Oui, bien sûr...

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4147

Oui, bien sûr...

• ... Notre titre est une réponse au titrer du texte d’Alastair Crooke que nous reprenons : « Le sionisme est-il en train de s’autodétruire » • Mais il est bon de savoir qu'il sera accompagné dans sa chute, par solidarité, par l’américanisme....

_________________________


Selon la méthode dont quelques-uns partagent le secret, qui est d’assembler et de faire se compléter en se nourrissant mutuellement les événements catastrophiques courants que nous vivons et les événements métaphysique, également catastrophiques, qui orientent notre destin de leur position suprahumaine sans que ne sachions rien de leurs intentions et de leurs significations, Alastair Crooke examine le destin métahistorique du sionisme en partant des aventures originelles de la séquence où l’on fit jouer un rôle si important à Prince Bandar, le chef du renseignement saoudien au moment de 9/11, avant de le liquider comme il est de coutume.

Il (Alastair) est évidemment très pessimiste parce que les choses ne peuvent aller que dans ce sens de l’autodestruction dans cet avancement de la GrandeCrise où nous nous trouvons : nous sommes au terme de cette dynamique du « déchaînement de la Matière » et le résultat en est une déconstructuration générale (déstructuration/déconstruction des divers éléments mis en place par la modernité). C’est dire si le sionisme, qui a prétendu conduire une mise en place du suprémacisme juif en s’appuyant sur le Livre est aux premières loges.

A ses côtés, Crooke place bien évidemment et logiquement l’autre courant suprémaciste, – américaniste celui-là, fausse-couche de l’anglosphère. Le résultat ne se fait pas attendre, souligne-t-il dans ses presque-dernières lignes...

« L'épreuve de force entre Israël et les fronts de résistance qu'il affronte ne pourra vraisemblablement pas être évitée.

» Les dés ont été sciemment jetés.

» Netanyahou joue gros avec l'avenir d'Israël et de l'Amérique. Et il risque fort de perdre.

» Si la guerre régionale a lieu et qu'Israël subit une défaite, que se passera-t-il ? »

Pour mieux nous informer sur ce que représente, dans le royaume terrestre le sionisme actuellement, tel qu’il triomphe en Israël, – car l’on peut bien parler de triomphe d’une sorte d’hyperpuissance, celle qui mène justement à l’autodestruction, – on peut consulter le texte de l’auteur Ramzy Baroud, qui, effectivement, nous annonce « L’extrémisme juif est le nouveau visage d’Israël », notamment repris sur ‘Spirit of Free Speech

« Les sionistes religieux d'Israël s'inscrivent dans la durée et ne sont pas attachés à une quelconque élection, à quelque personnalité que ce soit ou à une coalition gouvernementale. Ils sont en train de redéfinir l'État, ainsi que son idéologie. Et ils sont en train de gagner.

» Ben-Gvir et sa menace de renverser le gouvernement de coalition de Netanyahou est le principal moteur du génocide de Gaza.

» Si Meir Kahane était encore en vie, il aurait été fier de ses disciples. L'idéologie du rabbin extrémiste, autrefois marginalisé et exécré, est aujourd'hui l'épine dorsale de la politique israélienne. »

Le constat général que l’in peut dresser devant cette accumulation de fausses victoires décisives (victoires tactiques pour une stratégie ennemie du but qu’on recherche), c’est que partout s’exercent les forces d’hyperpuissance roulant comme conséquence inéluctable vers l’autodestruction. Nous sommes dans la parfaite trajectoire de la GrandeCrise, qui constitue l’opérationnalisation du Système issue du « déchaînement de la Matière ».

Nous savons depuis Einstein que Dieu ne joue pas aux dès, – mais aux échecs, Il sait faire. A côté de cela, les grosses mises type Vegas sur le suprémacisme prennent vite une allure dérisoire. C’est le charme de notre époque : les choses (les événements, les sottises, les croyances, les conformismes) vont tellement vite qu’une main habile peut saisir au passage la formule de la déconstructuration libératrice qui siffle la fin du match.,  – au fait, sans que nous n’y voyons que du feu.

dde.org

______________________

 

 

Le sionisme va-t-il s'autodétruire ?

La stratégie israélienne des dernières décennies se poursuivra, avec l'espoir de parvenir à la “déradicalisation” chimérique des Palestiniens qui rendrait “Israël plus sûr”.

