Notes sur la riposte du Corporate Power

Analyse

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 492

Notes sur la riposte du Corporate Power

Parallèlement à l’agitation qui s’est imposée aux USA avec le mouvement Occupy, différentes initiatives, interventions, etc., tendent à établir (plutôt que “rétablir”, tant la chose est si mal connue) la vérité de la (re)conquête de l’Amérique par Wall Street et le Big Business d’une façon plus générale, – disons, la re-prise du pouvoir aux USA par le corporate power au sens le plus large possible de l’expression.

Il s’agit, si l’on veut, d’une tentative d’établissement d’une mémoire historique depuis les années 1970 d’une dynamique, d’une “offensive“, qui joue un rôle essentiel dans la situation actuelle, même si, à notre sens, il ne joue pas le rôle essentiel central qui reste de type systémique et métahistorique. (En effet, dans cette description du développement spasmodique du capitalisme, on retrouve les caractères et le développement crisique de l'“idéal de puissance” né du “déchaînement de la Matière”.) L’intérêt du propos, dans les exemples et références proposés ici, est de mettre en évidence que ce mouvement d’historicisation de la situation actuelle des USA est essentiellement le fait de gens appartenant à l’establishment du système de la communication qui n’est évidemment pas sans lien avec le corporate power.

Occupy America

D’abord, un article de Robert Lenzner, dans Forbes. Lenzner a été rédacteur en chef de Forbes, chef du bureau de Washington du Boston GlobeW et correspondant pour Wall Street de The Economist. Son commentaire dans Forbes, «How Wall Street Occupied America», est repris par CommonDreams.org le 17 novembre 2011. Lenzner présente une intervention du journaliste fameux Bill Moyers, sur l’historique de la (re)prise du pouvoir par Wall Street aux USA.

«It is fitting that the very day the Occupy Wall Street kids were driven out of Wall Street– a marvelous piece turning the occupy theme upside down came from the outspoken unrelenting pen of Bill Moyers in The Nation magazine. Subtitled ”Why the rich keep getting richer and our democracy’s getting poorer,” the PBS oracle for truth and freedom sketches for the first time the path by which Wall Street took over the country. Moyers uses unsettling language like the nation being divided into winners and losers. The winners are the bankers, hedgefund biggies and private equity barons who can pour as much money into getting their way…»

Reconquête des USA par le Corporate Power

Puisque Lenzner cite Moyers, venons-en à Moyers. Son article, dans The Nation du 4 novembre 2011, condensait une intervention (conférence) du même Moyers à la fin octobre.

Moyers est un des journalistes les plus célèbres aux USA, et d’une option prtogressiste très affirmée. Après avoir été conseiller du président Johnson et organisateur du peace Corps, il fit l’essentiel de sa carrière dans les stations PBS, CBS et NBC, produisit des séries télévisées d’information importantes, remporta un nombre impressionnant de récompenses nationales pour son travail et publia des best-sellers sur les questions politiques, économiques et sociales aux USA. Moyers se trouva souvent en conflit avec les directions des grands médias auxquels il collaborait, comme dans le cas de l’émission NOW with Bill Moyers, qui le conduisit à quitter CBS. Aujourd’hui, en tant que journaliste indépendant très hostile au corporate power, certaines de ses productions devraient tout de même être réalisées avec l’aide de la Carnegie Corporation of New York, qui est une organisation évidemment de l’establishment. On sait que l'establishment, et le Système en général, est fort capable de travailler contre ses intérêts lorsqu'il y a des enjeux de profit (surtout) et de respectabilité (accessoirement).

Dans son intervention et son article, Moyers retrace l’histoire de la “reconquête de l’Amérique” par le corporate power, dont Wall Street certes, à partir du Manifeste Powell de 1971.

Moyers parle du Manifeste Powell

Quelques extraits de l’intervention de Moyers…

«During the prairie revolt that swept the Great Plains in 1890, populist orator Mary Elizabeth Lease exclaimed, “Wall Street owns the country…. Money rules…. Our laws are the output of a system which clothes rascals in robes and honesty in rags. The [political] parties lie to us and the political speakers mislead us.”

