Panique-turbo à Washington

Faits et commentaires

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 569

Panique-turbo à Washington

29 octobre 2013 – Jusqu’à il y a quelques heures, la sénatrice Dianne Feinstein était un pilier de la NSA et de toute la communauté du renseignement au Sénat des États-Unis. En sa qualité de présidente de la commission sur le renseignement du Sénat, elle était l’une des têtes, – disons même “la tête” de ces 1% du Congrès qui savent prétendument tout sur les activités secrètes des “services”, contre les 99% qui ne savent que ce qu’on veut bien leur susurrer. (Sur les 1% versus les 99% du Congrès, voir notre texte du 21 juin 2013. Sur l’information que reçoivent les 99%, voir le commentaire du député démocrate souvent antiSystème Alan Grayson, le 25 octobre 2013 dans le Guardian : «I've learned far more about government spying on citizens from the media than I have from official intelligence briefings.»).

En raison de cette position, Feinstein est aussi bien cette “tête des 1%” au Congrès que “l’“homme de la NSA” (et des autres agences) au Congrès, c’est-à-dire le “pont” entre la communauté du renseignement et le Congrès et la coordinatrice entre ces deux puissances ; elle tient les clefs des aspects budgétaires et de la sécurité de fonctionnement de l’ensemble du renseignement par rapport au corps législatif. En un sens, elle est la personnalité la plus importante dans ce domaine à Washington avec le DNI (Director National Intelligence) James Clapper. Eh bien, voici que Feinstein, qui soutenait à fond la NSA dans tous les domaines et face à toutes les révélations du fond Snowden depuis le 6 juin 2013, laisse publiquement tomber la susdite NSA en pleine bataille, au moment de l’affrontement le plus vif qui déchire Washington et le bloc BAO. Son volte-face est public, ce qui signifie un engagement puissant du point de vue de la communication. “Maintenant, nous sommes vraiment foutus” («We're Really Screwed Now»), a commenté une source de la NSA, cette source complètement stupéfaite par ce volte-face.

• Le Guardian a présenté évidemment avec beaucoup de détails le volte-face de Feinstein, ce 28 octobre 2013. Ici, on s’attache surtout aux détails de la déclaration (un communiqué) de Feinstein, qui est précise et sans la moindre équivoque, ainsi qu’à l’un ou l’autre rappel de ses précédentes positions.

«The chair of the Senate intelligence committee, who has been a loyal defender of the National Security Agency, dramatically broke ranks on Monday, saying she was “totally opposed” to the US spying on allies and demanding a total review of all surveillance programs. California Democratic senator Dianne Feinstein strongly criticised the NSA's monitoring of the calls of friendly world leaders such as German chancellor Angela Merkel. Feinstein, who has steadfastly defended the NSA's mass surveillance programs, added that both Barack Obama and members of her committee, which is supposed to received classified briefings, had been kept in the dark about operations to target foreign leaders.

»“It is abundantly clear that a total review of all intelligence programs is necessary so that members of the Senate Intelligence Committee are fully informed as to what is actually being carried out by the intelligence community,” Feinstein said in a statement to reporters. “Unlike NSA's collection of phone records under a court order, it is clear to me that certain surveillance activities have been in effect for more than a decade and that the Senate Intelligence Committee was not satisfactorily informed.” “With respect to NSA collection of intelligence on leaders of US allies – including France, Spain, Mexico and Germany – let me state unequivocally: I am totally opposed,” she said.

»Feinstein also provided the first official confirmation of a German report that indicated Merkel's phone had been monitored for more than a decade. “It is my understanding that President Obama was not aware Chancellor Merkel's communications were being collected since 2002,” Feinstein said. “That is a big problem.” [...] “Unless the United States is engaged in hostilities against a country or there is an emergency need for this type of surveillance, I do not believe the United States should be collecting phone calls or emails of friendly presidents and prime ministers. The president should be required to approve any collection of this sort,” Feinstein added. “The White House has informed me that collection on our allies will not continue, which I support. But as far as I'm concerned, Congress needs to know exactly what our intelligence community is doing. To that end, the committee will initiate a major review into all intelligence collection programs.”» [...]