(Cet article est repris dans une intervention lors du 25e événement académique international Yasin (avril) sur le développement économique et social, Université HSE, Moscou, avril 2024).

Au cours de l'été qui a suivi la guerre (infructueuse) menée en 2006 par Israël contre le Hezbollah, Dick Cheney, assis dans son bureau, déplorait vivement la puissance persistante du Hezbollah et, pire encore, il lui semblait que l'Iran avait été le principal bénéficiaire de la guerre menée par les États-Unis en 2003 contre l'Irak.

L'invité de Cheney, le prince Bandar, alors chef des services de renseignement saoudiens, a abondé dans son sens (comme l'a relaté John Hannah, qui a participé à la réunion) et, à la surprise générale, le prince Bandar a proclamé que l'Iran pouvait encore être réduit à néant : la Syrie était le “maillon faible” entre l'Iran et le Hezbollah, susceptible de tomber sous l'effet d' une insurrection islamiste, a proposé Bandar. Le scepticisme initial de Cheney s'est transformé en exaltation lorsque Bandar a déclaré que l'implication des États-Unis ne serait pas nécessaire : lui, le prince Bandar, orchestrerait et gérerait le projet. “Laissez-moi faire”, a-t-il déclaré.

Bandar a déclaré ultérieurement à John Hannah : 

Le roi sait qu'à part l'effondrement de la République islamique elle-même, rien n'affaiblirait plus l'Iran que la perte de la Syrie”.

C'est ainsi qu'a commencé une nouvelle phase d'usure de l'Iran. L'équilibre régional des pouvoirs allait être modifié de manière décisive en faveur de l'islam sunnite et des monarchies de la région.

L'ancien équilibre de l'époque du Shah, où la Perse jouissait d'une primauté régionale, allait prendre fin : c'est tout au moins ce qu'espéraient les États-Unis, Israël et le roi d'Arabie saoudite.

L'Iran, déjà durement touché par la guerre “imposée” entre Iran et Irak, s'est juré de ne jamais plus connaître une telle vulnérabilité. L'Iran voulait tracer la voie de la dissuasion stratégique dans le contexte d'une région dominée par l'écrasante domination aérienne dont jouissent ses adversaires.

Ce qui s'est passé ce samedi 14 avril - quelque 18 ans plus tard - est donc de la plus haute importance.

Malgré le battage médiatique et les tentatives de récupération qui ont suivi l'attaque iranienne, Israël et les États-Unis connaissent la vérité : les missiles iraniens ont pu impacter directement les deux bases et sites aériens les plus sensibles et les mieux défendus d'Israël. Derrière la rhétorique occidentale, les Israéliens ont été choqués et effrayés. Leurs bases ne sont plus intouchables”.

Israël sait également - mais refuse de l'admettre - que le soi-disant “assaut” n'en était pas un, mais plutôt “un message iranien” visant à affirmer la nouvelle équation stratégique : toute attaque israélienne contre l'Iran ou son personnel entraînera des représailles de l'Iran contre Israël.

Cet acte de mise au point de la nouvelle “équation de l'équilibre des forces” fédère les différents fronts contre la 

“connivence des États-Unis avec les actions israéliennes au Moyen-Orient, au cœur de la politique de Washington et, à bien des égards, à l'origine de nouvelles tragédies”, 

selon les termes du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Ryabkov.

L'équation représente un “front” clé - avec la guerre de la Russie contre l'OTAN en Ukraine - pour prouver à l'Occident que son mythe exceptionnaliste et rédempteur s'est avéré être un concept fatal, que celui-ci doit être écarté et qu'un changement culturel profond doit avoir lieu dans l'Occident.

Les racines de ce conflit de culture plus large sont profondes, mais elles ont finalement été mises en évidence.

La “carte” sunnite jouée par le prince Bandar après 2006 a été un échec (en grande partie grâce à l'intervention de la Russie en Syrie). L'Iran s'est montré à la hauteur et est désormais fermement établi en tant que puissance régionale de premier plan. Il est le partenaire stratégique de la Russie et de la Chine. Les États du Golfe privilégient aujourd'hui l'argent, les “affaires” et la technologie plutôt que la jurisprudence salafiste.

La Syrie, alors prise pour cible par l'Occident et ostracisée, a non seulement survécu à tout ce que l'Occident pouvait lui “infliger”, mais elle a été chaleureusement accueillie par la Ligue arabe et réhabilitée. Aujourd'hui, la Syrie retrouve lentement le chemin de sa propre identité.

