L’Ukraine & la force du non-alignement

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3671

L’Ukraine & la force du non-alignement

J’ai été intéressé de lire, en décembre dernier, les importants accords que Vladimir Poutine et Mahendra Modi ont signés à l'issue d'un sommet que les dirigeants russes et indiens ont tenu à New Delhi. Ces accords étaient au nombre de 28 et couvraient toutes sortes de choses – coopération en matière de défense, projets énergétiques, partage de la production, transferts de technologie, investissements dans une gamme de secteurs industriels que l’Inde est désireuse de développer.

Les deux dirigeants ont été très clairs, il s’agissait de parler de bien plus que de roubles et de roupies. Poutine : « Les liens se renforcent et je regarde vers l'avenir. » Modi : « Beaucoup d'équations géopolitiques ont émergé, mais l'amitié Inde-Russie a été une constante. »

Mais voici ce qui symbolise le mieux cette séries de pourparlers Inde-Russie au niveau des ministres et avec le sommet qui les a couronnées. Le lundi 6 décembre 2021, lorsque le président russe et le Premier ministre indien ont souri devant les caméras, Washington et ses alliés de l'OTAN s'affairaient à provoquer l’intervention de la Russie en Ukraine, insistant pour que le monde s'aligne contre la Fédération de Russie malfaisante.

Personne ne surpasse les Indiens en matière de non-alignement.

Une autre intervention intéressante a été le témoignage de Lloyd Austin  devant le US House Armed Services Committee le 6 avril, dans lequel le secrétaire à la Défense a expliqué que ces maudits Indiens allaient devoir abandonner leurs liens de défense avec la Russie.

« Nous continuons à travailler avec eux pour nous assurer qu'ils comprennent que ce n'est pas dans leur, – comme nous pensons, – que ce n’est pas dans leur intérêt de continuer à investir dans l'équipement russe », a-t-il déclaré.

Le plus gros caillou dans la chaussure du Pentagone est l’accord de l'Inde pour acheter le système de défense antimissile S-400 de fabrication russe, qui doit être une fameuse pièce d’équipement de combat, étant donné que Washington est infailliblement enflammé chaque fois que quelqu'un l'achète.

« Et notre exigence à l'avenir, a poursuivi Austin, est qu'ils réduisent les types d'équipements [russes]dans lesquels ils investissent et cherchent à investir davantage dans les types d’équipements [US] qui nous permettront de continuer à être compatibles. »

J'adore cette expression : « notre exigence ». Je suppose qu’il importe que vous ayez l’air d’un dur au Congrès.

Trafic d'armes et sanctions

Ces jours derniers, j’ai été intéressé, – tant de choses intéressantes dans les journaux ces jours-ci, à condition que vous lisiez au-delà des quotidiens américains, – par le récit de la visite d’Ursula von der Leyen a passé à New Delhi. L’ennuyeuse et inefficace présidente de la Commission Européenne offrait deux choses : l’armement européen, – surprise, surprise, – et les sanctions occidentales contre la Russie. A la lumière des accords matériels que New Delhi et Moscou ont signés en décembre, le gouvernement Modi a refusé de condamner l’intervention russe en Ukraine et ne participe pas au régime de sanctions.

Que voyons-nous ici ? Deux choses méritent d'être signalées.

Premièrement, l'administration Biden peut marteler tout ce qu'elle veut avec sa rhétorique selon laquelle le monde entier est horrifié par “l’opération spéciale” de la Russie en Ukraine. Nous avons tous vu les cartes : la plupart du monde ne l'est pas. Les abonnés aux sanctions et aux cris d'horreur sont pour l'essentiel limités aux démocraties occidentales.

L'effet à long terme de cette croisée des chemins sera l’aliénation croissante de l’Occident vis-à-vis de la grande majorité de l'humanité, autrement connue sous le nom de non-Occident. Avec le temps, cela deviendra un événement d’importance. Corollaire : ceux d’entre nous, moi y compris, qui aspiraient depuis de nombreuses années à voir l'Europe agir comme un pôle de pouvoir indépendant, en fait un médiateur entre l’Occident et le non-Occident, peuvent l'oublier.

La génération actuelle de dirigeants européens, dont Emmanuel Macron, le poseur gaulliste tout juste réélu à la présidence française, n’a tout simplement pas la force de se débrouiller seule.

