OWS et autour, “une énigme entourée de mystères”

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 934

Deux appréciations sur Occupy Wall Street sont intéressantes à confronter. Elles viennent de voix de la gauche qu’il nous arrive de citer, l’une un peu plus institutionnalisée, l’autre un peu plus dissidente, chacun des deux personnages placé dans la partie radicale de l’ensemble politique où il se situe. Il s’agit d’une part de Robert Reich, ancien secrétaire au travail de Clinton, actuellement professeur d’économie, sur CommonDreams.org le 9 octobre 2011 ; il s’agit d’autre part de Naomi Klein, activiste, journaliste et commentatrice, auteur de l’excellent Stratégie du choc (Actes Sud, 2008). (Ce livre est une des meilleures descriptions historiques de l’activité opérationnelle et, de ce fait, fondamentale, du capitalisme qu’on aime à qualifier d’extrémiste et que nous qualifierions, nous, de capitalisme ayant atteint dans son action sa plénitude logique de déstructuration et de dissolution.)

Il s’agit de deux visions on ne peut plus différentes, sinon étrangères. Elles permettent de saisir les enjeux et les caractères du mouvement OWS, l’intérêt exceptionnel qu’il soulève mais, aussi, les façons diverses et parfois déroutantes à force de différences dont il est appréhendé.

• Robert Reich envisage le mouvement d’un point de vue nettement politique, disons avec les calculs de la raison et de l’expérience politique. La question qu’il se pose est de savoir si OWS va profiter au parti démocrate (à Obama, – pour l’élection de 2012), de la même façon que Tea Party a profité aux républicains (le GOP classique)… A l’extrême conclusion de son analyse politique, on le verra d’ailleurs introduire une nuance fondamentale, d’une simple allusion, par rapport à Tea Party : qui a mangé l’autre, Tea Party ou GOP ? («[…T]he way the GOP has embraced – or, more accurately, been forced to embrace – right-wing populism.») Cette remarque pourrait aussi bien nuancer la réponse que Reich fait à propos des rapports entre OWS et parti démocrate... Quoi qu’il en soit et d’une façon générale, Reich est pessimiste (du point de vue démocrate) : OWS et son activisme militant, ce n’est pas la tasse de thé du très conformiste et prudent, et très institutionnalisé président Obama… Dans tous les cas, l'analyse de Reich a l’avantage de rafraîchir des mémoires éventuellement défaillantes sur le fait de savoir qui a couvert Wall Street de $milliards à la pelle, et le reste.

«Will the Wall Street Occupiers morph into a movement that has as much impact on the Democratic Party as the Tea Party has had on the GOP? Maybe. But there are reasons for doubting it… […]

»The Tea Party has been quick to pick up the same class theme. At the Conservative Political Action Conference of 2010, Minnesota Governor Tom Pawlenty attacked “the elites” who believe Tea Partiers are “not as sophisticated because a lot of them didn’t go to Ivy League Schools” and “don’t hang out at … Chablis-drinking, Brie-eating parties in San Francisco.” After his son Rand Paul was elected for Kentucky’s Senate seat that May, Congressman Ron Paul explained that voters want to “get rid of the power people who run the show, the people who think they’re above everyone else.”

»Which brings us to the present day. Barack Obama is many things but he is as far from left-wing populism as any Democratic president in modern history. True, he once had the temerity to berate “fat cats” on Wall Street, but that remark was the exception – and subsequently caused him endless problems on the Street.

»To the contrary, Obama has been extraordinarily solicitous of Wall Street and big business – making Timothy Geithner Treasury Secretary and de facto ambassador from the Street; seeing to it that Bush’s Fed appointee, Ben Bernanke, got another term; and appointing GE Chair Jeffrey Immelt to head his jobs council. Most tellingly, it was President Obama’s unwillingness to place conditions on the bailout of Wall Street – not demanding, for example, that the banks reorganize the mortgages of distressed homeowners, and that they accept the resurrection of the Glass-Steagall Act, as conditions for getting hundreds of billions of taxpayer dollars – that contributed to the new populist insurrection.

»The Wall Street bailout fueled the Tea Party (at the Utah Republican convention that ousted incumbent Republican Senator Robert Bennett in 2010, the mob repeatedly shouted “TARP! TARP! TARP!”), and it surely fuels some of the current fulminations of Occupy Wall Street.

»This is not to say that the Occupiers can have no impact on the Democrats. Nothing good happens in Washington – regardless of how good our president or representatives may be – unless good people join together outside Washington to make it happen. Pressure from the left is critically important.

»But the modern Democratic Party is not likely to embrace left-wing populism the way the GOP has embraced – or, more accurately, been forced to embrace – right-wing populism. Just follow the money, and remember history.»