Pourtant, même pendant la crise syrienne, des dynamiques inattendues ont joué en faveur de l'opposition entre l'identité islamiste et l'identité arabe socialiste et laïque du prince Bandar :

Dans un article paru en 2012, je soulignais que :

Ces dernières années, nous avons pu entendre les Israéliens insister sur leur exigence de reconnaissance d'un État-nation spécifiquement juif, plutôt que sur celle d'un État israélien en tant que tel”, un État qui consacrerait les droits exceptionnels politiques, juridiques et militaires des Juifs.

“À l'époque, les nations musulmanes cherchaient à éliminer les derniers vestiges de l'ère coloniale. Verrons-nous cette lutte s'incarner davantage en un combat primordial entre les symboles religieux juifs et islamiques - entre al-Aqsa et le Mont du Temple ?”

En clair, ce qui apparaissait déjà à l'époque - en 2012 - était 

“qu'Israël et les territoires avoisinants progressent au même rythme vers un langage qui les éloigne des concepts sous-jacents, largement laïques, par lesquels ce conflit a traditionnellement été conceptualisé. Quelle en serait la conséquence, alors que le conflit, de par sa propre logique, devient un affrontement de pôles religieux ?”

Si, il y a douze ans, les protagonistes s'éloignaient explicitement des concepts laïques sous-jacents par lesquels l'Occident concevait le conflit, nous, en revanche, essayons toujours de comprendre le conflit israélo-palestinien à travers le prisme de concepts laïques et rationalistes - alors même qu'Israël est manifestement pris d'une frénésie toujours plus apocalyptique.

Et par extension, nous sommes figés dans notre tentative d'aborder le conflit par le biais de notre habituelle panoplie d'outils politiques utilitaires et rationalistes. Et nous nous demandons pourquoi cela ne fonctionne pas. Cela ne fonctionne pas parce que l'ensemble des protagonistes a dépassé le stade du rationalisme mécanique pour atteindre un autre registre.

Le conflit tourne au drame apocalyptique

Les élections de l'année dernière en Israël ont été marquées par un changement radical : les Mizrahims font désormais partie de l’équipe du Premier ministre. Ces Juifs issus de la sphère arabe et nord-africaine - aujourd'hui peut-être majoritaires - ont adopté, avec leurs alliés politiques de droite, un programme radical : parachever la fondation d'Israël sur la terre d'Israël (c'est-à-dire sans État palestinien), construire le troisième temple (à la place de la mosquée Al-Aqsa) et instituer la loi halachique ( au lieu de la loi séculière).

Rien de tout cela ne saurait être qualifié de “laïc” ou de libéral. Le projet visait le renversement révolutionnaire de l'élite ashkénaze. C'est Begin qui a lié les Mizrahi d'abord à l'Irgoun et ensuite au Likoud. Les Mizrahim, aujourd'hui au pouvoir, se considèrent comme les véritables représentants du judaïsme, avec l'Ancien Testament pour modèle. Cette vision se traduit par un mépris des libéraux ashkénazes européens.

Si nous pensons que nous pouvons oublier les mythes et les injonctions bibliques à notre époque séculière - où une grande partie de la pensée occidentale contemporaine s'efforce d'ignorer ces questions, les rejetant comme confuses ou non pertinentes - nous nous trompons.

Comme l'écrit un commentateur :

“À tout bout de champ, les personnalités politiques d'Israël truffent désormais leurs proclamations de références et d'allégories bibliques. ‘Vous devez vous souvenir de ce qu'Amalek vous a fait, dit notre Sainte Bible, et nous nous en souvenons - et nous nous battons..’. Ici [Netanyahu] invoque non seulement la prophétie d'Isaïe, mais présente le conflit comme celui de la ‘lumière’ contre les ‘ténèbres’ et du bien contre le mal, dépeignant les Palestiniens comme les enfants des ténèbres qui doivent être vaincus par les élus : Le Seigneur a ordonné au roi Saül de détruire l'ennemi et tout son peuple : ‘Allez maintenant vaincre Amalek et détruisez tout ce qu'il possède, ne l'épargnez pas, mettez à mort hommes et femmes, jeunesse et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes" (15:3)”.

Nous pourrions qualifier cela d'“eschatologie brûlante” - un phénomène en plein essor parmi les jeunes cadres militaires israéliens, au point que le haut commandement israélien perd le contrôle sur le terrain (en l'absence d'une classe moyenne composée de sous-officiers).

