Netanyahou après Trump : la mode est au “Coup”

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2417

Netanyahou après Trump : la mode est au “Coup”

Décidément, tout se passe comme s’il y avait une sorte de communauté de destin entre Trump et Netanyahou, dans leurs rapports avec leurs establishment respectifs. De même que Trump à propos des divers agissements des démocrates et divers réseaux de la communauté de sécurité nationale,  Netanyahou parle d’un “Coup” tenté contre lui par le bras juridique du système au pouvoir en Israël : « Netanyahou : Je continuerai à conduire le pays malgré la tentative de “Coup” lancée contre moi par le pouvoir juridique », titre DEBKAFile le 21 novembre 2009,  en détaillant la nouvelle de l’inculpation officielle du Premier ministre en exercice...

Cette inculpation qui est une première dans l’histoire d’Israel officialise et symbolise à la fois la paralysie du pouvoir israélien, déjà acté par l’échec de Netanyahou et de Gantz de former un gouvernement, c’est-à-dire avec une troisième élection législative de suite en vue.

Le caractère brutal de l’intervention du Système contre Netanyahou met ce dernier en parallèle avec Trump, tandis que deux autres dirigeants de puissants pays du  bloc BAO, le Premier ministre britannique et la chancelière allemande se trouvent dans une situation de paralysie-impuissance quasiment similaire. (Laissons les autres de côté pour ne pas trop surcharger le Titanic en train de couler à son rythme.) 

Il y a là comme un travail irrésistible de termites alimentées par le Système lui-même, pour saper les structures de son propre pouvoir dans le chef des dirigeants et/ou des directions de quatre des nations parmi les plus importantes pour activer la surpuissance du Système. On se trouve dans le cas d’une quasi-perfection de l’équation surpuissance = autodestruction. Ce n’est même plus un “tourbillon crisique”, c’est au-delà, c’est l’essence même du  “déchaînement de la Matière”  qui se liquéfie en constituant une crise réunissant toutes les crises (“la mère de toutes les crises” reprenant en elle-même, dans son propre ventre devenu infécond, tous ses enfants [toutes les crises] dont elle a accouché).

Quelques lignes de DEBKAFile sur le sort infiniment déplorable de ce symbole de la vertu en politique qu’est Netanyahou,  désormais réduit à en appeler au peuple, comme un populiste standard. Au moins autant que Trump, Netanyahou navigue entre sa propre légitimité (ce qu’il en reste) et la légalité chancelante du système israélo-sioniste.

 

« Le procureur général Amihai Mendelblit a pris la décision extraordinaire le jeudi 21 novembre de poursuivre Benjamin Netanyahou pour corruption, – le premier acte d'accusation de ce type jamais porté contre un premier ministre israélien en exercice. L'affaire contre Netanyahou comporte trois actes d'accusation : corruption, fraude et abus de confiance dans le dossier n° 4 000, fraude et abus de confiance dans les dossiers 1000 et 2000. 
» Le procureur général a transmis des copies des dossiers au président de la Knesset dans le cas où le premier ministre chercherait à invoquer la loi lui permettant de demander l'immunité pendant son mandat contre un procès pour une infraction pénale. [...]
» Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a vivement réfuté la décision du procureur général Amihai Mandlblit...[...]Il a accusé la police et les institutions juridiques de “mener une enquête faussaire et tendancieuse” destinée à le réduit à une condition de personne privée, impliquant “sa destitution de ses fonctions de Premier ministre”.
» Netanyahou a juré qu'il continuerait à diriger le pays à moins d’être contraint à y renoncer par une injonction de la Haute Cour. Il a accusé la police et le ministère public d'abus juridiques pendant des années, citant divers exemples. La population a perdu confiance dans les autorités chargées de l'application de la loi, a-t-il dit. Elle mérite un système décent et respectueux des lois et exige qu’une commission d’enquête indépendante et non partisane enquête sur les enquêteurs et décrasser le système.
» Mandelblit avait exposé plus tôt, lors d'une conférence de presse publique, son raisonnement conduisant à la décision d'inculper le Premier ministre, en disant qu'il l'avait fait le cœur lourd mais avec la conviction qu'il accomplissait son devoir.
» Netanyahou a riposté en accusant les enquêteurs de la police, soutenus par le procureur en chef Shay Nitzan, de monter leur dossier contre lui en extorquant des aveux mensongers aux témoins, notamment par des menaces contre leurs familles. “Ils devraient être traduits en justice”.
» Dans un puissant discours de combat, M. Netanyahou s'est dit fier de ce qu'il avait accompli pour le pays en tant que premier ministre et a promis de continuer. Il a promis de retrousser ses manches pour persuader l'électeur aux prochaines élections de prendre une décision honnête de se tenir à ses côtés plutôt qu'à ceux qui ont juré de le faire tomber. »

 

Mis en ligne le 23 novembre 2019 à 16H12

Donations

Nous avons récolté 210 € sur 3000 €

faites un don