• S’ils sont “de gauche” tous les deux, il faut parfois se pincer pour s’en rappeler, en comparant l’analyse de Reich et la péroraison de Klein… Péroraison, effectivement, puisqu’il s’agit d’une adaptation d’un discours que Noami Klein est allée prononcer devant les “Occupants” de OWS, au cœur de la forteresse de Wall Street, dont une première édition a été imprimée dans The Occupied Wall Street Journal, version activiste du fameux journal new yorkais, avant de l’être dans The Nation (et, d’autre part, reprise dans CommonDreams.org). L’intervention de Klein est lyrique. Elle vient d’une militante toujours sur la brèche, elle qui fut parmi les activistes qui se battirent dans les rues de Seattle, contre la globalisation, en 1999. Pourtant, que de différences entre Seattle-1999 et Wall Street-2011 : «Occupy Wall Street, on the other hand, has chosen a fixed target. And you have put no end date on your presence here. This is wise. Only when you stay put can you grow roots. This is crucial. It is a fact of the information age that too many movements spring up like beautiful flowers but quickly die off. It’s because they don’t have roots. And they don’t have long term plans for how they are going to sustain themselves. So when storms come, they get washed away. […] Something else this movement is doing right: You have committed yourselves to non-violence. You have refused to give the media the images of broken windows and street fights it craves so desperately. And that tremendous discipline has meant that, again and again, the story has been the disgraceful and unprovoked police brutality.»

Voici donc, lyrique et pleine de feu, Naomi Klein parlant à la foule de OWS. Rien de plus différent des analyses de Robert Reich.

«I love you.

»And I didn’t just say that so that hundreds of you would shout “I love you” back, though that is obviously a bonus feature of the human microphone. Say unto others what you would have them say unto you, only way louder. Yesterday, one of the speakers at the labor rally said: “We found each other.” That sentiment captures the beauty of what is being created here. A wide-open space (as well as an idea so big it can’t be contained by any space) for all the people who want a better world to find each other. We are so grateful.

»If there is one thing I know, it is that the 1 percent loves a crisis. When people are panicked and desperate and no one seems to know what to do, that is the ideal time to push through their wish list of pro-corporate policies: privatizing education and social security, slashing public services, getting rid of the last constraints on corporate power. Amidst the economic crisis, this is happening the world over.

»And there is only one thing that can block this tactic, and fortunately, it’s a very big thing: the 99 percent. And that 99 percent is taking to the streets from Madison to Madrid to say “No. We will not pay for your crisis.” That slogan began in Italy in 2008. It ricocheted to Greece and France and Ireland and finally it has made its way to the square mile where the crisis began.

»“Why are they protesting?” ask the baffled pundits on TV. Meanwhile, the rest of the world asks: “What took you so long?” “We’ve been wondering when you were going to show up.” And most of all: “Welcome.” […]

»We have picked a fight with the most powerful economic and political forces on the planet. That’s frightening. And as this movement grows from strength to strength, it will get more frightening. Always be aware that there will be a temptation to shift to smaller targets—like, say, the person sitting next to you at this meeting. After all, that is a battle that’s easier to win.

»Don’t give in to the temptation. I’m not saying don’t call each other on shit. But this time, let’s treat each other as if we plan to work side by side in struggle for many, many years to come. Because the task before will demand nothing less.

»Let’s treat this beautiful movement as if it is most important thing in the world. Because it is. It really is.»

La différence de ton est remarquable, révélatrice sans aucun doute. Elle montre une différence de perception considérable, à l’intérieur de la gauche libérale nord-américaine elle-même (Klein est Canadienne, Reich citoyen US). Cette différence de perception implique une différence d’appréciation des problèmes posés, par conséquent et comme il va sans dire, une différence fondamentale dans la façon de les traiter. Reich ne peut percevoir OWS qu’à partir de la structure même du parti démocrate, d’où il est issu et à laquelle il se réfère organiquement (même si c’est, le plus souvent et de plus en plus souvent, pour le critiquer). Klein ne fait strictement aucune référence, ni au parti démocrate, ni à l’establishment, ni à quelque structure politique existante que ce soit, sinon sous forme d’anathèmes désignant le “monstre” qu’il qu’il s’agit d’abattre sans répission («…the most powerful economic and political forces on the planet»). Une fois observé que OWS ne pourra sans doute pas trouver sa place quelque part dans la mouvance démocrate, on pourrait être porté à croire qu’OWS n’existe plus pour Reich ; pour Klein, c’est encore plus simple : à côté d’OWS, le parti démocrate n’existe simplement pas, dès l’origine dirait-on. On dirait que les deux auteurs et analystes parlent d’une chose complètement différente alors qu’il s’agit d’un événement qu’ils devraient considérer comme appartenant à leur famille politique commune, donc avec des références communes (même s’il s’agirait d’interprétations différentes, sinon opposées).

Le mouvement Occupy Wall Street peut apparaître à certains comme une inconnue, à d’autre comme un complot. A l’inverse, il s’avère, d’une façon très active, comme un révélateur de l’extrême diversité des perceptions, sinon de leur désordre et de leur chaos, même à l’intérieur de ce que l’on nomme d’habitude une “famille politique”. S’il est éventuellement chaos lui-même, OWS nous montre également le chaos qui règne autour de lui ; ce qui, après tout, justifie et explique son existence, chaos né du chaos… L’évolution d’OWS devient, dans de telles conditions, et pour paraphraser le mot du Churchill sur la direction soviétique, celui d'“une énigme entourée de mystères” ; l’“énigme”, c’est OWS lui-même ; les “mystères”, ce sont la diversité et l’évolution des perceptions autour de OWS, de tous les côtés et de toutes les façons. Il nous semble que cette affaire est promise à durer, à amener des surprises, et qu’il ne suffira pas de tel ou tel complot et de telles et telles analyses contradictoires pour venir à bout de sa compréhension.


Mis en ligne le 10 octobre 2011 à 12H32

Donations

Nous avons récolté 210 € sur 3000 €

faites un don