Par ailleurs

Le soulèvement lancé depuis Gaza ne s'est pas baptisé “Déluge d'Al-Aqsa” pour rien. Al-Aqsa est à la fois le symbole d'une civilisation islamique historique et le rempart contre la construction du “troisième temple”, dont les préparatifs sont en cours. Le fait est qu'Al-Aqsa représente l'Islam dans son ensemble - ni chiite, ni sunnite, ni idéologique.

Ensuite, à un autre niveau, nous avons, pour ainsi dire, une “eschatologie dépassionnée” : Lorsque Yahyah Sinwar parle de “victoire ou de martyre” pour son peuple à Gaza, lorsque le Hezbollah parle de sacrifice et lorsque le chef suprême iranien évoque Hussain bin Ali (le petit-fils du Prophète) et quelque 70 compagnons en 680 de notre ère, face à un impitoyable massacre contre une armée de 1 000 hommes au nom de la justice, ces sentiments sont tout simplement hors de portée de l'entendement occidental.

Il nous est difficile de rationaliser cette “manière d'être” dans les modes de pensée occidentaux. Cependant, comme l'observe Hubert Védrine, ancien ministre français des affaires étrangères, l'Occident, bien que laïc, n'en est pas moins “rongé par l'esprit de prosélytisme”.

Que le “allez évangéliser toutes les nations” de Saint Paul soit devenu “allez promouvoir les droits de l'homme dans le monde entier”... Et que ce prosélytisme soit extrêmement ancré dans [l'ADN occidental] : “Même les moins religieux, les plus athées, ont toujours cela en tête, [même s'ils] n'en connaissent pas l'origine”.

Nous pourrions appeler cela l'eschatologie laïque, pour ainsi dire. Elle est certainement lourde de conséquences.

La révolution militaire : nous sommes prêts maintenant

L'Iran, malgré toutes les pressions exercées par l'Occident, a poursuivi sa stratégie astucieuse de “patience stratégique”, qui consiste à maintenir les conflits à l'écart de ses frontières. Cette stratégie s'est fortement axée sur la diplomatie et le commerce, ainsi que sur le “soft power”, afin de nouer des relations positives avec ses voisins proches et moins proches.

Derrière cette façade tranquille se profilait toutefois l'évolution vers la “dissuasion active”, qui nécessitait une longue préparation militaire et l'entretien d'alliés.

Notre compréhension du monde devenue obsolète

Parfois, très rarement, une révolution militaire peut bouleverser le paradigme stratégique dominant. Telle était la vision fondamentale de Qasem Suleimani. C'est ce qu'implique la “dissuasion active”. Le passage à une stratégie susceptible de bouleverser les paradigmes dominants.

Israël et les États-Unis disposent tous deux d'armées traditionnellement beaucoup plus puissantes que leurs adversaires, principalement composés de rebelles ou de révolutionnaires non étatiques de faible ampleur. Ces derniers sont davantage traités comme des insurgés dans le cadre colonial traditionaliste, et pour lesquels une légère puissance de feu est généralement considérée comme suffisante.

L'Occident, cependant, n'a pas complètement assimilé les révolutions militaires en cours. Un changement radical s'est opéré dans l'équilibre des forces entre innovation de faible technicité et plateformes d'armes complexes et coûteuses (et moins robustes).

Ingrédients additionnels

Deux facteurs supplémentaires ont contribué à faire de la nouvelle approche militaire de l'Iran une véritable mutation : d'une part, un stratège militaire exceptionnel (qui a été assassiné) et, d'autre part, sa capacité à combiner et à appliquer ces nouveaux outils dans une matrice tout à fait novatrice. La fusion de ces deux facteurs - avec les drones et les missiles de croisière de faible technicité - a parachevé la révolution.

La philosophie qui sous-tend cette stratégie militaire est claire : l'Occident est surinvesti dans la domination aérienne et dans sa puissance de feu au sol. Il privilégie les attaques de choc et de sidération, mais s'épuise rapidement dès les premiers instants de l'affrontement. Il est rare que cette situation perdure bien longtemps. L'objectif de la Résistance est d'épuiser l'ennemi.

Le deuxième principe clé qui sous-tend cette nouvelle approche militaire concerne le calibrage minutieux de l'intensité du conflit, en augmentant ou en réduisant la pression en fonction des besoins, tout en gardant la maîtrise de l'escalade par la résistance.

