Pour une “coalition anti-dollar”

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 263

Pour une “coalition anti-dollar”

Le conseiller spécial pour l’économie de Vladimir Poutine, Sergei Glaziev, a publié un article dans la revue Argumenti Nedeli, où il détaille un plan contre le dollar, sous la forme d’une “coalition anti-dollar” comme premier pas d’une “coalition anti-guerre” pour stopper la politique d’agression des USA, du type politique-Système. «An anti-dollar coalition would be the first step for the creation of an anti-war coalition that can help stop the US’ aggression», écrit Valentin Mandrasescu, qui donne le 18 juin 2014 un rapport de l’article de Glaziev.

D’une façon générale, Glaziev est considéré comme un conseiller influent de Poutine (depuis 2010), mais représentant bien entendu la tendance radicale, la plus antiSystème, de la direction russe. C’est lui qui a conçu et mis en place le schéma de l’union eurasiatique qui est la grande idée de Poutine pour structurer une entité qui équilibre, sinon concurrence les grands ensembles du bloc BAO. Le projet de Glaziev n’a bien entendu guère de rapport direct et organique avec l’union eurasiatique, c’est plutôt une proposition de circonstance qui s’inscrit dans un dessein antagoniste, (ou un dessein “défensif antagoniste”), comme riposte à ce qu’il juge être une offensive antirusse des USA voulue comme décisive, par le biais de la crise ukrainienne. Glaziev pense que son projet rencontrera les vœux du corporate power européen (de l’UE), qui se trouve menacé de pertes colossales (il les chiffre autour de $1 000 milliards) si les sanctions dites de “troisième phase”, proposées par les USA, étaient mises en action. (Ce que Glaziezv décrit comme le plan antirusse des USA passe nécessairement par cette troisième phase des sanctions.)

«In his article, [Glazief...] argues that Washington is trying to provoke a Russian military intervention in Ukraine, using the junta in Kiev as bait. If fulfilled, the plan will give Washington a number of important benefits. Firstly, it will allow the US to introduce new sanctions against Russia, writing off Moscow's portfolio of US Treasury bills. More important is that a new wave of sanctions will create a situation in which Russian companies won't be able to service their debts to European banks... [...]

»Co-opting European countries in a new arms race and military operations against Russia will increase American political influence in Europe and will help the US force the European Union to accept the American version of the Transatlantic Trade and Investment Partnership, a trade agreement that will basically transform the EU into a big economic colony of the US. Glazyev believes that igniting a new war in Europe will only bring benefits for America and only problems for the European Union. Washington has repeatedly used global and regional wars for the benefit of the American economy and now the White House is trying to use the civil war in Ukraine as a pretext to repeat the old trick.

»Glazyev's set of countermeasures specifically targets the core strength of the US war machine, i.e. the Fed's printing press. Putin's advisor proposes the creation of a "broad anti-dollar alliance" of countries willing and able to drop the dollar from their international trade. Members of the alliance would also refrain from keeping the currency reserves in dollar-denominated instruments. Glazyev advocates treating positions in dollar-denominated instruments like holdings of junk securities and believes that regulators should require full collateralization of such holdings. An anti-dollar coalition would be the first step for the creation of an anti-war coalition that can help stop the US' aggression.

»Unsurprisingly, Sergey Glazyev believes that the main role in the creation of such a political coalition is to be played by the European business community because America's attempts to ignite a war in Europe and a cold war against Russia are threatening the interests of big European business. Judging by the recent efforts to stop the sanctions against Russia, made by the German, French, Italian and Austrian business leaders, Putin's aide is right in his assessment. Somewhat surprisingly for Washington, the war for Ukraine may soon become the war for Europe’s independence from the US and a war against the dollar.»

Tyler Durden, de ZeroHedge.com, reprend (le 18 juin 2014) la présentation de The Voice of Russia, en l’assortissant d’un commentaire où il met en évidence combien les médias occidentaux (la presse-Système du bloc BAO) ont complètement abandonné la couverture de la crise ukrainienne, au profit de la crise irakienne, alors que, pourtant, les troubles continuent en Ukraine. Pour lui, cette occurrence qu’il ne s’explique pas (on peut disserter et conjecturer là-dessus, voir le 18 juin 2014) arrange parfaitement la direction russe. Durden semble prendre l’article de Glaziev et la présentation de Mandrasescu à la lettre, comme l’annonce d’un prochain développement fondamental dans la politique du Kremlin, – effectivement contre le dollar, avec divers pays et organisations, et éventuellement un regroupement des Européens, dans tous les cas leur corporate power, dans le même sens.

«It has been a while since both Ukraine, and the ongoing Russian response to western sanctions (which set off the great Eurasian axis in motion, pushing China and Russia close together, and accelerating the “Holy Grail” gas deal between the two countries) have made headlines. It is still not clear just why the western media dropped Ukraine coverage like a hot potato, especially since the civil war in Ukraine's Donbas continues to rage and claim dozens of casualties on both sides. Perhaps the audience has simply gotten tired of hearing about mixed chess/checkers game between Putin vs Obama, and instead has reverted to reading the propaganda surrounding just as deadly events in the third war of Iraq in as many decades.

