, – c’est-à-dire quasiment rien pour l’instant ! Les seules armes développées pour la Navy dont disposent ou disposera l’Ukraine sont des Lockheed mer-mer ‘Harpoon’ livrés par le Danemark qui en est équipé. Une première livraison directe d’armes de la Navy vient d’être annoncée : des ‘Sea Sparrow’ mer air (pour la défense anti-aérienne).

Un texte de ‘Defense One’ du 11 janvier 2023 détaille les propos de Del Toro.

« On a demandé au secrétaire d'État de répondre aux commentaires faits lors de la même conférence par l'amiral Daryl Caudle, [...] craignant que “la marine n'en arrive au point où elle doit décider si elle doit s'armer ou armer l'Ukraine, et la marine en est-elle déjà arrivée à ce point?"

» Del Toro a répondu : “En ce qui concerne les livraisons de systèmes d'armes pour le combat en Ukraine... Oui, c'est toujours une préoccupation pour nous. Et nous suivons cela de très, très près. Je ne dirais pas que nous en sommes encore là, mais si le conflit se poursuit pendant six mois ou un an de plus, il est certain que la chaîne d'approvisionnement sera être mise à rude épreuve”.

» Le secrétaire à la Marine a déclaré que la secrétaire adjointe à la Défense Kathleen Hicks a travaillé “très étroitement avec l'industrie [de la défense], pour les motiver à découvrir quels sont leurs défis ou leurs obstacles pour pouvoir augmenter leurs propres taux de p»roduction”.

» “Il est évident, vous savez, que ces entreprises ont un carnet de commandes substantiel pour l'avenir", a déclaré Del Toro. “Elles doivent maintenant investir dans leur main-d’œuvre, ainsi que dans les investissements en capital qu’elles doivent réaliser au sein de leurs propres entreprises pour augmenter leurs taux de production.” »

Le même texte reprend quelques-uns des propos de l’amiral Caudle parlant plus tôt à la conférence de la SNA, tels qu’ils ont été rapportés à l’auteur de l’article Marcus Weisberger. On peut remarquer que le parler de l’amiral est nettement plus sec et tranchant que ceux du ministre, et dits devant le même public.

« “Je ne parle pas... de ce que cela me fait, je parle bien sûr du fait que nous allons aider un pays, – en lui livrant un matériel dont nous avons besoin, – pour qu'il puisse gagner ce conflit contre la Russie et que cela ne le détruise pas et ne le renvoie pas à l'âge des ténèbres”, a-t-il déclaré.

» Au cours des trois dernières années, les entreprises ont imputé les retards de production d'armes aux problèmes de la chaîne d'approvisionnement et à la pénurie de travailleurs résultant de la pandémie COVID-19. Caudle a accusé les entreprises de défense d'utiliser la pandémie comme une excuse pour ne pas respecter les délais de livraison des armes.

» “Je ne suis pas aussi indulgent envers la base industrielle de la défense. Je ne le suis tout simplement pas”, a-t-il déclaré. “Je ne pardonne pas le fait que vous ne livriez pas les munitions dont nous avons besoin. Toutes ces histoires de COVID, de pièces détachées, de chaîne d'approvisionnement, je m'en moque éperdument. Nous avons tous un travail difficile”.

» Caudle a spécifiquement mentionné les torpilles et les intercepteurs Standard Missile-6 en retard. Les livraisons de SM-6, fabriqués par Raytheon Technologies, ont été ralenties, en partie, en raison de problèmes d'approvisionnement en moteurs de fusée par Aerojet Rocketdyne, un fournisseur clef.