Au Liban, en 2006, le Hezbollah est resté caché sous terre tandis que l'assaut aérien israélien balayait le ciel. Les dégâts matériels en surface ont été considérables, mais les forces du Hezbollah n'ont pas été affectées et n'ont émergé des tunnels qu'après coup. Ensuite, les missiles du Hezbollah ont fait rage pendant 33 jours, jusqu'à ce qu'Israël abandonne la partie.

Quel intérêt stratégique ?

Les Israéliens sont largement convaincus que sans dissuasion - sans que le monde les craigne - leur survie est impossible. Le 7 octobre, cette crainte existentielle a embrasé la société israélienne. La simple présence du Hezbollah ne fait que l'exacerber - et à présent, l'Iran fait pleuvoir des missiles directement sur Israël.

La défaite des Forces de défense israéliennes à Gaza, l'impasse de la libération des otages, le déplacement continu des Israéliens du nord et même l'assassinat des travailleurs humanitaires de World Kitchen, tout cela est temporairement oublié. L'Occident s'est à nouveau rangé aux côtés d'Israël - et de Netanyahou. Les États arabes reprennent leur coopération. Et l'attention s'est déplacée de Gaza vers l'Iran.

Jusqu'à présent, tout va bien (du point de vue de Netanyahou, sans aucun doute). Depuis vingt ans, Netanyahou cherche à entraîner les États-Unis dans une guerre avec Israël contre l'Iran (bien que les présidents américains successifs aient décliné cette dangereuse perspective).

Mais pour réduire la taille de l'Iran, il faudrait l'aide militaire des États-Unis.

Netanyahou perçoit le manque de détermination de M. Biden et dispose des outils et du savoir-faire nécessaires pour manipuler la politique américaine : en effet, en agissant de la sorte, Netanyahou pourrait contraindre Biden à continuer d'armer Israël et même à accepter d'étendre la guerre au Hezbollah au Liban.

Conclusion

La stratégie israélienne des dernières décennies se poursuivra dans l'espoir de parvenir à une “déradicalisation” chimérique des Palestiniens qui rendrait “Israël plus sûr”.

Un ancien ambassadeur israélien aux États-Unis affirme qu'Israël ne peut obtenir la paix sans une telle “déradicalisation transformatrice”. “Si nous le faisons correctement”, insiste Ron Dermer, “cela rendra Israël plus fort - et les États-Unis aussi”. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre l'insistance du cabinet de guerre à exercer des représailles contre l'Iran.

Tout argument rationnel prônant la modération est interprété comme une invitation à la défaite.

Tout cela pour dire que les Israéliens sont psychologiquement très loin d'être en mesure de reconsidérer la teneur du projet sioniste des droits spéciaux des Juifs. Pour l'instant, ils suivent une voie toute autre, se fiant à une lecture biblique que de nombreux Israéliens en sont venus à considérer comme des injonctions impératives dans le cadre de la loi halachique.

Hubert Védrine nous pose une question complémentaire : 

“Peut-on imaginer un Occident qui parvienne à préserver les sociétés qu'il a engendrées - et qui pourtant ‘ne soit pas prosélyte, ne soit pas interventionniste’ ? En d'autres termes, un Occident qui puisse accepter l'altérité, qui puisse vivre avec l'autre - et l'accepter tel qu'il est”.

Pour Védrine, il ne s'agit pas 

“d'un problème de mécanique diplomatique, mais d'une profonde remise en question, voire de la nécessité d'un changement culturel profond au sein de la société occidentale.”

L'épreuve de force entre Israël et les fronts de résistance qu'il affronte ne pourra vraisemblablement pas être évitée.

Les dés ont été sciemment jetés.

Netanyahou joue gros avec l'avenir d'Israël et de l'Amérique. Et il risque fort de perdre.

Si la guerre régionale a lieu et qu'Israël subit une défaite, que se passera-t-il ?

Lorsque l'épuisement (et la défaite) finira par s'installer et que les protagonistes chercheront de nouvelles solutions à leur crise stratégique, la solution véritablement transformatrice consisterait pour un dirigeant israélien à penser l'“impensable”, c'est-à-dire à envisager un seul État entre le Fleuve et la Mer.

Et pour Israël, qui goûtera aux saveurs amères de “l'effondrement”, de négocier officiellement avec l'Iran.

Alastair Crooke