»She should see us now… […]

»It’s heartbreaking to see what has become of that bargain. Nowadays it’s every man for himself. How did this happen? The rise of the money power in our time goes back forty years. We can pinpoint the date. On August 23, 1971, a corporate lawyer named Lewis Powell—a board member of the death-dealing tobacco giant Philip Morris and a future justice of the Supreme Court—released a confidential memorandum for his friends at the US Chamber of Commerce. We look back on it now as a call to arms for class war waged from the top down.

»Recall the context of Powell’s memo. Big business was being forced to clean up its act. Even Republicans had signed on. In 1970 President Nixon put his signature on the National Environmental Policy Act and named a White House Council to promote environmental quality. A few months later millions of Americans turned out for Earth Day. Nixon then agreed to create the Environmental Protection Agency. Congress acted swiftly to pass tough amendments to the Clean Air Act, and the EPA announced the first air pollution standards. There were new regulations directed at lead paint and pesticides. Corporations were no longer getting away with murder.

»Powell was shocked by what he called an “attack on the American free enterprise system.” Not just from a few “extremists of the left” but also from “perfectly respectable elements of society,” including the media, politicians and leading intellectuals. Fight back and fight back hard, he urged his compatriots. Build a movement. Set speakers loose across the country. Take on prominent institutions of public opinion—especially the universities, the media and the courts. Keep television programs “monitored the same way textbooks should be kept under constant surveillance.” And above all, recognize that political power must be “assiduously [sic] cultivated; and that when necessary, it must be used aggressively and with determination” and “without embarrassment.”

»Powell imagined the Chamber of Commerce as a council of war. Since business executives had “little stomach for hard-nosed contest with their critics” and “little skill in effective intellectual and philosophical debate,” they should create think tanks, legal foundations and front groups of every stripe. These groups could, he said, be aligned into a united front through “careful long-range planning and implementation…consistency of action over an indefinite period of years, in the scale of financing available only through joint effort, and in the political power available only through united action and united organizations.” […]

»The revolt of the plutocrats was ratified by the Supreme Court in its notorious Citizens United decision last year [2010]. Rarely have so few imposed such damage on so many. When five pro-corporate conservative justices gave “artificial legal entities” the same rights of “free speech” as humans, they told our corporate sovereigns that the sky’s the limit when it comes to their pouring money into political campaigns.

»The ink was hardly dry on the Citizens United decision when the Chamber of Commerce organized a covertly funded front and rained cash into the 2010 campaigns. According to the Sunlight Foundation, corporate front groups spent $126 million in the fall of 2010 while hiding the identities of the donors. Another corporate cover group—the American Action Network—spent more than $26 million of undisclosed corporate money in just six Senate races and twenty-six House elections. And Karl Rove’s groups, American Crossroads and Crossroads GPS, seized on Citizens United to raise and spend at least $38 million, which NBC News said came from “a small circle of extremely wealthy Wall Street hedge fund and private equity moguls”—all determined to water down financial reforms that might prevent another collapse of the financial system. Jim Hightower has said it well: today’s proponents of corporate plutocracy “have simply elevated money itself above votes, establishing cold, hard cash as the real coin of political power.”»

Bien plus que Wall Street…

On comprend, dans cette intervention de Moyers, l’importance du Manifeste Powell, et, par conséquent, ce document et ses suites méritent toute notre attention. Le Manifeste Powell avait été longuement analysé dans le livre The Powell Manifesto, par Jerry Landay, dont une recension détaillée fut publiée par le même Landay le 20 août 2002 sur MediaTransparency.org. Le 23 août 2002, sur ce site dedefensa.org, nous analysions nous-mêmes, à partir du travail de Landay, l’histoire du Manifeste Powell et ses conséquences jusqu’à nos jours.