»However, “out of sight” may be just what Russia's political elite wants. In fact, as VoR's Valentin Mândrescu reports, while the great US spin and distraction machine is focused elsewhere, Russia is already preparing for the next steps. Which brings us to Putin advisor Sergey Glazyev, the same person who in early March was the first to suggest Russia dump US bonds and abandon the dollar in retaliation to US sanctions, a strategy which worked because even as the Kremlin has retained control over Crimea, western sanctions have magically halted (and not only that, but as the Russian central bank just reported, the country's 2014 current account surplus may be as high as $35 billion, up from $33 billion in 2013, and a far cry from some fabricated “$200+ billion” in Russian capital outflows which Mario Draghi was warning about recently). Glazyev was also the person instrumental in pushing the Kremlin to approach China and force the nat gas deal with Beijing which took place not necessarily at the most beneficial terms for Russia.»

On se base, pour ce commentaire, sur le compte-rendu que Mandrasescu fait de l’article de Glaziev, en observant que l’importance de la chose est évidente si l’on se réfère à la position de Glaziev, au travail qu’il a déjà accompli, et à la position qu’il semble détenir actuellement de l’un des conseillers privilégiés de Poutine. Ce qui paraît alors intéressant, c’est de voir combien, sous la plume d’un économiste et par le biais d’un article essentiellement sur le dollar, les interférences politiques tiennent une place considérable. Il est difficile de distinguer l’exacte tactique de Glaziev : estime-t-il que sa proposition de “coalition anti-dollar” peut être développée sans aggravation marquante de la crise ukrainienne, c’est-à-dire sans intervention russe dans la partie russophone ? Ou bien implique-t-il (sans l’écrire explicitement, certes) qu’il faut une aggravation de la crise, éventuellement mais pas nécessairement avec l’intervention russe, pour provoquer le mécanisme des sanctions du troisième volet, qui précipiterait ce qu’il juge probable, c’est-à-dire une rupture du front du bloc BAO, avec les Européens refusant de suivre les USA et considérant l’“alliance anti-dollar” comme seul moyen d’éviter le désastre économique que l’action US entraînerait pour eux ?

Il faut noter que des commentateurs russes sont de l’avis de Tyler Durden, sur le fait que le basculement massif, – médiatique et politique, – de l’attention des directions-Système du bloc BAO, particulièrement des USA, de l’Ukraine vers l’Irak, sert fortement les intérêts russes. C’est le cas de Fedor Loukianov, dont on sait l’influence à Moscou et au Kremlin, qui écrit, le 15 juin 2014 dans Al-Monitor.com :

«It is curious that Iraq, as a test-project for the global promotion of democracy, was a harbinger of the “color revolutions” in the former Soviet Union, especially in Georgia and Ukraine. Broadly speaking, these were all elements of the same policy, although pursued by different means. At its core lay the theory of “democratic peace,” according to which the more democracies there are in the world, the fewer wars and threats thereof will ensue, so that democratization should be fostered by any means. Now the order has been reversed. First, the tumultuous events in Ukraine started, the second series of the democratic revolution in 2004, but now with large-scale use of violence and the threat of state collapse. And then Iraq exploded yet again: The seeds sown over a decade ago have finally sprouted. There is no direct connection, but in the general context of an unpredictably insane world, they are links of one single chain.

»The new Ukrainian authorities have had no luck. The Iraqi catastrophe clearly diverts the US attention from Ukraine, and this plays into the hands of Russia and those Ukrainian forces in the east of the country that are oriented toward it...»

Ces diverses appréciations conduisent à spéculer sur le changement possible de la politique russe vis-à-vis de la crise ukrainienne, dans le sens d’élargir effectivement cette crise vers des domaines plus fondamentaux, effectivement avec cette hypothèse de la recherche d’un arrangement “anti-dollar” créant un cadre d’opposition anti-guerre, contre la politique-Système des USA. Les Russes ont-ils des indications précises à cet égard, notamment de la part du corporate power européen, comme ils auraient pu en entendre lors du sommet économique de Saint-Petersbourg à la fin mai ? Ces indications devraient être exacerbées, bien entendu, par la politique de pénalités financières qui semble se développer aux USA avec les attaques contre Paribas et, plus récemment, contre l’Argentine (voir le 17 juin 2014), ainsi d’autant plus confortée dans sa demande d’intégrer les BRICS. Ces attaques ne sont possibles que dans la mesure où les victimes font partie des structures financières contrôlées par les USA et utilisent le dollar pour leurs transactions, et elles tendent à entrer dans la dialectique “anti-guerre” développée par Glaziev, pour plaider en faveur de ses propositions.

La question est donc posée de savoir si l’article de Glaziev n’intervient pas, peut-être sans qu’il l’ait été voulu dans ce sens en raison du décalage entre sa rédaction et sa parution, comme une sorte de “feuille de route” de la direction russe pour déclencher une offensive contre la politique générale US à partir des conditions nouvelles établies dans la crise ukrainienne. Et, dans ce cas, on accepterait l’idée que ces “conditions nouvelles” sont puissamment sinon décisivement amendées par la crise irakienne, perçue par la même direction russe comme une opportunité du fait de l’affaiblissement et de la distraction qu’elle impose aux positions US dans la crise ukrainienne.


Mis en ligne le 2019 juin 2014 à 11H33

Donations

Nous avons récolté 757 € sur 3000 €

faites un don