Pour une crise de plus...

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 6413

Pour une crise de plus...

• L’attaque-surprise du Hamas contre Israël a pris tout le monde de cours et montré d’énormes négligences du renseignement israélien si réputé et si vanté..• Cette grossière faiblesse stratégique d’Israël, un bastion occidental au Moyen-Orient, est après la faiblesse occidentale en Ukraine une indication de plus de ce que les capacités de force des Occidentaux, dépassées et inadaptées, sont un simulacre de plus. • Cette crise, la nième reprise du même drame, confirme l’effondrement de l’hégémonie de l’Ouest-tardif. • Avec un texte d’Andrew Korybko.

_________________________


Ce fut une “attaque-surprise” (plutôt que ‘sneak attack’ pour ‘attaque sournoise’, expression souvent employée) dans tous les sens de l’expression : moment choisi, moyens et tactique utilisés, indolence des systèmes d’alerte et désordre politique chez la victime de l’attaque. Cette “guerre” du Hamas contre Israël a déjà couté cher au second : autour de 300 morts et des pénétrations significatives sur le territoire, c’est-à-dire qu’outre ces pertes la perception de la puissance israélienne est en lambeaux. Pour le reste, comme l’écrit Andrew Korybko dans le texte repris ci-dessous,
 

« le Liban et peut-être aussi la Syrie pourraient être entraînés dans une bataille qui pourrait facilement devenir existentielle pour toutes les parties. »

Tout le monde s’exclame devant l’échec colossal des fameux services de renseignement israéliens, Mossad en tête, mais également et surtout les services de la sécurité intérieure. ‘SputnikNews’ publie un texte intéressant de remarques et de réflexion de la part de sources militaires (à la retraite) et académiques israéliennes. Il y a notamment l’ancien général de l’IDF Meir Elran, brigadier général devenu professeur et expert universitaire :

« “Cela montre simplement qu'ici, dans le voisinage, au Moyen-Orient, des choses peuvent se produire. Même les choses que l'on ne peut pas vraiment prévoir peuvent se produire”, a déclaré l'ancien officier de Tsahal, soulignant que cet “échec majeur” des services de renseignement israéliens nécessitait une “enquête très sérieuse”.

» “Je suis sûr que nous allons le faire. Je suis sûr que des leçons seront tirées. Mais malheureusement, c'est arrivé. Et comme je l'ai déjà dit, ce n'est pas la première fois que cela nous arrive”, a-t-il ajouté. »

... Effectivement, le renseignement israélien a connu déjà deux énormes avatars, en ne prévoyant rien de l’attaque égyptienne sur le Canal de Suez le 4 octobre 1973 (guerre d’octobre) ni du déploiement et des capacités de combat du Hamas en juillet 2006. A chaque fois, – surtout en 2006, – il y eut des enquêtes approfondies sur les services de renseignement et sur les capacités de surveillance de l’armée, suivies de réformes... On voit ce qu’il en reste.

D’autre part, la situation interne et les tensions autour de la politique de Netanyahou ont fortement miné la stabilité et la vigilance extérieure du pays. Il y a, dans ce même texte, le témoignage du professeur Simon Tsipis qui montre que les tensions internes ne sont absolument pas apaisées par une sorte d’“union nationale” (Tsipis ne pense d’ailleurs pas que l’actuel conflit s’étendra) :

« Selon Tsipis, la situation actuelle a été rendue possible en grande partie en raison de la crise politique actuelle en Israël, et le “gouvernement radical de droite” a probablement considéré la “provocation d'une guerre” comme sa seule chance de rester au pouvoir.

» “C'est-à-dire, – et c'est mon opinion personnelle – que ce gouvernement de droite radicale dirigé par Benjamin Netanyahu était pratiquement au bord de la rupture et de l'effondrement. Quelques jours à peine avant les événements actuels, nous avions un certain nombre de fractures au sein de la coalition”, a-t-il déclaré, soulignant que de nombreux Israéliens s’étaient également opposés au gouvernement Netanyahou au sujet de sa dernière réforme judiciaire.