Deuxièmement, l'impulsion du non-Occident à revenir aux principes de non-alignement si brillamment articulés par les dirigeants charismatiques de “l’ère de l'indépendance”, les années 1950 et 1960, est évidente depuis un certain temps. Mais la crise ukrainienne semble insuffler à cette tendance bienvenue une charge électrique importante. Encore une fois, de gros trucs à l’horizon alors que nous regardons devant juste un peu au-delà de notre nez.

Non-alignement émergent

La Chine et la Russie semblent avoir compris dès le départ que la crise ukrainienne affecterait les cartes géopolitiques de ces deux manières. Leur déclaration commune du 4 février, à la veille des Jeux olympiques de Pékin et un peu plus de deux semaines avant le début de l'intervention de la Russie, était un rejet à peine voilé de la prétention de l'Occident à l'hégémonie mondiale et une invitation à commencer à construire un nouveau monde. ordre basé sur des principes que les nations occidentales professent en théorie sans y prêter plus d’attention.

Si le non-alignement est la dérive émergente de la politique en générale et des courants politiques mondiaux, l’Inde occupe logiquement une place prépondérante parmi les champs de bataille où le combat est engagé. L'Inde est grande et peuplée. Elle est influente parmi les nations non occidentales. Washington entretient depuis longtemps des fantasmes ridicules selon lesquels on pourrait faire basculer New Delhi de manière décisive dans le camp occidental contre la Russie et la Chine.

Où, au Pentagone, au Département d'État et à la Maison Blanche, obtiennent-ils ces notions aussi grotesques ? Depuis l'époque de Nehru jusqu'à nos jours, le principe de non-alignement a été un pilier aussi sacré de la politique étrangère indienne que la “liberté” l’est pour tous les idéologues américains bienpensants.

Il n'y a pas à y toucher. Cela faisait partie du point de vue de Modi lorsqu'il s'est exprimé aux côtés de Poutine le 6 décembre.

Antony Blinken a effectué sa première visite d'Etat à New Delhi en juillet 2021, quelques mois après sa prise de fonction. Ses thèmes étaient les habituels, – “notre partenariat stratégique” et ainsi de suite. « Nos intérêts sont partagés, nos préoccupations sont similaires et nos convergences sont fortes », a déclaré le secrétaire d’État américain. Tout va bien : l’Inde n'a aucune envie de se dresser contre les États-Unis

Mais la réalité sous-jacente aux déclarations de Blinken, Austin, von der Leyen & Cie est que l’Occident ne peut tout simplement pas accepter un monde dans lequel le non-alignement, la non-ingérence, l'intégrité territoriale et les préceptes associés sont considérés comme des principes permanents. Beaucoup de libéraux se sont moqués du régime Bush-Cheney et de ses tirades routinières “qui n'est pas avec nous est contre nous”. Nous constatons maintenant que les élites occidentales et les cliques de la politique étrangère transatlantique n'ont pas la capacité de voir le monde différemment.

Premier constat dans la presseSystème 

Hannah Beech, qui dirige le bureau du New York Times pour l’Asie du Sud-Est, a co-écrit un article lundi [25 avril] intitulé « Avec nous ou avec eux ? Dans une nouvelle guerre froide, que diriez-vous de “ni l'un ni l'autre ?” ». Il s'agit du premier, – et jusqu'à présent du seul, –  rapport lucide que nous ayons dans [la presseSystème] sur la majorité des pays non alignés que la crise ukrainienne a mis au premier plan. Beech et ses collègues écrivent :

« Le paysage géopolitique qui a suivi l'invasion de l’Ukraine a souvent été comparé à celui d'une nouvelle guerre froide. Alors que les principaux antagonistes sont peut-être les mêmes – les États-Unis, la Russie et, de plus en plus, la Chine – les rôles joués par une grande partie du reste du monde ont changé, remodelant un ordre mondial qui a duré plus de trois quarts de siècle.  »

En fait, plus de 500 ans Hannah, mais qui s’intéresse à compter ? J’ai une certaine affection our Beech. Elle a une belle lignée, comme on dit dans le métier : son père, Keyes Beech, était parmi les correspondants asiatiques les plus remarquables de sa génération. Et elle a une sympathie mesurée pour les perspectives non occidentales qui est sans précédent parmi les tacherons qui peuplent généralement les bureaux étrangers du Times .