»Just a month ago, in her own committee, Feinstein, delivered a full-throated and unequivocal defence of every surveillance activity conducted by the NSA. “It is my opinion that the surveillance activities conducted under FISA, and other programs operated by the National Security Agency, are lawful, they are effective, and they are conducted under careful oversight within the NSA, by the Department of Justice and the Office of the Director of National Intelligence, and by the FISA Court and the Congress,” Feinstein said on September 26. In August, following disclosures that the NSA had improperly collected data on thousands of Americans, Feinstein accused the Washington Post of misquoting her, saying her committee "has never identified an instance in which the NSA has intentionally abused its authority to conduct surveillance for inappropriate purposes".

Foreign Policy, sur son blog d’information The Cable, donne, le 28 octobre 2013 des commentaires détaillés sur cet événement. Foreign Policy/The Cable suit particulièrement et précisément la crise Snowden/NSA et toutes les crises conséquentes qui se sont développées.

«One of the National Security Agency's biggest defenders in Congress is suddenly at odds with the agency and calling for a top-to-bottom review of U.S. spy programs. And her long-time friends and allies are completely mystified by the switch. “We're really screwed now,” one NSA official told The Cable. “You know things are bad when the few friends you've got disappear without a trace in the dead of night and leave no forwarding address.” [...]

»It was not clear what precipitated Feinstein's condemnation of the NSA. It marks a significant reversal for a lawmaker who not only defended agency surveillance programs – but is about to introduce a bill expected to protect some of its most controversial activities.

»Perhaps most significant is her announcement that the intelligence committee “will initiate a review into all intelligence collection programs.” Feinstein did not say the review would be limited only to the NSA. If the review also touched on other intelligence agencies under the committee's jurisdiction, it could be one of the most far-reaching reviews in recent memory, encompassing secret programs of the CIA, the Defense Intelligence Agency, agencies that run imagery and spy satellites, as well as components of the FBI.

»A former intelligence agency liaison to Congress said Feinstein's sudden outrage over spying on foreign leaders raised questions about how well informed she was about NSA programs and whether she'd been fully briefed by her staff. “The first question I'd ask is, what have you been doing for oversight? Second, if you've been reviewing this all along what has changed your mind?” The former official said the intelligence committees receive lengthy and detailed descriptions every year about all NSA programs, including surveillance. “They're not small books. They're about the size of those old family photo albums that were several inches thick. They're hundreds of pages long.”

»A senior congressional aide said, “It's an absolute joke to think she hasn't been reading the signals intelligence intercepts as Chairman of Senate Intelligence for years.” The former official added that the “bottom line question is where was the Senate Intelligence Committee when it came to their oversight of these programs? And what were they being told by the NSA, because if they didn't know about this surveillance, that would imply they were being lied to.”»

• Ce volte-face de l’“homme de la NSA” au Congrès, la sénatrice Feinstein, est d’autant plus sensationnel qu’il vient après des déclarations, dimanche, de son vis-à-vis de la Chambre, le républicain Mike Rogers, président de la commission de la Chambre sur le renseignement, qui, conformément à “la ligne du Parti” jusqu’alors, avait totalement approuvé toutes les pratiques de la NSA, et particulièrement l’espionnage des “alliés” européens. Même chose pour le républicain Peter T. King, qui préside la commission de la Chambre pour la sécurité intérieure. (Dans le Washington Times du 27 octobre 2013.)

«As outrage in Europe grows, lawmakers are defending U.S. surveillance practices — including phone tapping — and saying other nations likely engage in similar spying, even if their leaders don't know it. Top members of Congress also suggest that Germany, France and other nations should be thankful for, rather than angry about, American snooping.

»“It needs to be overseen and we need to be sure we're not collecting information we don't need, but we should collect information that's helpful to the United States' interests,” Rep. Mike Rogers, Michigan Republican and chairman of the House Permanent Select Committee on Intelligence, said during an interview Sunday on CBS’ ‘Face the Nation.’ “If the French citizens knew exactly what that was about, they would be applauding and popping champagne corks. It's a good thing. It keeps the French safe. It keeps the U.S. safe. It keeps our European allies safe,” he said. “This whole notion that we're going to go after each other on what is really legitimate protection of nation-state interest, I think is disingenuous.” [...]

