Machiavélien ou machiavélique ?

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4149

Machiavélien ou machiavélique ?

• Analyse psycho-politique du président russe Poutine, évidemment à la lumière d’Ukrisis. • Est-il un homme d’État “machiavélique” ou bien homme d’État au comportement “machiavélien”. • Contributions : dde.org et Ezequiel Corral.

L’auteur de cette étude psychologique et opérative du président russe Poutine commence par l’emploi d’un mot ambigu, tiré du nom du grand Niccolò di Bernardo dei Machiavelli, dit Nicolas Machiavel. On a tiré en français, dans l’emploi le plus général, le mot de “machiavélique” désignant très souvent (et assez souvent à tort), selon cette même langue française, un comportement à connotation en général fortement négative, marqué par le cynisme et la perfidie, l’absence de morale sinon la cruauté. Dans l’esprit, ce mot est, parmi d’autres certes, généralement employé par ses adversaires pour définir le comportement de Poutine, et donc la psychologie et le jugement qu’on peut en porter.

Dans la traduction du texte ci-dessous de l’auteur Ezequiel Corral, on emploie assez justement un autre dérivé, à partir du néologisme venu du nom de Machiavel, de “machiavélisme”, – également siouvent à connotation négative, – mais utilisé ici dans le sens méthodologique plutôt que comportemental. Pour nous dans ce texte, Poutine est perçu plutôt comme un “machiavélien”, c’est-à-dire qu’il emploie la façon de juger et d’agir de Machiavel pour affronter et orienter des événements qui s’imposent à lui, au lieu de donner une forme spécifique, pré-jugée, presque idéologisée, à ces événements qu’il prétendrait maîtriser jusqu’à les créer dès leur origine. Est “machiavélien” un homme qui juge, et par conséquent agit, selon la forme de jugement et d’action que conseille Machiavel. L’emploi de ces deux mots, – “machiavélique” vs “machiavélien”, – permet de mieux comprendre, de mieux fixer et identifier, sans toutes les scories insupportables de la propagande diffamatoire, le sens de la démarche de l’analyste.

Ainsi Ezequiel Corral analyse-t-il l’œuvre politique jusqu’ici accomplie par Poutine, et surtout dans l’épisode actuel entré dans son paroxysme avec le conflit de l’“Opération Militaire Spéciale” (OMS) en Ukraine, contre le régime actuel de l’Ukraine, contre le Zelinskistan si l’on veut, ce nom d’opéra-bouffe pour caractériser le caractère postmoderne, faussaire, corrompu et ‘come(r)diante’, tragico-bouffe justement, du président ukrainien. Dans sa conclusion qu’il veut irrésolue et ouverte aux deux définitions offertes de l’influence de Machiavel, – dans la mesure où les les événements sont toujours en-cours, – il nous semble que tout se passe comme si Ezequiel Corral posait la question de savoir
• si Poutine “a un plan”, un but prémédité, – et alors on peut éventuellement le définir comme “machiavélique”, avec les avantages mais aussi les réserves que cela suppose ; ou
• s’il affronte les événements tels qu’il se présente à lui, avec mesure et maîtrise, selon des principes à la fois de fermeté et de sagesse, de façon à négocier avec eux (les événements) pour obtenir le résultat le plus équilibré possible, autant que le plus avantageux pour son parti qui est celui de la Russie, – et alors on le définirait effectivement comme “machiavélien”, et l’homme politique apparaît alors comme paré de l’« impassibilité des grands seigneurs », c’est-à-dire rejoignant la définition identitaire de ce « Prince » dont nous parle Niccolo :

« L'écriture de Machiavel est un travail d'ingénierie politique, mais elle possède également des principes ontologiques. Il s'agit d'un traité sur l'harmonie des forces, celles que tout prince doit opérer de telle sorte que, en plus d'être un roi, il soit aussi un souverain. Et comme le pouvoir est en mouvement, même si vous le possédez, vous pouvez toujours le perdre. Poutine a entamé une grande bataille, composée de batailles plus petites mais tout aussi importantes. Seul l'avenir nous dira si la prévoyance et la prudence du président font l'objet d'un scénario prémédité ou si, au contraire, au fur et à mesure qu'émergeront des pressions et d'autres agents désireux de s'emparer du pouvoir, il pourra continuer à maintenir l'impassibilité qui est la vertu de tout grand seigneur. »

Il semble bien qu’Ezequiel Corral a choisi son jugement et que pour lui Poutine est “machiavélien”, et nullement “machiavélique” selon le sens commun en français. Il y a d’ailleurs chez le président russe, lorsqu’on dit qu’il “fait toujours ce qu’il dit” et qu’il annonce en général, qu’“il dit ce qu’il va faire”, une sorte de franchise qui contredirait un caractère “machiavélique” au profit d’un comportement “machiavélien”.