Beech et ses collègues soulignent très astucieusement que les nations non occidentales ont payé un prix très élevé pour les privations et les déprédations que les décennies de guerre froide leur ont infligées, – et qu’ils n’ont pas l'intention de le payer à nouveau. 

« Les gouvernements représentant plus de la moitié de l'humanité ont refusé de prendre parti, écrivent-ils, évitant la comptabilité binaire de nous contre eux qui a caractérisé la majeure partie de l'après-Seconde Guerre mondiale. »

Je ne vois pas ce sentiment refluer une fois la crise ukrainienne résolue d'une manière ou d'une autre. L'aventure démesurée de Washington, avec les alliés de l'OTAN à sa suite, pourrait bien diviser le monde une fois de plus, – non pas comme l'Occident l'entend, mais entre les nations qui insistent sur un ordre mondial approprié fondé sur le droit international et celles qui insistent sur le fait qu'elles sont au-dessus de lui.

Pendant un demi-millénaire — à partir des intrusions du Portugal au XVème siècle en Asie et dans les Amériques — il n'y avait aucune possibilité d’ignorer ou d’isoler l’Occident : c’était une impossibilité logique, une chimère stratégique, culturelle et économique. Ce n’est plus le cas, comme le savent maintenant les principales nations non occidentales. Tant que les démocraties occidentales refuseront d’accepter la chose, elles seront dans la voie de “perdre” le XXIème siècle.

Alistair Crooke, fondateur et directeur du Conflicts Forum et commentateur familier des affaires mondiales, vient de publier un article intéressant intitulé « The Dynamics of Escalation: ‘Standing with Ukraine.’» Crooke pense que l'administration Biden s’est effectivement piégée tout seul sur la voie de son engagement militaire en Ukraine, – c’est-à-dire jusqu’à l’implication directe.

La guerre par sanctions, pour diverses raisons, ne peut réussir à faire tomber la Russie comme prévu. Dans le même temps, explique Crooke, Biden et les démocrates traditionnels ne peuvent pas accepter la défaite ou l'échec – pas avec les élections de mi-mandat à venir, pas avec toutes les mythologies qu'ils ont évoquées quant à la responsabilité de la Russie dans leur défaite aux urnes en 2016 :

« La conviction que la vision libérale européenne est confrontée à l'humiliation et au dédain, si Poutine devait ‘gagner’, s’est imposée. Et dans la chaîne Obama-Clinton-Deep State, il est inimaginable que Poutine et la Russie, toujours considérée comme l’auteur du Russiagate pour de nombreux Américains, puissent l’emporter.

» La logique de cette énigme est inexorable : l’escalade. »

À quelle vitesse la logique de Crooke se manifeste ! Pendant et depuis leur visite du week-end à Kiev pour promettre au régime plus d'armements, Austin et Blinken ont fait comprendre de manière terrifiante que le véritable objectif de la campagne américano-OTAN en Ukraine est tout comme les plus honnêtes d’entre nous l’ont dit dès le début : Il s'agit d’ « affaiblir la Russie », comme l’ont dit les deux secrétaires – de subjuguer la Russie, en d'autres termes, de l'écraser.

Deux responsables américains pas tout à fait compétents viennent-ils de déclarer le début de la Troisième Guerre mondiale ? Faites-moi savoir quand vous pourrez exprimer votre inquiétude face au danger d'un échange nucléaire sans être traité de traître propagandiste au nom de Moscou.

 N’oublions rien dans tout cela : la logique de l’escalade conduit aussi à l’isolation grandissante, – de l'Amérique, de l'Occident, – des courants qui font déjà avancer notre siècle.

Washington et l'OTAN ont peut-être l'intention de faire une guerre chaude de la Seconde Guerre froide, mais ils ont une lecture radicalement erronée de notre moment. Plus ils iront loin dans cette folle aventure, plus ils aliéneront le reste du monde.

Patrick Lawrence

• Patrick Lawrence, Correspondant à l'étranger pendant de nombreuses années, principalement pour l' International Herald Tribune, chroniqueur, essayiste, auteur et conférencier. Son livre le plus récent est ‘Time No Longer: Americans After the American Century’. Suivez-le sur Twitter @thefloutist. Son site web est patricklawrence.us. Soutenez son travail via  son site Patreon.  

• Cet article a été publié initialement sur ‘Consortiumnews’, le 27 avril 2022.

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don