»... Rep. Peter T. King, New York Republican and former chairman of the House Homeland Security Committee, believes outrage over American snooping is overblown. Like Mr. Rogers, Mr. King argued Sunday that American intelligence agencies — including the NSA — are part of a global force for good and said America should be proud of them, not apologetic. “I think the president should stop apologizing and stop being defensive. The reality is the NSA has saved thousands of lives not just in the United States but in France and Germany and throughout Europe,” he said on NBC’s ‘Meet the Press’ program. “We're not doing this for the fun of it. ... We're not doing this to hurt Germany. But the fact is, there can be information that's been transmitted that can be useful to us and ultimately useful to Germany.”»

Le triomphe d’un “freluquet de 30 ans”

Le volte-face de Feinstein est vraiment un événement impressionnant par rapport aux situations courantes du pouvoir washingtonien. Dans le texte cité, le Guardian a ce commentaire qui nous paraît à la fois incertain, et à la fois à l’image de l’atmosphère de panique qu’ont déclenché à Washington les derniers événements de la crise Snowden/NSA, notamment l’implication des dirigeants de l’UE, Merkel en tête : «Feinstein's about-face presents the major challenge for the White House, which perceives the California Democrat as a key Senate surrogate on surveillance issues.» La question est en effet de savoir si le volte-face de Feinstein est effectivement “un défi” pour la Maison-Blanche, ou bien, au contraire, un secours sollicité, voire préparé, pour la Maison-Blanche. On a développé, le 28 octobre 2013, la thèse sous forme d’hypothèse que ce qui est train de se mettre en place est un affrontement entre Obama et la NSA, et alors le volte-face de Feinstein, une démocrate comme le président, prend effectivement l’allure d’un soutien. On observe que Feinstein abonde dans le sens de la version de la Maison-Blanche, selon laquelle Obama n’était informé en rien de l’écoute-Merkel depuis 2002, au contraire de ce qu’une “source de la NSA“ avait confié au quotidien allemand Bild ce week-end. (Au reste, la Maison-Blanche ne cesse, par petites touches, de prendre ses distances de la NSA et du reste, et de prôner de plus en plus explicitement des enquêtes sérieuses, comme le disait hier le porte-parole du président, Jay Carney : «The president clearly feels strongly about making sure we are not just collecting information because we can, but because we should. We recognize there needs to be additional constraints on how we gather and use intelligence.»)

On verra certainement, ces prochains jours, dans quel sens il faut orienter le commentaire et la réflexion, avec à prévoir des changements de cap soudain, dans ce qui nous paraît être une partie vitale au cœur du pouvoir washingtonien. (Dès aujourd’hui, d’ailleurs, il pourrait y avoir du sport, puisque le DNI James Clapper le directeur de la NSA, le général Alexander, doivent témoigner devant le Congrès.) En attendant, on peut mentionner plusieurs faits et commentaires suivant ce revirement de Feinstein.

• Le fait brut est sensationnel. L’“homme de la NSA”, ou l’“homme de la communauté du renseignement” au Congrès, qui s’avère être donc une femme, est à sa place pour “protéger” les services contre toute entrave dans leur fonctionnement tout en faisant en sorte que ce comportement puisse apparaître comme légal, disons dans les bornes de la légalité. Tout cela est montage absolu, mais ce montage doit être fait et doit être crédible pour conserver tout son crédit à la narrative selon laquelle les USA sont une démocratie, – narrative essentielle pour l’usage du système de la communication projetant l’image d’influence extérieure et de contrôle intérieur de l’opinion publique de “USA-démocratie”. Que Feinstein prenne cette position publique est un fantastique événement de communication (quelles que soient les manigances, les intentions, etc., qui sont derrière). Cet événement prend à contrepied tout ce que le Système a clamé depuis juin 2013 sur les pratiques de la NSA. Le seul commentaire qu’on puisse faire à ce point, sur le fait brut de l’événement, est qu’il faut que la situation soit extrêmement pressante pour qu’on en arrive là, – une situation sans doute proche de la panique.

• S’il y a effectivement panique, ou dans tous les cas situation suffisamment pressante pour conduire Feinstein, en connexion ou pas avec la Maison-Blanche peu importe pour l’instant, à un tel volte-face, il faut que cette panique recouvre une situation extrêmement grave de la crise du pouvoir washingtonien. En effet, le volte-face se fait à l’occasion d’un paroxysme de l’extension extérieure (réactions de l’UE) de la crise Snowden/NSA. Washington n’a pas l’habitude de se préoccuper des états d’âme des “alliés” au point de susciter de telles actions internes déstabilisantes qu’est le volte-face de Feinstein. C’est pourtant le cas. On peut alors avancer l’hypothèse que cette “panique” concerne tous les aspects de la crise du pouvoir washingtonien dans le cadre de la crise Snowden/NSA, y compris les relations avec les alliés, mais d’autre part et dans l’autre sens selon une tension interne extrêmement vive (à nouveau l’hypothèse “BHO versus NSA”).