L’analyse politique et psychologique du président russe Poutine est donc le travail de Ezequiel Corral, à partir du site ‘grupominerva.com.ar’, repris en traduction française par le site ‘euro-synergie.hautefort.com’ le 20 juillet 2022.

dde.org

_________________________

 

 

Poutine, un leader machiavélien

Dans la modernité, en raison de la notion de progrès, nous avons tendance à écarter de nombreuses idées du passé, estimant qu'elles sont dépassées pour notre époque. Ainsi, nous considérons que les écrits et les avertissements du passé ne sont plus valables dans le présent ou ne conservent plus qu'une leçon anecdotique.

Pour la stratégie, en revanche, le passé est une source pédagogique inépuisable. L'œil militaire avisé y trouve des vérités utiles pour l'art de la guerre. L'histoire n'est donc pas une chose morte, mais une réalité en mouvement qui se répète de différentes manières. Bien démêler le présent du passé peut mener à la victoire.

Dans ces termes, il existe de nombreux écrits exemplaires qui traversent le terrain commun de la pensée stratégique. Nous pouvons citer les plus célèbres, comme Vom Kriege de Clausewitz ou L'art de la guerre du Chinois Sun Tzu. Mais les citations et réflexions favorites de l'académie militaire se trouvent dans Le Prince de Niccolò Machiavel, écrit au 16ème siècle.

En parcourant plusieurs paragraphes de ce classique, on peut trouver des instructions précises pour la politique, l'armée ou la vie quotidienne. Ayant acquis une réputation péjorative, le "machiavélisme", pour son amoralité supposée, reste néanmoins présent dans la mémoire collective comme la création d'un éducateur rusé et efficace.

C'est pourquoi, lorsque quelqu'un est précis dans ses objectifs, ne semble pas agir de manière improvisée, mais que nous voyons plutôt dans ses actions les conséquences de décisions qui ont été préméditées avec subtilité et à l'avance, nous disons qu'il s'agit d'une personne "machiavélique". Et, dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, de l'ouverture de ce qui semble être un "monde multipolaire" et de la crise du modèle américain en tant qu'axe de la politique mondiale, il y a un protagoniste qui se distingue des autres : Vladimir Poutine. C'est pourquoi, dans la perspective du Prince, nous nous proposons d'analyser la situation actuelle et les raisons pour lesquelles le dirigeant russe commence à emprunter des sentiers battus par les grands hommes.

La conquête du peuple

L'une des premières leçons que Machiavel nous a enseignées dans son livre est la suivante : « Toujours, même si vous avez une très forte armée, vous avez besoin de la faveur des habitants lorsque vous entrez dans une région ».

Le président Vladimir Poutine a cet avantage dans la zone de conflit. La population de la région de Donbass, où se concentre le conflit, lui est sympathique, car elle est composée d'une majorité russophone et pro-russe.

Les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Louhansk sont en guerre depuis près de dix ans avec l'État ukrainien, auquel appartient le territoire contesté du Donbass. Avec le déclenchement de la guerre en 2022, le gouvernement russe a reconnu la souveraineté de ces républiques populaires. D'ailleurs, l'armée russe est entrée dans le Donbass non seulement avec la faveur de ses habitants, mais aussi en contact régulier avec ses dirigeants depuis des années. Elle l'a fait en exerçant sa diplomatie ou en facilitant l'accès aux milices russes auto-organisées et aux armes par des couloirs sur la frontière russo-ukrainienne à l'est.

Mais il ne suffit pas de conquérir un territoire et de s'attirer les faveurs de la population. Le roi Louis XII de France, mentionne Machiavel, a envahi Milan et a été rapidement expulsé parce qu'il n'avait pas gagné la faveur des habitants. Ils ont été trompés par le nouveau prince, qui n'a pas répondu à leurs attentes et les a déçus. Compte tenu des attitudes et des antécédents de la Russie en ce qui concerne les conflits en Ukraine, on ne peut guère s'attendre à un rejet de l'invasion par les peuples de l'Est. Nous devons considérer, en principe, l'annexion réussie de la Crimée, désormais placée sous souveraineté russe en 2014.

