Pourquoi des guerriers juifs ?

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5286

Pourquoi des guerriers juifs ?

Les Juifs, en tant que groupe ethnique, sont plutôt pacifiques et non violents. Ils sont essentiellement des Gitans alphabétisés et éduqués. Comme les Tsiganes, ils se trouvent rarement en grandes concentrations mais sont diffus au sein d’une population non juive, qu’ils appellent “goyim” (alors que les Tsiganes appellent les non-Tsiganes “gadje”). Comme les Tsiganes, ils s’intègrent aux non-Juifs en leur fournissant divers services : les Tsiganes se concentrent sur la divination, les spectacles musicaux et diverses sortes de travaux manuels, qu’ils effectuent dans le cadre de communautés de travail et contre de l’argent ; les Juifs, quant à eux, ont tendance à être avocats, médecins, dentistes, banquiers et ainsi de suite.

Les similitudes entre Juifs et Tsiganes ne s’arrêtent pas là. Ils tirent tous deux leur identité ethnique d’une filiation matrilinéaire : peu importe qui est le père si la mère est tsigane ou juive. Ces deux ethnies sont essentiellement nomades (tout comme les Arabes) : le mot arabe “beyt” et le mot hébreu “beth”, souvent considéré comme signifiant maison, signifie en fait “tente”. En raison de leur nature pacifique et non violente, les deux groupes sont fréquemment victimes de la répression et de la violence. Lorsque cela se produit, leur réponse est la même : la délocalisation, qui est leur principale stratégie de survie en période de grande difficulté.

Alors que les Tsiganes étaient un peuple sédentaire dans le nord de l’Inde il y a à peine un millénaire, les Juifs n’ont pas eu d’endroit où se sentir chez eux (à l’exception de la région autonome juive de l’URSS et maintenant de la Fédération de Russie) pendant près de deux millénaires après avoir été dispersés aux quatre vents par les Romains. Alors que les Tsiganes, analphabètes, ont depuis longtemps perdu tout lien avec leur lointaine patrie du sous-continent indien, les Juifs, après l’horrible expérience de l’holocauste nazi, dont les Tsiganes et les Juifs ont souffert dans une égale mesure, ont soudain été remplis de passion nationaliste et de fantasmes irrédentistes et ont commencé à se battre pour une recolonisation de la Palestine.

L’URSS les a grandement aidés dans cette entreprise, ses dirigeants estimant qu’il était juste que les Juifs, après leurs souffrances, aient un endroit à eux (en plus de la région autonome, qui les attend toujours, des bardeaux en yiddish en témoignent sur les bâtiments publics de la capitale du Birobidjan). Au bout d’un certain temps, les Soviétiques se sont rendu compte qu’en donnant du pouvoir au sionisme, ils avaient créé un monstre, ce qui a conduit les Nations unies à adopter, en 1975, la résolution 3379, qui « établit que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ». Néanmoins, il n’y avait pas grand-chose à faire, et les sionistes ont continué à faire aux Arabes palestiniens à peu près ce que les nazis avaient fait aux Juifs.

À long terme, cela s’est avéré être une très grosse erreur. Les Arabes palestiniens, après avoir été traités comme des animaux pendant plusieurs générations, ont développé un désir ardent de détruire l’État d’Israël et de reprendre le contrôle de la Palestine. Entre-temps, pendant une courte période, il a semblé que l’expérience de l’holocauste nazi avait choqué les Juifs de Palestine et les avait poussés à développer une éthique guerrière qui leur a permis de triompher de leurs nombreux ennemis arabes, mais cet effet s’est avéré de courte durée, ne durant que deux ou trois générations, après quoi les Juifs de Palestine sont revenus à la norme. En témoigne leur comportement lors de la récente attaque du Hamas/Hezbollah, à laquelle un assez grand nombre d’Israéliens ont réagi d’une manière typiquement juive : en… se rendant à l’aéroport !

N’oubliez pas que l’existence même de l’État d’Israël n’est pas exactement légitime ou parfaitement légale. Certes, les Britanniques ont consenti à sa création, mais qui sont-ils au juste ? Ses diverses acquisitions de territoires palestiniens étaient explicitement illégales. Leurs propres juifs orthodoxes pensent que l’existence d’Israël est un sacrilège qui défie la volonté expresse de leur dieu. Ses revendications de souveraineté nationale sont invalides au regard du droit international parce qu’il nie les droits humains fondamentaux des Palestiniens ; qu’il ne peut se défendre qu’avec le soutien militaire indéfectible des États-Unis, alors que ces derniers sont aujourd’hui dans un tel état de chaos qu’ils ne peuvent se soutenir eux-mêmes de manière adéquate, sans parler d’Israël ou de tout autre État qu’ils avaient promis de protéger.

Compte tenu de tout cela, l’avenir d’Israël, autrefois radieux, semble bien sombre. Le Hamas et le Hezbollah, dotés des dernières armes américaines, pris en charge par des Ukrainiens toujours aussi corrompus et guidés astucieusement par les Iraniens, constituent un ennemi redoutable. Son armée légendaire, Tsahal, vient de subir l’embarras de sa vie en ne levant pas le petit doigt pour arrêter l’assaut du Hamas. Le système de défense antiaérienne Dôme de fer, supposé invincible, a tiré toute sa charge de précieuses roquettes, sans effet perceptible, et il n’y a pas de remplaçants. Son redoutable réseau de renseignement Mossad a raté tout l’événement. Ses célèbres chars Merkava se sont avérés brûler tout aussi bien que les Leopards et les Bradleys dans le Donbass lorsqu’ils ont été attaqués à l’aide de simples paquets de dynamite livrés par des drones chinois bon marché.

Vous pouvez donc commencer à vous préparer à accueillir de nombreux nouveaux voisins juifs. Ils seront probablement beaucoup plus bruyants, plus agressifs et plus grossiers que les juifs moyens ; après avoir vécu dans un pays minuscule, surpeuplé, pauvre et désespérément militarisé, c’est ce qui arrive. Mais l’effet s’estompera. Les Israéliens vont et viennent, mais le Juif demeure pour toujours.

11 Octobre 2023, Club Orlov – Traduction du ‘Sakerfrancophone