» “Nous parlons de combat de guerre et de sécurité nationale, nous nous opposons à un concurrent et à un adversaire potentiel qui ne ressemble à rien de ce que nous avons jamais vu, et nous continuons à tergiverser avec ces livraisons”, a déclaré l'amiral. “Je ne vois pas qu’on prenne ses responsabilités et je ne vois pas de bon retour sur investissement de la part du gouvernement, vraiment pas.” »

Les habitudes de la base industrielle

Cette sortie de l’US Navy, bien coordonnée avec un amiral qui ne mâche pas ses mors et un ministre plus accommodant sur la firme mais à 100% d’accord sur le fond est significative. Il nous semblerait acceptable de faire l’hypothèse d’une manœuvre du Pentagone contre une situation qui l’inquiète diablement, l’US Navy prenant l’initiative de l’attaque parce qu’elle a le moins à risquer de la part de riposte indirecte de ses fournisseurs industriels... Car c’est ainsi qu’il faut parler : le Pentagone, parlant d’égal à égal avec l’industrie, faisant pression sur elle mais ne lui donnant pas d’ordre car il n’est pas en position dominante. La libre-entreprise “à l’américaine” se fiche de l’urgence de sécurité nationale en soi, si cette préoccupation n’est pas considérée dans une perspective de rentabilité profitant aux actionnaires.

D’autre part, il est vrai que les retards touchent tous les systèmes (et là, y compris ceux de la Navy), parce que ces systèmes, pour différentes armes et différentes missions, disposent de composants semblables pour les usages et les tâches qui sont similaires. (Plusieurs systèmes de différentes armes et pour différentes missions peuvent utiliser le même système de guidage, venant donc d’un unique fournisseur.)

Il est intéressant de rappeler ici, au travers de textes que nous avons publiés, quelques caractères essentiels de la base industrielle US (armement et le reste), de ses habitudes, de ses comportements, qui témoignent de caractères qui perdurent d’époque en époque. La référence suprême pour la filière américaniste est évidemment la “mobilisation” industrielle pour l’industrie de guerre durant la Deuxième Guerre mondiale, où l’on voit que l’industrie travaille pour ses intérêts et se soucie peu, derrière le simulacre, de savoir avec qui elle traite, y compris avec l’ennemi. (Texte du 9 mai 2014.)

« Dans l’évaluation hagiographique, hollywoodienne et virtualiste du rôle sublime de l’Amérique durant la Deuxième Guerre mondiale, il y a deux axes principaux. Il y a celui qu’on a vu, de l’Amérique généreuse et vertueuse qui a sauvé la civilisation que les démocraties européennes décadentes (la France en premier, tandis que le Royaume-Uni est laissé dans une incertitude océanique) laissaient s’effondrer sous les coups de la barbarie nazie. Le second est celui de l’activité américaniste de l’Amérique industrieuse, miracle industriel et pinacle de la vertu capitaliste grâce à une mobilisation économique et technologique qui est et restera la référence du genre.

» Bien entendu, ce second aspect est lui aussi absolument vertueux, comme le capitalisme lui-même, et se plaçant à cet égard absolument contre le diabolique nazisme dans un affrontement où l’on distingue aisément les “partenaires” habituels, – le Bien et le Mal. Pour cette question de vertu, et avant de passer au fond de la question (“miracle” industriel, capitalisme, etc.), nous rappellerons cet aspect qui n’est pas sans intérêt, notamment du comportement et des liens avec le Diable suscités par les impératifs du Big Business. (Extrait d’un texte paru sur ce site le 16 novembre 2010.)

» “Une autre connexion majeure est celle du business. Les relations d’affaire, d’investissement, aux plus hauts niveaux financiers et du capitalisme, furent intenses entre les USA et l’Allemagne dès après la défaite de l’Allemagne en 1918. Elles se poursuivirent malgré les vicissitudes politiques et idéologiques. Il est admis qu’en planifiant l’offensive stratégique aérienne US contre l’Allemagne dès 1940, les officiers de l’US Army Air Force chargés de ce travail entrèrent en contact avec les grandes banques et groupes industriels US pour identifier et localiser les entreprises allemandes avec forts investissements US, et les placer hors des objectifs des bombardiers US. Plus encore, divers grands groupes US (Standard Oil of New Jersey, ITT, Chase Manhattan Bank, Ford, etc.) continuèrent à travailler avec l’Allemagne nazie, même durant la guerre avec l’engagement des USA, jusqu’en 1945, y compris sur des contrats à caractère stratégique. Dans son livre “Trading with the Enemy, the Nazi-American Money Plot, 1933-1945” (Barnes & Noble, 1983), Charles Higham a largement documenté ce domaine. (Higham, Britannique demi-juif dont une partie de la famille avait péri dans les camps nazis, avait pris la nationalité américaine par choix idéologique et c’est la découverte des réalités du système de l’américanisme qui le poussa à écrire son livre.)” »