» L'état de préparation général des forces armées israéliennes a été réduit par les actions de “nombreux officiers” [de réserve] qui, mécontents du gouvernement de Netanyahu, ont déclaré qu'ils ne se présenteraient pas pour leur service, tandis que les militants du Hamas prospéraient grâce au soutien financier généreux des États arabes, a ajouté Tsipis. »

Effritement de la ligne de bataille

Les points développés ci-dessous par Korybko montre diverses échappées possibles de cette crise vers l’extérieur, notamment pour des projets organisés par les USA pour tenter de retenir les restes d’une hégémonie perdue, éventuellement avec des liens directs ou indirects avec ‘Ukrisis’ (notamment les bruits, rapportés par Larry Johnson, selon lesquels le Hamas disposerait d’armes US destinées à l’Ukraine et vendues au marché noir en Ukraine). Mais le principal enseignement de ce qui s’est déjà passé est d’un ordre global, et d’une réelle importance.

Les capacités israéliennes telles qu’elles étaient perçues, notamment au niveau du renseignement et des forces dissuasives, constituaient une partie non négligeable de la ligne de sécurité et de bataille de l’Occident. L’on découvre ainsi, après les développements ukrainiens, que les forces israéliennes sont largement aussi vulnérables et sans doute inadaptées que les forces US et de l’OTAN. Ainsi la nouvelle “guerre” avec le Hamas constitue-t-elle un constat de plus de la faiblesse et de la vulnérabilité de la soi-disant puissance de l’Occident ; cette puissance, finalement, n’est qu’une narrative de plus dans un océan de simulacres divers. Israël n’échappe pas à la règle et il est en train de le payer chèrement. Tout cela ne défile pas devant les yeux des oreilles d’un sourd...

dedefensa.org

_________________________

 

 

10 points : Constats et conséquences

Tout ce qui s’est passé jusqu’à présent a été révélateur pour tout le monde.

Le Hamas a lancé une attaque-surprise sans précédent contre Israël au cours du week-end qui a complètement pris par surprise l’État juif autoproclamé après que tous ses systèmes de sécurité ont échoué de manière inattendue au même moment. Le mur frontalier a été brisé, certaines bases militaires ont été capturées et des dizaines d'otages ont été ramenés à Gaza. Israël a répondu en lançant des frappes aériennes à l'intérieur de la bande et en préparant une opération terrestre. Voici les dix principaux points à retenir de tout ce qui s’est passé jusqu’à présent lors de la dernière guerre entre Israël et le Hamas :

1. La prétendue invincibilité d’Israël a été dissipée comme une illusion

Pour commencer, personne ne se fait plus l’illusion sur l’invincibilité d’Israël. Jusqu’à l’attaque-surprise de ce week-end, certains avaient continué à s’accrocher à l’affirmation selon laquelle ses capacités militaro-techniques conventionnelles et l’aide massive de l’Amérique en faisaient l’hégémonie régionale, mais cette perception a juste été brisée.

2. Israël n’était absolument pas préparé aux tactiques de guerre hybride du Hamas

En brisant son mur frontalier, résultat d’un échec colossal des services de renseignement et de l’effondrement ultérieur de tous les systèmes de sécurité, Israël a prouvé qu’il n’était absolument pas préparé à contrer les tactiques de guerre hybride du Hamas, consistant en des assauts rapides comme l’éclair et des attaques de drones rudimentaires.

3. Les luttes intestines politiques ont probablement contribué à cet échec du renseignement

Si l’armée et les services de renseignement israéliens n’avaient pas été impliqués dans le conflit politique autour des réformes judiciaires prévues par Netanyahu, exacerbé par l’ingérence de l’administration Biden comme expliqué ici, ils auraient pu détecter à l’avance les plans du Hamas et ainsi être en mesure de les déjouer.