• La crise interne du pouvoir à Washington est donc complète, – car bien sûr ce volet de la crise de la NSA est partie intégrante de la crise générale du pouvoir. Elle l’est d’autant plus que, dans son communiqué, Feinstein semble mettre en cause non seulement la NSA, mais d’autres agences et services (la CIA, le FBI, etc.). (Foreign Policy : «If the review also touched on other intelligence agencies under the committee's jurisdiction, it could be one of the most far-reaching reviews in recent memory, encompassing secret programs of the CIA, the Defense Intelligence Agency, agencies that run imagery and spy satellites, as well as components of the FBI.»). Cette possibilité est encore plus déstabilisante, peut-être sans précédent, peut-être encore plus potentiellement déstabilisante que l'intervention de la commission Church dans les années 1975-1976, précipitant une crise de confiance majeure aux USA dans le sillage du Watergate.

• On doit considérer que nous sommes dans une situation extrêmement fluide, avec la possibilité très forte d’autres événements sensationnels et déstabilisants, et contradictoires certes, une situation d’affrontement d’où diverses surprises peuvent éclater. On peut avancer l’hypothèse, comme nous le faisons, de Feinstein se rangeant au côté du président contre la NSA (contre la communauté du renseignement, voire de la sécurité nationale), comme on pourrait considérer inversement qu’il s’agit d’une manœuvre de Feinstein pour briser une attaque qui risque de détruire la NSA, si elle voulait réserver une revue générale des services de renseignement à son seul comité et accoucher d’un document qui leur soit favorable. (Ce dernier cas ne semble être guère envisagé par laNSA elle-même.) Quoi qu'il en soit, il reste que sa déclaration publique a déclenché une mise en cause publique de la communauté du renseignement, c’est-à-dire qu’elle suscite le désordre et témoigne d’une panique générale, dans un Congrès déjà chauffé à blanc sur cette question, où sont en train de s’élaborer diverses lois contradictoires, où existent des divisions radicales, où des oppositions très fortes à la NSA et au reste se sont déjà manifestées et organisées. L’affrontement général et dans tous les sens est désormais public et une opération d’“étouffement” (de cover-up) devient extrêmement difficile alors que d’autres puissances (Obama, les pays européens) sont impliquées dans des sens et selon des déterminations difficiles à déterminer.

• De tout cela, il reste à constater que l’extraordinaire deus ex machina de cette immense crise, le “freluquet de 30 ans” (dito Edward Snowden), est quasiment officiellement confirmé dans toute son action, dans toutes ses révélations. Cette panique générale n’a en effet pour seule cause que les révélations du fonds Snowden. Comme le disait avec une ingénuité confondante notre président-poire après le sommet de Bruxelles (voir Bruxelles 2, le 27 octobre 2013) : «Finalement, ces révélations Snowden peuvent être utiles, elles sont déjà utiles (d’ailleurs), permettant plus d’efficacité dans l’action des services, plus de protection dans la liberté des citoyens. [...] Nous, nous voulons connaître ce que la presse sait déjà. Et qu’elle va continuer à publier j’imagine, à partir des documents dit “Snowden”. Nous demandons à la partie américaine de nous fournir ce que la presse a déjà.»

Brave et judicieux Hollande... Mais il devrait savoir que “la partie américaine” attend, elle aussi, les révélations du fonds Snowden pour en savoir plus ; il devrait donc plutôt s’adresser à Snowden... Au reste, qui sait ce que sait Snowden, exactement, dans sa résidence de la région de Moscou ? Que sait-on de ce que Greenwald disait, le 13 juillet 2013, au journal argentin La NacionSnowden has enough information to cause more damage to the U.S. government in a minute alone than anyone else has ever had in the history of the United States») ? Officiellement, les Russes se gardent bien de faire quelque commentaire que ce soit sur cette énorme crise ; mais sans doute n’en pensent-ils pas moins.