Bien entendu, – et toujours en ayant la référence actuelle de l’Ukraine à l’esprit, – se pose la question de savoir si l’on peut forcer l’industrie US à faire certaines choses (des investissements avec de nouvelles chaînes, dans le cas actuel) qu’elle rechigne à faire. Dans la situation évoquée plus haut de grandes entreprises continuant à travailler, même dans des secteurs stratégiques, avec l’Allemagne nazie en pleine guerre, – cas beaucoup plus grave que le simple investissement pour établir de nouvelles chaînes de production, – ne pouvait)on interdire ces commerces bien connus avec l’enneminnu ? La réponse est négative, comme on l’explique dans un autre texte du même 9 mai 2014, avec menace d’arrêt de production de l’industrie tandis que ses principaux investissements de production de guerre (nouvelles usines) étaient souvent financés par le gouvernement selon un système de prêts qui ne furent en général jamais remboursés après la guerre...

« Il faut noter en se référant à un passage ci-dessus que le gouvernement US ne put rien contre les entreprises de collaboration, y compris stratégiques, de conglomérats US avec l’Allemagne nazie pendant la guerre. La seule personnalité à protester auprès de Roosevelt pour ces pratiques fut le juge à la Cour Suprême Felix Frankfurter. Roosevelt lui répondit que s’il prenait des mesures d’interdiction, il y avait le risque exprimé précisément que le Big Business répliquerait en stoppant la production de guerre et que lui-même, Roosevelt, n’y pourrait rien. Roosevelt laissa entendre que trop de dirigeants politiques US étaient liés ou tenus par le Big Business pour espérer réussir une mobilisation de contrainte. Cela marque les limites pathétiques de la véritable étendue du pouvoir politique par rapport aux autres forces dominantes. »

Du bon capitalisme bolchévique

Même si les conditions et les produits ont fort changé depuis 1941-1945, il est très probable que l’état d’esprit général de l’industrie et du capitalisme américanistes, lui, n’a pas changé : liberté complète, de produire à son avantage, de licencier, etc., tandis que les investissements urgents nécessités par une cause “nationale” (on parle d’‘Ukrisis’ puisque Zelenski aura son buste dans les couloirs du Capitole au côté de Washington et de Jefferson) doivent répondre à certains impératifs de bénéfice... Pourquoi ne demanderait-on pas à Biden de financer l’une ou l’autre nouvelle usine, quitte à ne pas rembourser le gouvernement ensuite ? Ce serait du bon capitalisme bolvhévique, encore plus que socialiste.

Tout cela est encore plus embarrassant pour la suite que les USA n’ont pas toutes les matières nécessaires à leur surcroît de production, ni les outils, ni la possibilité de faire sous-traiter la plupart des produits en raison des restrictions du domaine “classified” et “top secret” cher à Joe Biden. En un an (ou onze mois si l’on veut être précis), les USA n’ont pris aucune décision particulière de “production de guerre”, sans doute pour mieux pouvoir gémir à propos de son absence.

Suffira-t-il de proclamer que Zelenski a gagné, “quoi qu’il en coûte” à la vérité-de-situation, pour éloigner le problème en constatant à échéances régulières que “la Russie est à court de missiles” ? Une autre chose a changé depuis 1941-1945 : la formidable emprise financière et corruptrice de l’industrie d’armement qui s’est installée sur l’élite politique et stratégique washingtonienne n’existait pas durant la Deuxième Guerre mondiale, lorsque cette industrie n’en était qu’à ses débuts et donc avec des structures d’influence faiblardes dans une conjoncture où les commandes pleuvaient.

Cet ensemble de conditions forment un obstacle de plus dans le formidable steeplechase qu’est devenu le parcours du maintien de la formidable déliquescence hégémonique américaniste sur le monde.

 

Mis en ligne le 15 janvier 2023 à 15H25