4. Le fait que le renseignement US soit distrait par l’Ukraine n’a pas non plus aidé

Israël doit assumer l’entière responsabilité de ses échecs en matière de renseignement, mais cela n’a pas aidé non plus que les agents de renseignement de son allié US aient été distraits par l’Ukraine. S’ils n’étaient pas aussi concentrés sur ce conflit, ils auraient peut-être gardé au moins un satellite au-dessus de Gaza qui aurait pu détecter le renforcement militaire du Hamas.

5. L’Amérique est désormais confrontée à un dilemme quant à savoir qui bénéficie d’une aide militaire limitée

Business Insider a attiré l’attention sur le nouveau dilemme de l’Amérique : accorder une aide militaire limitée, en particulier des obus d’artillerie, à l’Ukraine comme prévu ou rediriger ces ressources vers Israël. Sa décision pourrait avoir des implications majeures sur les deux conflits puisque le choix entre eux est un jeu à somme nulle.

6. L’Arabie Saoudite gèlera probablement ses pourparlers de paix avec Israël

L’Arabie saoudite subit une immense pression de la part de la communauté musulmane internationale pour geler ses pourparlers de paix avec Israël après les frappes de ce dernier contre des cibles civiles à Gaza. Il se conformera probablement à ces exigences, ce qui ruinerait alors les projets de l’administration Biden visant à parvenir à un accord avant les élections.

7. Le mégaprojet IMEC sera probablement mis au placard pendant un certain temps également

Le Corridor économique Inde-Moyen-Orient-Europe (IMEC) ne pourra pas être achevé si l'Arabie saoudite et/ou surtout la Jordanie gèlent leur rôle dans sa construction pour protester contre l'implication d'Israël dans le dernier conflit, même si cela ne nuira pas au commerce de l'Inde avec aucun pays. partie concernée puisqu'elle est entièrement menée par voie maritime.

8. Les déclarations équilibrées de la Russie et de la Chine ont surpris certains observateurs

Beaucoup dans la communauté des médias alternatifs pensaient à tort que la Russie et la Chine favorisaient la Palestine, c’est pourquoi leurs déclarations équilibrées (ici et ici) les ont surpris. Moins encore savaient que le président Poutine soutenait pleinement Tsahal, comme le prouvent ses déclarations officielles au fil des années documentées ici.

9. Le débat sur la question de savoir si la fin justifie les moyens est rouvert

Le meurtre par le Hamas de civils colons formés par Tsahal et l’enlèvement d’enfants, de femmes et de personnes âgées pour les échanger contre des prisonniers ont été justifiés par certains partisans palestiniens comme un moyen légitime de poursuivre la libération nationale tandis que d’autres partisans ont critiqué ces tactiques comme portant atteinte à la moralité de leur cause.

10. Le Hezbollah est le joker dans la dernière guerre entre Israël et le Hamas

L’attaque sournoise du Hamas contre Israël a donné vie à l’un des pires cauchemars de ce dernier, qui pourrait devenir encore pire si le Hezbollah décidait de déclencher des hostilités à grande échelle. Dans ce cas, le Liban et peut-être aussi la Syrie pourraient être entraînés dans une bataille qui pourrait facilement devenir existentielle pour toutes les parties.

Crise révélatrice

Tout ce qui s’est passé jusqu’à présent a été révélateur pour tout le monde. La réputation des services de sécurité israéliens a été brisée, celle du Hamas n’a jamais été meilleure aux yeux de la plupart des observateurs non occidentaux, et nombre d’entre eux ont finalement appris que ni la Russie ni la Chine ne sont favorables à la Palestine. Si le dernier conflit devait se prolonger, et encore moins s’étendre à un conflit régional, il existe alors une possibilité réelle que les États-Unis gèlent le conflit ukrainien afin de rediriger une aide militaire limitée vers Israël.

Andrew Korybko