Les évènements, depuis ces interventions, ont indirectement mais largement confirmé l’importance du Manifeste Powell, comme on le comprend avec l’intervention de Moyers. A cette occasion, il n’est pas indifférent de préciser ce que furent les effets du Manifeste, et à quelle situation précisément ce Manifeste et la dynamique qu’il a entrainée ont conduit. Il faut d’ailleurs bien entendre, à la différence de ce que suggère le titre de Lenzner («How Wall Street Occupied America»), que le Manifeste concernait tous les domaines du corporate power. Lorsque Moyers rapporte que la Chambre de Commerce des Etats-Unis fut constituée en une sorte d’“état-major de guerre” suivant les recommandations de Powell, elle regroupa quarante dirigeants des compagnies suivantes : US Steel, GE, GM, Phillips Petroleum, 3M, Amway, and ABC and CBS… On voit qu’aucune société de Wall Street n’y figure, qu’il s’agit bien du corporate power dans son ensemble, et qu’on y trouve notamment deux énormes entreprises de médias et de communication.

Le schéma paroxysme-effondrement

Le mouvement qui démarra avec le Manifeste Powell n’est certainement pas unique dans l’histoire des USA. Au contraire, on peut observer qu’il s’agit d’une nouvelle phase d’une “respiration” régulière de la structure américaniste depuis les origines, ou décrit plus justement d’un point de vue psychologique, un nouveau spasme d’une succession de phases crisiques aboutissant à des Moments paroxystiques ponctuant une montée permanente de la puissance ou de la tension c’est selon, correspondant au schéma de l’“idéal de puissance”, jusqu’à un effondrement jusqu’alors conjoncturel. Si ces phases sont décrites comme économiques et sociales, elles sont fondamentalement générales, et touchent tous les aspects de la vie publique du pays et transforment à mesure la psychologie collective.

Le premier de ces Moments paroxystiques fut la Guerre de Sécession suivant une crise très longue, où les aspects corrupteurs du capitalisme étaient déjà présents (ils le furent dès l'origine, comme l'expliquait Jefferson dans une lettre à Washington datant de mai 1791). La Guerre de Sécession aboutit à la suppression d’une structure économique libre-échangiste, exportatrice et agricole (le Sud) au profit de l’industrialisation intensive et ultra-protectionniste du Nord, avec un bouleversement culturel et psychologique à mesure, notamment le “moralisme” (fin de l’esclavage) aussitôt érigé comme faux-nez d'une vertu justificatrice du capitalisme. La victoire du Nord fut suivie d’un développement massif d’un “capitalisme sauvage” d’une extrême violence, pendant le Gilded Age (faussement traduit comme “Âge d’or”, mais plus justement comme “Âge du plaqué or” ou “Âge du toc”), interrompu par une réaction populiste dans les années 1890 ; nouvelle phase au début du XXème siècle, avec une première phase d’une politique expansionniste et une nouvelle structuration capitaliste, l’institutionnalisation des immenses fortunes accumulées durant le Gilded Age installant des trusts gigantesques et des systèmes de formation et de pédagogie du personnel du Système (instituts, think tanks, etc.), la structuration décisive de Wall Street, la création de la Federal Reserve en 1913, tout cela débouchant sur les excès des années 1920 brutalement interrompus par le krach de 1929 et la Grande Dépression ; nouvelle phase avec Roosevelt et la Deuxième Guerre mondiale, et une nouvelle structuration appuyée sur la prise en main de vastes marchés extérieurs suivant une politique expansionniste, appuyée sur le développement fulgurant du complexe militaro-industriel, jusqu’à la révolte des années 1960 et la catastrophe vietnamienne… Dernière phase, enfin, avec le Mémorandum Powell.

Phase hypomaniaque devenue schizophrénie

C’est dire si l’on ne peut réduire le mouvement lancé avec le Mémorandum Powell, ni à Wall Street, ni à l’expansion capitaliste de la globalisation. En même temps, la puissance capitaliste s’empara d’une part prépondérante de la puissance du système de la communication et développa une idéologie fondamentaliste et extrémiste qui investit la presse-Système, la bureaucratie, les milieux d’influence et les systèmes de conception et de développement de la politique générale.