D'autre part, l'attitude officielle du gouvernement russe n'est pas de dominer l'ensemble du territoire ukrainien, mais de libérer l'est de l'Ukraine et de prendre le contrôle d'un corridor sud qui irait apparemment de l'est à l'ouest de l'Ukraine jusqu'à joindre le territoire moldave. Une telle démarche permettrait de consolider la domination russe sur la mer Noire, de sécuriser l'oblast de Crimée et de bloquer l'accès de Kiev à la mer. Incidemment, le corridor permettrait une communication terrestre avec la République de Transnistrie, dont la reconnaissance est limitée. Ce territoire est un autre point de conflit, car la Russie en est la gardienne et le gouvernement moldave le revendique.

Poutine possède également deux autres avantages du Prince de Machiavel. Selon Machiavel, il est plus facile de maintenir ou de reconquérir un État qui a été perdu auparavant ou s'il partage la même langue. Historiquement, le territoire ukrainien n'a jamais été épargné par les conflits. C'est un espace qui peut être façonné au gré de celui qui, à un moment donné de l'histoire, exerce le pouvoir dans la zone eurasienne. C'est cette lutte qui se manifeste actuellement, mais c'est le peuple ukrainien qui a subi les malheurs de la fortune et les horreurs de l'Union soviétique.

Au-delà de la souveraineté ukrainienne et du caractère litigieux de la question, la région qui fait l'objet du litige et les domaines que la Russie veut sécuriser peuvent être considérés comme un ancien État (anticipant la relativité de la question). Comme nous l'avons mentionné plus haut, il va de soi pour la majorité russophone et pro-russe, que son origine soit naturelle ou artificielle.

En outre, Machiavel mentionne que, si le peuple n'est pas habitué à la liberté et est maltraité, il est facile de briser la ligne de succession du prince (dans ce cas, le gouvernement ukrainien) si on lui accorde la liberté et si on le respecte dans ses coutumes.

Les dommages causés à la population de Donbass vont au-delà de la guerre soutenue contre les républiques populaires. La discrimination et la fragmentation des populations russophones ont conduit au massacre d'Odessa en mai 2014. Lors d'une manifestation pro-russe, des centaines de manifestants se sont réfugiés dans la Maison des syndicats, qui a été incendiée par des nationalistes ukrainiens libéraux, faisant 47 morts et 214 blessés.

Cette situation s'est aggravée avec l'arrivée au pouvoir du président ukrainien Volodimir Zelenski en 2019. Le leader ukrainien a mis en place une politique d'isolement racial russophobe et a conçu un programme de réinterprétation historique de l'Ukraine basé sur les massacres perpétrés par l'Union soviétique. Si chaque peuple a le droit de légitimer et de construire sa propre histoire, la manière dont cette nouvelle Ukraine a été planifiée n'a fait qu'aggraver la souffrance de ses habitants. Elle a dégradé son tissu social, creusé les différences et conduit à une guerre que l'Ukraine ne peut pas gagner.

Compte tenu de cette histoire, briser l'emprise de Kiev sur l'Ukraine reléguée ne posera aucun problème à Poutine : il leur donnera une liberté qu'ils ne possèdent pas et maintiendra des coutumes qui ne sont pas très éloignées des leurs. Enfin, le dirigeant russe parviendra à ne pas partager le pouvoir dans le Donbass avec des concurrents plus forts que son pays, n'aura pas besoin de réprimer le peuple et, dans l'adversité, obtiendra gratuitement sa faveur.

Par conséquent, et suivant d'autres maximes machiavéliennes pour la domination d'États extérieurs, la Russie absorbera formellement ou indirectement une grande partie du territoire ukrainien, s'alliant au bloc des républiques populaires, – le côté faible mais moralement avantageux, – car elle recherchera sa liberté et la destruction de l'ennemi commun à tout prix.

À l'avenir et selon Machiavel, Poutine pourrait opter pour trois moyens de maintenir la loyauté de l'État conquis. La première façon est de la ruiner, ce qui est peu probable compte tenu du droit international. Plus probablement, Poutine adoptera une combinaison des deux autres voies ; d'une part, il “habitera” une partie du territoire par le biais d'alliances, en reconnaissant l'autodétermination des peuples ou en absorbant des républiques. D'autre part, il encouragera la création d'une oligarchie à Kiev, qui assurera la souveraineté russe à l'avenir.

