RapSit-USA2020 : Shut Up , clowns !

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2991

RapSit-USA2020 : Shut Up , clowns !

Impressionnante unanimité chez CNN : ‘A Shit Show’ ; traduisons à peu près : ‘un débat de merde’. Autre terme de l’unanimité : ‘débat chaotique’. La sympathique et très-observatrice Caitline Johnstone a mis en ligne un article avec les photos des deux débatteurs, et ce titre : « La Russie ne pourrait jamais discréditer l’Empire aussi efficacement que ces deux types le font. » A la question tweeté « Qui a gagné ? », Scott Ritter répond par le même canal : « Certainement pas l’Amérique. »

D’un texte de commentaire plutôt amer et sans le moindre enthousiasme de ZeroHedge.com, à partir de citations et d’appréciations qui rendent souvent le même écho, on extraira ceci, plutôt symbole de la chose qu’une mesure ou une conclusion factuelle et politique :

« Il est certain que le débat a été un véritable gâchis, puisque 69% des personnes interrogées dans un sondage CBS ont déclaré qu'elles étaient irritées par l'événement, “qui comportait des jurons, des injures, des insultes et des cris qui rendaient difficile d'entendre ce qui était réellement dit”.
» Plus précisément, et comme nous avons demandé si le débat avait vraiment de l’importance, John Authers de Bloomberg écrit que le débat “semble avoir peu changé” les positions, à partir des échanges de commentaires d’internautes des dernières 24 heures, sur le réseau Predictit mesurant les chances d’un parti de gagner l’élection. Le volume était important pendant le débat, et pourtant il s'est traduit par une amélioration tout juste perceptible pour les démocrates, rien de plus.
 »

Voilà l’atmosphère de l’après-coup, avec un goût de cendre dans la bouche, un scénariste plus racoleur parlerait d’une ‘gueule de bois’. Le débat a donc constitué une soudaine mise en lumière de la réalité de cette élection, du vide conceptuel écrasant, de la réduction entropique de tout débat politique à sa forme de communication et rien d’autre, alors que les acteurs sont épuisés ou excessifs sans la moindre retenu et jusqu’à la pathologie, où les narrative et les FakeNews formés en simulacres sont balancées sans la moindre attention pour la vraisemblance, l’équilibre et l’harmonie de la vérité, rien que pour l’effet immédiat, le feu de paille de l’artifice de communication. On retiendra donc l’essentiel de cette soirée en ceci que Biden fut le plus salace, en qualifiant Trump de « clown » et en lui intimant l’ordre de se taire (« Tu vas la fermer, mec ! »)... La formule étant aussitôt et souplement reprise par l’équipe Biden pour faire fabriquer et sortir dans l’instant des t-shirts noirs à $30 l’unité, commande immédiate possible, avec en impression une tête de Trump et la formule effectivement (« Will you shut up, man !»)

Au milieu d’une tribune entièrement concentrée à ce qu’il estime être une tentative de coup d’État fasciste de Trump en s’appuyant essentiellement sur une intervention de la Cour Suprême face à un scrutin qui serait impossible à démêler, le site WSWS.org change brusquement de perspective pour décrire la véritable signification du débat. On y voit alors beaucoup plus la fin d’un système de l’américanisme totalement pourri, que l’arrangement d’une tentative de rupture politique qui rétablirait ce système selon des normes autoritaires et même policières, à l’avantage d’un ‘aventurier’ nommé Trump, face à des démocrates affaiblis et presque complices finalement, – alors qu’on sait qu’ils soutiennent et entretiennent depuis des mois le désordre dans les rues et les manœuvres d’une illégalité qui trouve sa justification dans l’illégalité proclamée de Trump...

« Ce qui s’est passé mardi soir n’était pas tant un débat. C'était un portrait de la dégénérescence politique. Ce qui se joue en temps réel, c'est l'effondrement de la démocratie américaine sous la putréfaction et la saleté du capitalisme américain.
» Les diatribes de Trump ont donné le ton à un événement dont le caractère dégradant a choqué même les médias.
» “C’était le pire débat que j’ai jamais vu”, a déclaré un commentateur de CNN. “Ce n'était même pas un débat. C'était une honte.” D’autres l’ont qualifié de “désastre complet sur tous les fronts”.
» Le caractère avilissant du spectacle de mardi soir était clair pour tout le monde, et très commenté. Mais ce qui est évité dans les médias, c'est l'importance politique évidente de ce qui se passe en réalité. Trump cherche à établir une dictature présidentielle, et la Maison Blanche est maintenant le centre névralgique politique d'une conspiration visant à réaliser un coup d'État.
» Une déclaration de Trump mardi soir s'avérera vraie : “Cela ne finira pas bien”. Non, certainement pas. Cette crise ne sera pas résolue le jour des élections, et ne sera pas résolue de manière conventionnelle. »

Comme on le lit dans ces dernières lignes, WSWS.org affirme que les médias ont raté cet aspect du débat de la mise en place d’un coup d’État à l’avantage d’“un ‘aventurier’ nommé Trump”, mais l’on peut lire cette considération répondant tant aux vœux secrets de la mystique trotskiste vieille de plus d’un siècle comme une auto-narrative interprétée par ces mêmes trotskistes de la narrative du débat. On peut aussi bien inverser le constat et se demander si en juger ainsi n’est pas accorder beaucoup trop d’importance, – un simulacre d’importance en un vain effort de ressusciter le passé révolutionnaire, – à des conceptions politiques et à une action politicienne, celles qui sont supposées de Trump, dont l’existence n’est nullement prouvée et dont la vraisemblance épuise l’esprit à force de solliciter l’art de l’interprétation intéressée.

Finalement, il s’agit bien de ceci : le débat nous montrait la pourriture en phase terminale du système de l’américanisme avec les deux principaux démonstrateurs de cette pourriture, – et l’un des deux (Trump), quasiment avec la complicité de l’autre (Biden), serait capable d’organiser la “régénération fasciste” de ce même système de l’américanisme ? C’est beaucoup espérer de la nature humaine et augurer de la prospective marxiste de l’avenir du monde.

Plutôt que la machination, le débat a d’abord montré, et montré quasi-exclusivement, le désordre et la bassesse de l’état de la politique américaniste. C’est là la préoccupation principale sinon exclusive de l’appréciation et c’est cela qui devrait être le véritable enseignement du débat. Il s’agit de l’effondrement d’un système, – du Système, certes, – s’effectuant à une vitesse peu ordinaire, au long de soubresauts et d’une désintégration très rapide de tout le tissu du système de la politique américaniste. Pour une fois, tous, y compris l’équipe CNN oubliant un instant ses consignes, ont été convoqués par l’évidence de l’événement désintégrant au long d’un instant, en guise d’avertissement pour la suite, les charmes agressivement faussaires et conformistes-Système de la narrative du simulacre.

 

Mis en ligne le 30 septembre 2020 à 15H45

Donations

Nous avons récolté 452 € sur 3000 €

faites un don