A notre sens, le “grain de sable” qui rendit cette phase différente des autres fut la chute de l’URSS qui brisa le cadre de la Guerre froide. Ce cadre avait l’avantage de donner une structure générale solide et cohérente au développement du capitalisme en contenant ses excès, en même temps qu’une légitimité, de circonstance certes, c’est-à-dire fabriquée, mais d’une incontestable puissance : la légitimité du mythe du “monde libre”. L’URSS s’effondra sous sa poussée interne, avec la glasnost de Gorbatchev, et nullement selon un “plan” d’épuisement économique US sous la pression de la course aux armements. (A cet égard, l’URSS en avait vu bien d’autres.)

La disparition de l’URSS et du communisme libéra la psychologie du capitalisme de toutes les contraintes et de toutes les règles de conduite permettant son propre contrôle. L’ivresse s’empara du Système en général, au travers du système de l’américanisme, avec un vertige de puissance clairement identifiable à partir de 1996. Il s’agit d’un véritable épisode paroxystique de maniaco-dépression, ou de trouble bipolaire, l’épisode hypomaniaque promis à retrouver la pathologie fondamentale du Système ayant suivi une période dépressive due à la perte de repères (écroulement du communisme) entre 1991 et 1996. Mais cette fois, l’épisode hypomaniaque ne pouvait être contenu par aucun médicament régulateur d’humeur… On s’était en effet trompé de médication : la privatisation à outrance et la globalisation du système de l’américanisme qui ne cessèrent de s’accélérer représenteraient plutôt dans cette parabole médicale des antidépresseurs qui aggravèrent encore la phase hypomaniaque jusqu’à en faire une pathologie schizophrénique sans retour.

Du Manifeste Powell à Occupy

Dans la dynamique créée par le Manifeste Powell, on a vu, pour la première fois d'une façon aussi structurelle dans cette succession de spasmes capitalistiques, le rassemblement de toutes les forces du système de l’américanisme. La partie de la communication dite de l’entertainment virtualiste (Hollywood et le reste) prit un essor extraordinaire dans la représentation hyper-conquérante et hyper-“surhumaine” de l’américanisation du monde. Les néo-conservateurs naquirent directement du Manifeste Powell et de l’investissement des médias qui s’en suivit. Leur politique s’appuya aussi bien sur une hyper-alliance avec Israël que sur une référence très active, sinon activiste, du processus du “chaos créateur” du capitalisme dans les pays conquis et annexés. Il n’y a pas de plus grand symbole de ces divers mariages consanguins et explosifs que le financement et la promotion des neocons à la fois par le groupe de presse Murdoch et par le géant de l’armement Lockheed Martin. Le développement des formidables pratiques faussaires et corruptrices de Wall Street dans les dernières années du XXème siècle, avec la suppression de toute régulation (abrogation de la a loi Glass-Steagall) et sous l’inspiration éclairée du président de la Fed Greenspan, dégagea également ce domaine de tout contrôle rationnel.

Le reste nous est connu, avec la phase du “passage à l’acte” (9/11, GW Bush et le reste), l’effondrement du projet de catastrophe en catastrophe, la généralisation absolue de la corruption du monde politique, l’entrée, en 2007-2008, dans la phase d’effondrement, de la subversion de cet ensemble à sa dissolution accélérée. Les points centraux du processus, avec une puissante corrélations entre tous, sont l’effondrement du pouvoir US, l’effondrement de la puissance US, l’effondrement de la puissance financière et de l’économie.

Le “grain de sable” dans cette phase, qui devrait s’avérer comme le coup de poing final, celui du KO, est le développement de l’aspect Janus du système de la communication, avec l’activisme développé au travers des nouveaux canaux et “réseaux sociaux” de communication et d’information. De là sont nés ces métastases du Système, ces systèmes antiSystème que sont Tea Party, la réussite actuelle de la campagne présidentielle de Ron Paul après divers échecs, et la déstabilisation qu’elle introduit dans le système politique, et enfin le mouvement Occupy.

Par conséquent, la boucle est bouclée… Du Manifeste Powell à Occupy, nous sommes au terme de l’aventure, non seulement du système de l’américanisme mais du Système tout court (mais majusculé), avec la contre-civilisation qui va avec.