Poutine en tant que stratège

Machiavel fait l'éloge des capitaines romains, car ils étaient des maîtres de la prudence et de l'anticipation. Grâce à ces compétences, ils ont anticipé les événements et les ont traités avant qu'ils ne deviennent irrémédiables. Le temps, dit-il, « apporte le bon et le mauvais » ; c'est pourquoi il n'est pas conseillé de l'attendre les bras croisés.

Le rôle géopolitique de l'Ukraine en Europe n'est pas indifférent à la sécurité et à la souveraineté nationales de la Russie. Nous pouvons comprendre ce pays selon la définition du Colonel Banos comme un pivot géopolitique : ce sont des pays qui, compte tenu de leur situation géographique, sont pertinents et permettent de « conditionner l'accès des autres à certaines ressources ou lieux » ; ils sont généralement utilisés par les superpuissances également pour éviter les affrontements directs avec d'autres axes de pouvoir géostratégiques importants.

Ce conflit, principalement, doit être compris dans un contexte où les États-Unis perdent leur pouvoir sur les autres États émergents et annoncent leur déclin. Dans cette perspective, il est important pour l'Europe d'être en désaccord avec la Russie afin de maintenir la pression sur le pôle de puissance asiatique. Ainsi, les puissances atlantiques ont créé un “ennemi de la Russie libre” dans leur quête de maintien du pouvoir, tout comme, par le passé, elles ont imaginé un Saddam Hussein armé de produits chimiques pour justifier l'invasion du territoire irakien.

L'OTAN continue de s'étendre et d'installer des bases militaires orientées vers la frontière russe. Lors d'une conférence, Poutine a déclaré : « Que penseraient les Américains si nous placions nos missiles à la frontière du Canada ? Une telle action provoquerait une catastrophe mondiale, comme la crise des missiles cubains. » Au lieu de cela, elle est tolérée si elle est planifiée par le Nord et ses sous-fifres démocratiques.

Après la chute du mur de Berlin, lorsque la guerre froide a pris fin et que la lutte contre le communisme n'était plus un spectre menaçant de détruire l'humanité, la Russie a accepté les conditions du monde libéral pour devenir une république : elle a accepté de devenir libérale en remplissant tous les prérequis nécessaires pour devenir un pays démocratique, capitaliste et “civilisé” aux yeux de l'Occident ; elle s'est démembrée en douze parties pour créer un tampon de sécurité entre l'Europe et l'Asie ; elle a renié ses valeurs traditionnelles et son histoire pour appartenir au monde heureux et globalisé.

Mais rien de tout cela n’a suffi et l'Occident continue à considérer la Russie comme un ennemi. L'Occident n'a donné aucune garantie de souveraineté à la Russie et a poursuivi son expansion, générant une pression géopolitique considérable. La dernière tentative a consisté à accepter l'Ukraine dans le cadre de ce plan, en se rapprochant encore plus des frontières, afin de s'assurer que le mouvement de dé-russification et de militarisation en Ukraine serve de fer de lance pour le coup final à porter à la puissance eurasienne.

D'un point de vue militaire, la Russie sait, comme le mentionne à juste titre Machiavel, que les armes mercenaires ne sont bonnes qu'en temps de paix et que les armées auxiliaires sont « toujours nuisibles : car si l'on perd, on est rejeté, et si l'on gagne, on est prisonnier ». Et que, lorsque le chef est bon en armes, il ne souhaite tout simplement pas aider, mais s'agrandir sur le dos d'un autre. Pour cette raison même, le soi-disant soutien que les États-Unis et les pays européens de l'OTAN apportent à l'Ukraine est futile. Ce n'est tout simplement pas un inconvénient pour l'envahisseur, qui sait que, pour que les équipements militaires soient efficaces, il est nécessaire d'intensifier le conflit et, souvent, il s'agit simplement d'un moyen économique de mettre indirectement au rebut des unités anciennes ou désaffectées.

D'autre part, les propres armes et capacités militaires de l'Ukraine se sont jusqu'à présent révélées insuffisantes ; sa force aérienne a été anéantie au cours des trois premiers jours de la guerre et sa défense anti-aérienne, bien que renforcée, est constamment attaquée.

