RapSit-USA2022 : Le 4 juillet de Kunstler

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2660

RapSit-USA2022 : Le 4 juillet de Kunstler

Howard James Kunstler est, parmi les favoris de ce site, un de nos grands auteurs polémistes, indépendant et résistant par la force des choses et la force de son caractère. Nous présentons dans cette rubrique ‘RapSit-USA2022’ son texte de célébration de la Fête Nationale des USA du 4 juillet. Le sarcasme y est omniprésent, sous la forme d’une ironie dévastatrice qui réduit parfaitement à leur juste mesure toutes les folles idées de la gauche progressiste et ultra-moderniste qui mène la danse aujourd’hui aux USA, et en général dans le bloc-BAO.

Par conséquent, si tout cela, les sujets qu’il traite, sont essentiellement propres aux USA, ils valent également pour nous. Lisez-le avec la distance qui convient, grâce à la magnifique façon qu’il a de réduire la tragédie qu’ils sont en train de faire avancer à son aspect bouffe, – tragédie-bouffe par conséquent. Leur Grand Projet est un concentré d’horreurs épouvantables, nihilistes et entropiques, mais il y a un moyen puissant de le combattre à cette époque où la communication domine tout : l’exposition de leur ridicule impliquée par leur aspect “bouffe” ; car aujourd’hui, face à ces fous sérieux comme des papes et qui ont un besoin vital d’être pris au sérieux, le ridicule tue, et nous dirions même : “seul le ridicule tue”.

Kunstler s’y connaît, – ce 4 juillet 2022 sur son site.

_______________________

« Leur Grand Projet

» Le Parti du Chaos drape ses étroites épaules de crêpe noir en ce 4 juillet, prenant des airs funèbres, ce qui n'est en fait qu'un nouvel acte cynique dans leur performance sans remords consistant à faire semblant de se soucier de notre pays, alors que tout ce qu'ils touchent se transforme en merde, en sang et en ruine. Tout ce qui n'est pas cela, ils voudraient vous le faire croire, c'est de “l’extrémisme de droite” et du “terrorisme intérieur”. Comme rappeler à nos concitoyens qu'il y a un côté positif à l’État de droit et à la liberté d'expression, deux subtilités de la constitution que le Parti du Chaos s'efforce d'éliminer.

» Comprenez que ce Parti du Chaos est fou, et réjouissez-vous en ce week-end de vacances de ne pas en faire partie. L'indépendance, après tout, ne consistait pas seulement à se débarrasser du joug du roi George III, mais à établir les conditions permettant à un peuple de s'épanouir et de rechercher le bonheur sans l'ingérence malveillante des autorités vicieuses d'un État-Léviathan. Cela valait la peine de se battre pour cela en 1776 et cela vaut la peine de se battre pour cela aujourd'hui.

» L'un de ces combats a été tranché cette semaine par la Cour suprême des Etats-Unis : West Virginia v EPA, à propos d'agences gouvernementales américaines relevant de l'exécutif qui usurpent des prérogatives législatives et judiciaires, – dans ce cas, pour appliquer les politiques du “Green New Deal” à l'industrie de l'électricité par décret, comme si elles avaient force de loi. Impossible à faire, a déclaré la SCOTUS dans une décision de 6-3. L'arrêt tendra à étouffer la tyrannie croissante de la bureaucratie fédérale non élue qui émet des diktats pour lesquels personne n'a voté, comme l'utilisation de plus en plus insensée par le ministère de l'éducation de la mise à jour du titre IX de 1972 de la loi sur les droits civils de 1964 pour faire entrer les transsexuels biologiques masculins dans les sports et les vestiaires féminins.

» La plupart des méfaits de ces agences ont été commis ces dernières années par la Maison Blanche, qui a pris des décrets pour contourner un Congrès récalcitrant. Barack Obama a été particulièrement prolifique dans ce domaine et, aujourd'hui, la junte derrière “Joe Biden” tente d'imiter Mr. O. Le résultat est que le Green New Deal est mort parce que même un Congrès à majorité démocrate est trop froussard pour voter des mesures susceptibles de faire tomber le réseau électrique et de mettre fin à l'automobilisme de masse (bien que les tendances actuelles suggèrent que ce résultat est en vue même sans action du gouvernement).

» Le jugement tend également à contrecarrer les efforts du Forum Économique Mondial [de Davos] pour faire de la société occidentale un nirvana transhumain technocratique “vert”. Au contraire, les États-Unis et l'Euroland sont sur la voie express vers un Palookaville de misère néo-médiéval, post-industriel et sordide. Essayez d'imaginer le Metaverse de Mark Zuckerberg sans service électrique fiable. Tout ce qu'il vous reste, c'est un pauvre type mal habillé portant des lunettes de protection dans une pièce sombre et vide. Sans parler des bienfaits souhaités par l’élite technocrate de la vie éternelle et de l’orgasme sans fin grâce aux ordinateurs. Oubliez tout ça ! Zuckerberg aura de la chance dans quelques mois s'il peut éviter d'être attaché à un poteau et brûlé par la nouvelle paysannerie en colère qu'il a aidé à créer.

» La guerre n'est pas non plus la glorieuse partie de plaisir qu'elle était autrefois, à l'époque des hussards caparaçonnés et des grenadiers en enfilade colorée. Aujourd'hui, c’est plutôt comme un essaim de moucherons dans un chasse aux moustiques : pfffftttt... et vous n'êtes qu’un des dix mille autres moucherons envoyés dans l'avion de l’ignominieuse non-existence, sans accolades ni saluts. Ainsi, notre campagne suprêmement stupide contre la Russie en Ukraine, qui se déroule si mal qu’il est difficile de trouver un fiasco stratégique comparable dans l'histoire.

» Bien sûr, les fiascos stratégiques sont la spécialité de “Joe Biden”. Même son ancien colistier, Mr. O, a constaté qu’« on ne doit jamais sous-estimer la capacité de de Joe à foutre la merde ». Le prétendu président actuel voulait désespérément embourber son ennemi juré, Vlad Poutine, dans les plaines de la buse ukrainienne, en espérant que la Russie se couche et meurt. Mais, voilà, ça ne marche pas, pas même avec les 50 milliards de dollars de “JB” soi-disant envoyés à Kiev. Au lieu de cela, c'est l’Amérique et nos alliés de l’OTAN qui tournent autour du pot. Vous vous souvenez de toutes ces usines vrombissantes avec lesquelles nous avons gagné la Seconde Guerre mondiale ? Elles n'existent plus. Essayez de mener une guerre industrielle sans aucune industrie. De même, notre production de pétrole est en baisse, grâce explicitement à la politique de “Joe Biden”. Ensuite, il suppliera Poutine de lui accorder un rabais sur le pétrole russe tout en menaçant de le frapper au visage. J'espère que vous êtes prêts à perdre cette affaire aussi durement que nous avons perdu l'Afghanistan.

» La vie pour nous va devenir plus simple, c'est sûr, mais ce n'est pas forcément un retour au XIe siècle. Il ne reste que quelques mois avant que le Parti du chaos ne fasse son expérience de mort imminente dans les urnes et que nous puissions commencer à envisager un changement de cap qui nous permette de rester une nation civilisée, de droit et de liberté, malgré tous les dommages subis. Je célèbre ce 4 juillet en déclarant consciemment l'indépendance du pays que j'aime vis-à-vis du régime d'escrocs, de tyrans et de sadiques qui occupent temporairement les centres de pouvoir de Washington, DC. J'espère que vous vous joindrez à moi et ferez de même. »

James H. Kunstler