Peut-être, avec sa réputation de temporisateur et de diplomate, Poutine n’est pas le meilleur représentant de toutes les recommandations machiavéliennes. Mais la Russie d'aujourd'hui a montré qu'elle pouvait faire face à la plus grande campagne de dénigrement de l'histoire ; elle fait face à des sanctions économiques extravagantes et à la censure publique ou privée. Elle a ancré son économie en Europe, qui se retrouve aujourd'hui à étouffer ou à accepter les paiements énergétiques en roubles ; la Russie a sécurisé ses alliances en Asie ; et elle a détruit la liberté avec laquelle l'Occident opérait au sein du continent européen. « Là où il y a de bonnes armes, il doit y avoir de bonnes lois », écrivait Machiavel, et ici, les lois de l'Occident n'ont eu aucun effet sur le bastion impérial russe. L'invasion militaire est, en réalité, la préservation et la construction de la Russie en tant que peuple souverain fondé sur la prudence et la prévoyance. Le temps nous dira si elle sera capable de maintenir un mouvement tactique sur la scène mondiale ou si la fortune finira par jouer contre elle.

Sur les qualités de prince de Poutine

L'Occident a poursuivi un programme de sanctions et d'attrition économique qui pourrait faire tomber n'importe lequel des gouvernements démocratiques actuels. Mais la Russie a soutenu pendant quatre mois une série de contre-mesures défensives inattendues qui l'ont non seulement maintenue debout, mais renforcée. De ce point de vue, Poutine a prudemment suivi la maxime de ne jamais rester inactif en temps de paix.

À l'œil de tout observateur avisé, d'un point de vue socio-économique, il apparaît que la Russie, si elle n'a pas entièrement consolidé le terrain dans l'actuelle confrontation, l'a au moins fait indirectement ou par addition. En ce sens, nous pouvons dire que la Russie a suivi le modèle machiavélien, en ayant toujours à l'esprit son influence militaire, et qu'elle était également résolue lorsqu'elle affirmait sa supériorité morale et guerrière.

Dans un sens personnaliste et aux yeux de la presse internationale, le président russe a réussi à se tailler la figure princière idéale : se montrant toujours dans des situations non conventionnelles et risquées, comme le judo, la chasse, la conduite de camions, il montre un homme d'action qui, dans son passé, était un agent du KGB. Il atteint ainsi un double objectif: être aimé et être respecté ou craint. Et même si l'Occident n'apprécie plus cet homme, il sera toujours craint pour ses vertus, réelles ou non, et pour son grand pouvoir.

Et par le réel, nous pouvons dire qu'une vertu machiavélienne est d'être un grand dissimulateur, car personne ne sait avec certitude quelles sont ses véritables intentions et comment et pourquoi cette aventure va se terminer. Poutine a toujours été entouré d'intrigues, de tsarisme, de ses positions contradictoires, tendant souvent à favoriser les diktats de la puissance mondiale libérale à laquelle il est maintenant censé s'opposer.

En fin de compte, l'important est d'être aimé dans son propre État, et c'est le cas, selon les sondages. La Russie dénote une grande force et une grande tranquillité chez elle grâce à la mentalité de son peuple et à la sécurité de ses dirigeants. Le gouvernement, quant à lui, gère les tensions par la force ou la politique, et est capable de gérer les tensions.

Nous ne devons pas négliger le halo religieux qui imprègne l'ensemble du tableau. La Russie prétend dépoussiérer ses prouesses historiques contre le nazisme et ressuscite un mort qui est loin d'être analogue. En plus de se défendre contre les intentions conquérantes de l'OTAN, elle lutte contre un nazisme ukrainien bizarre, qui est soutenu par le pouvoir libéral et par un président juif. Ainsi, et avec le mysticisme chrétien orthodoxe russe, il impose un messianisme qui répond à une norme machiavélienne consistant à toujours opérer ou feindre une religiosité exemplaire.

Considérations finales

L'écriture de Machiavel est un travail d'ingénierie politique, mais elle possède également des principes ontologiques. Il s'agit d'un traité sur l'harmonie des forces, celles que tout prince doit opérer de telle sorte que, en plus d'être un roi, il soit aussi un souverain. Et comme le pouvoir est en mouvement, même si vous le possédez, vous pouvez toujours le perdre. Poutine a entamé une grande bataille, composée de batailles plus petites mais tout aussi importantes. Seul l'avenir nous dira si la prévoyance et la prudence du président font l'objet d'un scénario prémédité ou si, au contraire, au fur et à mesure qu'émergeront des pressions et d'autres agents désireux de s'emparer du pouvoir, il pourra continuer à maintenir l'impassibilité qui est la vertu de tout grand seigneur.

Ezequiel Corral